Portrait d’artiste : Mélanie Delattre-Vogt

Mélanie est une fille du Nord, de Valenciennes plus précisément, où l’on met un point d’honneur à prononcer « Ouatteau » le nom du plus célèbre enfant du pays1.

En parallèle de son cursus en arts plastiques à l’université, Mélanie Delattre-Vogt a suivi une formation musicale au conservatoire. Enfant, elle ne cessait de chanter, en jouant du piano, en dessinant, et encore aujourd’hui, où elle travaille le plus souvent en musique, elle aime à comparer ses œuvres à des partitions, disant ressentir le besoin d’introduire aussi du « silence » dans ses compositions.

Quelques formes en gestation…

Après avoir touché à différentes formes d’expression (de la photographie à l’installation avec vidéo, en passant par la peinture ou la gravure), c’est au dessin qu’elle consacre, depuis bientôt vingt ans, l’essentiel de son temps. Séduite par son « côté immédiat », elle aime surtout ce médium parce qu’il ne dépend que d’elle et qu’elle n’y dépend de personne.

Mais Mélanie ne manie pas que le crayon graphite ; elle use aussi du crayon lithographique qui lui permet, cette fois avec l’appui d’autrui, de produire des multiples. Depuis 2015, elle fréquente ainsi l’atelier de Michael Woolworth, et c’est durant son séjour à la Villa Marmottan qu’elle y a notamment réalisé sa Femme à la panthère.

Mélanie montrant à l’œil-caméra de Léo Savigny sa Femme à la panthère, 25 mars 2024

Aussi bien fascinée par les contour changeants des nuages (sur lesquels elle a commencé une thèse) que par les vieilles encyclopédies ou les photographies d’un manuel de congélation des années 1970 (« un de mes livres-sources préférés »2), Mélanie peut s’émerveiller aussi bien pour l’architecture des maison du quartier des Princes-Marmottan que pour les petites araignées qui se glissent sous sa porte.

Pour ses couleurs, Mélanie se fournit auprès des fabricants japonais

À la Villa Marmottan, elle s’est si bien appropriée l’appartement du deuxième étage qu’on jurerait qu’elle l’a toujours habité… et que nous ne résistons pas à vous en donner un aperçu tant son aménagement nous plaît.

Sous sa couverture plastifiée bleue, le fameux manuel de congélation…
Sur les étagères, des livres, des cartes postales, des objets divers et variés qui sont autant de sources d’inspiration
Passionnée par l’art de vivre japonais, Mélanie a transformé la cheminée en tokonoma3… un tokonoma mâtiné de Cézanne, bien sûr !

Pour mieux connaître le travail et la personnalité de Mélanie, vous pouvez visionner la vidéo ci-dessous, réalisée par notre stagiaire Léo Savigny.

Image du bandeau : Mélanie Delattre-Vogt, photographié par Léo Savigny le 25 mars 2024


  1. Vous avez reconnu Jean-Antoine Watteau, né à Valenciennes en 1684. Un autre grand peintre, Robert Campin (1378-1444), naquit dans la ville, alors capitale du Hainaut. []
  2. Voir son entretien accordé au musée d’Orsay le 5 octobre 2023 : https://www.musee-orsay.fr/fr/articles/questions-melanie-delattre-vogt-artiste-dessinatrice-275322 (consulté le 30 mai 2024). []
  3. Le tokonoma ( 床の間 ) est l’alcôve dans la maison traditionnelle japonaise où est présenté un objet de délectation esthétique : peinture, calligraphie, céramique ou arrangement floral. []

L’Hôtel de Salm, palais de la Légion d’honneur, par Léo Savigny

Léo Savigny par lui-même, dans le salon bleu de la bibliothèque Marmottan, le 17 octobre 2023

Après nous avoir accompagnés à raison d’une journée puis d’une journée et demie par semaine durant presque deux ans (de novembre 2022 à juin 2024), notre stagiaire Léo Savigny quitte les manettes du compte Instagram de la bibliothèque et villa Marmottan (https://urlr.me/Q3RNn) pour se consacrer à un master de recherche autour du couple d’artistes Claude et François-Xavier Lalanne. Il a tenu à nous livrer, en guise d’au revoir (car il reviendra nous rendre visite, c’est sûr), sa recension d’un ouvrage sur l’hôtel de Salm.


L’hôtel de Salm est un trésor caché… exposé à la vue de tous.
Engoncé entre le musée d’Orsay, la foule de touristes qui arpentent les quais de Seine et les immeubles qui le surplombent, il est, depuis plus de cent cinquante ans, le foyer des honneurs républicains. 

L’hôtel de Salm, aujourd’hui palais de la Légion d’honneur, vu depuis la Seine, © Wikimedia Commons cc-by-3.0

Fruit d’une collaboration entre Joëlle Barreau, Anne de Chefdebien, Jacques Foucart et Jean-Pierre Samoyault – historiens de l’art et conservateurs reconnus dans leurs domaines respectifs –, l’ouvrage L’Hôtel de Salm, palais de la Légion d’honneur ouvre, durant près de 400 pages, les portes d’un lieu qui, malgré son prestige, reste méconnu1.

Le développement s’appuie sur une analyse précise du contexte historique ainsi que des décors et du mobilier de l’hôtel. On suit de manière chronothématique l’évolution du palais au travers de six chapitres, depuis son édification par le sulfureux prince Frédéric III de Salm-Kyrbourg  jusqu’à sa transformation en musée de la Légion d’honneur en 1925.

Les premières pages sont logiquement dédiées à l’histoire du lieu ainsi qu’à son premier propriétaire, le prince de Salm (1744-1794), dont la personnalité flamboyante fut intrinsèquement liée au palais. Ce prince prussien, riche, beau et de (très) noble extraction faisait partie de ces jeunes aristocrates étrangers qui fuyaient l’ennui de leur province natale pour mener à Paris «une existence licencieuse dans les désordres de l’alcool, des femmes et du jeu »2. Contraint plus que convaincu par les idées révolutionnaires, il ira tout de même jusqu’à s’engager dans la Garde Nationale aux côtés de La Fayette. Victime des procès arbitraires de la Terreur, il finira guillotiné au motif d’un complot auquel il n’avait pas participé, quatre jours seulement avant la chute de Robespierre. 

Son hôtel voit le jour dans les années 1780 dans le quartier du faubourg Saint-Germain où se presse tout ce que Paris compte de plus chic et surtout de plus riche. Le prince de Salm souhaitait rivaliser avec les propriétaires des très nombreux hôtels particuliers qui constituaient son voisinage, entre autres Crillon, Seignelay ou Périgord. Il confia la réalisation de sa demeure à Pierre Rousseau qui en fit son chef-d’œuvre. Dans le plus pur goût à l’antique caractéristique de la fin du XVIIIe siècle, le jeune architecte met en scène les deux façades : au sud, une colonnade pour impressionner les invités, et au nord, côté Seine, une élégante rotonde pour illustrer la prodigalité de Salm-Kyrbourg (qui se ruine d’ailleurs pour l’édifier). 

Il est assez drôle de constater le décalage entre la fonction actuelle de l’hôtel de Salm, particulièrement solennelle, et les personnages hauts en couleur qui l’ont habité successivement.
On découvre ainsi avec amusement l’incroyable histoire de Claude Leuthereau, dit « marquis de Beauregard », en réalité perruquier de son état, qui connut la fortune après une fabuleuse arnaque et dont la prospérité a duré presque aussi longtemps que les milliers de bougies qu’il utilisait pour éclairer ses fêtes gatsbiennes3. Le faux marquis fut également un éphémère propriétaire du château de Bagatelle, dont le nom illustre bien son quart d’heure warholien.  

Antoine-Louis Barye, Bonaparte à cheval, vers 1845, bronze, Paris, musée de la Légion d’honneur

L’un des principaux intérêt de l’ouvrage est de nous donner à lire les interactions de la grande histoire avec la petite. Situé au cœur de la capitale, l’hôtel de Salm fut le témoin – et aussi malheureusement la victime collatérale – de la Terreur comme de la Commune : décapitation de son commanditaire et explosion de la poudrerie de Grenelle en 1794 ; incendie du 23 mai 1871 qui ravagea l’édifice.

L’ordre national de la Légion d’honneur est institué le 19 mai 1802 par Napoléon Bonaparte, alors Premier Consul, avec pour objectif, comme il le dira au camp militaire de Boulogne-sur-Mer le 15 août 1804 de « décorer [s]es soldats et [s]es savants ». Cette année-là, les premières décorations, principalement militaires, sont en effet décernées et l’ordre est installé sur le quai qui, deux siècles plus tard, prendra le nom d’un Grand-Croix de la Légion d’honneur, Valéry Giscard d’Estaing. L’hôtel de Salm est acquis par la chancellerie pour la somme de 251 000 francs, qui ajoute modestement 1 000 francs à l’enchère précédente… 

Jean-Baptiste Debret, Première Distribution des décorations de la Légion d’honneur faite par Napoléon dans l’église de l’hôtel impérial des Invalides, le 14 juillet 1804, 1812, huile sur toile, 503 x 431 cm, Versailles, musée national du Château de Versailles

Le bâtiment remplit les critères exigés par le premier chancelier, le comte de Lacépède (1756-1825), soit un lieu de réception élégant, digne de recevoir les cérémonies officielles et doté d’une adresse prestigieuse, en plein cœur de la capitale. Il plaît à celui qui deviendra empereur quelques mois plus tard, l’hôtel ayant servi de refuge aux enfants de sa tendre Joséphine pendant son séjour en prison en 17944.
La double impulsion donnée par Napoléon et Lacépède pose les jalons de l’institution à venir, avec les valeurs fondamentales du mérite et de la solidarité entre les membres de l’ordre. 

Contrairement à tous ceux qui lui ont succédé, exclusivement des militaires, Lacépède est un savant. Élevé par un père humaniste, féru de musique et de sciences physiques, il a une formation de zoologue et travaille notamment aux côtés de Buffon à l’élaboration de son Histoire naturelle (36 volumes parus de 1749 à 1789). Il s’adonne à sa tâche de chancelier avec une dévotion papale jusqu’aux Cents-Jours, essuyant les refus systématiques de l’empereur à ses demandes de démission.

Paulin Guérin (d’après Louis Hersent), Bernard-Germain-Étienne de la Ville-sur-Illon , comte de Lacépède (1756-1815), 1842, huile sur toile, 63 x 52 cm, Paris, musée de la Légion d’honneur (dépôt du musée national du Château de Versailles)

En 1814, après la défaite de Napoléon, les Alliés entrent dans Paris. Les jeunes nobles prussiens de la Coalition s’installent à l’hôtel de Salm, comme pour venger leur lointain aïeul.

Généraux et maréchaux accèdent à la charge de Grand Chancelier de l’ordre tout au long des XIXe et XXe siècles. On retrouve parmi eux un certain nombre de noms illustres, tels Exelmans ou Molitor qui ne sont pas sans évoquer aujourd’hui une promenade dominicale dans les grandes avenues autour de la bibliothèque Marmottan.

On assiste au fil des pages aux différents débats qui ont marqué l’histoire du bâtiment autour de sa réhabilitation sous l’Empire et de l’attribution de son budget de rénovation (alloué avec une extrême parcimonie  par l’empereur, réputé mauvais payeur), ou encore de la terrible joute opposant, sous la Troisième République, le directeur des Beaux-Arts Philippe de Chennevières au terrible architecte en chef François-Anastase Mortier, au cours de laquelle les mots de « chicanier », « harassant », « mielleux » et « liardeur »5  furent prononcés.

Décret impérial du 24 messidor an XII relatif aux cérémonies publiques, préséances, honneurs civils, Paris, musée de la Légion d’honneur

L’importance de la décoration est mise en avant dans le chapitre sur le mobilier, où l’on peut se rendre compte des volontés du Grand Chancelier Joseph Vinoy. Nommé en 1871 par Adolphe Thiers, celui dont le principal fait d’armes fut d’avoir participé à la prise d’Alger en 1830, fut le chef d’orchestre de la réhabilitation de l’hôtel de Salm après l’incendie communard. Une grande campagne de dons est lancée, permettant de réunir une importante collection de meubles Empire qui vient insister sur la fonction institutionnelle plutôt que sur le passé frivole de l’édifice. Le Louvre offre des œuvres, tout comme la Manufacture de Sèvres ou le célèbre philanthrope Richard Wallace, qui participent chacun à leur manière à la création du palais de la Légion d’honneur.

L’avant-dernier chapitre du livre est consacré au musée de la Légion d’honneur à proprement parler. Inauguré le 23 mars 1925 par le président de la République Gaston Doumergue, il est définitivement installé dans l’aile est du palais, après plusieurs projets d’exhibition de décorations, notamment lors de l’Exposition universelle de 1889. Son objectif principal est de célébrer et commémorer le souvenir des légionnaires6 et de faire vivre la mémoire de l’ordre au-delà de l’exposition des simples médailles – un but, avouons-le, pas facile à atteindre.

Carl Van Loo, La Fondation de l’ordre du Saint Esprit le 31 décembre 1578 par Henri III, sans date, huile sur toile, 480 x 350 cm, Paris, musée de la Légion d’honneur
Manteau de chevalier de l’ordre du Saint-Esprit, Paris, musée de la Légion d’honneur

Aujourd’hui, le musée offre un parcours chronologique avec de très riches collections. La plus belle pièce est sans doute le très impressionnant grand manteau de l’ordre du Saint-Esprit, présenté comme sortant directement du magnifique tableau de Carl Van Loo accroché à côté. 

Si vous quittez l’hôtel de Salm en bateau et descendez la Seine, vous arriverez (après six mois de navigation environ) dans la baie de San Francisco. Vous serez accueilli par le Legion of Honor, copie presque identique de l’hôtel de Salm. Initialement prévu pour accueillir le nouveau musée des beaux-arts de San Francisco, ce fac-similé américain a finalement été transformé en maison de la culture européenne et commémore les 3 500 soldats californiens morts pour la France durant le Première Guerre mondiale. Ce parallèle entre les deux palais clôt le dernier chapitre, et notre article par la même occasion.  

Le Legion of Honor à San Francisco, © Wikimedia Commons cc-by-3.0

Image du bandeau : Façade du musée de la Légion d’honneur, prise le 30 mars 2010, © Wikimedia Commons cc-by-3.0
Toutes les photographies prises au musée de la Légion d’honneur sont de Léo Savigny.

  1. Bien que le  prestige de la Légion d’honneur, accordée à près d’un million de Français depuis sa création, soit de plus en plus débattu à l’heure actuelle, elle reste dans l’imaginaire collectif un symbole fort de mérite ou de service rendu à la nation. []
  2. Joëlle Barreau, Anne Chefdebien, Jacques Foucart, Jean-Pierre Samoyault, L’Hôtel de Salm, palais de la Légion d’honneur, Paris, Éditions Monelle Hayot, 2009, p. 37. []
  3. Il fut d’ailleurs responsable de la dilapidation des collections de mobilier XVIIIe, vendues au plus offrant pour éponger ses nombreuses dettes. []
  4. Joëlle Barreau, Anne Chefdebien, Jacques Foucart, Jean-Pierre Samoyault, op. cit., p. 68. []
  5. Joëlle Barreau, Anne Chefdebien, Jacques Foucart, Jean-Pierre Samoyault, op. cit., p. 176. []
  6. Le terme ne caractérise pas seulement les soldats de la Légion étrangère, mais aussi les membres de la Légion d’honneur, généralement les chevaliers. []

Portrait d’artiste : Tatiana Probst

Née au sein d’une famille d’artistes1, fille de compositeur, Tatiana Probst s’initie très tôt à la musique et, dès l’âge de neuf ans, écrit son premier morceau, une Valse pour accordéon.

Menant de front des études de piano et de chant, elle apprend la composition au conservatoire de Levallois-Perret avant d’obtenir en 2013 son master en chant au Conservatoire national supérieur de Paris (CNSMDP).

En train de composer au piano de la Villa Marmottan ; photographies de Léo Savigny, 16 février 2024

C’est donc non seulement une compositrice, mais aussi une chanteuse lyrique2 et une pianiste (double talent qui lui permet de s’accompagner elle-même !), que l’Académie des beaux-arts a recrutée pour la résidence 2023-2024 de la Villa Marmottan.

Pour son premier disque, The Matter of Time Project, sorti en 2022, Tatiana avait enregistré plusieurs de ses partitions de musique de chambre pour cordes, piano, saxophone…, ainsi qu’une œuvre pour soprano (elle-même) et orchestre3. Ne faisant pas mystère de ses influences – de Wagner à Dutilleux, en passant par le jazz –, elle y déployait néanmoins déjà un univers bien à elle.

« Le rythme, l’harmonie et la ligne musicale sont ce qu’il y a de plus important », explique celle qui dit écrire « ce qu’[elle] veu[t] entendre »…

Pochette du premier disque de Tatiana Probst, The Matter of Time Project (2022)

Tatiana a mis à profit son séjour à la Villa Marmottan pour composer son dernier opus, consacré à la voix.

L’année prochaine, le 13 septembre 2024 exactement, sera créée dans le grand auditorium de Radio France son œuvre Du gouffre de l’aurore pour orchestre et chœur d’enfants : https://www.maisondelaradioetdelamusique.fr/evenement/berlioz-les-nuits-dete?s=746712.


Pour mieux connaître le travail et la personnalité de Tatiana, vous pouvez visionner la vidéo ci-dessous, réalisée par notre stagiaire Léo Savigny.

Image du bandeau : Tatiana Probst, photographié par Léo Savigny le 16 février 2024


  1. Pour les ramifications de l’arbre généalogique, voir le site internet de la famille Casadesus : https://casadesus.com/. []
  2. En 2019, elle s’est produite sur la scène du Théâtre des Champs-Élysées dans le rôle de Javotte (Manon de Massenet) et sur celle de l’Opéra de Lille dans le rôle de Papagena (La Flûte enchantée de Mozart). []
  3. À écouter à l’adresse suivante : https://urlr.me/dqNXZ ; consulté le 30 mai 2024. []

Trois nouvelles résidences de trois mois à la Villa Marmottan

Trois résidences de trois mois sont proposées l’an prochain à la Villa Marmottan.
Elles concernent les disciplines suivantes : architecture, design et paysagisme.


1ère résidence : du 2 septembre 2024 au 30 novembre 2024
2e résidence : du 9 décembre 2024 au 22 mars 2025
3e résidence : du 2 avril 2025 au 30 juin 2025


Chaque résidence comprend :

– la mise à disposition à titre gracieux d’un atelier-appartement ;
– le versement d’une bourse de 1 500 € bruts ;
– le versement d’une aide à la production pouvant aller jusqu’à 2 500 € bruts toutes charges comprises ;
– la possibilité d’échanger avec les artistes de l’Académie des beaux-arts et ceux des autres programmes d’artistes en résidence.


Le dossier de candidature, rédigé en français, est constitué de :

– un curriculum vitae ;
– un dossier artistique ;
– une note d’intention ;
– une ou deux lettres de recommandation.

Les candidatures sont à adresser jusqu’au 23 juin mai 2024 par courrier électronique à alexandra.poulakos@academiedesbeauxarts.fr.

Les noms des lauréats seront annoncés début juillet 2024.


Image du bandeau : détail de la façade de la villa Marmottan photographié par Daniele Rocco

Portrait d’artiste : Paul Dubois

Paul Dubois était-il destiné à devenir sculpteur ? Son homonyme, qui s’illustra au XIXe siècle dans la statuaire1, pourrait sembler lui avoir ouvert la voie, mais leurs arts respectifs sont en réalité bien peu comparables… Foin donc de la coïncidence et concentrons-nous plutôt sur notre pensionnaire !

Vue de l’atelier de Paul Dubois à la Villa Marmottan, le 27 mai 2024
Accrochées au mur de l’atelier, deux de ses œuvres : Le milieu et le sens de la mesure (2019, tirages numériques encadrés) et Sans titre (2019, acier) ; les autres sont en cours d’élaboration

Né à Saint-Raphaël, dans le Var, Paul suit d’abord une formation de ferronnier avant d’intégrer l’École des beaux-arts de Montpellier, dont il sort diplômé en 2019.

S’il a été recruté à la Villa Marmottan en tant que sculpteur, cette activité ne saurait toutefois résumer à elle seule l’étendue de sa création. S’exprimant aussi bien par la photographie, la vidéo ou l’installation, Paul Dubois est en effet un artiste moins préoccupé par la matière que par l’environnement et les relations que l’individu peut entretenir avec lui.

Détail d’une œuvre en cours d’élaboration, 27 mai 2024

Semblable aux artistes minimalistes et conceptuels, il ne s’intéresse guère à la représentation figurative et préfère réfléchir, lui qui a toujours été passionné par les outils manuels, à la manière dont la forme définit la fonction et la fonction induit la forme.

Pavés parisiens et silex du jardin…
Paul travaillant à l’une de ses œuvres sous l’objectif de Léo Savigny, le 12 février 2024

Mais si sa production découle du concept, des procédés qu’il élabore, il veille à laisser toute sa place à « la beauté et à la magie du matériau » ainsi qu’au hasard. Et dans son rapport au monde, où il prend parfois son propre corps comme objet, la dimension ludique n’est jamais loin : « Il s’agit de jouer, de pratiquer l’espace, de le traverser, confie-t-il. Éveiller la perception dynamique, cultiver une furtive ubiquité, entretenir cet œil oblique et tisser du lien entre les choses. »

Sur l’établi, trois œuvres achevées en attente de titre, 27 mai 2024

Pour mieux connaître le travail et la personnalité de Paul, vous pouvez visionner la vidéo ci-dessous, réalisée par notre stagiaire Léo Savigny.

Image du bandeau : Paul Dubois, photographié par Léo Savigny le 12 février 2024


  1. On lui doit notamment le fameux Chanteur florentin du XVe siècle (1865) ainsi qu’une statue équestre de Jeanne d’Arc (1895) fondue en quatre exemplaires. []

Actualités, recherches et événements

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search