La Maison de l’Empereur

En 2018-2019, la très riche exposition « Napoléon. Art et vie de cour au palais impérial » avait su séduire le public aussi bien canadien (Montréal), qu’américain (Richmond et Kansas City) et français (Fontainebleau). Pour tous ceux qui n’ont pas eu la chance de la voir, il reste son catalogue non moins riche et intitulé Napoléon. La Maison de l’Empereur1. Placé sous la direction de Sylvain Cordier – et largement écrit par lui –, l’ouvrage se compose de quatre sections (plus un épilogue) : « La Maison de l’Empereur : Portraits », « La Maison en ses palais », « Art et majesté » et « Servir la famille impériale ». Si toutes sont passionnantes, nous avouons avoir été particulièrement sensible aux deux premières en raison de leur dimension pédagogique. Ce billet ne se voulant ni une recension ni un résumé, nous nous contenterons de revenir sur les grandes figures de la Maison de l’Empereur2 en espérant susciter l’envie chez nos lecteurs de pousser plus loin et de plonger, à leur tour, dans ce catalogue qui constitue, à coup sûr, une référence en la matière.

Jacques-Louis David, Napoléon dans son cabinet de travail, 1812, huile sur toile, 204 x 125 cm, Washington, National Gallery of Art

Très inspirée par les usages en cours sous l’Ancien Régime, la Maison de l’empereur est fondée aussitôt l’Empire proclamé3. Basée sur l’Étiquette du palais impérial, publiée pour la première fois en mars 1805 sous la direction de Louis-Philippe de Ségur, Grand maître des cérémonies, elle n’est en fait que la mise à jour de la Maison du roi. De fait, presque tous les Grands officiers sont issus de la noblesse et, dans un premier temps, leurs personnels s’efforcent de rassembler souvenirs et documentation afin de perpétuer au mieux la tradition des honneurs à rendre au monarque de France.

« On imagine la frénésie des nouveaux courtisans et des Grands officiers de la Maison à peine nommés, lancés dans des recherches historiques, cherchant pour certains dans leur propre mémoire d’anciens courtisans de Louis XVI, ou auprès des témoins des usages de la cour de Versailles, consultant aussi la diplomatie étrangère pour connaître les règles des autres monarchies européennes, dans le dessein de recomposer un règlement solennel et convaincant au service de la majesté récemment recréée. » (Sylvain Cordier, ibid. p. 23.)

L’idée d’un appareil courtisan avait commencé à faire son chemin peu après le coup d’État du 18 Brumaire. Alors qu’entre 1792 et 1799, tous les dirigeants s’étaient bien gardés de recréer le principe d’une Maison, l’entourage du Premier consul y pense très sérieusement. La démarche n’a rien d’évident tant Napoléon Bonaparte est un « travailleur acharné, reclus dans son bureau », « [guère] amateur de réceptions ni de conversations mondaines, encore moins de l’idée d’un spectacle permanent autour de sa personne »4. Mais les partisans de cette nouvelle Maison ont pour eux Joséphine, qui rayonnait déjà dans les salons du Directoire et qui entend bien, dans ses nouveaux atours d’impératrice, donner encore plus de faste aux fêtes et au luxe qu’elle aime tant. Par ailleurs, elle n’ignore pas – et saura rapidement en convaincre son époux – l’importance politique du décorum. La constitution de la Maison de l’empereur relève donc en grande partie d’une décision stratégique.

Jean-Baptiste Debret, Première distribution des décorations de la Légion d’honneur dans l’église des Invalides, le 14 juillet 1804, 1812, huile sur toile, 403 x 531 cm, Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon, © Wikimedia Commons cc-by-3.0

Alors que seule une poignée de domestiques entourait le Premier consul, ils ne sont pas moins de 176 à se presser aux Tuileries au début de l’année 18045. Le temps paraît loin où Napoléon et Joséphine habitaient un modeste appartement du Petit-Luxembourg6. Désormais, ils résident, depuis février 1800, dans le « gigantesque château édifié au bout du Louvre »4. Un château qui ne tarde pas à devenir un palais, comme l’explique fort bien Sylvain Cordier dans le premier chapitre de « La Maison en ses palais ». En effet, alors que l’Ancien Régime avait réservé l’appellation « palais » aux seuls édifices situés dans les limites médiévales de Paris (le palais de la Cité, laissé au parlement, et le palais du Louvre), laissant aux autres lieux de villégiature royale le terme de « château » (tel le château de Versailles, par exemple), Napoléon fait évoluer ce principe en vertu du Ubi Caesar, ibi Roma est. À présent, « c’est la présence du souverain qui “fait” le palais, sans relation aucune avec la localisation dans ou hors de la capitale »7.

Contrairement à la Maison du roi, très critiquée tout au long du siècle précédent tant en raison de ses dépenses somptuaires inconsidérées que de ses archaïsmes, la Maison consulaire se distingue par une administration « irréprochable » et la Maison de l’empereur s’avère « un objet unique, à la fois pétri de traditions et profondément novateur »5. C’est que Napoléon entend tout de même se distinguer des précédents monarques et, pour cela, crée de nouvelles fonctions (les membres de la Maison devenant d’ailleurs davantage des fonctionnaires que des courtisans). Si l’empereur reprend la Liste civile fixée par les conventionnels pour le compte de Louis XVI et qu’il renoue avec les habitudes saisonnières de l’Ancien Régime (résidences à Fontainebleau, Rambouillet, Compiègne ou encore Saint-Cloud), il prend soin de doter sa Maison d’une intendance, bientôt dirigée par le fidèle Pierre-Antoine-Noël Daru (1805-1811)8. L’institution elle-même est divisée en six départements, avec chacun à sa tête un Grand officier : Grand aumônier, Grand maréchal du palais, Grand maître des cérémonies, Grand chambellan, Grand écuyer et Grand veneur.

Manufacture de Sèvres, Napoléon Ier, première moitié du XIXe siècle, plâtre, diamètre : 9,3 cm, Paris, Petit Palais, CC0 Paris Musées / Petit Palais, musée des Beaux-Arts de la Ville de Paris

Le Grand aumônier
C’est à Joseph Fesch, demi-frère de Madame Mère, que revient le poste de Grand aumônier. Chassé de Corse (comme les autres Bonaparte) par les paolistes en 1793 , ce prêtre ajaccien s’enrôle dans l’armée de la République avant de renouer, lorsque son neveu Napoléon accède au pouvoir, avec ses fonctions ecclésiastiques. Fesch participe alors à la négociation du Concordat en 1801, puis est envoyé comme ambassadeur à Rome en 1803. Devenu cardinal, il négocie la venue du pape Pie VII au couronnement de l’empereur, avant d’être nommé Grand aumônier en juillet 1804. À ce titre, il dirige le culte à la cour et administre les sacrements à la famille impériale. Trois ans plus tard, afin de donner davantage de prestige encore à sa fonction, Napoléon le fait prince français.

Charles Meynier, Portrait de Joseph Fesch, prince français, Grand aumônier, en habit de cardinal, 1806, huile sur toile, 219 x 141,5 cm, Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon, © Wikimedia Commons cc-by-3.0

Le Grand maréchal du palais
Le Grand maréchal du palais a pour attributions, selon l’Étiquette du palais impérial, le commandement militaire dans les palais impériaux d’une part, et le « service de la bouche » d’autre part, mais aussi « le chauffage, l’éclairage, l’argenterie, la lingerie et la livrée »9. Accompagnant l’empereur dans tous ses déplacements afin de lui offrir les meilleures conditions de vie et de travail possibles, le Grand maréchal a donc la tâche considérable de gérer aussi bien l’aménagement et la décoration des palais que leur approvisionnement (préparation et service des repas) et leur sécurité (police, garde du souverain).
Le poste, qui réunit en fait deux fonctions distinctes sous l’Ancien Régime, celle du Grand maître de France (service de la bouche) et celle du prévôt de l’Hôtel du roi (sécurité), est de fait le plus important et le plus lourd en responsabilités des six charges que compte la Maison de l’empereur – il est aussi celui qui « révèle le plus le caractère militaire de la vie de cour voulue par Napoléon »10.
Le premier Grand maréchal est le général Géraud-Christophe-Michel Duroc. De petite noblesse, du Roc fait d’abord carrière dans les armes : après une brève émigration au moment de la Révolution, il rentre en France et devient l’aide de camp de Napoléon, qu’il a rencontré lors du siège de Toulon en 1793. Participant au coup d’État du 18 Brumaire, il est ensuite nommé gouverneur du palais des Tuileries dans la Maison du consul, charge qui annonce celle de Grand maréchal du palais qu’il obtient en juillet 1804. Particulièrement efficace et dévoué, Duroc entretient une relation privilégiée avec l’empereur – qui le remercie en le créant duc de Frioul en 1808 –, au point qu’il figure probablement au nombre de « ses rares amis véritables »11. N’ayant pas renié son passé militaire, il prend part aux campagnes de Russie et de Saxe, laquelle est le théâtre de sa mort le 13 mai 1813. Après un intérim assuré par Armand Caulaincourt, le général Henri-Gatien Bertrand devient le nouveau Grand maréchal du palais et sera le seul des Grands officiers à suivre Napoléon dans ses exils à l’île d’Elbe puis à Sainte-Hélène.

Antoine-Jean Gros, Portrait de Géraud-Christophe-Michel Duroc, duc de Frioul, en habit de Grand maréchal du palais, 1801-1805, Nancy, musée des Beaux-Arts, © Wikimedia Commons cc-by-3.0

Le Grand maître des cérémonies
Louis-Philippe de Ségur est le Grand maître des cérémonies durant tout l’Empire. Selon l’Étiquette, il est responsable de la définition et de la mise en scène du cérémonial, réglant notamment la question de la tenue à porter selon la circonstance. Assisté de maîtres des cérémonies mais aussi d’un dessinateur, en l’occurrence le peintre Jean-Baptiste Isabey, il gère un service qui doit souvent entreprendre des recherches historiques afin de s’inscrire dans les grandes traditions royales ou impériales européennes.
Fils d’un marquis maréchal de France et ministre de la Guerre sous Louis XVI, Ségur, à la différence de Duroc, est issu de la haute noblesse d’Ancien Régime. Sa connaissance intime des usages de la cour (Versailles, mais aussi Saint-Pétersbourg, où il est ambassadeur de 1785 à 1789) est évidemment un atout de première main pour sa charge. Favorable à la Révolution, il est nommé en vain ambassadeur au Vatican puis en Prusse, le pape comme Frédéric-Guillaume II refusant son entrée sur leurs territoires respectifs. Mais l’arrivée de Bonaparte au pouvoir le tire de sa retraite forcée et, dès l’instauration de l’Empire, il réussit à obtenir la charge de Grand maître des cérémonies.

Anonyme (Marie-Guillemine Benoist ?), Portrait de Louis-Philippe de Ségur, comte de l’Empire, en habit de Grand maître des cérémonies, 1806 (?), Versailles, musée national des châteaux de Versailles et d Trianon, © Wikimedia Commons cc-by-3.0

Le Grand chambellan
C’est à son ministre des Relations extérieures, Charles-Maurice de Talleyrand-Périgord, issu d’une très ancienne famille, que Napoléon confie le poste de Grand chambellan, avant de le remplacer en 1809, en raison de soupçons de trahison, par un autre noble qui se révèlera fiable et dévoué, le comte Élisabeth-Pierre de Montesquiou-Fezensac. S’occuper de la « chambre » de l’empereur signifie organiser les audiences, gérer la circulation des personnes au sein des palais, mais également veiller sur la garde-robe de Napoléon, ainsi que sur son cabinet particulier et sa bibliothèque (le bibliothécaire personnel de l’empereur faisant partie de ce service).

Pierre-Paul Prud’hon, Charles-Maurice de Talleyrand-Périgord, prince de Bénévent, en habit de Grand chambellan, 1807, huile sur toile, 212 x 138 cm, Paris, musée Carnavalet, CC0 Paris Musées / Musée Carnavalet – Histoire de Paris

Le Grand écuyer
À la tête de l’écurie impériale, du corps des écuyers comme du service des pages, se trouve le Grand écuyer chargé des voyages (chevaux, voitures, courriers) ainsi que des armes personnelles de l’empereur pendant les campagnes militaires. Issu de la noblesse picarde, Armand de Caulaincourt est en juillet 1804 le plus jeune des Grands officiers (il a alors 30 ans). Excellent cavalier et non moins bon administrateur, Caulaincourt devient rapidement l’un des hommes de confiance de Napoléon, qui le nomme ambassadeur en Russie en 1807, avant de le créer duc de Vicence en 1808.

Ferréol Bonnemaison, Portrait d’Armand de Caulaincourt, duc de Vicence, en habit de Grand écuyer, 1806, huile sur toile, 200 x 120 cm, collection particulière, © Wikimedia Commons cc-by-3.0

Le Grand veneur
Enfin, le maréchal Louis-Alexandre Berthier est nommé Grand veneur avec pour mission de s’occuper des chasses à courre et à tir dans les forêts domaniales.

Jacques-Augustin-Catherine Pajou, Portrait de Louis-Alexandre Berthier, prince de Neufchâtel, de Valengin et de Wagram, en habit de Grand veneur, 1808, huile sur toile, 215 x 133 cm, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon, © Wikimedia Commons cc-by-3.0

Au fil du temps, « la constitution de la nouvelle noblesse impériale appuie le prestige des fonctions au service de Napoléon »12 et l’Almanach impérial, publié chaque année, s’en fait l’écho. À partir de 1808-1809, les patronymes des Grands Officiers sont remplacés par les seuls titres récemment conférés : le cardinal Fesch est désormais prince français, Talleyrand prince de Bénévent, Duroc duc de Frioul, Berthier prince de Neufchâtel, etc. Mais au même moment, avec le mariage de Napoléon avec Marie-Louise d’Autriche en 1810, « le nombre de survivants de la cour de Versailles » invités à devenir chambellans ou dames du palais13 s’accroît » et le personnel de la Maison augmente considérablement (on passe ainsi de 7 chambellans en 1805 à 90 en 1812 !).

Il y aura donc eu deux cours sous Napoléon : la première, postrévolutionnaire, qui consacre le renouvellement des élites, et la seconde qui marque le retour en grâce – sinon toujours en force – de la noblesse d’Ancien Régime.


Image en bandeau : la quincaillerie marseillaise Maison Empereur, © Wikimedia Commons cc-by-4.0

  1. Remarquons toutefois que l’ouvrage ne reflète qu’assez peu l’exposition, chacun obéissant à sa propre logique. []
  2. Sur le même sujet, signalons le livre de Pierre Banda, Napoléon et ses hommes. La Maison de l’empereur, 1804-1815, Paris, Fayard, 2011. []
  3. « Servir à table, assister le roi dans son coucher, préparer son chemin d’un lieu à un autre deviennent les exercices d’un rite. À Versailles sous Louis XIV, Louis XV et Louis XVI, la Maison structure la vie de la cour et actionne les rouages du spectacle quasi permanent de la monarchie. » (cat. expo., p. 26). []
  4. Ibid., p. 26. [] []
  5. Ibid., p. 28. [] []
  6. Le Petit-Luxembourg est une dépendance du palais du Luxembourg. []
  7. Ibid., p. 62. []
  8. Avant lui : Charles-Pierre Claret de Fleurieu (1804-1805) ; après lui : Jean-Baptiste de Nompère de Champagny, duc de Bassano (1811-1814). « De ce service dépend le premier peintre Jacques-Louis David, les architectes des palais […] [Fontaine et Percier, notamment], l’administration du mobilier des palais, les médecins et chirurgiens de la cour et le notaire de l’Empereur. » (ibid., p. 28). []
  9. Cité dans ibid., p. 46 []
  10. Ibid., p. 34. []
  11. Ibid., p. 46. []
  12. Ibid., p. 40. []
  13. L’impératrice dispose en effet de sa propre Maison, même si celle-ci dépend en fait de celle de l’empereur. Les dames d’honneur et dames du palais sont le plus souvent les épouses de grands seigneurs de l’Ancien Régime qui ont rallié la cause de Napoléon, et plus rarement les femmes des maréchaux ou des généraux de l’Empire. []

OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Brice Ameille (16 novembre 2023). La Maison de l’Empereur. Bibliothèque et villa Marmottan. Consulté le 15 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/r8uq


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.