La figure de Napoléon dans la littérature de jeunesse (4/4)

Dossier pédagogique

LA CAMPAGNE D’ÉGYPTE DANS LA LITTÉRATURE DE JEUNESSE

Souhaitant développer le commerce de la France en Orient et affaiblir les Anglais, hostiles à la Révolution, qui y sont implantés, mais aussi parce qu’il commence à craindre la gloire naissante du vainqueur de la bataille du pont d’Arcole, le gouvernement du Directoire charge le général Napoléon Bonaparte de mener une importante expédition militaire.

De 1798 à 1801 a ainsi lieu la campagne d’Égypte, d’abord conduite par Bonaparte (1798-1799), puis par Jean-Baptiste Kléber (1799-1800) et, après l’assassinat de celui-ci, par Jacques-François de Menou (1800-1801).

Le contrôle de la route des Indes n’est néanmoins pas le seul objectif : l’expédition poursuit également des buts scientifiques et Bonaparte emmène avec lui plus de cent cinquante savants, ingénieurs et artistes qui ont pour mission d’étudier l’Égypte et sa civilisation. C’est lors de cette expédition qu’est découverte la célèbre pierre de Rosette, que déchiffrera plus tard le plus grand égyptologue de l’époque, Jean-François Champollion.

Dans les livres pour enfants consacrés à la geste napoléonienne, cette campagne d’Égypte est souvent évoquée à travers la bataille des Pyramides (21 juillet 1798) ou la bataille d’Aboukir (25 juillet 1799), plus rarement à travers le siège de Jaffa et son épidémie de peste (3-7 mars 1799). À plusieurs reprises également, le face-à-face du général Bonaparte et du Sphinx de Gizeh est représenté.


La bataille des pyramides

Georges Montorgueil et Job, Murat, Paris, Hachette et Cie, 1903
(source : gallica.bnf.fr / BnF)

Au sphinx de granit du pays des Pharaons, le vainqueur d’Italie, Bonaparte, est allé demander le secret de sa destinée. […] Dans le désert mystérieusement jalonné de tombes royales, les pas de nos soldats font tourbillonner la poussière de quarante siècles.

Les troupes françaises ont débarqué à Aboukir. En s’élançant à leur rencontre, Bonaparte a dit à Murat : « De cette journée dépend le sort du monde. » – « Nous sentons la nécessité de vaincre et nous vaincrons », a répondu Murat. Il bouscule les Turcs, les jette à la mer, leur fait des prisonniers, leur prend des canons et des drapeaux. […]
Ce fut ainsi que le 25 juillet 1799, à Aboukir, victoire décisive pour la République, Murat gagna ses épaulettes de général de division.


Édouard Driault et André Collot, Imagier de Napoléon, édition de 1929
(source : bibliothèque Marmottan)

Pour assurer la paix générale, il n’y avait plus que l’Angleterre à vaincre. Bonaparte pensa la réduire en la menaçant dans l’Inde qu’elle venait de conquérir. La vraie route de l’Inde est celle qui passe par la Méditerranée et l’Égypte.
L’Égypte a aussi une grande valeur par elle-même. Elle a des ressources abondantes et une vieille histoire. 2 000 ans avant Jésus-Christ, ses Pharaons lui avaient donné une admirable prospérité, et les Pyramides demeuraient les témoins de ces temps glorieux.
Bonaparte emmena avec son armée l’élite des savants de France et une centaine de jeunes élèves de l’École Polytechnique. Car il voulait entreprendre l’étude du passé et des richesses de la vallée du Nil. […]
Près du Caire, en vue des Pyramides, l’armée des Mameluks était rangée ; elle comprenait surtout une innombrable cavalerie.
« Soldats, dit Bonaparte, du haut de ces Pyramides, quarante siècles vous contemplent. »

Et toute l’Égypte fut bientôt au pouvoir de Bonaparte. Il en organisa très habilement l’administration. Il fonda l’Institut d’Égypte pour en étudier les ressources et en préparer la meilleure exploitation. Il alla visiter la région de Suez ; il fit commencer les travaux qui devaient aboutir plus tard au percement du Canal pour ouvrir la grande route de l’Inde.
[…] Mais il échoua devant Saint-Jean-d’Acre […] il laissa l’armée d’Égypte sous le commandement de Kléber […] et rentra en France au mois d’octobre 1799.


La campagne d’Égypte vue par Job et Jules de Marthold dans Le Grand Napoléon des petits enfants :


Honoré de Balzac, Napoléon. Son histoire racontée par un vieux soldat dans une grange…, Paris, éditions Du-Chartre et Van Buggenhoudt, 1927
(photographie : bibliothèque Marmottan)

« […] Et l’on arrive à Toulon, route d’Égypte. Pour lors, les Anglais avaient tous leurs vaisseaux en mer. Mais, quand nous nous embarquons, Napoléon nous dit :
– Ils ne nous verront pas, et il est bon que vous sachiez, dès à présent, que votre général possède une étoile dans le ciel qui nous guide et nous protège !
Qui fut fit fut fait. En passant sur la mer, nous prenons Malte, comme une orange pour le désaltérer de sa soif de victoire, car c’était un homme qui ne pouvait pas être sans rien faire. Nous voilà en Égypte. Bon, là, autre consigne. Les Égyptiens, voyez-vous, sont des hommes qui, depuis que le monde est monde, ont coutume d’avoir des géants pour souverains, des armées nombreuses comme des fourmis ; parce que c’est un pays de génies et de crocodiles, où l’on a bâti des pyramides grosses comme nos montagnes, sous lesquelles ils ont eu l’imagination de mettre leurs rois pour les conserver frais […] en débarquant, le petit caporal nous dit :
– Mes enfants, les pays que vous allez conquérir tiennent à un tas de dieux qu’il faut respecter, parce que le Français doit être l’ami de tout le monde, et battre les gens sans les vexer. Mettez-vous dans la coloquinte de ne toucher à rien, d’abord ; parce que nous aurons tout après ! Et marchez !
Voilà qui va bien. Mais tous ces gens-là, auxquels Napoléon était prédit sous le nom de Kébir-Bonaberdis, un mot de leur patois qui veut dire « le sultan fait feu », en ont une peur comme du diable. […] »


Extrait de L’Histoire de France en 100 tableaux, édition de 189?

Bonaparte souffrait d’être emprisonné en Égypte et de ne recevoir du Directoire ni secours, ni nouvelles. Cependant, il apprit qu’en son absence la Vendée s’était de nouveau soulevée, que l’Europe avait de son côté formé une seconde coalition […]. À ces nouvelles, laissant le commandement de l’armée à Kléber, il quitta brusquement l’Égypte, passa comme par miracle à travers la flotte anglaise, et débarqua en France, où sa présence fut saluée par un enthousiasme universel.


Robert Burnand, Napoléon, imagé par Jean-Jacques Pichard, Paris, Gründ, 1936
(photographie : bibliothèque Marmottan)

Revenu en France précédé d’une éblouissante renommée, Bonaparte sentit pourtant l’indifférence et presque l’hostilité du Directoire. Il ne lui en fallut pas plus pour le décider à chercher ailleurs d’autres rayons à sa gloire. Pensait-il sérieusement à fonder en Égypte un empire à sa taille, ou ne voulait-il que barrer la route des Indes à la flotte anglaise ? On ne le sait, mais on imagine mal ce que durent penser les Français paisibles et casaniers, quand on leur raconta que nous envoyions une immense armée en Égypte. Le Directoire, heureux au fond d’être débarrassé du Bonaparte, laissa faire, et le Corse, de nouveau, s’embarqua vers l’aventure.
Bonaparte y emmena ses meilleurs soldats et toute une équipe de savants, d’astronomes et de peintres. Les Turc qui occupaient l’Égypte furent à la mer et les soldats de France campèrent à l’ombre pointue des Pyramides. […] Bonaparte, à pied, les précédait. Il savait bien qu’il combattait pour la gloire et que, du haut des Pyramides, toute l’histoire du monde le contemplait.


Manuel, Histoire aussi intéressante qu’invraisemblable de l’intrépide Capitaine Castagnette, neveu de l’homme à la tête de bois, illustrée de vignettes sur bois par Gustave Doré, Paris, Hachette, 1862
(source : gallica.bnf.fr / BnF)

C’est à l’hôpital de Jaffa que nous retrouvons le brave Castagnette. La peste fait d’effroyables ravages ; l’armée est décimée par cet épouvantable fléau, qui semble prendre à tâche de venger les Turcs. Où la mitraille a été impuissante, la peste triomphe ; invisible ennemie, elle frappe de tous les côtés à la fois. C’est un spectacle navrant que celui de ce trop célèbre hôpital de Jaffa, et il faut avoir plus que du courage pour y entrer.

Bonaparte, cependant, accompagné des généraux Bessières et Berthier, de l’ordonnateur Daure et du médecin en chef Desgenettes, parle aux plus malades et touche leurs plaies pour les encourager. […]
Il aperçoit Castagnette et s’approche de lui. […]

– Desgenettes, dit Bonaparte au médecin chef qui se tenait près de lui, faites tout ce que vous pourrez pour sauver cet homme : c’est un de mes plus braves officiers, et je tiens à lui. Vous m’entendez !
Et Bonaparte passa après avoir serré la main du pestiféré.

– Eh bien ! nous allons rire », reprit Desgenettes en sortant sa trousse et en appelant ses aides. La vue seule des bistouris, ciseaux, scalpels, scies, lancettes, etc., que le docteur étala devant lui, aurait fait reculer les plus résolus. Castagnette ne broncha pas, et c’est en sifflant La Marseillaise qu’il reçut le premier coup de bistouri. Une heure après, il avait l’estomac doublé de cuir ; il était sauvé !


Honoré de Balzac, Napoléon. Son histoire racontée par un vieux soldat dans une grange…, Paris, éditions Du-Chartre et Van Buggenhoudt, 1927
(photographie : bibliothèque Marmottan)

« Alors nous nous sommes mis en ligne à Alexandrie, à Giseh et devant les Pyramides. Il a fallu marcher sous le soleil, dans le sable, où les gens sujets d’avoir la berlue voyaient des eaux desquelles on ne pouvait pas boire, et de l’ombre que ça faisait suer. Mais nous mangeons le mamelouk à l’ordinaire et tout plie à la voix de Napoléon, qui s’empare de la haute et basse Égypte, l’Arabie, enfin jusqu’aux capitales des royaumes qui n’étaient plus, et où il y avait des milliers de statues […]. Pendant qu’il s’occupe de ses affaires dans l’intérieur, où il avait idée de faire des choses superbes, les Anglais lui brûlent sa flotte à la bataille d’Aboukir […]. Mais Napoléon qui avait l’estime de l’Orient et de l’Occident, que le pape l’appelait son fils et le cousin de Mahomet son cher père, veut se venger de l’Angleterre et lui prendre les Indes pour se remplacer de sa flotte. Il allait nous conduire en Asie, par la mer Rouge, dans des pays où il n’y a que des diamants, de l’or, pour faire la paye aux soldats, et des palais pour étapes, lorsque le Mody [démon] s’arrange avec la peste, et nous l’envoie pour interrompre nos victoires. Halte ! Alors, tout le monde défile à c’te parade d’où l’on ne revient pas sur ses pieds… Le soldat mourant ne peut pas te prendre Saint-Jean-d’Acre, où l’on est entré trois fois avec un entêtement généreux et martial. Mais la peste était la plus forte […]. Tout le monde se trouvait très malade. Napoléon seul était frais comme une rose, et toute l’armée l’a vu buvant la peste que ça lui fit rien du tout.
Ah ça ! mes amis, croyez-vous que c’était naturel ? »


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Brice Ameille (5 octobre 2022). La figure de Napoléon dans la littérature de jeunesse (4/4). Bibliothèque et villa Marmottan. Consulté le 15 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/r8th


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.