Guillaume Guillon-Lethière, le peintre de l’émancipation

À la mémoire de Geneviève Capy, Florent Laballe et Bruno Foucart

Ce jeudi 1er février 2024, dans le cadre du 220e anniversaire de l’indépendance d’Haïti et du 230e anniversaire de la première abolition de l’esclavage1, mais aussi pour célébrer les 200 ans du don du tableau à la république d’Haïti, a eu lieu à la Maison de l’UNESCO (Paris, VIIe arrondissement) la première du documentaire de Claude Ribbe Lethière. Le Serment des ancêtres.

Julien Léopold Boilly, Guillaume Guillon Lethière, 1822, lithographie, New York Public Library, © Wikimedia Commons cc-by-3.0

Retraçant la vie remarquable du peintre Guillaume Guillon Lethière (1760-1832)2, fils naturel du procureur du roi à la Guadeloupe et d’une esclave affranchie, le film prend pour point de départ mais aussi pour point d’arrivée son chef-d’œuvre, Le Serment des ancêtres, à la destinée extraordinaire.

Cette toile monumentale, qui représente l’alliance conclue en novembre 1802 entre le militaire mulâtre Alexandre Pétion et le général noir Jean-Jacques Dessalines3 pour chasser les troupes françaises, est offerte par l’artiste en 1823 à la république d’Haïti comme un hommage personnel à la révolution contre l’esclavage menée par les habitants de l’île.

Redécouvert seulement en 1991 grâce à la vigilance de Geneviève Capy et Florent Laballe4, qui le retrouva à la cathédrale de Port-au-Prince, le tableau fut envoyé en France pour restauration avant de retrouver sa patrie d’origine. Très gravement endommagé durant le terrible tremblement de terre de 2010, il a été miraculeusement sauvé par une équipe aguerrie du C2RMF. L’ambition de Claude Ribbe est désormais que les Haïtiens puissent pleinement profiter de ce véritable trésor national et que l’œuvre, actuellement déposée à la Banque de la République d’Haïti, puisse être accueillie dans un lieu accessible à tous.

Guillaume Guillon Lethière, Le Serment des ancêtres, 1822, huile sur toile, 400 x 300 cm, Haïti, Banque de la République d’Haïti, © Wikimedia Commons cc-by-3.0

Si nous nous faisons l’écho de ce documentaire, c’est notamment parce que notre directeur, Adrien Goetz, très attaché depuis longtemps à la figure de Guillon Lethière, a été l’un des spécialistes interrogés par Claude Ribbe au cours de son enquête.

Mais c’est aussi parce que son prédécesseur Bruno Foucart fut celui qui dirigea les recherches de Geneviève Capy, si essentielles dans la redécouverte du Serment des ancêtres.

Guillon Lethière, c’est donc un peu, pour la bibliothèque Marmottan, comme un grand-oncle bien-aimé qu’on ne veut surtout pas oublier…

Claude Ribbe et Adrien Goetz discutent du peintre Guillon Lethière dans la salle de lecture de la bibliothèque Marmottan, le 22 septembre 2023, photographie de Brice Ameille

Outre le documentaire, prochainement diffusé sur France Télévision, un livre va paraître et une exposition monographique va se tenir, des deux côtés de l’Atlantique, à Williamstown (Clark Art Institute) et à Paris (Louvre5), avant, peut-être, de connaître une troisième étape en Guadeloupe, terre natale de Guillon Lethière.


  1. Avant le décret du 27 avril 1848 porté par Victor Schoelcher, l’esclavage fut effectivement aboli une première fois dans le sillage des acquis révolutionnaires, en 1794. Voir : https://www2.assemblee-nationale.fr/14/evenements/2016/abolition-de-l-esclavage-1794-et-1848/1794-la-premiere-abolition (consulté le 2 février 2024). À ces deux anniversaires s’ajoute un troisième, celui célébrant les trente ans du programme de l’UNESCO, lancé en 1994, « Les Routes des personnes mises en esclavage : résistance, liberté, héritage ». Voir : https://www.unesco.org/fr/routes-enslaved-peoples (consulté le 2 février 2024). []
  2. Né esclave, Guillon Lethière devient l’un des peintres les plus réputés et célébrés de son temps. Outre une carrière picturale couronnée d’honneurs, il dirige l’Académie de France à Rome de 1807 à 1816, est élu membre de l’Académie des beaux-arts en 1818, puis est nommé professeur à l’École des beaux-arts en 1819. []
  3. Celui-ci sera brièvement empereur d’Haïti sous le nom de Jacques Ier, avant de mourir assassiné en 1806. []
  4. Avant la projection de son film, Claude Ribbe a raconté comment il avait été contacté il y a une vingtaine d’années par Geneviève Capy qui s’était passionnée pour Guillon Lethière après avoir découvert son existence par son ami guadeloupéen Florent Laballe. Dans sa thèse, celle-ci le remercie ainsi : « Notre gratitude et notre reconnaissance vont tout particulièrement à M. Gérard-Florent Laballe avec lequel toutes nos recherches ont été menées et sans qui Lethière serait toujours dans l’oubli où il est tombé depuis si longtemps. » (Guillaume Guillon Lethière, peintre d’histoire (1760-1832), Université Paris IV-Sorbonne, thèse de doctorat, 1997, vol. 1, p. 4-5). []
  5. L’escale parisienne est prévue de novembre 2024 à février 2025. []

OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Brice Ameille (2 février 2024). Guillaume Guillon-Lethière, le peintre de l’émancipation. Bibliothèque et villa Marmottan. Consulté le 15 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/vqpg


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.