La Colonne Vendôme. La Grande Armée de bronze, 2022, Norma éditions

C’est, comme l’on dit, un bel objet, particulièrement élégant et soigné que les éditions Norma offrent au lecteur en proposant cet ouvrage collectif consacré à la célèbre – mais si méconnue – colonne Vendôme.
Les photographies y sont remarquables et l’on peut affirmer, sans exagérer, qu’on n’a jamais si bien vu le monument à la gloire de la Grande Armée napoléonienne. David Bordes, leur auteur, a en effet profité de la restauration (2014-2016), supervisée par l’architecte en chef des monuments historiques Christophe Bottineau, pour réaliser une campagne photographique inédite et véritablement exceptionnelle tant par son ampleur que par sa qualité.

Colonne Vendôme, 2022.
Photographie : Arthur Weidmann, © Wikimedia Commons cc-by-3.0

Outre les très nombreuses photographies pleine page, l’illustration de l’ouvrage se signale par la reproduction des « 40 planches représentant la vue générale, les médailles, piédestaux, bas-reliefs et statue dont se compose ce monument, gravées en taille-douce par Ambroise Tardieu ». Ce dernier, auteur de La Colonne de la Grande Armée d’Austerlitz en 1822, procéda en effet à la gravure de l’œuvre à mesure que les modèles sortaient de l’atelier du fondeur, commentant largement les soixante-seize scènes sculptées. Ici, seules figurent les légendes des images, mais chacune fait l’objet d’un bref développement et d’une explicitation succincte.

Le livre se divise en trois parties. Dans la première, intitulée « Un monument commémoratif hors du commun », Jean-Paul Nerrière, Laurent Baridon, Claire Maingon, Christophe Bottineau et Hubert Cavaniol, étudient tour à tour la genèse du monument, ses vicissitudes et leurs significations. Antoine de Meaux livre ensuite un récit littéraire, « Le peuple de la Grande Armée », avant que Jean-Paul Nerrière ne revienne sur celle-ci (« La Grande Armée de Napoléon ») en détaillant chaque arme et en expliquant ses caractéristiques principales. C’est là l’un des apports les plus originaux de l’ouvrage et le lecteur non spécialiste de l’histoire militaire sera sans doute curieux d’apprendre à distinguer un grenadier d’un voltigeur, un cuirassier d’un carabinier, ou encore de connaître les différents uniformes à une époque si riche du point de vue de l’habillement.

Jeton de jeu pour le rétablissement de la statue de Napoléon sur la colonne Vendôme,
1833, cuivre, Paris, musée Carnavalet, CC0 Paris Musées – musée Carnavalet

Dès le mois d’octobre 1803, Napoléon songe à faire ériger une colonne monumentale pour célébrer les départements français. Une statue de Charlemagne doit d’abord la couronner : elle est récupérée à Aix-la-Chapelle mais jugée si médiocre que l’empereur se laisse convaincre d’y placer plutôt son effigie.

Finalement, en 1806, après avoir remporté avec éclat la bataille d’Austerlitz, Napoléon décide de consacrer la colonne à sa Grande Armée. Cette même année, il décide l’édification de trois autres monuments à la gloire de ses exploits militaires : un temple qui deviendra l’église de la Madeleine, l’arc de triomphe de la place de l’Étoile et celui du Carrousel.

C’est Dominique Vivant-Denon, alors directeur du musée Napoléon, c’est-à-dire du Louvre, qui en définit le programme iconographique (scènes et personnages représentés). Il s’entoure de deux architectes, Jean-Baptiste Lepère et Jacques Gondouin, et confie les dessins des bas-reliefs au jeune Pierre-Nolasque Bergeret, élève de François-André Vincent et Jacques-Louis David. Pas moins de trente-deux sculpteurs sont chargés de leur réalisation, parmi lesquels Lorenzo Bartolini, François-Joseph Bosio, Jean-Baptiste Stouf ou Henri-Joseph Rutxhiel.

Ambroise Tardieu, Dessin du bas-relief décorant le fût de la Colonne, Paris, 1822,
gravure en taille-douce ; source : gallica.bnf.fr

Les travaux débutent en août 1806 et se terminent quatre ans plus tard puisque la colonne est inaugurée le 15 août 1810, jour de l’anniversaire de l’empereur, sur la place Vendôme construite par Jules Hardouin-Mansart pour Louis XIV, en lieu et place de la statue équestre du roi mise à bas par les révolutionnaires en août 1792. Napoléon ne participe pas à la cérémonie car les temps ont changé et la géopolitique n’est plus la même : si le monument est dédié aux vainqueurs de la bataille d’Austerlitz, il convient de ne pas le rappeler trop ouvertement maintenant que l’empereur a fait alliance avec l’Autriche de François Ier en épousant sa fille Marie-Louise le 1er avril 1810.

Forte de 98 tambours de pierre et comportant un escalier intérieur conduisant à une plate-forme qui supporte la statue de Napoléon en empereur romain (sculptée par Antoine Denis Chaudet), la colonne s’élève à plus de 44 mètres, soit une hauteur supérieure à celle de la colonne Trajane (107-113). La frise, constituée de 425 plaques de bronze (issu des quelque 1200 canons pris à l’ennemi), s’enroule vingt-deux fois autour du fût sur 280 mètres de long et se lit de bas en haut, depuis le camp de Boulogne-sur-Mer où l’armée se prépare à affronter la Troisième Coalition jusqu’au traité de paix de Tilsit en passant, naturellement, par la bataille d’Austerlitz.

En 1833, sous la monarchie de Juillet de Louis-Philippe, la statue sommitale de Chaudet est remplacée par une autre, moins glorieuse, de Charles Émile Seurre qui représente l’empereur en “petit caporal” – avant que, trente ans plus tard, Napoléon III ne revienne à l’idée initiale en commandant une réplique de la première, exécutée cette fois par Auguste Dumont, l’auteur du Génie de la Liberté (1835).

Marks, Les Ruines de Paris. Démolition de la colonne Vendôme sous la Commune, le 18 (sic) mai 1871, 1871, gravure, Paris, musée Carnavalet, CC0 Paris Musées – musée Carnavalet.

On ne peut naturellement étudier la colonne Vendôme sans aborder sa destruction lors de la Commune de Paris, le 16 mai 1871. Grâce à un cabestan, des poulies, des cordages et un travail de sape préalable (larges encoches réalisées au-dessus du piédestal au moyen de la scie et de la pique), le monument est jeté à bas :

« […] à 17h15, la colonne vacilla puis s’écroula dans un nuage de poussière et de vacarme. […] elle se fragmenta en trois morceaux avant de s’étaler sur le fumier, vomissant maçonnerie et bas-reliefs. La statut de Napoléon Ier d’Auguste Dumont gît dans la paille et le crottin, décapitée et démembrée.
Au milieu de la liesse et du délire, le drapeau rouge fut assuré sur le piédestal préservé, les orateurs patriotiques y improvisèrent des allocutions enflammées, la décision fut annoncée d’appeler maintenant le site “place Internationale”. »
1

Injustement désigné responsable du saccage (il ne participa pas au vote condamnant la colonne et avait simplement préconisé de la démonter pour la déplacer sur l’esplanade des Invalides), Gustave Courbet est incarcéré et condamné à payer les frais de réparation s’élevant à 323 000 francs. Ne pouvant régler une telle somme, même échelonnée, le peintre part se réfugier en Suisse et décède avant d’avoir effectué le premier versement.

Le travail de reconstruction fut confié à l’architecte Alfred-Nicolas Normand et la société Monduit-Béchet se chargea de reconstituer la frise de bronze. Fort heureusement, seule une faible proportion des plaques récupérées s’avéra inutilisable – et les « maîtres modèles » de la création originale permirent de refondre à neuf les quelques bas-reliefs manquant.
En août 1875, la colonne était de nouveau sur pied, avec son décor intégral et la statue de Dumont restaurée à son sommet. Telle que nous la connaissons aujourd’hui.

« Ah ! qu’on est fier d’être français, quand on regarde la Colonne. »
Estampe de propagande bonapartiste par Caroline Naudet (1775-1839) publiée en 1819. © Wikimedia Commons cc-by-3.0

Aujourd’hui encore l’un des monuments les plus emblématiques de Paris, la colonne Vendôme bénéficie avec cette publication des éditions Norma d’une étude historique et iconographique à la hauteur de son histoire prestigieuse.

  1. La Colonne Vendôme. La Grande Armée de bronze, p. 100-101. []

OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Brice Ameille (25 octobre 2022). La Colonne Vendôme. La Grande Armée de bronze, 2022, Norma éditions. Bibliothèque et villa Marmottan. Consulté le 15 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/r8tl


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.