Portrait d’artiste : Mélanie Delattre-Vogt

Mélanie est une fille du Nord, de Valenciennes plus précisément, où l’on met un point d’honneur à prononcer « Ouatteau » le nom du plus célèbre enfant du pays1.

En parallèle de son cursus en arts plastiques à l’université, Mélanie Delattre-Vogt a suivi une formation musicale au conservatoire. Enfant, elle ne cessait de chanter, en jouant du piano, en dessinant, et encore aujourd’hui, où elle travaille le plus souvent en musique, elle aime à comparer ses œuvres à des partitions, disant ressentir le besoin d’introduire aussi du « silence » dans ses compositions.

Quelques formes en gestation…

Après avoir touché à différentes formes d’expression (de la photographie à l’installation avec vidéo, en passant par la peinture ou la gravure), c’est au dessin qu’elle consacre, depuis bientôt vingt ans, l’essentiel de son temps. Séduite par son « côté immédiat », elle aime surtout ce médium parce qu’il ne dépend que d’elle et qu’elle n’y dépend de personne.

Mais Mélanie ne manie pas que le crayon graphite ; elle use aussi du crayon lithographique qui lui permet, cette fois avec l’appui d’autrui, de produire des multiples. Depuis 2015, elle fréquente ainsi l’atelier de Michael Woolworth, et c’est durant son séjour à la Villa Marmottan qu’elle y a notamment réalisé sa Femme à la panthère.

Mélanie montrant à l’œil-caméra de Léo Savigny sa Femme à la panthère, 25 mars 2024

Aussi bien fascinée par les contour changeants des nuages (sur lesquels elle a commencé une thèse) que par les vieilles encyclopédies ou les photographies d’un manuel de congélation des années 1970 (« un de mes livres-sources préférés »2), Mélanie peut s’émerveiller aussi bien pour l’architecture des maison du quartier des Princes-Marmottan que pour les petites araignées qui se glissent sous sa porte.

Pour ses couleurs, Mélanie se fournit auprès des fabricants japonais

À la Villa Marmottan, elle s’est si bien appropriée l’appartement du deuxième étage qu’on jurerait qu’elle l’a toujours habité… et que nous ne résistons pas à vous en donner un aperçu tant son aménagement nous plaît.

Sous sa couverture plastifiée bleue, le fameux manuel de congélation…
Sur les étagères, des livres, des cartes postales, des objets divers et variés qui sont autant de sources d’inspiration
Passionnée par l’art de vivre japonais, Mélanie a transformé la cheminée en tokonoma3… un tokonoma mâtiné de Cézanne, bien sûr !

Pour mieux connaître le travail et la personnalité de Mélanie, vous pouvez visionner la vidéo ci-dessous, réalisée par notre stagiaire Léo Savigny.

Image du bandeau : Mélanie Delattre-Vogt, photographié par Léo Savigny le 25 mars 2024


  1. Vous avez reconnu Jean-Antoine Watteau, né à Valenciennes en 1684. Un autre grand peintre, Robert Campin (1378-1444), naquit dans la ville, alors capitale du Hainaut. []
  2. Voir son entretien accordé au musée d’Orsay le 5 octobre 2023 : https://www.musee-orsay.fr/fr/articles/questions-melanie-delattre-vogt-artiste-dessinatrice-275322 (consulté le 30 mai 2024). []
  3. Le tokonoma ( 床の間 ) est l’alcôve dans la maison traditionnelle japonaise où est présenté un objet de délectation esthétique : peinture, calligraphie, céramique ou arrangement floral. []

OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Brice Ameille (17 juin 2024). Portrait d’artiste : Mélanie Delattre-Vogt. Bibliothèque et villa Marmottan. Consulté le 15 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/11u3p


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.