Portrait d’artiste : Paul Dubois

Paul Dubois était-il destiné à devenir sculpteur ? Son homonyme, qui s’illustra au XIXe siècle dans la statuaire1, pourrait sembler lui avoir ouvert la voie, mais leurs arts respectifs sont en réalité bien peu comparables… Foin donc de la coïncidence et concentrons-nous plutôt sur notre pensionnaire !

Vue de l’atelier de Paul Dubois à la Villa Marmottan, le 27 mai 2024
Accrochées au mur de l’atelier, deux de ses œuvres : Le milieu et le sens de la mesure (2019, tirages numériques encadrés) et Sans titre (2019, acier) ; les autres sont en cours d’élaboration

Né à Saint-Raphaël, dans le Var, Paul suit d’abord une formation de ferronnier avant d’intégrer l’École des beaux-arts de Montpellier, dont il sort diplômé en 2019.

S’il a été recruté à la Villa Marmottan en tant que sculpteur, cette activité ne saurait toutefois résumer à elle seule l’étendue de sa création. S’exprimant aussi bien par la photographie, la vidéo ou l’installation, Paul Dubois est en effet un artiste moins préoccupé par la matière que par l’environnement et les relations que l’individu peut entretenir avec lui.

Détail d’une œuvre en cours d’élaboration, 27 mai 2024

Semblable aux artistes minimalistes et conceptuels, il ne s’intéresse guère à la représentation figurative et préfère réfléchir, lui qui a toujours été passionné par les outils manuels, à la manière dont la forme définit la fonction et la fonction induit la forme.

Pavés parisiens et silex du jardin…
Paul travaillant à l’une de ses œuvres sous l’objectif de Léo Savigny, le 12 février 2024

Mais si sa production découle du concept, des procédés qu’il élabore, il veille à laisser toute sa place à « la beauté et à la magie du matériau » ainsi qu’au hasard. Et dans son rapport au monde, où il prend parfois son propre corps comme objet, la dimension ludique n’est jamais loin : « Il s’agit de jouer, de pratiquer l’espace, de le traverser, confie-t-il. Éveiller la perception dynamique, cultiver une furtive ubiquité, entretenir cet œil oblique et tisser du lien entre les choses. »

Sur l’établi, trois œuvres achevées en attente de titre, 27 mai 2024

Pour mieux connaître le travail et la personnalité de Paul, vous pouvez visionner la vidéo ci-dessous, réalisée par notre stagiaire Léo Savigny.

Image du bandeau : Paul Dubois, photographié par Léo Savigny le 12 février 2024


  1. On lui doit notamment le fameux Chanteur florentin du XVe siècle (1865) ainsi qu’une statue équestre de Jeanne d’Arc (1895) fondue en quatre exemplaires. []

OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Brice Ameille (5 juin 2024). Portrait d’artiste : Paul Dubois. Bibliothèque et villa Marmottan. Consulté le 15 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/11rpp


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.