“Naples à l’époque de Napoléon. Rebell et la lumière du golfe” (Naples, Gallerie d’Italia), par Michele Morselli

De passage à Naples, notre pensionnaire Michele Morselli a visité l’exposition consacrée au paysagiste autrichien Joseph Rebell (1787-1828). Il nous rapporte ici ses impressions.

Vue de l’exposition avec les portraits de Joachim et Caroline Murat. Photographie : Michele Morselli, 11 février 2024

Du 23 novembre 2023 au 7 avril 2024, les Gallerie d’Italia de Naples accueillent l’exposition Naples à l’époque de Napoléon. Rebell et la lumière du golfe [Napoli al tempo di Napoleone. Rebell e la luce del Golfo].

La rétrospective accompagne les visiteurs au cœur de la Naples qui, entre 1808 et 1815, fut celle de Joachim Murat et de son épouse Caroline Bonaparte. Les années napoléoniennes représentent pour la ville une époque de grand éclat artistique où, parmi les nombreux peintres invités à la cour — tels Simon Denis, Alexandre Dunouy et Auguste de Forbin —, le paysagiste viennois Joseph Rebell bénéficia d’un attachement particulier de la part des souverains de Naples.

Déjà objet d’une exposition au palais du Belvédère de Vienne en 2022, Joseph Rebell (1787-1828) incarne mieux que tout autre artiste la vitalité culturelle de la cour des Murat.  À une époque où la peinture d’histoire reste la plus estimée, les paysages de Rebell, très appréciés par la jeune sœur de Napoléon, anticipent le goût romantique pour la nature et contribuent à l’élection du Sud de l’Italie comme étape essentielle du Grand Tour.

ill. 1 et 2 : François Gérard, Joachim Murat, commandant de la Garde des consuls, 1801, huile sur toile, 213,5 x 131,5 cm, château de Versailles, © GrandPalaisRmn/Franck Raux
Élisabeth Vigée Le Brun, Portrait de Caroline Murat, grande-duchesse de Clèves et de Berg, future reine de Naples, avec sa fille Letizia, 1806-1807, huile sur toile, 216,5 x 143,5 cm, château de Versailles, © GrandPalaisRmn/image GrandPalaisRmn

Après avoir été accueillis par les portrait de Murat et de Caroline (ill. 1 et 2), sous l’égide du célèbre Napoléon en costume du sacre de François Gérard (1805-1807), les visiteurs sont invités à confronter l’art de Rebell avec la peinture militaire ou de cour, plus canonique, représentée notamment par la toile d’Heinrich Schmidt Joachim Murat ordonne de conquérir l’île de Capri en 1808 (1811, Paris, musée Marmottan-Monet).

L’œuvre du paysagiste est saisie dans toutes les étapes artistiques de son parcours, des débuts à la cour milanaise du vice-roi d’Italie Eugène de Beauharnais, fils de Joséphine, à la rencontre avec Caroline et jusqu’après son départ de Naples.

Le public peut apprécier d’abord certaines des scènes que Rebell dédia aux guerres napoléoniennes, dont celles peignant la construction des ponts de Lobau et de Kaiserebersdorf (1810, Vienne, palais du Belvédère), où le paisible cadre naturel fourmille de l’activité de l’infanterie française pénétrant en territoire allemand.

ill. 3 : Joseph Rebell, Le Port de plaisance du Granatello à Portici, avec le Vésuve, 1819, huile sur toile, 98 x 137 cm, Vienne, palais du Belvédère, © Wikimedia Commons cc-by-3.0

Ensuite, les visiteurs sont invités à admirer les paysages que Rebell consacra au Vésuve pendant et après son séjour napolitain, et à les comparer avec les œuvres de ses prédécesseurs les plus célèbres, telles la Vue de Naples avec le castel dell’Ovo au clair de lune (1783-1785, Vienne, Gemäldegalerie des Akademie der bildenden Künste) de Michael Wutky et l’Éruption du Vésuve en 1771 (1789, Naples, Roberto Campobasso Antichità) de Pierre-Jacques Volaire, ainsi qu’avec les tableaux de ses contemporains, comme l’Éruption du Vésuve en 1813 (1816-1817, château de Fontainebleau, ill. 8) d’Alexandre-Hyacinthe Dunouy.

La peinture de Rebell permet une véritable redécouverte de la ville de Naples et de ses environs : ses représentations des bourgs de Chiaia et de Portici (ill. 3), ou du promontoire du Pausilippe, ne sont que les exemples les plus évidents du changement de perspective proposé par l’Autrichien.

ill. 4 : Joachim Murat, 1812 (?), biscuit, h : 72 cm, Naples, Museo e Real Bosco di Capodimonte. Photographie : Michele Morselli, 11 février 2024

En contrepoint de ces paysages, toute une section de l’exposition est consacrée à l’art de cour. Si les portraits d’apparat ont la part belle, tant en peinture qu’en sculpture, où des bustes immortalisent Joachim et Caroline Murat comme des divinités antiques (ill. 4), la gaieté ou même la légèreté ne sont cependant pas toujours bannies. Il suffit pour cela que les enfants entrent en scène : le jeune Achille pose ainsi, plein de candeur, devant la sculpture de sa mère (ill. 5), après lui avoir, comme sa sœur Letizia, tendrement donné la main dans le portrait de Gérard (ill. 6) ; de même le cadet Lucien est représenté en train de danser la tarentelle (ill. 7).

ill. 5 : Benjamin Rolland, Portrait d’Achille Murat avec le buste de sa mère, 1811, huile sur toile, 52 x 38 cm, Reggia di Caserta. Photographie : Michele Morselli, 11 février 2024
ill. 6 : François Gérard, Portrait de la reine Caroline Murat avec ses enfants, 1809-1810, huile sur toile, 237 x 191 cm, musée national du château de Fontainebleau, © Wikimedia Commons cc-by-3.0
ill. 7 : Benjamin Rolland, Portrait de Lucien Murat dansant la tarentelle, 1811, huile sur toile, 52 x 38 cm, Reggia di Caserta. Photographie : Michele Morselli, 11 février 2024

Les nombreuses études de figures tirées des 26 Feuillets que Rebell a esquissés à Naples témoignent aussi d’une attention véritable à l’être humain, sans aucune forme de hiérarchisation sociale ou de tentation idéaliste. Empruntés à l’Akademie der bildenden Künste de Vienne, les dessins des musiciens, pêcheurs ou autres paysannes qui occupent l’une des galeries instruisent ainsi la question, importante pour la peinture de paysage, de la relation entre l’homme et la nature. 

Si de nombreux ouvrages postérieurs à sa période napolitaine témoignent de l’affection de Rebell pour l’Italie du Sud, y compris lors de ses années à la cour autrichienne de François Ier, comme la Vue de la ville de Vietri dominant le golfe de Salerne (1819, Vienne, palais du Belvédère), le goût naissant du paysagiste pour les manifestations les plus violentes de la nature participe de la nouvelle sensibilité romantique. La Tempête sur la plage d’Amalfi avec le couvent des Capucins (1813, Vienne, Österreichische Nationalbibliothek) en constitue un bon exemple.

ill. 8 : Vue de l’exposition avec le tableau d’Alexandre-Hyacinthe Dunouy, Éruption du Vésuve en 1813, 1816-1817, huile sur toile, 169 x 238 cm, musée national du château de Fontainebleau. Photographie : Michele Morselli, 11 février 2024

Les visiteurs peuvent suivre cette évolution vers le romantisme par les nombreux paysages nocturnes qui caractérisent la dernière manière du peintre, telle l’Éruption nocturne du Vésuve avec une vue sur l’École de Virgile (1822, Vienne, palais du Belvédère), en les confrontant avec des œuvres marquées par la reprise de sujets chevaleresques et médiévaux, comme André d’Hongrie assassiné et retrouvé par son confesseur dans les souterrains du palais de la reine Jeanne de Naples (1814, Naples, Palais royal) du comte de Forbin.

Joseph Rebell s’impose ainsi non seulement comme l’interprète d’une des périodes artistiques les plus heureuses de la cour napolitaine, mais comme un artiste au carrefour des grandes transformations européennes, tant politiques qu’esthétiques. 

Joseph Rebell, Autoportrait, 1824-1825, huile sur toile, 63,5 x 50 cm, Vienne, palais du Belvédère, © Wikimedia Commons cc-by-3.0

OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Brice Ameille (1 mars 2024). “Naples à l’époque de Napoléon. Rebell et la lumière du golfe” (Naples, Gallerie d’Italia), par Michele Morselli. Bibliothèque et villa Marmottan. Consulté le 15 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/vxsq


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.