Le questionnaire de Monsieur Paul (2)

1) Comment s’appelle le cheval le plus célèbre de Napoléon ?

a) Vizir
b) Bucéphale
c) Jappeloup

2) De qui Napoléon a-t-il dit : « Je ne remplacerai jamais cet homme-là. Il avait ses défauts, mais c’est le seul homme d’État que j’ai eu. » ?

a) Jean-Étienne-Marie Portalis
b) Joseph Fouché
c) Armand de Caulaincourt

3) Quel paysagiste était particulièrement apprécié de Caroline Murat ?

a) Pierre-Henri de Valenciennes
b) Jean-Victor Bertin
c) Joseph Rebell

4) Parmi les femmes suivantes, laquelle ne fut jamais pressentie pour devenir la nouvelle épouse de l’empereur ?

a) Augusta Sophie de Hanovre
b) Charlotte Bonaparte
c) Catherine Pavlovna

5) En quoi la rue d’Hauteville, dans le Xe arrondissement parisien, est-elle liée à l’histoire napoléonienne ?

a) Elle porte le nom d’un célèbre administrateur de l’Empire
b) Elle abrite un hôtel particulier de style Consulat
c) Elle fut le théâtre d’une tentative d’enlèvement de Napoléon

6) Qui a dit : « Pour bien administrer, il faut avoir son cœur dans la tête » ?

a) Charles-Maurice de Talleyrand-Périgord
b) Napoléon Bonaparte
c) Géraud-Christophe-Michel Duroc

7) Quel événement a inspiré à Balzac l’écriture d’Une ténébreuse affaire ?

a) L’affaire Trumeau, du nom d’un épicier qui empoisonna sa fille en 1803
b) L’enlèvement de Clément de Ris par des hommes de Joseph Fouché le 23 septembre 1800
c) La « conspiration des poignards » du 10 octobre 1800

8) Qui est le ministre de la Guerre de Napoléon de 1807 à 1814 ?

a) Henri-Jacques-Guillaume Clarke
b) Louis-Nicolas Davout
c) Jean-Antoine Chaptal

9) Où se trouve Clèves dont les Murat sont duc et duchesse ?

a) Dans la Suisse alémanique
b) Dans le nord de la France
c) Dans une région à cheval sur les Pays-Bas et l’Allemagne

10) Quel frère de Napoléon est mis à la tête du royaume de Hollande ?

a) Louis Bonaparte
b) Jérôme Bonaparte
c) Joseph Bonaparte

11) Qui est Robert Lefèvre ?

a) Un célèbre peintre sous le Consulat et l’Empire
b) Un corsaire rival de Surcouf
c) Le fils naturel de Talleyrand

12) Quelle principauté est représentée par le drapeau ci-dessous ?

a) La principauté d’Eckmühl
b) La principauté d’Elbe
c) La principauté de Pontecorvo

13) Qui est Hippolyte Charles ?

a) Le principal ministre des Cultes sous l’Empire
b) Un chouan qui tenta d’assassiner Napoléon
c) Un amant de Joséphine

14) Pourquoi Napoléon vend-il la Louisiane aux États-Unis en 1803 ?

a) Parce qu’il souhaite obtenir, sinon leur appui, du moins leur neutralité dans le combat qu’il mène contre l’Angleterre
b) Parce qu’il y est poussé par son ministre des Relations extérieures qui craint qu’un Empire trop vaste ne soit trop difficile à défendre
c) Parce que le territoire est peu intéressant d’un point de vue économique et qu’il a besoin d’argent

15) Qui est le duc d’Otrante ?

a) Louis-Alexandre Berthier
b) Joseph Fouché
c) Louis-Philippe de Ségur

16) À qui Lucien Bonaparte revend-il l’hôtel de Brienne, actuel siège du ministère des Armées ?

a) À sa mère Letizia Bonaparte
b) Au maréchal Jean-de-Dieu Soult
c) Au financier Gabriel-Julien Ouvrard

17) Quel fut le bilan, en termes de victimes, de l’attentat de la rue Saint-Nicaise ?

a) Finalement, aucune ; il y eut plus de peur que de mal
b) Trois morts, dont un enfant, et deux blessés
c) Une vingtaine de morts et une centaine de blessés

18) Quelle bataille a été surnommée la « bataille des nations » ?

a) La bataille de Leipzig
b) La bataille de Waterloo
c) La bataille d’Austerlitz

19) Où peut-on encore trouver une somptueuse salle de bains de style pompéien qui a servi à Napoléon ?

a) Au château de Fontainebleau
b) Au château de Rambouillet
c) Au château de Saint-Cloud

20) Quelle femme donne à l’empereur son premier enfant ?

a) Marie Waleswska
b) Marie-Louise d’Autriche
c) Éléonore Denuelle de la Plaigne



Réponses
1-a ; 2-b ; 3-c ; 4-a ; 5-b ; 6-b ; 7-b ; 8-a ; 9-c ; 10-a ; 11-a ; 12-b ; 13-c ; 14-c ; 15-b ; 16-a ; 17-c ; 18-a ; 19-b ; 20-c

Quelques précisions…

Question 1.
Bucéphale était le cheval d’Alexandre le Grand (non pas le tsar Alexandre Ier, rival de Napoléon, mais le roi de Macédoine du IVe siècle av. J.-C.) et Jappeloup l’un des chevaux de course les plus célèbres du sport français (médaille d’or au saut d’obstacles lors des Jeux olympiques de Séoul en 1988). Quant à Vizir (parfois aussi appelé le Vizir), il était l’une des montures préférées de Napoléon, qui en possédait plus d’une centaine. Petit étalon arabe à la robe gris clair étourneau, il avait été offert par le sultan ottoman Selim III en 1802. Napoléon le monta notamment lors des batailles d’Iéna et d’Eylau (1806-1807) et l’appréciait tant qu’il l’emporta avec lui lors de son exil sur l’île d’Elbe (1814-1815). Confié à la chute de l’Empire à un ancien écuyer des Écuries impériales, Vizir mourut à l’âge vénérable de 33 ans en 1826. Sa dépouille naturalisée est aujourd’hui visible au musée de l’Armée.

Question 2.
La phrase est rapportée dans le livre d’Ernest Daudet, Louis XVIII et le comte Decazes (Paris, Plon, 1899, p. 15) et citée dans la biographie d’Emmanuel Waresquiel (Fouché, les silences de la pieuvre, Paris, Tallandier, 2014, p. 432).

Question 3.
Il s’agit du Viennois Joseph Rebell (1787-1828), qui a eu droit récemment à une exposition à Naples. Voir la recension de notre pensionnaire Michele Morselli : https://marmottan.hypotheses.org/23902.

Question 4.
Outre qu’elle était la fille de l’ennemi héréditaire anglais (la seconde du roi George III), Augusta Sophie était engagée dans une profonde relation avec le général Brent Spencer. Catherine Pavlovna et Charlotte Bonaparte figurèrent bien en revanche parmi les épouses possibles de l’empereur. L’alliance que Napoléon venait de conclure avec Alexandre Ier en juillet 1807 (traité de Tilsit) semblait augurer un mariage avec une princesse russe, en l’occurrence avec la sœur aînée du tsar, la grande-duchesse Catherine Pavlovna, âgée de 19 ans. Mais l’entourage de Napoléon songeait aussi à une autre femme. C’est ainsi que Joseph Fouché, ministre de la Police, suggéra, pour le plus grand plaisir de Madame Mère, qu’une union avec la fille que Lucien Bonaparte avait eu de Christine Boyer, la jeune Charlotte Philistine, fût également envisagée. On connaît l’issue de toutes ces tractations, espoirs, illusions ou… craintes : Napoléon épousa finalement Marie-Louise et l’adolescente Charlotte (14 ans) attendit quelques années avant de trouver un mari en la personne du prince romain Mario Gabrielli. Quant à Catherine Pavlovna, elle n’aurait voulu pour rien au monde être la femme de l’empereur français, et sa mère, apprenant le projet, s’empressa d’arranger un mariage avec le duc Georges d’Oldenbourg.

Question 5.
L’hôtel particulier qui se trouve au 58, rue d’Hauteville, est l’un des très rares témoignages subsistants du style Consulat. Acheté en 1801 par Louis-Antoine Fauvelet de Bourrienne, secrétaire particulier de Napoléon, l’édifice situé au fond d’une cour voit ses intérieurs entièrement repensés par l’architecte Étienne-Chérubin Leconte. Comme dans la salle de bains du château de Rambouillet (voir Question 19), les décors à l’antique y sont très inspirés par les découvertes archéologiques faites à Herculanum et Pompéi au mitan du siècle précédent. L’hôtel Bourrienne est aujourd’hui en mains privées.

Question 6.
La phrase est rapportée par Jean-Antoine Chaptal, frappé par l’« incroyable insensibilité » du Consul, dans Mes souvenirs sur Napoléon (Paris, Plon, 1893, p. 342). Celui qui fut son ministre de l’Intérieur « raconte encore qu’un jour qu’il rencontrait le mathématicien Laplace très amaigri de la douleur d’avoir perdu sa fille et ne sachant comment l’aborder, il lui aurait dit ceci : “Oh ! Il n’y a pas de quoi maigrir. Vous êtes géomètre ; soutenez cet événement au calcul et vous verrez que tout cela égale zéro.” » (Cité dans Emmanuel Waresquiel, Fouché. Les silences de la pieuvre, Paris, Tallandier, 2014, p. 363).

Question 7.
Concernant l’affaire Trumeau, écoutons Jean Tulard : « Première affaire dont on trouve un écho dans les feuilles de l’époque, les rapports de police et les mémoires du temps : l’histoire de l’épicier Trumeau.
Établi place Saint-Michel, Trumeau, âgé de 54 ans, avait pour maîtresse Chantal Lavandier, 23 ans. Est-ce sur la suggestion de sa compagne, que, pour ne pas verser de dot à sa fille aînée qui devait se marier, Trumeau l’empoisonna à l’arsenic ? C’est la maîtresse, affolée à l’idée d’être soupçonnée de complicité, qui chargea l’amant. Celui-ci eut beau nier, il fut arrêté et jugé. […] Cailleau, auteur d’une Vie privée et criminelle d’Henri-Augustin Trumeau [1803], résumait en une formule lapidaire le sentiment général : “Il faisait brûler des cierges à la Vierge et couchait avec le vice.” » (Jean Tulard, Le Monde du crime sous Napoléon, 1799-1815, Paris, La Librairie Vuibert, 2017, p. 103.) Trumeau fut condamné à mort, bien qu’il protestât de son innocence, et sa maîtresse, dont la beauté et les pleurs avaient su émouvoir les jurés, fut acquittée.
Pour lire le texte d’André-Charles Caillaud : https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5797527q/f10.item.texteImage.
La « conspiration des poignards » renvoie à une tentative d’assassinat du Premier Consul à la sortie de l’Opéra de Paris le 10 octobre 1800. Elle échoua grâce à la police, mais les historiens s’accordent aujourd’hui pour y voir une manipulation de Joseph Fouché, qui aurait fait infiltrer le groupe des conjurés par un agent provocateur.

Question 8.
Louis-Nicolas Davout a beau être le seul maréchal d’Empire resté invaincu, il ne fut jamais ministre de la Guerre. Jean-Antoine Chaptal occupa pour sa part le ministère de l’Intérieur de 1800 à 1804. C’est donc bien le général Henri Clarke (1765-1818) qui dirigea le ministère de la Guerre de 1807 à 1814. Il est le premier destinataire des lettres de Napoléon, avec 6370 courriers reçus !

Question 9.
Clèves, ancien duché du Saint-Empire romain germanique, occupait une région désormais divisée entre l’actuelle province néerlandaise de Gueldre et le land allemand de la Rhénanie-du-Nord-Westphalie.

Question 11.
Robert Lefèvre est bien l’un des peintres les plus importants de la période napoléonienne et poursuit sa belle carrière également sous la Restauration (voir : https://www.napoleon.org/histoire-des-2-empires/biographies/lefevre-robert-jacques-francois-faust-dit-parfois-robert-lefevre-1755-1830-peintre-de-portraits/ ; consulté le 29 février 2024).
Malgré son statut d’homme d’Église (il est nommé évêque d’Autun en 1788), Talleyrand eut plusieurs enfants, mais le seul peintre qu’on lui accorda comme fils – une thèse évidemment très sujette à caution – fut Eugène Delacroix.

Question 12.
Le drapeau de la principauté d’Elbe a été dessiné par Napoléon lui-même lors de son exil sur l’île.

Question 13.
Hippolyte Charles (1772-1837) fut l’amant de Joséphine peu de temps après son mariage avec Bonaparte. De neuf ans son cadet, le jeune sous-lieutenant de hussard plaît immédiatement à la nouvelle épouse du général, parti faire la guerre en Italie. Pour plus d’informations, lire l’article de Jean-Claude Blanc, « Hippolyte Charles, l’amour interdit de Joséphine », Napoléon Ier, le magazine du Consulat et de l’Empire, n° 73, août-octobre 2014, p. 51-58.
Il y eut deux ministres des Cultes sous l’Empire (si l’on excepte le bref intérim exercé par le fils du premier) : Jean-Étienne-Marie Portalis, de 1804 à 1807, et Félix-Julien-Jean Bigot de Préameneu, de 1808 à 1814.

Question 14.
Conquise par la France au XVIIe siècle, cédée à l’Espagne en 1763 puis récupérée par Napoléon Bonaparte lors du traité secret de Saint-Ildefonse le 1er octobre 1800, la Louisiane est finalement vendue aux États-Unis le 3 mai 1803 pour la somme de 80 millions de francs. Beaucoup plus vaste que la Louisiane actuelle, la région représentait alors près d’un tiers des États-Unis, s’étendant du golfe du Mexique au Canada et des Rocheuses au Mississippi. Mais les terres, difficilement exploitables, ne présentaient qu’un faible intérêt sur le plan économique et Napoléon préféra donc les vendre, jugeant ainsi faire d’une pierre deux coups : récupérer des fonds nécessaires à ses conquêtes européennes d’une part, et affaiblir de l’autre la « perfide Albion » en renforçant les Américains qu’il espérait tourner en rivaux des Anglais.

Question 18.
Se déroulant du 16 au 19 octobre 1813, la bataille de Leipzig oppose à l’armée française les armées de la Russie, de la Prusse, de l’Autriche et de la Suède, soit 160 000 hommes d’un côté et 300 000 de l’autre. La confrontation tourne en faveur des Coalisés.

Question 19.
C’est l’architecte Auguste Famin (1776-1859) qui fut chargé de transformer, dans le château de Rambouillet, inclus sur la liste civile de Napoléon en 1804, l’ancien boudoir du XVIIIe siècle en salle de bains moderne et pratique. Il nicha dans l’alcôve, devenue une arcade évoquant un arc de triomphe, la baignoire de l’empereur, et plaça des miroirs pour démultiplier l’espace. Les murs furent divisés en panneaux et séparés par de fins pilastres ; une frise de griffons et de cygnes et une autre mêlant palmettes et lyres furent peintes. Ce décor d’exception, peut-être inspiré des travaux de Percier et Fontaine, se voulait une référence évidente au vocabulaire antique alors très à la mode.
La salle de bains du château de Fontainebleau n’est pas de style pompéien et le château de Saint-Cloud n’existe plus depuis son incendie, à la suite de l’explosion d’un obus prussien lors de la guerre de 1870.

Question 20.
En donnant à Napoléon le 13 décembre 1806 son premier enfant – un fils, nommé Charles Léon –, Éléonore Denuelle de la Plaigne (1787-1868) confirmait que la stérilité du couple impérial était imputable à la seule Joséphine. Attachée au service de celle-ci, la jeune femme occupait la fonction de lectrice. La comtesse Walewska mit au monde un deuxième fils de l’empereur, le 4 mai 1810 : Alexandre Florien Joseph, futur comte Waleski. Enfin, Marie-Louise donna naissance le 20 mars 1811 à un troisième fils, le seul légitime : Napoléon François Joseph Charles Bonaparte.


Légendes des illustrations
De haut en bas :
– Jacques-Louis David, Bonaparte franchissant le Grand Saint-Bernard, 1803, huile sur toile, 246 x 231 cm, Vienne, palais du Belvédère, © Wikimedia Commons cc-by-3.0
– Johann Friedrich August Tischbein, Portrait de Catherine Pavlovna, date et dimensions inconnues, Ludwigsburg, Residenzschloss, © Wikimedia Commons cc-by-3.0
– Illustration de A Historical Mystery, traduction américaine d’Une ténébreuse affaire d’Honoré de Balzac, Philadelphie, George Barrie & Son, 1899, © Wikimedia Commons cc-by-3.0
– Drapeau de la principauté d’Elbe, © Wikimedia Commons cc-by-3.0
– L’hôtel de Brienne, © Wikimedia Commons cc-by-3.0
– Vladimir Ivanovitch Mochkov, La Bataille de Leipzig, date et dimensions inconnues, © Wikimedia Commons cc-by-3.0

Image du bandeau : Vladimir Ivanovitch Mochkov, La Bataille de Leipzig, date et dimensions inconnues, © Wikimedia Commons cc-by-3.0


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Brice Ameille (13 mars 2024). Le questionnaire de Monsieur Paul (2). Bibliothèque et villa Marmottan. Consulté le 15 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/w0h8


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.