Déménagement des collections

Avant le début imminent de la phase 2 des travaux, consacrés cette fois à la seule bibliothèque1, il a fallu procéder au déménagement de toutes nos collections. Et l’on peut dire que ce ne fut pas une mince affaire !

Généralement, un déménagement prend quelques heures (la chambre de bonne de votre jeunesse estudiantine), ou quelques journées (l’appartement familial de vos quarante ans). Mais pour un établissement qui possède quelque vingt-cinq mille livres et des centaines d’objets d’art, particulièrement fragiles et précieux, ce n’est plus en jours qu’il faut compter, mais en semaines, et même en mois !

C’est ainsi que notre déménagement, commencé le 18 mars 2024, s’est achevé le 17 mai. Il a été confié à l’entreprise Bovis, qui a dépêché sur site pas moins d’une dizaine d’employés, dirigés par le contremaître Moises Abalos.



Planifié par niveaux, depuis le sous-sol jusqu’au deuxième étage de la bibliothèque, le déménagement a consisté en quatre opérations successives :

1) d’une part, la mise en carton des livres, au préalable individuellement emballés dans du papier de soie2, ce qu’on appelle dans le jargon du métier le « tamponnage » ; de l’autre, la mise en caisse3 des meubles, tableaux, miroirs et lustres ;

2) le filmage des cartons (mis sur palette) et des caisses ;

3) la sortie des cartons et caisses hors de la bibliothèque, c’est-à-dire d’un bâtiment actuellement privé d’ascenseur et dont bon nombre d’huisseries sont classées à l’inventaire des monuments historiques ;

4) l’enlèvement des cartons et caisses par camion4 jusqu’à l’entrepôt de l’entreprise Bovis.

Réunion de Napoléonides le 27 mars 2024

Après avoir vidé la réserve du sous-sol de tous ses livres, brochures et catalogues, mis en caisse les meubles et sculptures du rez-de-chaussée (voir ci-dessus les bustes de Louis Bonaparte, Félix Baciocchi et Jérôme Bonaparte), les déménageurs se sont attaqués à la salle de lecture du premier étage.

Pendant que certains s’affairaient à empaqueter les ouvrages, d’autres se sont occupés d’emballer soigneusement les chaises Empire, rapatriées des salles historiques.

Durant quelques jours, nous avons eu l’impression que la bibliothèque avait accueilli les dernières œuvres de Christo et de Jeanne-Claude.

Fantômes de meubles dans le salon bleu au premier étage (ci-dessus) et dans le bureau du directeur au rez-de-chaussée (ci-dessous)…

Puis un premier échafaudage a été installé dans le jardin afin de descendre les livres mais aussi les deux corps de bibliothèque de l’ébéniste Jacob-Desmalter5 qui se trouvent dans le cabinet de travail de Paul Marmottan.

Dans le cabinet de travail, sur des palettes, des cartons de livres avant leur enlèvement

Mais avant cela, il a fallu y faire monter un transpalette élévateur…

Acheminement du transpalette dans le cabinet de travail
Les déménageurs s’apprêtent à faire passer par la fenêtre le soubassement d’un des corps de bibliothèque…
… ensuite descendu par chariot télescopique

Le déménagement des sculptures de l’escalier d’honneur a sans doute été parmi les plus difficiles. Il fallait en effet les retirer de leurs niches, parfois situées en hauteur, en les faisant glisser sur un plan construit expressément pour l’occasion à partir de palettes et de planches superposées.

Elles ont ensuite été descendues par l’escalier, comme La Vérité

… ou par un treuil, comme avec la Danseuse !

Un peu plus tard, une tour avec palan a été installée, en face du vestibule, pour descendre cette fois les lustres du cabinet de travail et du salon bleu.

Les miroirs et trumeaux ont quant à eux été mis dans des caisses dites MRT (Manutention Réserves Transport), c’est-à-dire dotées de ferrures permettant la mise en réserve sur pitons ou crochets sans qu’il soit besoin de changer le système entre le transport de l’œuvre, l’accrochage et le stockage.

Après le départ de toutes nos collections, nous nous sentons forcément un peu orphelins et démunis. Les pièces historiques, la salle de lecture, les réserves sont désormais vides et nous renvoient tristement notre écho…

Mais qu’on ne s’inquiète pas, car la bibliothèque entre très prochainement en travaux6 ! Et va de nouveau bourdonner comme une ruche…

Le contremaître et formateur Moises Abalos et son « élève » Tiberiu, en train de sangler l’une des sphinges sommant le péristyle

Un grand merci pour leur professionnalisme et leur bonne humeur à Moises, Tiberiu, Jean-Paul, Robin, Henri, Pierre, Wallid, Hans, Aaron, Dimitri et Cheikh !


Image du bandeau : Mars et Vénus entre les (bonnes) mains de Moises et Tiberiu

  1. La phase 1 avait concerné la villa Marmottan ; voir les billets https://marmottan.hypotheses.org/4144, https://marmottan.hypotheses.org/5749, https://marmottan.hypotheses.org/7323, https://marmottan.hypotheses.org/9691 et https://marmottan.hypotheses.org/20687. []
  2. Voire dans du Tyvek® pour les plus précieux. []
  3. Les caisses, le plus souvent à claire-voie, ont naturellement été réalisées sur mesure pour les objets qu’elles allaient protéger. []
  4. Camion à température dirigée et équipé de capitons et suspensions pneumatiques. []
  5. Auparavant démontés par l’Atelier KoPal. []
  6. Et pour tout dire, les déménageurs n’étaient pas encore partis que des ouvriers commençaient déjà à protéger les parquets marquetés. []

OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Brice Ameille (27 mai 2024). Déménagement des collections. Bibliothèque et villa Marmottan. Consulté le 15 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/11q0p


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.