L’Hôtel de Salm, palais de la Légion d’honneur, par Léo Savigny

Léo Savigny par lui-même, dans le salon bleu de la bibliothèque Marmottan, le 17 octobre 2023

Après nous avoir accompagnés à raison d’une journée puis d’une journée et demie par semaine durant presque deux ans (de novembre 2022 à juin 2024), notre stagiaire Léo Savigny quitte les manettes du compte Instagram de la bibliothèque et villa Marmottan (https://urlr.me/Q3RNn) pour se consacrer à un master de recherche autour du couple d’artistes Claude et François-Xavier Lalanne. Il a tenu à nous livrer, en guise d’au revoir (car il reviendra nous rendre visite, c’est sûr), sa recension d’un ouvrage sur l’hôtel de Salm.


L’hôtel de Salm est un trésor caché… exposé à la vue de tous.
Engoncé entre le musée d’Orsay, la foule de touristes qui arpentent les quais de Seine et les immeubles qui le surplombent, il est, depuis plus de cent cinquante ans, le foyer des honneurs républicains. 

L’hôtel de Salm, aujourd’hui palais de la Légion d’honneur, vu depuis la Seine, © Wikimedia Commons cc-by-3.0

Fruit d’une collaboration entre Joëlle Barreau, Anne de Chefdebien, Jacques Foucart et Jean-Pierre Samoyault – historiens de l’art et conservateurs reconnus dans leurs domaines respectifs –, l’ouvrage L’Hôtel de Salm, palais de la Légion d’honneur ouvre, durant près de 400 pages, les portes d’un lieu qui, malgré son prestige, reste méconnu1.

Le développement s’appuie sur une analyse précise du contexte historique ainsi que des décors et du mobilier de l’hôtel. On suit de manière chronothématique l’évolution du palais au travers de six chapitres, depuis son édification par le sulfureux prince Frédéric III de Salm-Kyrbourg  jusqu’à sa transformation en musée de la Légion d’honneur en 1925.

Les premières pages sont logiquement dédiées à l’histoire du lieu ainsi qu’à son premier propriétaire, le prince de Salm (1744-1794), dont la personnalité flamboyante fut intrinsèquement liée au palais. Ce prince prussien, riche, beau et de (très) noble extraction faisait partie de ces jeunes aristocrates étrangers qui fuyaient l’ennui de leur province natale pour mener à Paris «une existence licencieuse dans les désordres de l’alcool, des femmes et du jeu »2. Contraint plus que convaincu par les idées révolutionnaires, il ira tout de même jusqu’à s’engager dans la Garde Nationale aux côtés de La Fayette. Victime des procès arbitraires de la Terreur, il finira guillotiné au motif d’un complot auquel il n’avait pas participé, quatre jours seulement avant la chute de Robespierre. 

Son hôtel voit le jour dans les années 1780 dans le quartier du faubourg Saint-Germain où se presse tout ce que Paris compte de plus chic et surtout de plus riche. Le prince de Salm souhaitait rivaliser avec les propriétaires des très nombreux hôtels particuliers qui constituaient son voisinage, entre autres Crillon, Seignelay ou Périgord. Il confia la réalisation de sa demeure à Pierre Rousseau qui en fit son chef-d’œuvre. Dans le plus pur goût à l’antique caractéristique de la fin du XVIIIe siècle, le jeune architecte met en scène les deux façades : au sud, une colonnade pour impressionner les invités, et au nord, côté Seine, une élégante rotonde pour illustrer la prodigalité de Salm-Kyrbourg (qui se ruine d’ailleurs pour l’édifier). 

Il est assez drôle de constater le décalage entre la fonction actuelle de l’hôtel de Salm, particulièrement solennelle, et les personnages hauts en couleur qui l’ont habité successivement.
On découvre ainsi avec amusement l’incroyable histoire de Claude Leuthereau, dit « marquis de Beauregard », en réalité perruquier de son état, qui connut la fortune après une fabuleuse arnaque et dont la prospérité a duré presque aussi longtemps que les milliers de bougies qu’il utilisait pour éclairer ses fêtes gatsbiennes3. Le faux marquis fut également un éphémère propriétaire du château de Bagatelle, dont le nom illustre bien son quart d’heure warholien.  

Antoine-Louis Barye, Bonaparte à cheval, vers 1845, bronze, Paris, musée de la Légion d’honneur

L’un des principaux intérêt de l’ouvrage est de nous donner à lire les interactions de la grande histoire avec la petite. Situé au cœur de la capitale, l’hôtel de Salm fut le témoin – et aussi malheureusement la victime collatérale – de la Terreur comme de la Commune : décapitation de son commanditaire et explosion de la poudrerie de Grenelle en 1794 ; incendie du 23 mai 1871 qui ravagea l’édifice.

L’ordre national de la Légion d’honneur est institué le 19 mai 1802 par Napoléon Bonaparte, alors Premier Consul, avec pour objectif, comme il le dira au camp militaire de Boulogne-sur-Mer le 15 août 1804 de « décorer [s]es soldats et [s]es savants ». Cette année-là, les premières décorations, principalement militaires, sont en effet décernées et l’ordre est installé sur le quai qui, deux siècles plus tard, prendra le nom d’un Grand-Croix de la Légion d’honneur, Valéry Giscard d’Estaing. L’hôtel de Salm est acquis par la chancellerie pour la somme de 251 000 francs, qui ajoute modestement 1 000 francs à l’enchère précédente… 

Jean-Baptiste Debret, Première Distribution des décorations de la Légion d’honneur faite par Napoléon dans l’église de l’hôtel impérial des Invalides, le 14 juillet 1804, 1812, huile sur toile, 503 x 431 cm, Versailles, musée national du Château de Versailles

Le bâtiment remplit les critères exigés par le premier chancelier, le comte de Lacépède (1756-1825), soit un lieu de réception élégant, digne de recevoir les cérémonies officielles et doté d’une adresse prestigieuse, en plein cœur de la capitale. Il plaît à celui qui deviendra empereur quelques mois plus tard, l’hôtel ayant servi de refuge aux enfants de sa tendre Joséphine pendant son séjour en prison en 17944.
La double impulsion donnée par Napoléon et Lacépède pose les jalons de l’institution à venir, avec les valeurs fondamentales du mérite et de la solidarité entre les membres de l’ordre. 

Contrairement à tous ceux qui lui ont succédé, exclusivement des militaires, Lacépède est un savant. Élevé par un père humaniste, féru de musique et de sciences physiques, il a une formation de zoologue et travaille notamment aux côtés de Buffon à l’élaboration de son Histoire naturelle (36 volumes parus de 1749 à 1789). Il s’adonne à sa tâche de chancelier avec une dévotion papale jusqu’aux Cents-Jours, essuyant les refus systématiques de l’empereur à ses demandes de démission.

Paulin Guérin (d’après Louis Hersent), Bernard-Germain-Étienne de la Ville-sur-Illon , comte de Lacépède (1756-1815), 1842, huile sur toile, 63 x 52 cm, Paris, musée de la Légion d’honneur (dépôt du musée national du Château de Versailles)

En 1814, après la défaite de Napoléon, les Alliés entrent dans Paris. Les jeunes nobles prussiens de la Coalition s’installent à l’hôtel de Salm, comme pour venger leur lointain aïeul.

Généraux et maréchaux accèdent à la charge de Grand Chancelier de l’ordre tout au long des XIXe et XXe siècles. On retrouve parmi eux un certain nombre de noms illustres, tels Exelmans ou Molitor qui ne sont pas sans évoquer aujourd’hui une promenade dominicale dans les grandes avenues autour de la bibliothèque Marmottan.

On assiste au fil des pages aux différents débats qui ont marqué l’histoire du bâtiment autour de sa réhabilitation sous l’Empire et de l’attribution de son budget de rénovation (alloué avec une extrême parcimonie  par l’empereur, réputé mauvais payeur), ou encore de la terrible joute opposant, sous la Troisième République, le directeur des Beaux-Arts Philippe de Chennevières au terrible architecte en chef François-Anastase Mortier, au cours de laquelle les mots de « chicanier », « harassant », « mielleux » et « liardeur »5  furent prononcés.

Décret impérial du 24 messidor an XII relatif aux cérémonies publiques, préséances, honneurs civils, Paris, musée de la Légion d’honneur

L’importance de la décoration est mise en avant dans le chapitre sur le mobilier, où l’on peut se rendre compte des volontés du Grand Chancelier Joseph Vinoy. Nommé en 1871 par Adolphe Thiers, celui dont le principal fait d’armes fut d’avoir participé à la prise d’Alger en 1830, fut le chef d’orchestre de la réhabilitation de l’hôtel de Salm après l’incendie communard. Une grande campagne de dons est lancée, permettant de réunir une importante collection de meubles Empire qui vient insister sur la fonction institutionnelle plutôt que sur le passé frivole de l’édifice. Le Louvre offre des œuvres, tout comme la Manufacture de Sèvres ou le célèbre philanthrope Richard Wallace, qui participent chacun à leur manière à la création du palais de la Légion d’honneur.

L’avant-dernier chapitre du livre est consacré au musée de la Légion d’honneur à proprement parler. Inauguré le 23 mars 1925 par le président de la République Gaston Doumergue, il est définitivement installé dans l’aile est du palais, après plusieurs projets d’exhibition de décorations, notamment lors de l’Exposition universelle de 1889. Son objectif principal est de célébrer et commémorer le souvenir des légionnaires6 et de faire vivre la mémoire de l’ordre au-delà de l’exposition des simples médailles – un but, avouons-le, pas facile à atteindre.

Carl Van Loo, La Fondation de l’ordre du Saint Esprit le 31 décembre 1578 par Henri III, sans date, huile sur toile, 480 x 350 cm, Paris, musée de la Légion d’honneur
Manteau de chevalier de l’ordre du Saint-Esprit, Paris, musée de la Légion d’honneur

Aujourd’hui, le musée offre un parcours chronologique avec de très riches collections. La plus belle pièce est sans doute le très impressionnant grand manteau de l’ordre du Saint-Esprit, présenté comme sortant directement du magnifique tableau de Carl Van Loo accroché à côté. 

Si vous quittez l’hôtel de Salm en bateau et descendez la Seine, vous arriverez (après six mois de navigation environ) dans la baie de San Francisco. Vous serez accueilli par le Legion of Honor, copie presque identique de l’hôtel de Salm. Initialement prévu pour accueillir le nouveau musée des beaux-arts de San Francisco, ce fac-similé américain a finalement été transformé en maison de la culture européenne et commémore les 3 500 soldats californiens morts pour la France durant le Première Guerre mondiale. Ce parallèle entre les deux palais clôt le dernier chapitre, et notre article par la même occasion.  

Le Legion of Honor à San Francisco, © Wikimedia Commons cc-by-3.0

Image du bandeau : Façade du musée de la Légion d’honneur, prise le 30 mars 2010, © Wikimedia Commons cc-by-3.0
Toutes les photographies prises au musée de la Légion d’honneur sont de Léo Savigny.

  1. Bien que le  prestige de la Légion d’honneur, accordée à près d’un million de Français depuis sa création, soit de plus en plus débattu à l’heure actuelle, elle reste dans l’imaginaire collectif un symbole fort de mérite ou de service rendu à la nation. []
  2. Joëlle Barreau, Anne Chefdebien, Jacques Foucart, Jean-Pierre Samoyault, L’Hôtel de Salm, palais de la Légion d’honneur, Paris, Éditions Monelle Hayot, 2009, p. 37. []
  3. Il fut d’ailleurs responsable de la dilapidation des collections de mobilier XVIIIe, vendues au plus offrant pour éponger ses nombreuses dettes. []
  4. Joëlle Barreau, Anne Chefdebien, Jacques Foucart, Jean-Pierre Samoyault, op. cit., p. 68. []
  5. Joëlle Barreau, Anne Chefdebien, Jacques Foucart, Jean-Pierre Samoyault, op. cit., p. 176. []
  6. Le terme ne caractérise pas seulement les soldats de la Légion étrangère, mais aussi les membres de la Légion d’honneur, généralement les chevaliers. []

OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Brice Ameille (14 juin 2024). L’Hôtel de Salm, palais de la Légion d’honneur, par Léo Savigny. Bibliothèque et villa Marmottan. Consulté le 15 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/11tls


Une réflexion sur « L’Hôtel de Salm, palais de la Légion d’honneur, par Léo Savigny »

  1. Un article passionnant et complet. Il me tarde désormais de visiter l’hôtel de Salm, merci pour cette fantastique découverte !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.