Tous les articles par Brice Ameille

Napoléon d’Abel Gance

Mardi 3 et mercredi 4 juillet, l’équipe de la bibliothèque et villa Marmottan a eu l’insigne chance d’être conviée à la générale du Napoléon (1927) d’Abel Gance1.

Restaurée grâce à la Cinémathèque française, l’œuvre était en effet projetée en grande première mondiale2 les 4 et 5 juillet à la Seine musicale de Boulogne-Billancourt.

La Seine musicale, Boulogne-Billancourt, 3 juillet 2024

Œuvre mythique s’il en est – souvent usurpé, le qualificatif est ici pleinement justifié –, Napoléon n’est pas un énième film sur l’empereur. Tout d’abord, parce que tourné en 1925 et 1926, il est l’un des tout premiers longs-métrages sur l’enfant d’Ajaccio3, et sans aucun doute le plus long jamais réalisé (la seconde version présentée en mai 1927 au Théâtre Apollo atteignant la durée totale de 9 h 304). Ensuite, parce qu’il n’évoque jamais, à proprement parler, l’empereur, puisqu’il s’achève avec la première campagne d’Italie, en avril 1796 (pour reprendre un distinguo habituel5, il aurait probablement été plus approprié de l’intituler Bonaparte). Enfin, parce que le film d’Abel Gance se signale par ses qualités plastiques, ses innovations formelles et techniques (placement de la caméra, surimpressions, filtres de couleur, « polyvision » finale…) et que le voir, près d’un siècle après sa réalisation, reste un vrai plaisir cinéphilique.

« Inédite et définitive », la version de 7 heures patiemment remontée par le chercheur et réalisateur Georges Mourier de 2008 à 2024 est basée sur la version Apollo, mais emprunte à la version Opéra ses fameux triptyques finaux. Aussi long qu’il soit, il faut savoir que dans l’esprit d’Abel Gance, le film n’était que le premier des huit épisodes qu’il se destinait à tourner pour narrer l’ensemble de l’épopée napoléonienne.

Partition des premiers violons ; la projection du film étant un véritable ciné-concert

Muet6, il n’en est pas moins sonore, comme c’était l’usage à l’époque. La musique originale, due à Arthur Honegger (qui empruntait également à Haydn et Mozart), n’a néanmoins pas été conservée, le réalisateur et le compositeur n’en ayant jamais été satisfaits. La Cinémathèque française a donc choisi de commander une nouvelle bande-son à Simon Cloquet-Lafollye, avec pour condition qu’il ne crée rien par lui-même, mais arrange, tisse entre elles, des œuvres du répertoire symphonique déjà existant.

C’est ainsi que deux orchestres, le Philharmonique de Radio France et le National, se sont partagé l’interprétation de cette partition-fleuve qui puise aussi bien chez Mozart que chez Penderecki7. Le chœur de Radio France est venu très ponctuellement prêter main forte pour entonner à deux reprises La Marseillaise de Rouget de Lisle, la première fois dans un savant désordre mimant l’apprentissage du chant par le peuple réuni, la seconde lorsque Napoléon, avant de partir pour l’Italie, repense aux heures fondatrices de la Convention.

Affiche originale du film, © Wikimedia Commons cc-by-3.0

Le prologue du film nous emmène à Brienne (Aube), où se trouvait depuis 1776 une antenne de l’École militaire de Paris. L’enfant d’une dizaine d’années qui incarne « Buonaparte », Vladimir Roudenko, dégage une telle force de caractère, une telle conviction, qu’on croit sans peine assister à la formation du futur empereur, alors moins seul contre tous que déjà au-dessus de tous. On connaissait par ouï-dire la bataille de boules de neige (vingt minutes !) et l’on n’a pas été déçu, loin s’en faut : l’inventivité des prises de vue, la volonté et l’intensité des regards du jeune Roudenko enthousiasment8.

Au cours de cet épisode apparaît un personnage que l’on retrouvera tout au long du film dans divers rôles et déguisements : Tristan Fleuri (joué par le grand acteur russe Nicolas Koline), fabriqué de toutes pièces par le réalisateur. Il est alors le cuisinier du collège et avertit Napoléon que ses camarades Phélippeaux et Peccaduc glissent des cailloux dans leurs boules de neige afin de le blesser méchamment. Figure de l’homme du peuple dévoué corps et âme à Napoléon, il sera plus tard aubergiste à Toulon, geôlier à Paris, et enfin soldat en Italie.

La leçon de géographie des îles est également savoureuse. Bonaparte s’indigne lorsque son professeur décrit la Corse comme une terre sauvage et rectifie rageusement dans son cahier en la nommant « la plus belle île du monde ». Au moment de quitter la salle, le maître s’aperçoit qu’il a oublié de mentionner une dernière île et revient au tableau la dessiner : Sainte-Hélène. Regards pensifs du jeune Bonaparte…

Un des intertitres du film où le discours est justifié historiquement ; ici, appuyé sur l’Histoire du Consulat et de l’Empire (1936-1953) de Louis Madelin

On mesure ici combien Abel Gance s’autorise des libertés avec l’histoire9. Un réel souci documentaire l’animait pourtant : dans les scènes corses, il précise ainsi que ce sont les lieux historiques qui sont montrés, et avant même la première image du film, il avait prévenu par un intertitre que tous les discours et récits qui allaient suivre et qui étaient véridiques seraient signalés comme tels10. Mais n’était-ce pas une manière de dire en creux que lorsqu’ils ne le seraient pas – et surtout lorsqu’ils seraient tout bonnement absents –, c’est qu’il avait arrangé les choses pour le mieux ?

Et Abel Gance ne s’est pas gêné pour contribuer à l’élaboration de la légende napoléonienne. C’est ainsi que le jeune capitaine sera montré fuyant la vindicte de Pozzo di Borgo– son plus farouche ennemi corse11 qui souhaite s’allier aux Anglais – dans une petite barque dont la voile de fortune n’est autre que le drapeau français qu’il a arraché au fronton de la mairie d’Ajaccio ; puis qu’après une tempête épique, il sera miraculeusement repêché par ses frères Joseph et Lucien sur un navire qui passait fortuitement par là et qui, tout aussi fortuitement sans doute, se nomme Le Hasard.

D’une manière assez surprenante, mais qui se comprend aisément dès lors qu’on replace le film dans le colossal projet des huit épisodes, Napoléon passe à plusieurs moments au second plan.

Napoléon, interprété par l’acteur Albert Dieudonné, dans la deuxième partie du film

C’est en particulier frappant lors des journées révolutionnaires de 1792. Albert Dieudonné – resté pour tant de cinéphiles du monde entier le visage même de l’empereur (qu’il n’est pas encore) – disparaît de l’écran durant de longues minutes au profit de Danton (Alexandre Koubitzky), Marat (Antonin Artaud)12 et surtout Robespierre (Edmond Van Daële). Dans la deuxième partie, Abel Gance lui-même, dont le profil n’est pas sans évoquer celui d’André Breton, jouera un Saint-Just impitoyable. La séquence à la Convention, avec cette foule qui vibre au son de La Marseillaise (et que le spectateur entend alors interprétée par le chœur de Radio France), emporte et enivre d’autant plus que la caméra a parfois été posée sur une balançoire !

Après un deuxième entracte, la première partie s’achève avec le siège de Toulon, qu’on se permettra de juger trop étiré et répétitif en comparaison des passages qui l’ont précédé, autrement plus rythmés et inspirés visuellement. Tristan Fleuri, désormais aubergiste, réapparaît et, avec lui, ses enfants, le petit Marcellin et la jeune Violine, qui fond pour le bel et valeureux Napoléon. (Notons que la vie mima la fiction, puisque Annabella, la titulaire du rôle, devint la maîtresse d’Albert Dieudonné et eut une fille de lui en 1928.)

Bonaparte au « bal des victimes »

La deuxième partie, vue le lendemain matin 4 juillet, retrouve les révolutionnaires. À nouveau, Bonaparte se fait discret et c’est le visage grêlé par la petite vérole de Robespierre que l’on voit partout… avant que sa soif de sang ne se retourne contre lui.

C’est lors d’un « bal des victimes »13 que se déroule la vraie rencontre entre Napoléon et Joséphine (Gina Manès). Ils s’étaient déjà croisés quelques mois plus tôt dans la capitale : alors inconnu, ignoré et misérable, le Corse avait aperçu l’élégante créole qui descendait, toute frivole, d’une calèche. À présent, Napoléon est l’homme dont tout le monde parle et Joséphine, aguicheuse, lui fait tourner la tête14.

Les futurs amants se revoient à l’occasion de la supplique du jeune Eugène de Beauharnais, qui donne lieu à l’un des moments les plus cocasses du film. Venu prier le « général Vendémiaire » de lui laisser le droit de conserver l’épée de son défunt père, l’adolescent jette ensuite des regards en coin gentiment moqueurs aux tourtereaux : Bonaparte, qui brûle de se déclarer mais en est incapable, y est touchant de ridicule.

Dépité de son échec, il court prendre des leçons auprès du grand comédien Talma, et là encore, on rit franchement devant la fraîcheur de son enthousiasme – Roméo, le surnomme d’ailleurs Abel Gance.

La campagne d’Italie en polyvision

Si la pure (et mièvre, disons-le) Violine met tout en œuvre pour rester auprès de son idole, puisqu’elle réussit à devenir la servante de Joséphine, Napoléon ne tarde pas à reprendre du service pour la grandeur de la France15 et à quitter ses deux amoureuses. Après s’être replongé aux sources de la Révolution dans la salle vide de la Convention peuplée des fantômes de Marat, Danton, Robespierre et Saint-Just, il se marie en quatrième vitesse et saute dans une calèche direction l’Italie !

Là-bas l’attend sa première campagne militaire… et des milliers de soldats affamés et démotivés. La vision de leur sauveur les transcende et les transfigure : la victoire ne fait plus aucun doute. Abel Gance profite de ces scènes avec près d’un millier de figurants pour mettre en place sa « polyvision ». Trois images sont projetées simultanément côte à côte, qui tantôt montrent trois vues différentes, tantôt déroulent l’impressionnant panorama d’un champ de bataille. Tel un aigle16, Bonaparte le contemple depuis les Alpes, songeant aux prochaines victoires et à la conquête de la liberté, lui l’héritier de la Révolution française, lui le grand homme que tout un peuple attend.

Animal-totem de Napoléon Bonaparte, l’aigle plane sur tout le film

Sauf mention contraire, toutes les photographies ont été prises par Brice Ameille les 3 et 4 juillet 2024 à la Seine musicale.


  1. Nous tenons à remercier chaleureusement Jean-Christophe Mikhaïloff, directeur de la communication, des relations extérieures et du développement de la Cinémathèque française, qui a eu la gentillesse de nous y convier. []
  2. Seule la première partie du film avait été montrée en ouverture de Cannes Classics au 77e Festival de Cannes le 18 avril 2024. []
  3. Quand bien même le personnage de Napoléon avait déjà été mis à l’honneur bien des fois par la caméra, les films étaient alors le plus souvent des courts ou des moyens-métrages. Voir les titres, échelonnés de 1897 à 1927, dans la liste suivante : https://fr.wikipedia.org/wiki/Napol%C3%A9on_Ier_au_cin%C3%A9ma (consulté le 5 juillet 2024). []
  4. La première version, présentée à l’Opéra de Paris le 7 avril 1927, durait quant à elle près de 4 h. []
  5. Voir par exemple les deux livres du duo Job-Montorgueil, Bonaparte (1910) et Napoléon (1921). Ce dernier ouvrage s’ouvre par ces mots : « Napoléon ! Bonaparte. Pourquoi distinguer entre ces noms ? Le vainqueur de Lodi n’est-ce pas le vainqueur d’Austerlitz ? Qu’est-ce qui sépare le soldat de la République du conquérant couronné ? Un trône. C’est ainsi que nous avons, dans l’album précédent, arrêté l’histoire de Bonaparte à la cérémonie du couronnement. » Voir : https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k65663711/f9.item (consulté le 5 juillet 2024). []
  6. Le premier film parlant, Jazz Singer d’Alan Crosland, ne sort que quelques mois plus tard, le 6 octobre 1927 aux États-Unis. []
  7. L’Orchestre philharmonique de Radio France interprète la première partie du film, l’Orchestre national de France, la seconde. []
  8. À notre humble avis, c’est avec l’enfance de Bonaparte que le film d’Abel Gance atteint au chef-d’œuvre. Si Albert Dieudonné est passé à la postérité pour son incarnation de l’homme adulte, Vladimir Roudenko (aussi bouleversant de justesse que le Jean-Pierre Léaud des Quatre Cents Coups), l’aurait mérité tout autant. Pour en voir des images (non libres de droits), tirées du film : https://urlr.me/YBQjw (consulté le 9 juillet 2024). []
  9. Notons que le titre intégral est d’ailleurs Napoléon vu par Abel Gance. []
  10. La mention Historique, parfois suivie de la source (le nom de l’auteur) figure alors après le texte. []
  11. Du moins dans le film. []
  12. Charlotte Cordier, sa meurtrière, est incarnée par Marguerite Gance, épouse du réalisateur. []
  13. Après la Terreur, les Parisiens sont pris d’une frénésie compréhensible de plaisirs et de divertissements. Les bals y sont nombreux, et parmi eux les « bals des victimes » où, pour participer, il fallait avoir eu un parent victime de la guillotine révolutionnaire. []
  14. Le capacité légendaire de Napoléon de mener de front deux activités est illustrée par la partie d’échecs qu’il remporte contre Lazare Hoche tout en n’ayant d’yeux que pour Joséphine. Son adversaire perd d’ailleurs doublement, au jeu et en amour, puisqu’il était jusqu’alors le protecteur de Mme de Beauharnais. « Vous êtes décidément meilleur général que moi », lui concède-t-il, beau joueur. []
  15. « Je suis jalouse de la France ! », avoue Joséphine, les larmes aux yeux. []
  16. L’oiseau accompagne Napoléon depuis l’adolescence. À Brienne, il possédait un aiglon, que lui avait offert l’un de ses oncles, avant que les cruels Phélippeaux et Peccaduc ne le fassent envoler de sa cage. []

Lauréats des résidences artistiques 2024-2025

L’équipe de la bibliothèque et villa Marmottan est heureuse de vous annoncer les lauréats des résidences artistiques de l’année 2024-2025.

Outre la jouissance d’un appartement-atelier mis gracieusement à disposition, ils percevront une bourse de vie mensuelle de 1500 euros bruts ainsi qu’une aide à la production.

Après examen des dossiers de candidature, les différents jurys composés des membres de l’Académie des beaux-arts – réunis par discipline les 7, 14 juin et 1er juillet 2024 – ont décidé de retenir les candidats suivants :

  • Romane MADEDE-GALAN, architecture ; résidence de 3 mois
  • Wandrille POTEZ, photographie ; résidence de 10 mois
  • Adrien ROUSSEAU, paysagisme ; résidence de 3 mois
  • Takuma SAITO, composition musicale ; résidence de 10 mois
  • Thomas TARDIVO, design ; résidence de 3 mois

Nous nous réjouissons à la perspective d’accueillir les lauréats et d’entamer avec eux un dialogue que nous devinons fructueux.

Image du bandeau : photographie de Daniele Rocco, 10 mai 2024

Lauréats des résidences chercheurs 2024-2025

L’équipe de la bibliothèque et villa Marmottan est heureuse de vous annoncer les noms des lauréates des résidences chercheurs de l’année 2024-2025.

Du fait des travaux actuellement en cours à la bibliothèque, les logements destinés aux chercheurs sont indisponibles.
Il a donc été décidé de modifier exceptionnellement le format des bourses offertes et c’est ainsi que, l’an prochain, pas moins de six chercheurs bénéficieront d’un soutien financier de l’Académie des beaux-arts.
Deux bourses de 6 mois et quatre de 2 mois (à raison de 1 500 € bruts par mois) ont été allouées.

Nous nous réjouissons à la perspective d’accueillir les lauréates et d’entamer avec elles un dialogue que nous devinons fructueux.

Bourses de 6 mois

  • Caroline LEGRAND, « La comédie à l’ère romantique (1815-1855) », Université de Rouen
  • Pauline TEYSSIER, « L’hospice de Charenton (1797-1825) », Université Paris I – Panthéon-Sorbonne

Bourses de 2 mois

  • Shandiva BANERJEE, « Le contrôle des gens de couleur en France métropolitaine (1777-1848) », Université Paris I – Panthéon-Sorbonne
  • Juliette MILLERON-BESENVAL, « L’imprimerie nationale au travail (1793-1830) », Université Paris I – Panthéon-Sorbonne
  • Sophie RECORDIER, « Joseph Chinard (1756-1813) », Sorbonne Université
  • Noémie ROCHAT NOGALES, « Édition du Dernier Homme (1805) de Cousin de Grainville », Université de Lausanne

Image du bandeau : photographie H&K – Victor Point, 2019

La galerie des estampes

C’étaient les derniers espaces de la villa Marmottan que nous ne vous avions pas encore présentés : la galerie des estampes et son antichambre.

Conçue, comme son nom l’indique, pour abriter dessins et gravures de Paul Marmottan, la galerie des estampes, d’une superficie de 80 m², est depuis l’origine l’une des pièces maîtresses du site.

La galerie des estampes avant restauration, photographiée par Daniele Rocco le 23 novembre 2021
La galerie des estampes restaurée

Éclairée par deux verrières zénithales restaurées par Nolwenn de Kergommeaux, la salle dispose d’une belle lumière, mise en valeur par la nouvelle couleur beige1 des murs et rehaussée par les soubassements en faux marbre de Sienne. Les peintures et les décors peints ont été réalisés par l’Atelier de Ricou, sous la supervision de Pauline Fouville2.

Détail de la verrière

En son centre se trouve un très grand meuble en chêne que Marmottan lui-même fit construire, vraisemblablement dans les années 1920, comme l’a révélé l’étude menée au printemps 2024 par Nelly Koenig (Atelier KoPal), conservatrice-restauratrice du patrimoine spécialisée en bois. C’est là que sont conservées, dans soixante-dix tiroirs, les quelque 6 000 estampes du collectionneur.

On distingue au centre, sous le plateau, une prise, car le meuble à estampes était à l’origine électrifié pour permettre le branchement de lampes
Le meuble a conservé ses étiquettes de l’époque de Paul Marmottan, écrites par lui-même ou par son bibliothécaire Paul Fleuriot de Langle

Quatre bancs, fabriqués par les Établissements Guégan d’après les banquettes d’origine signées Jacob-Desmalter, trouvent leur place de part et d’autre du meuble, dissimulant habilement les radiateurs Ascova installés par l’entreprise PCVE.

À la Marmottane, on veille aux détails : les nouveaux interrupteurs électriques ont le cachet de l’ancien
L’architecte du patrimoine Jennifer Didelon a eu l’ingénieuse idée de dissimuler les radiateurs en fonte sous des bancs contemporains mais respectueux de l’esprit Empire de la villa Marmottan

À terme, les murs de la pièce recevront les plus beaux tableaux de la bibliothèque et villa Marmottan, parmi lesquels le fameux autoportrait de Constance Mayer3, chef-d’œuvre de la collection.

Les toiles seront éclairées par des spots de la marque Kreon, posés sur rail par l’entreprise Ertelec.

La porte-fenêtre de la galerie des estampes, côté nord

On peut accéder à la galerie des estampes de deux manières. Pendant longtemps, le public ne pénétrait dans la pièce que par la façade sud, c’est-à-dire directement depuis le jardin. Le petit escalier de quatre marches a été restauré, le garde-corps récupèrera bientôt son « soleil » de bronze et d’élégantes appliques du fabricant Mauduit-Biard ont été installées de part et d’autre de la porte-fenêtre peinte en vert bronze.

Façade sud de la galerie des estampes : l’une des entrées possibles, par le jardin

Lorsque le site sera rouvert à tous, il sera également possible d’entrer dans la galerie depuis la villa. Si vous avez lu notre présentation du bâtiment dans un billet précédent4, vous vous souvenez peut-être qu’à main gauche du vestibule se trouve une petite pièce, dénommée précisément antichambre, car elle conduit à la galerie.

Porte à double battant de la galerie des estampes ouvrant sur l’antichambre
L’antichambre avant restauration, photographiée par Daniele Rocco le 23 novembre 2021
L’antichambre de la galerie des estampes restaurée, avec ses meubles à estampes (côté nord)
L’antichambre de la galerie des estampes (côté sud)

En attendant les premiers visiteurs qui viendront y consulter et étudier des estampes, l’antichambre– également restaurée par l’Atelier de Ricou – accueille pour le moment une partie de l’équipe de la bibliothèque, qui a dû y déménager ses bureaux en raison des travaux actuellement en cours.

De l’autre côté de l’antichambre, à main droite du vestibule, donc, s’ouvre un charmant petit salon, dont les portes sont décorées de délicates danseuses néo-pompéiennes dans le goût Empire.

Le petit salon avant restauration, photographié par Daniele Rocco le 23 novembre 2021
Le petit salon photographié par Léa Guintrand, le 31 janvier 2024, avec le mobilier de Constance Guisset

La pièce, comme les appartements-ateliers des artistes en résidence, a été gracieusement meublée par la designeuse Constance Guisset. On y trouve ainsi son iconique luminaire Vertigo, son canapé Nubilo ou encore l’une de ses tables Ankara.

Ici se termine donc votre visite virtuelle de la villa. Nous sommes impatients de vous y accueillir en chair et en os, mais avant cela, place à la phase 2 du chantier… dont nous vous donnerons des nouvelles très prochainement.

Sauf mention contraire, toutes les photographies ont été prises par Daniele Rocco le 3 mai 2024.


  1. Plus précisément : une peinture beige teintée d’oxyde jaune, de terre de Sienne naturelle et d’oxyde rouge. []
  2. Voir, sur notre chaîne YouTube son entretien avec Léo Savigny : https://www.youtube.com/watch?v=a2PdYxoAhGc (consulté le 1er juillet 2024). []
  3. Voir https://fr.wikipedia.org/wiki/Constance_Mayer (consulté le 28 juin 2024). []
  4. Voir https://marmottan.hypotheses.org/20687. []

Deux communications devant l’Académie des beaux-arts

Hier, mercredi 26 juin, nos pensionnaires Clara Baudet et Michele Morselli, ont fait part aux membres de l’Académie des beaux-arts réunis en séance plénière de leurs travaux menés durant leur résidence à la bibliothèque Marmottan.

Clara Baudet et Michele Morselli entourant Adrien Goetz, directeur de la bibliothèque et villa Marmottan, à l’Institut de France, le 26 juin 2024 ; photographie : Louis Paris

Clara a prononcé une communication sur les « adelphités franco-napolitaines dans la littérature post-révolutionnaire » et Michele a évoqué le « merveilleux de la légende napoléonienne dans les romans de jeunesse d’Honoré de Balzac ».

Leur séjour à la Marmottane touchant à sa fin, il nous reste à leur redire combien nous avons apprécié leur présence si chaleureuse parmi nous et à leur souhaiter bon vent pour leurs prochaines aventures.

Au revoir, Clara et Michele !