Archives de catégorie : Questionnaires

Le questionnaire de Monsieur Paul (3)

1) Comment se nomme le général en chef qui fut responsable de la déroute des Français en Russie ?

a) Michel Barclay de Tolly
b) Matveï Platov
c) Mikhaïl Koutouzov

2) Quelle fonction occupa Louis de Fontanes sous l’Empire ?

a) Grand maître de l’Université
b) Grand maître des cérémonies
c) Secrétaire particulier d’Élisa Bonaparte

3) Quel était le fils préféré de Letizia Bonaparte ?

a) Napoléon
b) Lucien
c) Joseph

4) Comment se nomme le type de coiffure de la jeune femme ci-dessous ?

a) à la Titus
b) à la garçonne
c) à la mascotte

5) Quel livre écrit durant le Consulat s’adresse à « la France silencieuse mais éclairée » ?

a) Le Génie du christianisme de François-René de Chateaubriand
b) Les Crimes de l’amour du marquis de Sade
c) Delphine de Mme de Staël

6) De quel maréchal Napoléon a-t-il dit : « Je l’avais pris pygmée, je l’ai perdu géant » ?

a) André Masséna
b) Jean Lannes
c) Louis-Nicolas Davout

7) De quelle couleur était l’habit des ministres de Napoléon ?

a) Bleu à broderies argent
b) Rouge à broderies argent
c) Vert à broderies or

8) Qui est Claude-François de Malet ?

a) Le plus fidèle confident de Joséphine
b) Un général qui tenta un coup d’État contre Napoléon en 1812
c) L’ébéniste qui réalisa le lit de Joachim Murat au château de Benrath

9) Sur quelle campagne napoléonienne le sergent Bourgogne a-t-il laissé des souvenirs ?

a) La campagne de Russie de 1812
b) La campagne d’Italie de 1797-1797
c) La campagne d’Allemagne de 1805

10) Qui se cache derrière cette description : « [Il] ressemble à un étudiant germanique prolongé : il est long, dégingandé, légèrement voûté, complètement myope et il cache ses yeux pâles sous des besicles teintées »1 ?

a) Étienne-Nicolas Méhul
b) Benjamin Constant
c) Lucien Bonaparte

11) Napoléon a créé

a) Les communes
b) Les régions
c) Les départements

12) Où est élevé le fils de Napoléon après la mort de ce dernier ?

a) À Munich
b) À Rome
c) À Vienne

13) Qui est Jean-David Lassagne ?

a) Le secrétaire particulier de l’impératrice Marie-Louise
b) Un capitaine très aimé de ses hommes et promis à une brillante carrière, mais qui fut fauché par un boulet de canon à la bataille d’Austerlitz
c) La fausse identité sous laquelle Chateaubriand rentre à Paris le 10 mai 1800

14) Qui avait pour devise « Ma hardiesse vient de mon ardeur » ?

a) Louis-Gabriel Suchet
b) Pauline Borghèse
c) Michel Ney

15) Qui est le comte de Marbeuf ?

a) Le « protecteur » de Letizia Bonaparte lorsqu’elle était encore jeune mariée
b) Le ministre des finances Martin-Michel-Charles Gaudin
c) Un émigré royaliste qui tenta un enlèvement de Bonaparte

16) Comment Napoléon porte-t-il le bicorne ?

a) « De travers »
b) « En colonne »
c) « En bataille »

17) Parmi ces ordres, lequel n’a pas été créé par Napoléon ?

a) L’ordre de la Fidélité
b) L’ordre de la Couronne de fer
c) L’ordre de la Réunion

18) Où sont conservés les documents confidentiels du service du Premier Consul ?

a) Dans une chambre forte
b) Dans un portefeuille
c) Derrière un faux décor de livres

19) Qui a composé la romance « Partant pour la Syrie », devenue par la suite l’hymne national officieux sous le Second Empire ?

a) Louis-François-Philippe Drouet
b) Jean-François Le Sueur
c) Hortense de Beauharnais

20) Combien y a-t-il en France de musées nationaux dédiés à Napoléon ?

a) 2
b) 4
c) 10


Réponses
1-c ; 2-a ; 3-b ; 4-a ; 5-c ; 6-b ; 7-a ; 8-b ; 9-a ; 10-b ; 11-a ; 12-c ; 13-c ; 14-b ; 15-a ; 16-c ; 17-a ; 18-b ; 19-c ; 20-b

Question 1.
Matveï Platov (1753-1818) commanda les troupes cosaques durant les guerres napoléoniennes et s’illustra pendant la campagne de Russie, mais ce fut bien Mikhaïl Koutouzov (1745-1813) qui dirigea les opérations de la « Grande guerre patriotique ». Il avait réussi à supplanter Barclay de Tolly (1761-1818), lequel, malgré la l’appui du tsar, avait contre lui son origine germano-balte.

Question 2.
Le Grand maître des cérémonies est Louis-Philippe de Ségur (voir notre billet sur la maison de l’empereur : https://marmottan.hypotheses.org/11051). Si l’homme de lettres Louis de Fontanes (1757-1821) ne fut pas le secrétaire particulier d’Élisa Bonaparte, il fut néanmoins l’un de ses plus célèbres amants.

Question 3.
« Lucien est un enfant choyé. Letizia éprouve une tendresse particulière pour lui, peut-être parce qu’avant sa naissance elle a pleuré la mort de deux filles dans les premières heures de leur courte existence. Sa bonne humeur, sa joie de vivre ont représenté une consolation puissante pour la jeune mère endeuillée. Jusqu’à son dernier souffle, Lucien restera fidèle à ce sentiment profond et aimera envers et contre tous son petit Lucien. » (Cédric Lewandowski, Lucien Bonaparte, le prince républicain, Paris, Passés composés, 2019, p. 27.)

Question 4.
La coiffure « à la Titus » fut popularisée à la fin du XVIIIe siècle à la suite, pense-t-on, de l’interprétation en 1791 par Talma (voir https://marmottan.hypotheses.org/12712) du rôle de l’empereur Titus dans la tragédie Brutus (1730) de Voltaire. Si le grand comédien est à l’origine de la mode chez les hommes, ce serait Mme Tallien qui aurait lancé la vogue chez les femmes. Les cheveux sont portés courts, souvent avec de petites mèches aplaties sur le front ou les tempes.

Question 5.
Publié en 1802 à Genève, Delphine de Germaine de Staël est un roman par lettres qui analyse la condition féminine dans une société aristocratique au lendemain de la Révolution. Bien que l’intrigue soit censée se dérouler en 1791, Napoléon perçoit le livre comme une critique implicite de son Consulat. « Tout cela, c’est de la métaphysique de sentiment, du désordre d’esprit. Je ne peux pas souffrir cette femme-là ! », fulmine-t-il, avant de signifier à Mme de Staël son exil de Paris. (Cité dans Françoise Wagener, Madame Récamier, Paris, JC Lattès, 1986, p. 124.)

Question 8.
Né à Dole dans la petite noblesse, Claude-François de Malet (1754-1812) mène une carrière dans les armes et affirme des convictions républicaines au moment de la Révolution. Opposé au consulat à vie, il accepte bon gré mal gré le régime impérial, avant d’être nommé gouverneur de Rome en 1806. Là-bas, il commet plusieurs maladresses vis-à-vis du pouvoir civil, trempe dans quelques malversations et continue de faire étalage de ses opinions politiques. Renvoyé en France par Eugène de Beauharnais, vice-roi d’Italie, il est mis à la retraite le 31 mai 1808.
Il est peu après emprisonné pour avoir projeté, avec d’autres conjurés, de placarder des affiches proclamant le vote de la déchéance de Napoléon par le Sénat et pour avoir réfléchi à la constitution d’un nouveau gouvernement.
En octobre 1812, toujours obsédé par l’idée d’en finir avec le régime impérial, il décide de profiter de l’éloignement de Napoléon, parti combattre en Russie, pour propager la nouvelle de sa mort.
Écoutons Marc Allégret nous dérouler les péripéties de la nuit fatidique du 23 octobre : « Le 22 octobre, vers 10 heures du soir, Malet et l’abbé Lafon s’évadent de la maison de santé […] : ils partaient pour renverser, à eux seuls, l’Empire français. Ils passent une partie de la nuit dans la mansarde d’un religieux espagnol, ami de Lafon. Malet revêt un uniforme de général de division fourni par sa femme ; Rateau, un caporal de la garde nationale, échange le sien contre celui d’aide de camp du général ; et Boutreux, bachelier en droit, ceint une écharpe tricolore, comme celle des commissaires de police.
Le 23, à quatre heures du matin, le trio se présente au poste de garde de la caserne Popincourt […]. Rateau annonce avec superbe : “Ronde d’officier général” et communique le mot de passe (ce jour-là, c’était, ironie de l’histoire, le mot conspiration). Au commandant Soulier, chef de la 10e cohorte de la garde nationale, malade dans sa chambre, Malet, qui avait pris le nom de général Lamotte, déclare : “Commandant, l’Empereur est mort le 7 octobre sous les murs de Moscou. Le gouvernement impérial est renversé”. Soulier le croit sur paroles et fait réunir la 10e cohorte, sous la pluie, dans la cour de la caserne, où Malet fait lire un faux sénatus-consulte annonçant la formation d’un gouvernement provisoire et une proclamation à l’armée.
Au lever du jour, plusieurs compagnies de la 10e cohorte suivent Malet à la prison de la Force où il fait délivrer […] les généraux républicains Lahorie […] et Guidal […].
Il est six heures du matin. Conformément aux ordres de Malet, Lahorie, avec une compagnie de soldats, fait arrêter le préfet de police Pasquier (remplacé par Boutreux), Desmarest, chef de la sûreté et Savary, duc de Rovigo, ministre de la Police (que Lahorie remplace) et tous trois sont immédiatement incarcérés à la prison de la Force.
De son côté, le commandant Soulier, conformément aux ordres de Malet, se rend avec une compagnie, à l’Hôtel-de-ville, où Frochot, préfet de la Seine, lui aussi abusé, met à sa disposition une salle de réunion pour le gouvernement provisoire.
En outre, le colonel Rabbe, qui commande la garde nationale de Paris, fait occuper par ses troupes, selon les ordres de Malet, la Trésorerie et les barrières de Paris.
Vers neuf heures, Malet se rend au domicile du général Hulin, qui commande la place de Paris […]. Hulin […] résiste et demande des explications. Malet lui fracasse la mâchoire d’un coup de pistolet. […] Mais, sitôt après, au n° 7, à l’hôtel de la place de Paris, les adjoints du gouverneur (le colonel Doucet et le commandant Laborde) démasquent Malet, le maîtrisent, appellent à l’aide et désormais c’est l’échec du coup d’État.
Malet et ses complices sont arrêtés. Les hauts personnages, Savary, Pasquier et Desmarest sont libérés et rétablis dans leurs fonctions. À midi, tout est rentré dans l’ordre. » (Marc Allégret, Revue du Souvenir Napoléonien, 2004 ; accessible en ligne à l’adresse suivante : https://www.napoleon.org/histoire-des-2-empires/biographies/malet-claude-francois-de-1754-1812-general-initiateur-de-la-conspiration-contre-napoleon-1812/ ; consulté le 14 mai 2024.)
Signalons également sur cette tentative de coup d’État du 23 octobre 1812, le film La Conspiration du général Malet (1963), coproduit par l’historien André Castelot et visible sur le site de l’INA : https://madelen.ina.fr/content/la-conspiration-du-general-malet-76553 (consulté le 14 mai 2024).

Question 13.
Émigré en 1792 pour rallier l’armée contre-révolutionnaire des Princes, François-René de Chateaubriand revient en France en mai 1800, muni d’un faux passeport au nom de Jean-David Lassagne, originaire de la principauté prussienne de Neuchâtel.

Question 15.
Issu de la vieille aristocratie bretonne, Louis-Charles-René de Marbeuf (1712-1786) arrive en Corse à la fin de l’année 1764 pour y poursuivre la politique française de colonisation de l’île. Il ne tarde pas à s’éprendre de la jeune Letizia Bonaparte. Selon le comte Jean-Victor Colchen (1751-1830), jeune avocat messin qui les fréquente alors : « La femme qui marquait le plus à Ajaccio était Madame Buonaparte. Depuis deux ans, elle était l’objet des soins les plus empressés et l’on peut dire du culte de M. de Marbeuf. Il en était éperdument amoureux. » (Cité dans David Chanteranne, Le Sacre de Napoléon, Paris, Tallandier, 2004.) Leur liaison n’était un mystère pour personne – un portrait de Marbeuf était même accroché à la place d’honneur, à côté de celui de Letizia, dans la maison familiale de la rue Malerba – et « dura un peu plus de dix années, jusqu’au remariage du comte en 1783 avec une jeune fille de 18 ans… » (Cédric Lewandowksi, Lucien Bonaparte, le prince républicain, Paris, Passés composés, p. 25.)

Question 16.
Porter un bicorne « en colonne » signifie le porter perpendiculairement à la ligne des épaules, les deux pointes en avant et en arrière ; le porter « en bataille » signifie en revanche qu’il est parallèle aux épaules.
À la différence des officiers qui le portaient « en colonne » (voir le défilé traditionnel des polytechniciens lors du 14 juillet), Napoléon portait le bicorne comme un simple soldat, « en bataille ».

Question 17.
L’ordre de la Couronne de fer a été créé le 5 juin 1805 à Milan par Napoléon (roi d’Italie depuis le 17 mars), sur le modèle de la Légion d’honneur. Six ans plus tard, après avoir annexé le royaume de Hollande, il fonde l’ordre de la Réunion le 18 octobre 1811, nouvelle distinction civile et militaire.
L’ordre de la Fidélité, fondé en 1715, est un ordre de chevalerie du grand-duché de Bade.

Question 18.
Les documents confidentiels étaient rangés dans un portefeuille en maroquin vert, à rabat, fermé par une serrure en argent ciselé. Deux gardes se relayaient pour surveiller en permanence l’accès au cabinet de travail où se trouvait le portefeuille du Premier Consul. Le baron Méneval puis le baron Fain étaient les seuls à pouvoir accéder, en qualité de secrétaires du portefeuille, à la précieuse serviette. Trois exemplaires sont parvenus jusqu’à nous et sont conservés dans la collection Bruno Ledoux, au musée de l’Armée et au musée national des châteaux de Malmaison et Bois-Préau.

Question 19.
On a cru un temps, à la suite du musicologue Arthur Pougin, que la romance « Partant pour la Syrie » n’était pas d’Hortense de Beauharnais, comme le disait la tradition, mais de Louis-François-Philippe Drouet, flûtiste à la cour du roi de Hollande (Louis Bonaparte). Mais les dernières recherches ont rendu à la belle-fille de Napoléon son statut d’auteur. Voir : https://www.napoleon.org/magazine/plaisirs-napoleoniens/partant-pour-la-syrie-ou-le-beau-dunois/ (consulté le 13 mai 2024).

Question 20.
Les quatre musées nationaux sont les suivants :
– le musée national des châteaux de Malmaison et de Bois-Préau ;
– le musée Napoléon Ier du château de Fontainebleau ;
– le musée de la Maison Bonaparte à Ajaccio ;
– le musée napoléonien de l’île d’Aix.


Légendes des illustrations
De haut en bas :
– Roman Volkov, Mikhaïl Koutouzov, huile sur toile, 1813, dimensions et localisation inconnues, © Wikimedia Commons cc-by-3.0
– Auguste-Henri Dufour, Carte de l’Empire français en 1812, 1865, © Wikimedia Commons cc-by-3.0
– Gérard van der Puyl, Généraux et officiers du camp de Boulogne-sur-Mer, 1804, technique et dimensions inconnues, Calais, musée des beaux-arts et de la dentelle, © Wikimedia Commons cc-by-3.0
– Pierre-Michel Alix, d’après Jean-Baptiste Mallet, le Beau Dunois, date inconnue, source : Gallica ; https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b53230424t
– Façade de la maison Napoléon Bonaparte à Ajaccio, rue Saint-Charles, © Wikimedia Commons cc-by-3.0
– Pierre-Narcisse Guérin, Jeune Fille en buste, vers 1795, huile sur toile, 61 x 50 cm, Paris, musée du Louvre, RF 1978 49 – https://collections.louvre.fr/ark:/53355/cl010059086 – https://collections.louvre.fr/CGU

Image du bandeau : Auguste-Henri Dufour, Carte de l’Empire français en 1812, 1865, © Wikimedia Commons cc-by-3.0

  1. Françoise Wagener, Mme Récamier, Paris, JC Lattès, 1986, p. 166. []

Le questionnaire de Monsieur Paul (2)

1) Comment s’appelle le cheval le plus célèbre de Napoléon ?

a) Vizir
b) Bucéphale
c) Jappeloup

2) De qui Napoléon a-t-il dit : « Je ne remplacerai jamais cet homme-là. Il avait ses défauts, mais c’est le seul homme d’État que j’ai eu. » ?

a) Jean-Étienne-Marie Portalis
b) Joseph Fouché
c) Armand de Caulaincourt

3) Quel paysagiste était particulièrement apprécié de Caroline Murat ?

a) Pierre-Henri de Valenciennes
b) Jean-Victor Bertin
c) Joseph Rebell

4) Parmi les femmes suivantes, laquelle ne fut jamais pressentie pour devenir la nouvelle épouse de l’empereur ?

a) Augusta Sophie de Hanovre
b) Charlotte Bonaparte
c) Catherine Pavlovna

5) En quoi la rue d’Hauteville, dans le Xe arrondissement parisien, est-elle liée à l’histoire napoléonienne ?

a) Elle porte le nom d’un célèbre administrateur de l’Empire
b) Elle abrite un hôtel particulier de style Consulat
c) Elle fut le théâtre d’une tentative d’enlèvement de Napoléon

6) Qui a dit : « Pour bien administrer, il faut avoir son cœur dans la tête » ?

a) Charles-Maurice de Talleyrand-Périgord
b) Napoléon Bonaparte
c) Géraud-Christophe-Michel Duroc

7) Quel événement a inspiré à Balzac l’écriture d’Une ténébreuse affaire ?

a) L’affaire Trumeau, du nom d’un épicier qui empoisonna sa fille en 1803
b) L’enlèvement de Clément de Ris par des hommes de Joseph Fouché le 23 septembre 1800
c) La « conspiration des poignards » du 10 octobre 1800

8) Qui est le ministre de la Guerre de Napoléon de 1807 à 1814 ?

a) Henri-Jacques-Guillaume Clarke
b) Louis-Nicolas Davout
c) Jean-Antoine Chaptal

9) Où se trouve Clèves dont les Murat sont duc et duchesse ?

a) Dans la Suisse alémanique
b) Dans le nord de la France
c) Dans une région à cheval sur les Pays-Bas et l’Allemagne

10) Quel frère de Napoléon est mis à la tête du royaume de Hollande ?

a) Louis Bonaparte
b) Jérôme Bonaparte
c) Joseph Bonaparte

11) Qui est Robert Lefèvre ?

a) Un célèbre peintre sous le Consulat et l’Empire
b) Un corsaire rival de Surcouf
c) Le fils naturel de Talleyrand

12) Quelle principauté est représentée par le drapeau ci-dessous ?

a) La principauté d’Eckmühl
b) La principauté d’Elbe
c) La principauté de Pontecorvo

13) Qui est Hippolyte Charles ?

a) Le principal ministre des Cultes sous l’Empire
b) Un chouan qui tenta d’assassiner Napoléon
c) Un amant de Joséphine

14) Pourquoi Napoléon vend-il la Louisiane aux États-Unis en 1803 ?

a) Parce qu’il souhaite obtenir, sinon leur appui, du moins leur neutralité dans le combat qu’il mène contre l’Angleterre
b) Parce qu’il y est poussé par son ministre des Relations extérieures qui craint qu’un Empire trop vaste ne soit trop difficile à défendre
c) Parce que le territoire est peu intéressant d’un point de vue économique et qu’il a besoin d’argent

15) Qui est le duc d’Otrante ?

a) Louis-Alexandre Berthier
b) Joseph Fouché
c) Louis-Philippe de Ségur

16) À qui Lucien Bonaparte revend-il l’hôtel de Brienne, actuel siège du ministère des Armées ?

a) À sa mère Letizia Bonaparte
b) Au maréchal Jean-de-Dieu Soult
c) Au financier Gabriel-Julien Ouvrard

17) Quel fut le bilan, en termes de victimes, de l’attentat de la rue Saint-Nicaise ?

a) Finalement, aucune ; il y eut plus de peur que de mal
b) Trois morts, dont un enfant, et deux blessés
c) Une vingtaine de morts et une centaine de blessés

18) Quelle bataille a été surnommée la « bataille des nations » ?

a) La bataille de Leipzig
b) La bataille de Waterloo
c) La bataille d’Austerlitz

19) Où peut-on encore trouver une somptueuse salle de bains de style pompéien qui a servi à Napoléon ?

a) Au château de Fontainebleau
b) Au château de Rambouillet
c) Au château de Saint-Cloud

20) Quelle femme donne à l’empereur son premier enfant ?

a) Marie Waleswska
b) Marie-Louise d’Autriche
c) Éléonore Denuelle de la Plaigne



Réponses
1-a ; 2-b ; 3-c ; 4-a ; 5-b ; 6-b ; 7-b ; 8-a ; 9-c ; 10-a ; 11-a ; 12-b ; 13-c ; 14-c ; 15-b ; 16-a ; 17-c ; 18-a ; 19-b ; 20-c

Quelques précisions…

Question 1.
Bucéphale était le cheval d’Alexandre le Grand (non pas le tsar Alexandre Ier, rival de Napoléon, mais le roi de Macédoine du IVe siècle av. J.-C.) et Jappeloup l’un des chevaux de course les plus célèbres du sport français (médaille d’or au saut d’obstacles lors des Jeux olympiques de Séoul en 1988). Quant à Vizir (parfois aussi appelé le Vizir), il était l’une des montures préférées de Napoléon, qui en possédait plus d’une centaine. Petit étalon arabe à la robe gris clair étourneau, il avait été offert par le sultan ottoman Selim III en 1802. Napoléon le monta notamment lors des batailles d’Iéna et d’Eylau (1806-1807) et l’appréciait tant qu’il l’emporta avec lui lors de son exil sur l’île d’Elbe (1814-1815). Confié à la chute de l’Empire à un ancien écuyer des Écuries impériales, Vizir mourut à l’âge vénérable de 33 ans en 1826. Sa dépouille naturalisée est aujourd’hui visible au musée de l’Armée.

Question 2.
La phrase est rapportée dans le livre d’Ernest Daudet, Louis XVIII et le comte Decazes (Paris, Plon, 1899, p. 15) et citée dans la biographie d’Emmanuel Waresquiel (Fouché, les silences de la pieuvre, Paris, Tallandier, 2014, p. 432).

Question 3.
Il s’agit du Viennois Joseph Rebell (1787-1828), qui a eu droit récemment à une exposition à Naples. Voir la recension de notre pensionnaire Michele Morselli : https://marmottan.hypotheses.org/23902.

Question 4.
Outre qu’elle était la fille de l’ennemi héréditaire anglais (la seconde du roi George III), Augusta Sophie était engagée dans une profonde relation avec le général Brent Spencer. Catherine Pavlovna et Charlotte Bonaparte figurèrent bien en revanche parmi les épouses possibles de l’empereur. L’alliance que Napoléon venait de conclure avec Alexandre Ier en juillet 1807 (traité de Tilsit) semblait augurer un mariage avec une princesse russe, en l’occurrence avec la sœur aînée du tsar, la grande-duchesse Catherine Pavlovna, âgée de 19 ans. Mais l’entourage de Napoléon songeait aussi à une autre femme. C’est ainsi que Joseph Fouché, ministre de la Police, suggéra, pour le plus grand plaisir de Madame Mère, qu’une union avec la fille que Lucien Bonaparte avait eu de Christine Boyer, la jeune Charlotte Philistine, fût également envisagée. On connaît l’issue de toutes ces tractations, espoirs, illusions ou… craintes : Napoléon épousa finalement Marie-Louise et l’adolescente Charlotte (14 ans) attendit quelques années avant de trouver un mari en la personne du prince romain Mario Gabrielli. Quant à Catherine Pavlovna, elle n’aurait voulu pour rien au monde être la femme de l’empereur français, et sa mère, apprenant le projet, s’empressa d’arranger un mariage avec le duc Georges d’Oldenbourg.

Question 5.
L’hôtel particulier qui se trouve au 58, rue d’Hauteville, est l’un des très rares témoignages subsistants du style Consulat. Acheté en 1801 par Louis-Antoine Fauvelet de Bourrienne, secrétaire particulier de Napoléon, l’édifice situé au fond d’une cour voit ses intérieurs entièrement repensés par l’architecte Étienne-Chérubin Leconte. Comme dans la salle de bains du château de Rambouillet (voir Question 19), les décors à l’antique y sont très inspirés par les découvertes archéologiques faites à Herculanum et Pompéi au mitan du siècle précédent. L’hôtel Bourrienne est aujourd’hui en mains privées.

Question 6.
La phrase est rapportée par Jean-Antoine Chaptal, frappé par l’« incroyable insensibilité » du Consul, dans Mes souvenirs sur Napoléon (Paris, Plon, 1893, p. 342). Celui qui fut son ministre de l’Intérieur « raconte encore qu’un jour qu’il rencontrait le mathématicien Laplace très amaigri de la douleur d’avoir perdu sa fille et ne sachant comment l’aborder, il lui aurait dit ceci : “Oh ! Il n’y a pas de quoi maigrir. Vous êtes géomètre ; soutenez cet événement au calcul et vous verrez que tout cela égale zéro.” » (Cité dans Emmanuel Waresquiel, Fouché. Les silences de la pieuvre, Paris, Tallandier, 2014, p. 363).

Question 7.
Concernant l’affaire Trumeau, écoutons Jean Tulard : « Première affaire dont on trouve un écho dans les feuilles de l’époque, les rapports de police et les mémoires du temps : l’histoire de l’épicier Trumeau.
Établi place Saint-Michel, Trumeau, âgé de 54 ans, avait pour maîtresse Chantal Lavandier, 23 ans. Est-ce sur la suggestion de sa compagne, que, pour ne pas verser de dot à sa fille aînée qui devait se marier, Trumeau l’empoisonna à l’arsenic ? C’est la maîtresse, affolée à l’idée d’être soupçonnée de complicité, qui chargea l’amant. Celui-ci eut beau nier, il fut arrêté et jugé. […] Cailleau, auteur d’une Vie privée et criminelle d’Henri-Augustin Trumeau [1803], résumait en une formule lapidaire le sentiment général : “Il faisait brûler des cierges à la Vierge et couchait avec le vice.” » (Jean Tulard, Le Monde du crime sous Napoléon, 1799-1815, Paris, La Librairie Vuibert, 2017, p. 103.) Trumeau fut condamné à mort, bien qu’il protestât de son innocence, et sa maîtresse, dont la beauté et les pleurs avaient su émouvoir les jurés, fut acquittée.
Pour lire le texte d’André-Charles Caillaud : https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5797527q/f10.item.texteImage.
La « conspiration des poignards » renvoie à une tentative d’assassinat du Premier Consul à la sortie de l’Opéra de Paris le 10 octobre 1800. Elle échoua grâce à la police, mais les historiens s’accordent aujourd’hui pour y voir une manipulation de Joseph Fouché, qui aurait fait infiltrer le groupe des conjurés par un agent provocateur.

Question 8.
Louis-Nicolas Davout a beau être le seul maréchal d’Empire resté invaincu, il ne fut jamais ministre de la Guerre. Jean-Antoine Chaptal occupa pour sa part le ministère de l’Intérieur de 1800 à 1804. C’est donc bien le général Henri Clarke (1765-1818) qui dirigea le ministère de la Guerre de 1807 à 1814. Il est le premier destinataire des lettres de Napoléon, avec 6370 courriers reçus !

Question 9.
Clèves, ancien duché du Saint-Empire romain germanique, occupait une région désormais divisée entre l’actuelle province néerlandaise de Gueldre et le land allemand de la Rhénanie-du-Nord-Westphalie.

Question 11.
Robert Lefèvre est bien l’un des peintres les plus importants de la période napoléonienne et poursuit sa belle carrière également sous la Restauration (voir : https://www.napoleon.org/histoire-des-2-empires/biographies/lefevre-robert-jacques-francois-faust-dit-parfois-robert-lefevre-1755-1830-peintre-de-portraits/ ; consulté le 29 février 2024).
Malgré son statut d’homme d’Église (il est nommé évêque d’Autun en 1788), Talleyrand eut plusieurs enfants, mais le seul peintre qu’on lui accorda comme fils – une thèse évidemment très sujette à caution – fut Eugène Delacroix.

Question 12.
Le drapeau de la principauté d’Elbe a été dessiné par Napoléon lui-même lors de son exil sur l’île.

Question 13.
Hippolyte Charles (1772-1837) fut l’amant de Joséphine peu de temps après son mariage avec Bonaparte. De neuf ans son cadet, le jeune sous-lieutenant de hussard plaît immédiatement à la nouvelle épouse du général, parti faire la guerre en Italie. Pour plus d’informations, lire l’article de Jean-Claude Blanc, « Hippolyte Charles, l’amour interdit de Joséphine », Napoléon Ier, le magazine du Consulat et de l’Empire, n° 73, août-octobre 2014, p. 51-58.
Il y eut deux ministres des Cultes sous l’Empire (si l’on excepte le bref intérim exercé par le fils du premier) : Jean-Étienne-Marie Portalis, de 1804 à 1807, et Félix-Julien-Jean Bigot de Préameneu, de 1808 à 1814.

Question 14.
Conquise par la France au XVIIe siècle, cédée à l’Espagne en 1763 puis récupérée par Napoléon Bonaparte lors du traité secret de Saint-Ildefonse le 1er octobre 1800, la Louisiane est finalement vendue aux États-Unis le 3 mai 1803 pour la somme de 80 millions de francs. Beaucoup plus vaste que la Louisiane actuelle, la région représentait alors près d’un tiers des États-Unis, s’étendant du golfe du Mexique au Canada et des Rocheuses au Mississippi. Mais les terres, difficilement exploitables, ne présentaient qu’un faible intérêt sur le plan économique et Napoléon préféra donc les vendre, jugeant ainsi faire d’une pierre deux coups : récupérer des fonds nécessaires à ses conquêtes européennes d’une part, et affaiblir de l’autre la « perfide Albion » en renforçant les Américains qu’il espérait tourner en rivaux des Anglais.

Question 18.
Se déroulant du 16 au 19 octobre 1813, la bataille de Leipzig oppose à l’armée française les armées de la Russie, de la Prusse, de l’Autriche et de la Suède, soit 160 000 hommes d’un côté et 300 000 de l’autre. La confrontation tourne en faveur des Coalisés.

Question 19.
C’est l’architecte Auguste Famin (1776-1859) qui fut chargé de transformer, dans le château de Rambouillet, inclus sur la liste civile de Napoléon en 1804, l’ancien boudoir du XVIIIe siècle en salle de bains moderne et pratique. Il nicha dans l’alcôve, devenue une arcade évoquant un arc de triomphe, la baignoire de l’empereur, et plaça des miroirs pour démultiplier l’espace. Les murs furent divisés en panneaux et séparés par de fins pilastres ; une frise de griffons et de cygnes et une autre mêlant palmettes et lyres furent peintes. Ce décor d’exception, peut-être inspiré des travaux de Percier et Fontaine, se voulait une référence évidente au vocabulaire antique alors très à la mode.
La salle de bains du château de Fontainebleau n’est pas de style pompéien et le château de Saint-Cloud n’existe plus depuis son incendie, à la suite de l’explosion d’un obus prussien lors de la guerre de 1870.

Question 20.
En donnant à Napoléon le 13 décembre 1806 son premier enfant – un fils, nommé Charles Léon –, Éléonore Denuelle de la Plaigne (1787-1868) confirmait que la stérilité du couple impérial était imputable à la seule Joséphine. Attachée au service de celle-ci, la jeune femme occupait la fonction de lectrice. La comtesse Walewska mit au monde un deuxième fils de l’empereur, le 4 mai 1810 : Alexandre Florien Joseph, futur comte Waleski. Enfin, Marie-Louise donna naissance le 20 mars 1811 à un troisième fils, le seul légitime : Napoléon François Joseph Charles Bonaparte.


Légendes des illustrations
De haut en bas :
– Jacques-Louis David, Bonaparte franchissant le Grand Saint-Bernard, 1803, huile sur toile, 246 x 231 cm, Vienne, palais du Belvédère, © Wikimedia Commons cc-by-3.0
– Johann Friedrich August Tischbein, Portrait de Catherine Pavlovna, date et dimensions inconnues, Ludwigsburg, Residenzschloss, © Wikimedia Commons cc-by-3.0
– Illustration de A Historical Mystery, traduction américaine d’Une ténébreuse affaire d’Honoré de Balzac, Philadelphie, George Barrie & Son, 1899, © Wikimedia Commons cc-by-3.0
– Drapeau de la principauté d’Elbe, © Wikimedia Commons cc-by-3.0
– L’hôtel de Brienne, © Wikimedia Commons cc-by-3.0
– Vladimir Ivanovitch Mochkov, La Bataille de Leipzig, date et dimensions inconnues, © Wikimedia Commons cc-by-3.0

Image du bandeau : Vladimir Ivanovitch Mochkov, La Bataille de Leipzig, date et dimensions inconnues, © Wikimedia Commons cc-by-3.0

Le questionnaire de Monsieur Paul (1)

1) Quel épisode de l’épopée napoléonienne constitue le sujet de La Semaine Sainte d’Aragon ?

a) Le coup d’État du 18 Brumaire
b) Les Cent-Jours
c) La campagne de Russie

2) Où se trouve Raguse, dont Marmont est fait duc en 1808 ?

a) En Lombardie
b) En Sicile
c) En Croatie

3) Combien y a-t-il eu de maréchaux d’Empire ?

a) 25
b) 26
c) 24

4) Qui est Julie Clary ?

a) La reine d’Espagne de 1808 à 1813
b) La fiancée de Napoléon
c) Une « merveilleuse » qui tint un salon très couru sous le Directoire

5) Quel titre n’a pas obtenu Junot ?

a) Commandant de Paris
b) Gouverneur de Venise
c) Maréchal d’Empire

6) Qui possède le titre de comte d’Artois ?

a) Louis XVIII
b) Charles X
c) Louis de France, dit Louis XIX

7) Comment se nomme le gouverneur de Sainte-Hélène ?

a) Hudson Lowe
b) Barry Edward O’Meara
c) George Cockburn

8) Lequel de ces médecins n’est pas lié à Napoléon Bonaparte ?

a) Jean-Nicolas Corvisart
b) Antoine Dubois
c) Pierre Fouquier

9) Qu’est devenu l’hôtel d’Eugène de Beauharnais ?

a) L’ambassade d’Allemagne
b) La résidence de l’ambassadeur d’Allemagne
c) Un musée

10) Qui était surnommée par Napoléon « la petite peste » ?

a) Désirée Clary
b) Claire de Vergennes
c) Laure Junot

11) Quel meuble n’est pas caractéristique de l’Empire ?

a) Le siège curule
b) La bergère
c) Le somno

12) Qui est la duchesse de Saint-Leu ?

a) Hortense de Beauharnais
b) Laure Junot
c) Pauline Bonaparte

13) Qui était surnommé « La Tempête » ?

a) Jean Lannes
b) Jean-Andoche Junot
c) Louis-Nicolas Davout

14) Qu’est-ce qu’une sabretache ?

a) Une sacoche plate qui s’attache au ceinturon des cavaliers
b) Un manteau-redingote de fourrure
c) Une coiffure militaire d’apparat

15) Quel fut le nombre maximal des départements de l’Empire français ?

a) 126
b) 130
c) 134

16) Qui était Madame Angot ?

a) Une poissarde parvenue
b) Une célèbre comédienne
c) La maîtresse de Joachim Murat

17) Quel est le vrai nom du Mamelouk Ali ?

a) Agathon-Jean-François Fain
b) Louis-Antoine Fauvelet
c) Louis-Étienne Saint-Denis

18) Qui incarne l’empereur dans le Napoléon d’Abel Gance ?

a) Albert Dieudonné
b) Antonin Artaud
c) Pierre Mondy

19) Laquelle de ces personnes n’embarqua pas sur le Bellerophon ?

a) Charles-Tristan de Montholon
b) Henri-Gatien Bertrand
c) André Masséna

20) Quel mot n’est pas de Talleyrand ?

a) « L’esprit sert à tout, mais il ne mène à rien. »
b) « Pour aimer une femme, il ne suffit pas qu’elle nous plaise, il faut encore que toutes les autres aient cessé de nous plaire. »
c) « Le meilleur moyen de renverser un gouvernement, c’est d’en faire partie. »


Réponses
1-b ; 2-c ; 3-b ; 3-b ; 4-a ; 5-c ; 6-b ; 7-a ; 8-c ; 9-b ; 10-c ; 11-b ; 12-a ; 13-b ; 14-a ; 15-c ; 16-a ; 17-c ; 18-a ; 19-c ; 20-b

Quelques précisions

Question 2.
La Raguse, dont Marmont devient duc (avant d’obtenir le titre de maréchal l’année d’après, en 1809), est l’actuelle Dubrovnik, en Croatie. Elle se trouvait alors dans les provinces Illyriennes. À ne pas confondre avec la ville de Raguse en Sicile.

Question 4.
Fille d’un riche négociant marseillais, Julie Clary (1771-1845) est, avec sa sœur cadette Désirée (1777-1860), l’une de ces roturières qui, grâce à l’Empire, connut une destinée exceptionnelle. Par son mariage avec Joseph Bonaparte en 1794, elle devient successivement reine de Naples (1806-1808), puis d’Espagne (1808-1813).
Désirée, quant à elle, fut fiancée à Napoléon (en 1795), avant d’épouser le général Bernadotte. Par ce mariage, elle aussi deviendra reine, de Suède. Voir notre billet https://marmottan.hypotheses.org/12701.

Question 6.
Le comté d’Artois, qui existe de 1237 à 1678, est une ancienne seigneurie qui correspond, peu ou prou, à l’actuel Pas-de-Calais. Donné en apanage à Robert Ier, frère de Louis IX, il appartient à partir du XIVe siècle aux Pays-Bas bourguignons, puis espagnols, avant d’être récupéré par Louis XIV (la paix de Nimègue signe son acte de décès en l’intégrant pleinement au royaume de France).
Si le comté n’est plus, le titre existe toujours, ou plutôt renaît expressément pour Charles de Bourbon, petit-fils de Louis XV et frère de Louis XVIII, qui montera sur le trône de France sous le nom de Charles X en 1824.
Louis XVIII, lui, était comte de Provence.
Louis de France, qui n’eut pas le temps de devenir Louis XIX, était le fils de Charles X.

Question 7.
Barry O’Meara, médecin irlandais, accompagna Napoléon à Sainte-Hélène, tout comme l’amiral George Cockburn qui l’y installa, mais c’est bien Hudson Lowe qui fut le gouverneur de l’île de 1816 à 1821.

Question 8.
Jean-Nicolas Corvisart est le médecin personnel de Napoléon et de Joséphine. Il est fait baron d’Empire en 1808.
Cette même année, Antoine Dubois est nommé chirurgien consultant de l’empereur, et est choisi en mars 1811 pour accoucher la nouvelle impératrice Marie-Louise. Il est justement assisté dans cette tâche par Corvisart.
Pierre Éloy Fouquier fut, quant à lui, le médecin des rois Charles X et Louis-Philippe.

Question 10.
Précisons que Claire de Vergennes est la comtesse de Rémusat et que Laure Junot, née Permon, est la duchesse d’Abrantès. Pour Julie Clary, voir Question 4.

Question 11.
L’Empire aime faire référence à la glorieuse Antiquité et, de ce fait, reprend bien des éléments de son vocabulaire plastique ou mobilier : le siège curule en fait partie. Mais les artisans de l’époque proposent aussi quelques formes nouvelles, tel le somno, petite table de nuit de forme cylindrique ou cubique. Voir : https://marmottan.hypotheses.org/5424/2. En revanche, la bergère, fauteuil comportant des joues pleines, est typique du XVIIIe siècle (le terme apparaît vers 1725).

Question 14.
Sacoche plate attachée au ceinturon du cavalier, la sabretache tire son nom du sabre au côté duquel elle pend (sur le côté gauche, donc). Sa fonction était double : servir de poche, notamment pour le courrier, mais aussi amortir les battements du sabre pendant la marche.
Paul Marmottan fut l’un des membres fondateurs, en 1890, des Carnets de la sabretache, revue d’histoire militaire.

Question 15.
Le nombre maximal de départements de l’Empire fut bien 134, mais il fut éphémère, car les départements de Montserrat, du Ter, du Sègre et des Bouches-de-l’Ebre, annexés en 1812, retournèrent à l’Espagne dès la fin de l’année 1813.

Question 16.
Madame Angot est un personnage de fiction qui apparaît dès les années 1760, mais qui ne deviendra véritablement populaire que sous le Directoire, grâce aux écrits d’Antoine-François Ève, et notamment à sa pièce Madame Angot, ou la Poissarde parvenue, créée en janvier 1797. De nos jours, si le nom nous dit encore quelque chose, c’est surtout grâce à l’opéra-comique La Fille de Madame Angot que Charles Lecocq composa en 1872.

Question 18.
Antonin Artaud joue Marat dans Napoléon (1927), tandis que Pierre Mondy incarne l’empereur, mais dans le film Austerlitz (1960), du même Abel Gance.

Question 19.
André Masséna, en froid avec l’empereur depuis sa défaite au Portugal en 1811, n’aura pas de scrupules à servir Louis XVIII aussitôt l’abdication de Napoléon actée. Les Cent-Jours n’y changeront rien et il n’accompagnera pas dans son ultime exil celui qui le fit maréchal en 1804.

Question 20.
« Pour aimer une femme […] » est une phrase de Sacha Guitry. Mais elle n’est pas si éloignée de celle que le prince de Bénévent prononça lui-même : « Le mariage est une si belle chose qu’il faut y penser pendant toute sa vie ».
Fasciné, comme tant d’autres, par la personnalité de Talleyrand, Guitry réalisa en 1948 Le Diable boiteux, dans lequel il incarne lui-même le diplomate.


Légendes des illustrations
De haut en bas :
– Jean-Baptiste Guérin-Paulin, Marmont, duc de Raguse, 1834, huile sur toile, 71 x 55 cm, Versailles, châteaux de Versailles et de Trianon, © Wikimedia Commons cc-by-3.0
– Blason du comté d’Artois, © Wikimedia Commons cc-by-3.0
– François Gérard, La reine Julie et ses deux filles, les princesses Zénaïde et Charlotte, 1808, huile sur toile, dimensions inconnues, Dublin, Galerie nationale d’Irlande, © Wikimedia Commons cc-by-3.0 (détail)
– William Quiller Orchardson, Napoléon à bord du Bellerophon, v. 1880, huile sur toile, 161,5 x 249 cm, Tate Britain, © Wikimedia Commons cc-by-3.0
– Partition de La Fille de Madame Angot, sans date, © Wikimedia Commons cc-by-3.0
– Pierre Paul Prud’hon, Charles-Maurice de Talleyrand-Périgord, 1809, huile sur toile, dimensions inconnues, château de Valençay, © Wikimedia Commons cc-by-3.0

Image du bandeau : William Quiller Orchardson, Napoléon à bord du Bellerophon, v. 1880, huile sur toile, 161,5 x 249 cm, Tate Britain, © Wikimedia Commons cc-by-3.0