Archives de catégorie : Justine Lécuyer

« Redécouvrir l’art du tapissier-décorateur dans la seconde moitié du XIXe siècle », par Justine Lécuyer

Justine Lécuyer (droits réservés)

Pensionnaire de la bibliothèque Marmottan en 2022-2023, Justine Lécuyer est depuis décembre 2023 docteur en histoire de l’art, diplômée de Sorbonne Université.
Auteur d’une thèse sur les tapissiers-décorateurs de 1848 à 1914, elle consacre ses recherches aux arts décoratifs et à l’histoire des techniques et du textile aux XIXe et XXe siècles.
Elle nous offre ici un aperçu du métier des artisans tapissiers dans la seconde moitié du XIXe siècle.


Souvent présentée comme éminemment parisienne, la tapisserie est synonyme d’excellence du savoir-faire et du goût parisiens. En 1847, l’ameublement est la quatrième industrie de Paris après celles du vêtement, de l’alimentation et du bâtiment. La tapisserie y joue un rôle non négligeable puisqu’elle alimente plus de vingt autres industries, telles que les fabriques d’étoffes, la passementerie, la menuiserie, la sculpture, la dorure ou la quincaillerie1. L’industrie de la tapisserie elle-même comprend le garnissage des sièges, la pose des tentures, des rideaux ainsi que l’ameublement complet des appartements. Elle s’apparente à la décoration intérieure et appartient aux industries du luxe, un puissant moteur économique pour la France.

Fig. 1 : « Établissements Krieger Damon et Cie, Un atelier de tapissiers-garnisseurs », Julien Turgan, Les grandes usines de France, Paris, Librairie des dictionnaires, 1885, t. 16, p. 11. Cliché : BnF / Gallica.

L’émergence de la figure du tapissier-décorateur est généralement située autour des années 1830-1850, sans toutefois que l’on puisse en retracer fidèlement l’apparition2. Déjà au XVIIIe siècle, le développement des décors textiles procure au tapissier la place d’acteur indispensable dans l’aménagement des intérieurs3. François Husson désigne le tapissier comme « un marchand doublé d’un artiste : marchand, parce qu’il achète et vend tout ce qui constitue le mobilier et l’ameublement des maisons ; artiste, parce qu’il lui faut déployer beaucoup de science, d’inspiration et de goût pour les décorer depuis leurs murailles, leurs sols et leurs plafonds jusqu’aux portes et aux fenêtres »4. Les tapissiers sont des spécialistes de la mise en œuvre du textile et leurs compositions sont rapidement associées à l’abondance de draperies, de franges et de capitons. Pourtant, derrière les critiques formulées dès la fin du XIXe siècle sur les excès supposés de leurs travaux, se cache une production riche et variée, qui mérite d’être reconsidérée.

Les tapissiers-décorateurs sont des personnages multiples, à la fois entrepreneurs et artistes. Leur métier se divise en plusieurs spécialités : les garnisseurs en siège (fig. 1) ; les coupeurs, qui préparent les tissus, les coupent et les drapent ; les tapissières-couturières5 pour le travail d’assemblage (fig. 2) ; puis les tapissiers « villiers », qui font l’installation et les ajustements « en ville », c’est-à-dire chez les clients. Ainsi, les tapissiers sont des acteurs à part dans l’industrie de l’ameublement. Ils sont en contact permanent avec la clientèle, exercice qui exige d’eux des qualités très personnelles d’éducation, d’instruction et de goût. Ils doivent saisir de façon juste et rapide les envies de leurs clients et avoir le talent de choisir et d’assembler pour rendre les intérieurs agréables. En 1873, la revue anglaise House Furnisher indique à ce sujet : « votre véritable tapissier est un homme aux qualifications les plus variées et les plus importantes, et il est souvent un agent aussi nécessaire et aussi fiable dans de nombreux foyers que le sont les avocats et les médecins de famille »6. On a son tapissier comme on a son notaire ou son médecin. L’historien Manuel Charpy définit même les tapissiers comme un « attribut de la vie bourgeoise »7.

Fig. 2 : « Établissements Krieger Damon et Cie, Une salle des tapissiers », Julien Turgan, Les grandes usines de France, Paris, Librairie des dictionnaires, 1885, t. 16, p. 11. Cliché : BnF / Gallica.

Dans la seconde moitié du XIXe siècle, les tapissiers affirmentleur statut de décorateur, bien que cette pratique ne soit pas nouvelle pour eux. Le titre de tapissier-décorateur s’impose au tournant du XXe siècle avec le changement de nom de la chambre syndicale, au moment même où leur production subit les critiques des tenants d’un renouveau de l’ameublement8. À cela s’ajoute la volonté des tapissiers de légitimer la dimension artistique de leur pratique. Ils emploient à cet effet le terme d’« art du tapissier » pour décrire leur industrie en s’appuyant sur leur maîtrise du dessin et de la couleur. De plus, les tapissiers-décorateurs ne se limitent pas à la décoration mobile mais prennent aussi en charge la décoration fixe des intérieurs, afin de créer un ensemble décoratif cohérent entre le bâti et les meubles. Bien que l’étoffe soit la matière privilégiée des tapissiers, ils s’intéressent aussi au bois et réalisent des panneaux décoratifs de divers styles pour des boiseries, mais également des corniches ou encore des cimaises. Certains tapissiers revendiquent même dès 1867 le titre d’« architecte de l’intérieur »9.

Après avoir mesuré et consigné les volumes des espaces à décorer, les tapissiers imaginent le projet de décoration à partir des éléments qui constituent le « squelette du décor »10.

Fig. 3 : Henry Penon, [Intérieur de salon], [1870-1897], Paris, INHA, Collections Jacques-Doucet, Fonds Penon, Fol Est 16. Cliché : Justine Lécuyer.

Pour cela, ils exécutent une prestation de conception et de composition, qui se révèle par le dessin. Selon la taille de leur maison, les tapissiers dessinent eux-mêmes leurs projets ou s’entourent d’un ou plusieurs dessinateurs en interne. Afin de mettre en valeur ce qu’ils proposent à leurs clients, ils réalisent des dessins à l’aquarelle ou à la gouache, représentant un meuble, un décor textile ou la pièce complète qu’ils aménagent (fig. 3). En effet, le trait seul ne suffit pas toujours pour transmettre l’exactitude de leurs idées : il permet de l’exprimer, mais la couleur apporte le sentiment. Ainsi, les tapissiers doivent posséder la science de la composition quant à l’agencement des lignes et à l’harmonie des couleurs.

Pour l’élaboration de leurs projets et pour parfaire leur instruction, les tapissiers-décorateurs recherchent de la documentation afin de composer des décors en accord avec les styles historiques et l’évolution des modes. Celles-ci les amènent à produire dans tous les genres anciens et les obligent à connaître les caractéristiques de chacun d’entre eux. Ils sont à la recherche de modèles auxquels ils peuvent se référer. Au sein de leurs ateliers, ils constituent des fonds documentaires, qui se composent aussi bien des dessins des chantiers précédents que de photographies de meubles anciens. Divers ouvrages et recueils de modèles, qui se multiplient à l’époque, se retrouvent dans leurs bibliothèques. Cette recherche de mobilier historique les conduit également à se constituer une collection de meubles, tentures et étoffes d’époque, reflet de leur goût personnel. Dans une perspective d’enseignement et d’éducation, le tapissier Jules Deville fait paraître, entre 1878 et 1880, son Dictionnaire du tapissier : critique et historique de l’ameublement français, depuis les temps anciens jusqu’à nos jours,qu’il voit plutôt comme un recueil de documents sur l’ameublement destiné aux jeunes patrons, ouvriers ou apprentis11. Cet ouvrage tend à la consignation de l’histoire des créations de l’ameublement. Il a pour objectif de permettre aux tapissiers d’y puiser « des exemples, des modèles de style ou de productions des diverses époques de notre histoire industrielle, qui pourront les aider, avec le concours de leur travail et de leur intelligence, à acquérir cette capacité personnelle si réputée des anciens tapissiers »12.

Fig. 4 : « Lits XVIIe siècle, Louis XIII », Jules Deville, Dictionnaire du tapissier, critique et historique de l’ameublement français depuis les temps anciens jusqu’à nos jours, Paris, C. Claesen, 1878-1880, pl. 54. Cliché : Justine Lécuyer.

Deville consacre le premier volume de son ouvrage à l’histoire du mobilier. Il est organisé autour d’un classement thématique : les différents types de meubles, les étoffes, les tentures et les rideaux. Pour la rédaction de ce volume, Deville s’appuie, de manière novatrice, sur des documents historiques de l’ameublement, qu’il regroupe à la fin de l’ouvrage. Entre autres, il consulte les inventaires de Mazarin, du Louvre ou encore de Versailles, dont il retranscrit des extraits. Le second volume est constitué de 180 planches couleurs dessinées par Cleuzet, sous la direction de Deville, pour lesquelles différentes sources sont utilisées, notamment des planches tirées des ouvrages de Jean Marot, Jean-Charles Delafosse ou encore Abraham Bosse. À titre d’exemple, pour illustrer les lits Louis XIII de la planche 54 de son dictionnaire, Deville utilise deux estampes de Bosse, dont celle de La mort du mauvais riche. De cette gravure, il extrait le lit, supprime le mourant et conserve la chaise, qui sert d’appui au drapé du rideau (fig. 4).

L’ameublement du XIXe siècle est perçu par les contemporains comme une succession de copies des styles passés. Selon le comte Léon de Laborde : « depuis les débuts de ce siècle, la manie archéologique nous jette dans l’imitation acharnée de tous les styles les uns après les autres »13. Au sein d’un même logement, il est alors possible de traverser les siècles. Comme l’indique le tapissier Constant Legriel dans son rapport du jury de l’Exposition universelle de 1889, la salle à manger ou le cabinet peuvent être « du style de la Renaissance, François Ier ou Henri II ; la bibliothèque, Louis XIII ; le grand salon, Louis XIV, le petit salon et le boudoir, Louis XV ; la chambre à coucher, Louis XVI »14. Les conseils des tapissiers permettent alors à la clientèle de se meubler selon l’évolution de la mode et des usages. Les tapissiers s’attachent à adapter le mobilier de chaque pièce en fonction de l’emploi auquel elle est destinée en tenant compte de son degré de sociabilité, de réception ou d’intimité.

Fig. 5 : Henry Penon, [Fauteuil confortable], [1870-1897], Paris, INHA, Collections Jacques-Doucet, Fonds Penon, Fol. Est 16. Cliché : Justine Lécuyer.

Dans la seconde moitié du XIXe siècle, les tapissiers sont souvent considérés comme les garants et les ordonnateurs du goût et de l’harmonie du décor intérieur. Leur expertise réside notamment dans la connaissance de la qualité et de l’harmonie des coloris des étoffes. Ils collaborent avec un réseau de fabricants d’étoffes, auxquels ils commandent des métrages de leurs collections mais font aussi tisser à partir de leurs propres modèles. Par ailleurs, les tapissiers, déjà marchands de meubles sous le système corporatif, deviennent au XIXe siècle fabricants de meubles. Les fonds d’atelier conservés montrent très clairement par le nombre de dessins de meubles, plus nombreux que ceux de décors textiles, que l’activité d’ébénisterie est tout aussi importante pour les tapissiers. Ces derniers doivent également choisir et acheter avec justesse les glaces, les bibelots ou les tableaux afin de composer des intérieurs formellement cohérents. Aucun détail des marchandises employées n’échappe à leur attention et s’ils ne fabriquent pas les matières qu’ils emploient, ils les façonnent, les mettent en œuvre et surveillent leur exécution. Ainsi, les maisons de tapissiers-décorateurs se transforment au cours de la seconde moitié du XIXe siècle en maisons d’ameublement complet, dont la production est le reflet de l’historicisme ambiant.

Toutefois, les tapissiers sont à l’origine de modifications décoratives. Ils se situent entre suiveurs, pour les références aux styles du passé, et novateurs, pour leur apport des sièges confortables (fig. 5). Le terme s’applique alors à toutes sortes de fauteuils, dont la caractéristique principale est le fond dit « élastique », c’est-à-dire à ressort. Deux autres éléments sont généralement associés : le bois recouvert et le capiton. Ces sièges sont accueillants, fonctionnels, empreints d’originalité, et provoquent l’engouement tant de l’aristocratie que de la bourgeoisie. Ils permettent de se distinguer et d’apporter un cachet plus personnel à son intérieur en apportant une touche colorée, qui contraste avec le reste de la décoration de la pièce. Afin d’entretenir cette mode, les fabricants multiplient les formes et les appellations, qui changent selon les périodes. Ces noms très variés sont issus de références zoologiques, géographiques, historiques ou n’ayant pas de justification formelle.

Fig. 6 : Jules Deville, [Décor d’une chambre], [1850-1880], Paris, BnF, Fonds Deville, Hd-110k. Cliché : Justine Lécuyer.

Deville déplore cette évolution : « Depuis 1850, les sièges dont la mesure, la proportion, étaient une preuve de savoir, de connaissance de la part du fabricant, prirent des formes si variées, si multiples que l’on vint à fabriquer des fauteuils qui n’ont plus de confortables que le nom ; encore a-t-on trouvé le besoin pour satisfaire à des goûts ignorants de les surnommer fauteuils crapauds, puffs [sic], bébés, impératrice, anglais, américains, etc. !!! »15

La fantaisie est permise et est même de règle dans les intérieurs. Elle domine en particulier pour le choix des sièges. Une aquarelle issue du fonds de dessins de Deville conservée à la Bibliothèque nationale de France montre comment le tapissier a pu s’inspirer d’un modèle original de Boulle pour proposer un décor à son client (fig. 6). Il mêle meuble d’appui de style Louis XIV, lit et dessus-de-porte de style Louis XVI et sièges modernes confortables et capitonnés. Cet intérieur met en lumière la recherche du passé, qui se fait à travers les meubles de style, mais aussi un goût dit moderne, qui se traduit par l’installation de fauteuils confortables, l’utilisation du capiton et le mélange des formes et des couleurs.

Fig. 7 : « Maison Poirier et Rémon – Antichambre style moderne », Décoration et ameublement, Paris, A. Guérinet, 1901, vol. 1, pl. 52. Cliché : Justine Lécuyer.

Bien que les tapissiers-décorateurs s’avèrent des acteurs incontournables de la décoration intérieure dans la seconde moitié du XIXe siècle, leurs créations font l’objet de critiques de la part de milieux divers et sont condamnées au nom de l’hygiène, de la morale et du goût. En particulier, les partisans d’un renouveau esthétique condamnent la complexité de leurs décors textiles et l’abondance d’objets qui les accompagnent. Revenir aux fondamentaux de la grammaire décorative des ressources du passé et leur associer une fantaisie contenue semble définir le positionnement des tapissiers face à la remise en question de leurs créations. Les lignes des draperies, leur quantité et leur positionnement, la composition des rideaux ou encore du mobilier s’orientent vers plus de simplicité à partir des années 1880. Quelques essais d’inspiration moderne sont à souligner, notamment de la part de Pierre-Henri Rémon (fig. 7), Jean Henri Jansen et André Boutard qui présentent du mobilier de ce genre lors de l’Exposition universelle de 1900.


  1. Alexandre Compagnon, Observations sur l’industrie de la tapisserie à Paris, Paris, Imprimerie E.-B. Delanchy, 1847, p. 5. []
  2. Les premières occurrences du terme de « tapissier-décorateur » semblent dater des années 1800-1810. La plus ancienne mention, retrouvée lors de nos recherches, date de 1806, mais reste isolée. Au XIXe siècle, le terme de tapissier-décorateur est écrit de façon aléatoire avec ou sans trait d’union. Nous utilisons le trait d’union conformément au titre de la chambre syndicale des tapissiers-décorateurs. []
  3. Aziza Gril-Mariotte, « L’architecture et le tissu ou comment le décor textile a participé à la notion d’unité décorative dans les intérieurs au XVIIIe siècle », Source(s), n° 19, 2021, p. 13-26. []
  4. François Husson, Artisans français : Les tapissiers, étude historique, Paris, Marchal & Billard, 1905, p. 163. []
  5. Au sein des industries de l’ameublement, celle de la tapisserie est l’une des rares à employer des femmes. []
  6. Cité dans Edwards Clive, Turning Houses into Homes, Aldershot, Ashgate, 2005, p. 107. Je traduis le propos original suivant : « your true upholsterer is a man of the most varied and important qualifications, and is often as necessary and as trusted an agent in many homes as are the family lawyer and doctor ». []
  7. Manuel Charpy, « Le tapissier-décorateur, attribut de la vie bourgeoise au XIXe siècle », Pour une histoire culturelle du décorateur, colloque organisé par l’Institut national d’histoire de l’art (INHA) et le musée des Arts décoratifs, Paris, 7 et 8 octobre 2016. En ligne : https://www.youtube.com/watch?v=8iKu__DYNR4 (consulté le 10 juin 2019). []
  8. La chambre syndicale des tapissiers de Paris est fondée en 1848. Elle change de nom en 1896 pour celui de chambre syndicale des tapissiers-décorateurs afin de donner une idée plus complète de la profession. []
  9. Archives nationales, F/12/3120, Rapport des ouvriers tapissiers à l’Exposition universelle de 1867. []
  10. Jules Verdellet, Manuel géométrique du tapissier, Paris, chez l’auteur, 1851, p. 102. []
  11. Jules Deville, Dictionnaire du tapissier : critique et historique de l’ameublement français, depuis les temps anciens jusqu’à nos jours, Paris, C. Claesen, 1878-1880. []
  12. Ibid., p. 27. []
  13. Léon de Laborde, Exposition universelle de 1851. Travaux de la Commission française sur l’industrie des nations, VIe Groupe, XXXe jury, Paris, Imprimerie impériale, 1854, t. VIII, p. 400. []
  14. Constant Legriel, « Rapport sur les ouvrages du tapissier et du décorateur », dans Rapports du jury international, Groupe III, Mobilier et accessoires, classes 17 à 30, Paris, Imprimerie nationale, 1891, p. 32. []
  15. Jules Deville, op. cit., 1878-1880, p. 21. []

De retour de l’Institut de France

Mercredi 24 mai, nos deux chercheurs en résidence, Justine Lécuyer et Alberto Pirro, se sont rendus à l’Institut de France.

Justine et Alberto dans la cour d’honneur de l’Institut

Ils ont fait part aux membres de l’Académie des beaux-arts réunis dans la prestigieuse salle des séances des derniers résultats de leurs recherches.

Sur le point d’achever sa thèse à Sorbonne Université, Justine a ainsi prononcé une communication sur l’art du tapissier-décorateur au XIXe siècle.

Justine Lécuyer à la tribune de la salle des séances
Exposé des recherches sur l’art du tapissier-décorateur dans la salle des séances

Également doctorant en histoire de l’art, mais à l’université Federico II de Naples, Alberto est revenu, quant à lui, sur le parcours européen du sculpteur Carlo Marochetti.
M. Hedengren, descendant de l’artiste, ainsi que son épouse, propriétaires du château de Vaux-sur-Seine qui conserve aujourd’hui encore la mémoire de Marochetti, étaient présents dans l’assistance.

Alberto Pirro en discussion avec Michaël Levinas, président de l’Académie des beaux-arts, et Adrien Goetz, vice-président et directeur de la bibliothèque et villa Marmottan

Comme pour nos précédents résidents, vous pourrez bientôt lire sur ce carnet des articles de Justine et Alberto, et ainsi prendre vous aussi connaissance de leurs recherches !

Communications

Le mercredi 24 mai à 16h à l’Institut de France, nos deux chercheurs en résidence, Justine Lécuyer et Alberto Pirro, prononceront chacun une communication devant les membres de l’Académie des beaux-arts.

Programme de la séance :

– 16h : Justine Lécuyer, « Redécouvrir l’art du tapissier-décorateur au XIXe siècle »
– 16h30 : Alberto Pirro, « Un sculpteur européen : Carlo Marochetti (1805-1867) entre le Royaume de Sardaigne, la France et le Royaume-Uni »

Crédit de la photographie : France-000089 – Institut de France” by archer10 (Dennis)