Archives de catégorie : Yuliya Mineeva

“L’apparition des salons russes dans le Paris de la première moitié du XIXe siècle”, par Yuliya Mineeva

Yuliya Mineeva (photographie prise en 2021 ; droits réservés)

Ancienne pensionnaire (2021-2022) de la bibliothèque Marmottan, diplômée de l’université Lomonossov de Moscou et de l’université Paris I Panthéon-Sorbonne, Yuliya Mineeva rédige actuellement une thèse sur Les salons tenus par les dames russes à Paris au XIXe siècle, sous la double direction du professeur Jacques-Olivier Boudon (Sorbonne Université) et de Francine-Dominique Liechtenhan (CNRS).
Elle présente ici un aperçu de ses recherches en cours.

Dans la première moitié du XIXe siècle, près d’un millier de Russes résident de façon temporaire ou permanente à Paris. Ceux-ci s’y rendent pour différentes raisons (commerce, diplomatie, voyage d’agrément…) dans les années 1820-1830 et y vivent en exil plus ou moins volontaire jusque dans les années 1850, avant que la plupart d’entre eux ne soient obligés de quitter la France en raison de la guerre de Crimée1. Mais après la réouverture des frontières en 1856, la capitale voit de nouveau affluer peintres, écrivains, révolutionnaires, gens du monde, riches hommes d’affaires et autres négociants en art2. Certains fréquentent plutôt leurs compatriotes, d’autres, davantage occidentalisés, s’intègrent pleinement à la société parisienne.

Les Russes à Paris après la guerre contre Napoléon

Thomas Rowlandson, Alexander, placard célébrant les hauts faits d’Alexandre Ier contre Napoléon, avril 1814, 46,3 x 28,8 cm, New York, The Metropolitan Museum

L’afflux de Russes en France, et à Paris plus particulièrement, remonte à la fin de la guerre contre Napoléon, quand Alexandre Ier entre vainqueur dans la capitale le 31 mars 1814. Le tsar n’est pas venu seul : tandis qu’il est l’hôte de Talleyrand, ses soldats habitent chez des particuliers dont les logements ont été réquisitionnés – ce qui n’est pas du goût de tous, comme en témoignent les plaintes pour dégradations reçues par la préfecture de police. Les cosaques campant sur les Champs-Élysées sont restés longtemps dans la mémoire collective des Français (de nombreuses estampes les représentant s’échangeaient dans les boutiques du Palais-Royal, célèbre à l’époque pour ses rendez-vous galants et ses tripots) et de nombreux officiers reçoivent un bon accueil au sein des riches familles qui les hébergent dans leurs hôtels particuliers et participent à la vie mondaine parisienne, fréquentant théâtres et salons3. Ainsi, le prince Sergueï Volkonski (1788-1865), major-général de cavalerie et plus tard décembriste, dresse lors de son séjour à Paris en 1815 une liste des cercles à fréquenter, parmi lesquels on peut citer le salon de la comtesse de Laval (née Alexandra Kozitskaïa, 1772-1850)4, celui de la romancière et épistolière Madame de Staël où il côtoie écrivains et hommes politiques tels François-René de Chateaubriand et Benjamin Constant, celui de la duchesse de Raguse5 ou encore celui de la duchesse de Saint-Leu (c’est-à-dire Hortense de Beauharnais)6. Beaucoup de Parisiens éprouvent donc des sentiments favorables à l’égard des Russes, et ce au-delà du seul milieu des émigrés français partis vivre en Russie pendant la Révolution puis au cours du Premier Empire et revenus au pays avec les troupes d’Alexandre Ier. Cependant la grande majorité des Russes venus avec l’empereur – des militaires pour la plupart – doivent quitter la France en 1815, lorsque la monarchie est définitivement restaurée7.

Parmi les Russes qui se rendent à Paris après la guerre contre Napoléon et, plus tard, dans les années 1820, on compte de nombreuses familles de la noblesse qui y passent volontiers une partie de l’hiver pour y jouir des « curiosités »8 et des divers plaisirs que pouvait offrir la capitale. Les Golitsyne, les Narychkine, les Saltykov ou les Demidoff y mènent ainsi une vie mondaine active et fréquentent les meilleurs salons9. Nicolas Demidoff (1773-1828), richissime industriel et mécène – il a fondé les armureries de Toula et possède les mines d’argent de l’Oural –, visite souvent Paris en compagnie de son épouse Élisabeth Demidoff10. Ajoutons également à cette liste des expatriés russes les artistes qui, selon l’usage institué par Pierre le Grand, pouvaient, s’ils ne disposaient pas des moyens personnels suffisants, recevoir des bourses de l’Académie russe des beaux-arts afin de poursuivre leur éducation artistique en Europe11.

Georges-Jacques Gatine, Le Premier Pas d’un jeune officier cosaque au Palais-Royal, 1814, eau-forte coloriée, 29,6 x 42,6 cm, Paris, musée Carnavalet
CC0 Paris Musées – musée Carnavalet

Restriction des voyages des Russes à l’étranger après 1825

Néanmoins, après l’accession au trône de Nicolas Ier, la situation change et les séjours « touristiques » des Russes se transforment en une véritable émigration, débouchant parfois sur une installation définitive en Europe, comme c’est le cas, par exemple, d’Anatole Demidoff (1812-1870), élevé à Paris et qui, après la mort de son père Nicolas en 1828, passe la plupart de son temps en Italie et en France12.

Au terme d’une succession compliquée13, et dès le lendemain de l’acceptation de la couronne par Nicolas Ier, soit le 14 décembre 1825, la ville de Saint-Pétersbourg est le théâtre d’une insurrection. Connus sous le nom de décembristes, les nobles qui l’ont fomentée partagent des idées libérales – beaucoup d’entre eux ont pu observer le jeu démocratique en France en 1814-1815 – et appellent à des réformes importantes telles que l’abolition du servage et l’adoption d’une Constitution qui garantisse les libertés d’opinion et d’expression. Le soulèvement est réprimé sévèrement par Nicolas Ier : cinq personnes sont exécutées par pendaison, cent vingt-et-une sont condamnées à l’exil ou à la déportation en Sibérie14.

Franz Krüger, Nicolas Ier, empereur de Russie, 1852, huile sur toile, 94 x 72 cm, Saint-Pétersbourg, musée de l’Ermitage
© Wikimedia Commons cc-by-3.0

L’empereur prend également des mesures pour empêcher la contagion révolutionnaire : création en 1826 d’une police secrète, la Troisième Section de la chancellerie impériale, qui enquête, censure et surveille ; limitation des voyages à l’étranger à partir des années 1830. Dans le décret du 18 février 1831, il est indiqué que les jeunes âgés de 10 à 18 ans ne doivent être élevés qu’en Russie, les contrevenants se voyant refuser tout emploi officiel. Le 17 avril 1834, la durée maximale du séjour des sujets russes à l’étranger est réduite à cinq ans pour les nobles et trois ans pour les autres ; de sévères sanctions, politiques et civiles, sont prévues pour tout retard15. Ainsi, de nombreux Russes partis à l’étranger sont dans l’obligation de retourner au moins ponctuellement dans leur pays sans la certitude d’obtenir l’autorisation de repartir. Comme le note le colonel suisse Jean Huber-Saladin (1798-1881), qui côtoyait de nombreux Russes à Paris, alors que « le trône de Juillet [se trouvait] affermi par la rentrée de la France dans le concert européen », « l’empereur Nicolas seul s’y prêtait de mauvaise grâce, et, parmi les étrangers revenus dans la capitale, les Russes furent les moins nombreux »16.

Malgré tout, le développement des liens culturels et économiques avec des pays étrangers a pour conséquence de toujours accroître le nombre de personnes séjournant à l’extérieur de la Russie, et en 1839, une nouvelle ordonnance du gouvernement sur les passeports à l’étranger interdit tout voyage à l’étranger aux nobles qui ne sont pas encore en service et n’ont pas de grade, privant pratiquement toute la jeunesse de la possibilité de quitter le pays. Parallèlement, le prix pour obtenir un passeport passe de 25 à 100 roubles argent. La même année, Nicolas Ier interdit aux gouverneurs (chefs de l’administration municipale et provinciale) de délivrer des passeports pour voyager en France sans l’accord préalable du chef de la police secrète, Alexandre von Benckendorff. Mais le flux ne se tarit pas pour autant : le passeport reste gratuit pour ceux qui entreprennent le voyage sur ordonnance médicale et beaucoup de Russes fortunés soudoient les médecins pour obtenir un certificat leur permettant de se rendre l’été à Baden-Baden et l’hiver à Paris17.

Georg Wilhelm Timm, La Révolte décembriste du 14 décembre 1825, date inconnue, huile sur toile, 196 x 129 cm, Saint-Pétersbourg, musée de l’Ermitage
© Wikimedia Commons cc-by-3.0

Les salons des dames russes à Paris

Là, ils ont tout loisir de fréquenter les salons, mais aussi d’en tenir eux-mêmes. Les grandes dames russes reçoivent ainsi volontiers dans leurs appartements les personnalités françaises et européennes comme les Russes de passage. « C’est ainsi que le Paris de Louis-Philippe fut un lieu privilégié de rencontres incessantes entre les représentants de deux mondes en apparence si différents »18.

Il est possible de relever au moins quatre raisons de l’installation des dames russes en France au XIXe siècle : l’activité diplomatique ou politique en Europe de leurs maris ou amants ; la conversion au catholicisme ; le mariage avec un étranger ; ou tout simplement « l’ennui »19. Notons que les dames liées par leurs relations familiales au monde politique pouvaient tenir un salon plutôt artistique que politique et y accueillir écrivains, musiciens et peintres. Remarquons encore que l’identité des invités pouvait changer au cours des années : ainsi, le salon de Madame Swetchine, d’abord centré sur les questions religieuses, devient, à partir de 1845, après sa rencontre avec l’historien et député Alfred de Falloux,  davantage politique20.

Parmi les épouses de diplomates ou d’hommes politiques liés par leurs activités professionnelles à l’Europe et en particulier à la France, on peut citer la princesse Catherine Pavlovna Bagration, née Skavronska (1783-1857), veuve du général Piotr Ivanovitch Bagration21. Vivant dans différentes capitales européennes, elle entretient durant une dizaine d’année une liaison avec Klemens Wenzel von Metternich (1773-1859), diplomate et homme d’État autrichien, avant  de s’installer à Paris sous la Restauration, puis de se remarier en 1830 avec le général anglais Caradoc, lord Howden (1799-1873), dont elle ne voudra cependant jamais porter le nom22. Elle reçoit surtout des écrivains, dont Honoré de Balzac, mais la comtesse de Bassanville (1803-1884) souligne également l’importance de ce salon dans le monde politique :

Jean-Baptiste Isabey, Portrait présumé de la princesse Bagration, 1820, miniature sur vélin, 13 x 9,5 cm, Paris, musée du Louvre, RF 30750, recto

« On y retrouvait tous les grands seigneurs qui avaient dû représenter leurs nations au fameux congrès de Vienne, où chaque souverain avait voulu figurer en personne au lieu d’y envoyer un ambassadeur. […] Dans le salon de la princesse se rencontraient le comte Alexis de Noailles, le duc d’Alberg, M. de La Tour-du-Pin et le prince de Talleyrand qui avaient soutenu si dignement l’honneur de la France dans ces circonstances difficiles ; les lords Clamardy, Stewart, le prince Kostowski, M. de Nesselrode, le comte Pozzo di Borgo, en un mot une pléiade de grands seigneurs, presque tous jeunes, aimables et ravis de connaître notre capitale française autrement que par ouï-dire23. »

La princesse Bagration essayait en vain de rivaliser avec la princesse Dorothea de Lieven (1785-1857), autre Russe dont le salon parisien était très couru par les diplomates de toute l’Europe. Née von Benckendorff (elle est la sœur du chef de la police secrète de Nicolas Ier), elle épouse Christophe Andréiévitch de Lieven (1772-1838), nommé de 1810 à 1812 ministre de Russie à Berlin, puis ambassadeur à Londres en 1812. La princesse de Lieven s’installe à Paris en 1835 où elle accueille des hommes d’État français tels François Guizot, le comte Louis-Mathieu Molé, Adolphe Thiers ou encore Pierre-Antoine Berryer, si bien qu’en 1853, le maréchal de Castellane (1788-1862) peut déclarer : « La princesse de Lieven et Mme Narischkine sont deux ambassadeurs femelles non avoués, comme l’empereur de Russie en a toujours à Paris »24.

Marie Iakovlevna Narychkina (Narischkine) (1789-1854), née princesse Lobanova-Rostovskaïa, s’était établie à Paris après la mort de son mari Cyrille Alexandrovitch Narychkine (1786-1838). Le mercredi est son jour et son appartement accueille diplomates, gens du monde et écrivains. Parmi ses hôtes se trouvent là encore Adolphe Thiers, mais aussi Victor de Balabine, secrétaire de l’ambassade de Russie à Paris de 1842 à 1852, ou l’homme de lettres Andreï Nikolaïevitch Karamzine, fils de l’écrivain et historien Nikolaï Mikhaïlovitch Karamzine. Une autre dame Narychkina tient elle aussi un salon lié au monde de la diplomatie : Olga Stanislavovna Narychkina (1802-1861), belle-sœur de Marie Iakovlevna. Fille de Félix-Stanislas Potocki (1752-1805), général d’infanterie dans l’armée russe, Olga épouse en 1824 Lev Alexandrovitch Narychkine (1785-1846) qui avait combattu Napoléon et fait partie des forces d’occupation de la France entre 1815 et 1818. La sœur aînée d’Olga, Sophie, avait elle-même épousé en 1821 Pavel Kisséliev, futur gouverneur de Moldo-Valachie, puis ambassadeur à Paris de 1856 à 1862. Après séparation d’avec son mari, Olga Narychkina reste vivre à Paris avec sa sœur25.

Lettres inédites de Madame Swetchine, publiées par le comte de Falloux, Paris, Didier et Cie, 1866
source : gallica.bnf.fr / BnF

On peut mentionner également le salon de Varvara Ivanovna Doubenskaïa (1812-1901) qui épouse en 1834 Théodose de Lagrené (1800-1862), diplomate français et premier secrétaire à Saint-Pétersbourg (1832), et donne en France des cours de russe à Prosper Mérimée26 ; ou encore celui de Marie Grigorievna Razoumovskaïa (1772-1865), née princesse Viazemskaïa, qui, à la fin des années 1830, reçoit dans son appartement donnant sur les Champs-Élysées27. Mais « presque exclusivement russe, ce salon ne joua pas un rôle important dans les relations mondaines entre les deux pays »28.

Parmi les « exilées » pour motif religieux, il faut distinguer celles qui se sont converties au catholicisme en Russie avant d’émigrer en France, comme Madame Swetchine ou la comtesse Rostopchine, et celles qui adoptent le catholicisme en France, comme Madame de Circourt.

Sofia Soïmonova (1782-1857), épouse du général russe Nikolaï Swetchine (1758-1850), se tourne vers le catholicisme après avoir rencontré à Saint-Pétersbourg Joseph de Maistre qui exerce sur elle une grande influence. Quittant la ville en 1815, en même temps que les jésuites bannis29, elle émigre en France en 1816 et s’installe définitivement à Paris en 1826. Elle loue avec son mari un hôtel au faubourg Saint-Germain où elle reçoit jusqu’à sa mort30, d’abord plutôt des compatriotes31 (Alexandre Tourgueniev, la comtesse Nesselrode, le poète Xavier Labinski, Léon Potocki…), avant de se lier avec des personnalités catholiques telles que le père Henri Lacordaire, l’écrivain Pierre-Simon Ballanche, le journaliste et poète Charles Brifaut ou le baron d’Eckstein, philosophe et auteur dramatique32. Son salon joue ainsi un rôle important dans la renaissance religieuse française des années 183033. Sophie Swetchine arrange le mariage de Sofia Fiodorovna Rostoptchina (1799-1874), comtesse de Ségur (après son mariage, en 1819, avec l’homme politique Eugène de Ségur), qui elle aussi tient salon à Paris avant de devenir la femme de lettres célèbre pour ses livres pour enfants34. Mme Swetchine se lie également d’amitié avec Anastasie Sémionovna Khlioustina (1808-1863), mariée en 1830 à Adolphe de Circourt (1801-1879), ancien officier légitimiste, et établie dans la capitale à partir de 1836. Si Mme de Circourt se convertit au catholicisme en 1841, son salon paraît toutefois s’intéresser davantage aux questions politiques et littéraires que strictement religieuses35.

Oreste Kiprensky, Portrait de la comtesse de Ségur, 1823, sanguine, crayon de couleur, aquarelle, léger rehauts de gouache blanche, trait mine de plomb, pastel, 36 x 27,5 cm, Paris, musée Carnavalet
CC0 Paris Musées – musée Carnavalet

Un autre salon plutôt artistique est celui tenu par Marie Fiodorovna Kalergis, née Nesselrode (1822-1874), qui épouse en 1839 un diplomate grec, Jean Kalergis, dont elle se sépare par la suite. Avant son installation à Paris, Mme Kalergis voyage beaucoup et fait la connaissance de divers artistes comme Eugène Delacroix, Alfred de Musset, Théophile Gautier36, Franz Liszt, Frédéric Chopin, Heinrich Heine, Richard Wagner ou encore Ivan Sergueïevitch Tourgueniev37.

Enfin, un bon exemple de dame qui se morfond en Russie et préfère donc vivre à l’étranger est offert par la comtesse Julie Pavlovna Samoïlov, née Palen (1803-1875). Connue pour ses excentricités, elle vit surtout en Italie, mais de temps à autre reçoit aussi à Paris (surtout dans les années 1840) des visiteurs comme l’écrivain et historien François-Auguste Mignet, Balzac, Thiers, et de nombreux Italiens telle la princesse Belgiojoso38.

S’il existe plusieurs études sur les salons de Madame Swetchine et des princesses Bagration et Lieven, beaucoup d’autres demeurent dans l’ombre bien qu’ils soient mentionnés dans diverses sources et aient clairement joué un rôle très important dans les relations franco-russes du XIXe siècle. Ils ont été le point de rencontre des diplomates, des politiciens, des écrivains, des artistes, des musiciens et ont facilité les échanges culturels entre les représentants de l’élite intellectuelle, politique et religieuse européenne. Ainsi, l’étude des salons des dames russes à Paris au XIXe siècle peut éclairer de nombreux aspects des relations internationales et de l’influence culturelle entre la Russie et la France au XIXe siècle.

  1. Armelle Le Goff, Introduction au guide de recherches sur les relations franco-russes dans les fonds des Archives nationales, 2017, p. 152. URL : https://www.siv.archives-nationales.culture.gouv.fr/mm/media/download/FRAN_ANX_011830.pdf (consulté le 6 juillet 2022). []
  2. Brigitte de Montclos, Les Russes à Paris au XIXe siècle : 1814-1896. cat. exp., Paris, Musée Carnavalet, avr.-juin 1996, Paris, Paris musées, 1996, p. 7. []
  3. Ibid., p. 9-14. []
  4. Épouse de Jean-Charles-François de Laval de la Loubrerie (en russe : Ivan Alexandrovitch Laval, 1778-1846), qui émigre en Russie au début de la Révolution française. []
  5. Anne-Marie-Hortense Perregaux (1779-1857), épouse d’Auguste-Frédéric-Louis Viesse de Marmont, duc de Raguse, maréchal d’Empire et pair de France. []
  6. Eleonora Pavlutchenko, Les Fils de Voltaire en Russie : les Décembristes et la France, Moscou, Éditions du Progrès, 1988, 378 p., p. 84 ; Sergueï Grigorievitch Volkonski, « Lettres à P. D. Kisselev. 1814-1815 », dans Katorga i ssylka, no 2, 1933, p. 93-121. []
  7. Brigitte de Montclos, Les Russes à Paris au XIXe siècle, op. cit., p. 17-19. []
  8. La « culture de la curiosité » est apparue au XVIIIe siècle avec les cabinets d’histoire naturelle, la notion alliant l’utile à l’agréable (voir Kryzysztof Pomian, Collectionneurs, amateurs et curieux : Paris, Venise XVIe–XVIIIe siècles, Paris, Gallimard, 1987, p. 75.). Au XIXe siècle, le terme s’applique à tout ce qui peut susciter l’intérêt des voyageurs, à tout ce qui peut les motiver à faire un voyage : « Passion, désir, empressement de voir, d’apprendre des choses nouvelles, intéressantes, rares, etc. », selon le Dictionnaire de l’Académie française (6e édition, 1835, tome 1, p. 466). []
  9. Armelle Le Goff, Introduction au guide de recherches, op. cit., p. 152. []
  10. Née Stroganov, Élisabeth Demidoff (1779-1818) décède à Paris et repose au cimetière du Père-Lachaise. []
  11. Brigitte de Montclos, Les Russes à Paris au XIXe siècle, op. cit., p. 29. []
  12. Michel Cadot, La Russie dans la vie intellectuelle française. 1839-1856, Paris, Euredit, 2014 [1967], p. 53-55. []
  13. À la mort d’Alexandre Ier, survenue le 19 novembre 1825 à Taganrog, le pouvoir devait revenir à son frère Constantin (1779-1831), grand-duc de Russie. Mais celui-ci l’ayant refusé, c’est finalement le plus jeune frère, Nicolas, qui accepte la couronne le 13 décembre devant les membres du Conseil de l’Empire. []
  14. Militsa Nyetchkina, Dekabristy [Décembristes], Moscou, Naouka, 1984, p. 130-135. []
  15. Andreï Tchoukarev, Taïnaïa politsia Rossii, 1825-1855 [Police secrète russe, 1825-1855], Moscou, Joukovskiï, Koutchkovo pole, 2005, p. 372. []
  16. Jean Huber-Saladin, Le Comte de Circourt ; son temps, ses écrits : Madame de Circourt, son salon, ses correspondances, Paris, Impr. de A. Quantin, 1881, p. 31. []
  17. Andreï Tchoukarev, Taïnaïa politsia Rossii, 1825-1855 [Police secrète russe, 1825-1855], op. cit., p. 373-374. []
  18. Michel Cadot, La Russie dans la vie intellectuelle française, op. cit., p. 68. []
  19. « … les sujets les plus soumis de l’empereur Nicolas se livrent à des ruses d’écolier pour passer au moins quelques semaines dans la ville réprouvée. On ne pouvait décidément plus supporter le climat russe ; seules les eaux de Bade, de Hambourg pouvaient rétablir la santé défaillante des aristocrates russes, dont la principale maladie était un ennui accablant » (Michel Cadot, La Russie dans la vie intellectuelle française, op. cit., p. 51). []
  20. Ibid., p. 76. []
  21. Elle s’est séparée de son mari avant sa mort sur le champ de bataille à la Moskova (7 septembre 1812). []
  22. Michel Cadot, La Russie dans la vie intellectuelle française, op.cit., p. 68-69. []
  23. Anaïs Lebrun BASSANVILLE, Louis ÉNAULT, Les salons d’autrefois : souvenirs intimes, Paris, P.Brunet, 1862, t. 2, p. 2-3. []
  24. Esprit Victor Élisabeth Boniface Castellane, Journal 1804-1862, Paris, E. Plon, Nourrit et Cie, 1895-1897, 5 vol., t. V, p. 27 (8 décembre 1853). []
  25. Michel Cadot, La Russie dans la vie intellectuelle française, op. cit., p. 70-71. []
  26. Vera Miltchina, Parij v 1814-1848 godakh [Paris en 1814-1848], Moscou, Novoïe literatournoïe obozrenie, 2017, p. 871. []
  27. Michel Cadot, La Russie dans la vie intellectuelle française, op. cit., p. 72-74. []
  28. Ibid., p. 69. []
  29. L’ordre des jésuites fut définitivement expulsé de Russie en 1820. []
  30. Elle est enterrée avec son mari au cimetière de Saint-Pierre-du-Calvaire sur la butte Montmartre qu’on peut visiter pendant le jour de la Toussaint, le seul jour de l’année quand cet endroit est ouvert au public. []
  31. Armelle Le Goff, Introduction au guide de recherches, op. cit., p. 152. []
  32. Michel CADOT, La Russie dans la vie intellectuelle française, op. cit., p. 74-76. []
  33. Vera MILTCHINA, Parij v 1814-1848 godakh [Paris en 1814-1848], op. cit., p. 871. []
  34. Ibid., p. 872. []
  35. Michel CADOT, La Russie dans la vie intellectuelle française, op. cit., p. 76-78. []
  36. Théophile Gautier et Alexandre Dumas ont visité ensemble la Russie durant l’hiver 1858-1859 : Dumas a écrit en 1859-1860 deux récits Le Caucase et De Paris à Astrakan ; en 1866, Gautier a publié Le Voyage en Russie. Gaston CAHEN, « Prosper Mérimée et la Russie », Revue d’histoire littéraire de la France, vol. 28, no 3, 1921, p. 390. []
  37. Michel Cadot, La Russie dans la vie intellectuelle française, op. cit., p. 78-79. []
  38. Ibid., p. 79-80. []