Archives de catégorie : Expositions

« Soieries impériales pour Versailles » (Grand Trianon)

Versailles, Grand Trianon. Exposition du 19 mars au 23 juin 2024.

Pour des raisons indépendantes de notre volonté, nous n’avons malheureusement pas pu publier le billet qui suit avant la fin de l’exposition « Soieries impériales pour Versailles ». Nous en sommes désolés mais espérons que sa lecture demeurera profitable.

Versailles, avenue de Trianon

Avouons-le, si l’on n’habite pas Versailles, se rendre au Grand Trianon a tout d’une expédition. Situé à près d’une demi-heure à pied du château, le palais de marbre rose construit par Louis XIV pour échapper à l’agitation et aux cancans de la Cour se mérite.

Il abrite jusqu’au 23 juin l’exposition « Soieries impériales pour Versailles », réalisée en partenariat avec le Mobilier national qui conserve la majorité des pièces montrées.

Façade du Grand Trianon

Après l’appartement de l’impératrice1, on traverse le péristyle, qui ouvre par des arcades sur la cour et par des colonnades sur les jardins. Lorsqu’il s’installera au Grand Trianon, au début de l’Empire, Napoléon fera vitrer cette loggia afin de faciliter la circulation entre les différents pièces d’habitation.

L’aile du Grand Trianon où se tient l’exposition

Pour la première fois – car jamais elles ne furent tendues de son vivant –, les soieries d’ameublement commandées par Napoléon pour Versailles sont exposées dans le domaine qui devait les accueillir.

Lors de son passage à Lyon en 1802, Bonaparte avait été frappé par la crise économique qui frappait l’industrie de la soie. Soucieux de redynamiser la région et surtout de donner à la France le premier rang en Europe dans le domaine des arts décoratifs, le Premier Consul avait alors passé plusieurs commandes aux soyeux lyonnais : 1802, 1806, 1807 et 1808.

Pétition adressée par des soyeux lyonnais à Napoléon afin de solliciter une nouvelle commande, 29 octobre 1812 (Paris, Archives nationales)

En 1811, au faîte de sa gloire, il récidive en confiant à Pierre Daru, intendant général de la Couronne, la tâche de meubler Versailles. Vingt-huit fournisseurs sont sélectionnés par le Mobilier impérial, qui produiront en deux ans plus de 80 kilomètres d’étoffes !

La période voit logiquement un développement important de l’innovation textile : Joseph-Marie Jacquart perfectionne en 1801 le métier à tisser grâce à une mécanique à cartes perforées, Gabriel Dutillieu invente un régulateur favorisant la qualité du dessin, Jean-Louis Roard, directeur de l’atelier de teinture des Gobelins, corrige les défauts de teinte des soieries, Jean-Michel Raymond, nommé directeur de la nouvelle école de chimie de Lyon, invente le bleu de Prusse qui ouvre la voie aux teintures chimiques…

Modèle réduit de métier à mécanique Jacquard, perfectionné en 1817 par Skola, fabriqué par Jean Marin, avant 1863, Lyon, musée des Tissus et des Arts décoratifs

C’est dès 1804 que Napoléon avait envisagé le réaménagement du château de Versailles (devenu un musée de peintures en 1797). L’Étiquette impériale prévoyait que le palais, en sus d’un appartement d’honneur, comprît, pour l’empereur comme pour l’impératrice, un grand et un petit appartement2, sans parler des appartements secondaires pour les princes, les ministres et certains officiers.

Mais l’ambition de l’empereur devait se heurter à la démesure du chantier, proprement colossal3, et, étonnamment, il ne saura trancher entre les différents projets que lui soumettront les meilleurs architectes, tels Jacques Gondoin ou Pierre Fontaine.

Jacques Gondoin (1737-1818), Projet de décor des appartements de l’empereur et de l’impératrice au château de Versailles, vers 1807, pierre noire, encre brune, lavis gris et brun et aquarelle sur papier, musée national du château de Versailles

Si Napoléon tergiverse, une première commande de soieries est néanmoins passée en 1806 à Camille Pernon par l’administrateur du Garde-Meuble, Alexandre Desmazis. Le plus doué des soyeux lyonnais, qui avait déjà travaillé pour les palais de Saint-Cloud et de Meudon, livre six ensembles, dont cinq sans destination précise, le château de Versailles ne pouvant encore les accueillir.

Camille Pernon, Bordure de tenture transversale or fond ponceau pour la bibliothèque du Premier Consul au palais de Saint-Cloud, 1805-1806, satin broché (soie, filés or), Paris, Mobilier national
Camille Pernon, Métrage d’essai de différents coloris de trame sur une chaîne de fils jaune bouton d’or. Dessin de la bordure de rinceaux de fleurs de la tenture en damas moiré à dessin de couronne de roses et d’étoiles, commandée en 1807 pour le château de Versailles et utilisée dès sa livraison en 1808 au palais de Compiègne, 1807, lampas (soie), Lyon, fonds de la manufacture Tassinari & Chatel, maison Lelièvre

Hélas pour Pernon, un mauvais procès vient ternir sa réputation et la fin de sa vie, puisque le Garde-Meuble l’accuse d’avoir fourni pour le cabinet-bibliothèque de Napoléon à Saint-Cloud des tissus qui se sont rapidement décolorés4.

Camille Pernon, Mise en carte, sur papier 8 en 10, pour les paravents et l’écran de la salle du Trône, 1806, crayon graphite et gouache sur papier, Lyon, fonds de la manufacture Tassinari & Chatel, maison Lelièvre ; détails ci-dessous

À sa mort, en 1808, les frères Jean-François-Zacharie et Jean-Étienne Grand reprennent son fonds de commerce, devenant ainsi des fournisseurs essentiels de la grande commande de 1811. Vingt-deux ensembles textiles sortent de leur manufacture, dont les plus luxueux sont destinés à l’appartement d’honneur et au grand appartement de l’empereur.

Camille Pernon et Grand Frères, Livre de patrons regroupant des dessins de Camille Pernon et de Grand Frères, fin du XVIIIe siècle-1856, Lyon, fonds de la manufacture Tassinari & Chatel, maison Lelièvre
Pièces de Camille Pernon et Grand Frères et fauteuil (ébéniste Pierre-Antoine Bellanger) du Grand Trianon recouvert d’un retissage moderne de damas lapis et blanc de Camille Pernon
Grand Frères, Bordure de tenture, de portières et de cantonnières pour la salle du Trône, à broder et Lé de quatre bordures pour sièges et talons de bordure de tenture pour la salle du Trône, à découper et à broder, 1811-1812, velours ciselé fond satin (soie), Paris, Mobilier national
Grand Frères, Mise en carte, sur papier 8 en 11, de bordure de tenture avec une retombe aux fleurs d’indigo pour un salon du grand appartement de l’empereur, 1811, crayon graphite et gouache sur papier, Lyon, fonds de la manufacture Tassinari & Chatel, maison Lelièvre
Grand Frères, Mise en carte, sur papier 8 en 11, de tenture, de portières et de cantonnières pour le quatrième salon du grand appartement de l’impératrice, 1811, crayon graphite, gouache et encre sur papier, Lyon, fonds de la manufacture Tassinari & Chatel, maison Lelièvre
Grand Frères, Gouache de la bordure de tenture du quatrième salon du grand appartement de l’impératrice, approuvée le 9 juillet 1811, 1811, gouache et encres sur papier, Lyon, fonds de la manufacture Tassinari & Chatel, maison Lelièvre

La manufacture Bissardon, Cousin & Bony n’est toutefois pas en reste. Afin de répondre aux exigences de l’empereur, Jean-François Bony, qui a collaboré par le passé avec Camille Pernon comme dessinateur et brodeur, s’associe à André Bissardon et au cousin de celui-ci, Jean-Pierre Bissardon, pour fournir neuf meubles5.

Attribué à Jean-François Bony, Projet de lé de brocart pour la salle du Trône, 1811, gouache et crayon graphite sur papier, Lyon, musée des Tissus et des Arts décoratifs

Les étoffes pour l’impératrice Marie-Louise – qui doivent beaucoup au talent de Bony, surnommé à juste titre « le virtuose de la broderie » – sont parmi les plus inventives et poétiques de la commande de 1811. L’ensemble qu’il conçoit pour le cabinet de repos du petit appartement, en satin couleur ivoire6 brodé de fleurs et d’oiseaux, se distingue tout particulièrement – et ce n’est pas un hasard si cette soierie a été choisie pour l’affiche de l’exposition.

Jean-François Bony (dessinateur), et Bissardon, Cousin & Bony (soyeux), Tenture du cabinet de repos du petit appartement de l’impératrice, 1811-1812, satin brodé, Mobilier national, et Feuille de l’avers de l’écran du cabinet de repos…, 1811-1812, satin brodé, Rueil-Malmaison, château de la Malmaison ; détails ci-dessous

Après la chute de l’Empire, les soieries commandées – et réalisées – qui n’ont pu rejoindre Versailles sont remisées au Garde-Meuble. Elles seront largement remployées sous la Restauration, par la duchesse de Berry notamment, puis sous la monarchie de Juillet par Louis-Philippe – moyennant, bien sûr, une damnatio memoriae qui substitue à l’emblématique impériale celle des nouveaux régimes. Certaines étoffes seront même utilisées pour la confection de vêtements liturgiques.

J. P. Seguin & Cie, Lé de tenture et de lit pour deux chambres à coucher d’appartements de princes ou de grands dignitaires, 1811-1813, damas deux couleurs fond satin, Paris, Mobilier national ; Charles Percier et J. P. Seguin & Cie, Lé de tenture, de portières et de cantonnières pour le quatrième salon du grand appartement de l’empereur, 1811-1813, gros de Tour broché, Paris, Mobilier national
J. M. Sériziat & Cie, Lés et bordures de tenture, de sièges et de rideaux, 1811-1813, Paris, Mobilier national
Bissardon, Cousin & Bony, Feuille du revers de l’écran de cheminée, cabinet de repos du petit appartement de l’impératrice, 1811-1812, satin brodé, Mobilier national

En guise de coda, l’exposition se termine par une déambulation dans le petit appartement de l’empereur7, exceptionnellement ouvert pour l’occasion, où les étoffes d’origine de Camille Pernon sont présentées, sous forme d’échantillons encadrés sur chevalet, en regard des retissages modernes datant des années 1960.

Antichambre du petit appartement de l’empereur, avec l’échantillon de la soierie d’origine sur chevalet
La chambre de l’empereur, avec deux échantillons d’origine

Toutes les photographies ont été prises par Brice Ameille le 2 juin 2024.

  1. Un prochain billet lui sera prochainement consacré. []
  2. Soit cinq appartements au total. []
  3. Le budget était de 2 millions de francs, une somme alors considérable. []
  4. Mauvais procès, disons-nous, car le verdict l’innocentera de manière posthume et imputera la faute à l’atelier de teinture. []
  5. Par définition, les soierie sont en effet aussi des meubles. []
  6. Une teinture qui fut difficile à obtenir, de l’aveu même des associés : « Jamais meuble ne nous a donné autant d’embarras, nous avons fait teindre les nuances jusqu’à plusieurs fois différentes avant d’attraper le point où nous sommes parvenus. » []
  7. Auparavant, partie de l’ancien appartement de Madame de Maintenon et du petit appartement de Louis XV. Napoléon y séjourne régulièrement à partir de décembre 1809. []

“Naples à l’époque de Napoléon. Rebell et la lumière du golfe” (Naples, Gallerie d’Italia), par Michele Morselli

De passage à Naples, notre pensionnaire Michele Morselli a visité l’exposition consacrée au paysagiste autrichien Joseph Rebell (1787-1828). Il nous rapporte ici ses impressions.

Vue de l’exposition avec les portraits de Joachim et Caroline Murat. Photographie : Michele Morselli, 11 février 2024

Du 23 novembre 2023 au 7 avril 2024, les Gallerie d’Italia de Naples accueillent l’exposition Naples à l’époque de Napoléon. Rebell et la lumière du golfe [Napoli al tempo di Napoleone. Rebell e la luce del Golfo].

La rétrospective accompagne les visiteurs au cœur de la Naples qui, entre 1808 et 1815, fut celle de Joachim Murat et de son épouse Caroline Bonaparte. Les années napoléoniennes représentent pour la ville une époque de grand éclat artistique où, parmi les nombreux peintres invités à la cour — tels Simon Denis, Alexandre Dunouy et Auguste de Forbin —, le paysagiste viennois Joseph Rebell bénéficia d’un attachement particulier de la part des souverains de Naples.

Déjà objet d’une exposition au palais du Belvédère de Vienne en 2022, Joseph Rebell (1787-1828) incarne mieux que tout autre artiste la vitalité culturelle de la cour des Murat.  À une époque où la peinture d’histoire reste la plus estimée, les paysages de Rebell, très appréciés par la jeune sœur de Napoléon, anticipent le goût romantique pour la nature et contribuent à l’élection du Sud de l’Italie comme étape essentielle du Grand Tour.

ill. 1 et 2 : François Gérard, Joachim Murat, commandant de la Garde des consuls, 1801, huile sur toile, 213,5 x 131,5 cm, château de Versailles, © GrandPalaisRmn/Franck Raux
Élisabeth Vigée Le Brun, Portrait de Caroline Murat, grande-duchesse de Clèves et de Berg, future reine de Naples, avec sa fille Letizia, 1806-1807, huile sur toile, 216,5 x 143,5 cm, château de Versailles, © GrandPalaisRmn/image GrandPalaisRmn

Après avoir été accueillis par les portrait de Murat et de Caroline (ill. 1 et 2), sous l’égide du célèbre Napoléon en costume du sacre de François Gérard (1805-1807), les visiteurs sont invités à confronter l’art de Rebell avec la peinture militaire ou de cour, plus canonique, représentée notamment par la toile d’Heinrich Schmidt Joachim Murat ordonne de conquérir l’île de Capri en 1808 (1811, Paris, musée Marmottan-Monet).

L’œuvre du paysagiste est saisie dans toutes les étapes artistiques de son parcours, des débuts à la cour milanaise du vice-roi d’Italie Eugène de Beauharnais, fils de Joséphine, à la rencontre avec Caroline et jusqu’après son départ de Naples.

Le public peut apprécier d’abord certaines des scènes que Rebell dédia aux guerres napoléoniennes, dont celles peignant la construction des ponts de Lobau et de Kaiserebersdorf (1810, Vienne, palais du Belvédère), où le paisible cadre naturel fourmille de l’activité de l’infanterie française pénétrant en territoire allemand.

ill. 3 : Joseph Rebell, Le Port de plaisance du Granatello à Portici, avec le Vésuve, 1819, huile sur toile, 98 x 137 cm, Vienne, palais du Belvédère, © Wikimedia Commons cc-by-3.0

Ensuite, les visiteurs sont invités à admirer les paysages que Rebell consacra au Vésuve pendant et après son séjour napolitain, et à les comparer avec les œuvres de ses prédécesseurs les plus célèbres, telles la Vue de Naples avec le castel dell’Ovo au clair de lune (1783-1785, Vienne, Gemäldegalerie des Akademie der bildenden Künste) de Michael Wutky et l’Éruption du Vésuve en 1771 (1789, Naples, Roberto Campobasso Antichità) de Pierre-Jacques Volaire, ainsi qu’avec les tableaux de ses contemporains, comme l’Éruption du Vésuve en 1813 (1816-1817, château de Fontainebleau, ill. 8) d’Alexandre-Hyacinthe Dunouy.

La peinture de Rebell permet une véritable redécouverte de la ville de Naples et de ses environs : ses représentations des bourgs de Chiaia et de Portici (ill. 3), ou du promontoire du Pausilippe, ne sont que les exemples les plus évidents du changement de perspective proposé par l’Autrichien.

ill. 4 : Joachim Murat, 1812 (?), biscuit, h : 72 cm, Naples, Museo e Real Bosco di Capodimonte. Photographie : Michele Morselli, 11 février 2024

En contrepoint de ces paysages, toute une section de l’exposition est consacrée à l’art de cour. Si les portraits d’apparat ont la part belle, tant en peinture qu’en sculpture, où des bustes immortalisent Joachim et Caroline Murat comme des divinités antiques (ill. 4), la gaieté ou même la légèreté ne sont cependant pas toujours bannies. Il suffit pour cela que les enfants entrent en scène : le jeune Achille pose ainsi, plein de candeur, devant la sculpture de sa mère (ill. 5), après lui avoir, comme sa sœur Letizia, tendrement donné la main dans le portrait de Gérard (ill. 6) ; de même le cadet Lucien est représenté en train de danser la tarentelle (ill. 7).

ill. 5 : Benjamin Rolland, Portrait d’Achille Murat avec le buste de sa mère, 1811, huile sur toile, 52 x 38 cm, Reggia di Caserta. Photographie : Michele Morselli, 11 février 2024
ill. 6 : François Gérard, Portrait de la reine Caroline Murat avec ses enfants, 1809-1810, huile sur toile, 237 x 191 cm, musée national du château de Fontainebleau, © Wikimedia Commons cc-by-3.0
ill. 7 : Benjamin Rolland, Portrait de Lucien Murat dansant la tarentelle, 1811, huile sur toile, 52 x 38 cm, Reggia di Caserta. Photographie : Michele Morselli, 11 février 2024

Les nombreuses études de figures tirées des 26 Feuillets que Rebell a esquissés à Naples témoignent aussi d’une attention véritable à l’être humain, sans aucune forme de hiérarchisation sociale ou de tentation idéaliste. Empruntés à l’Akademie der bildenden Künste de Vienne, les dessins des musiciens, pêcheurs ou autres paysannes qui occupent l’une des galeries instruisent ainsi la question, importante pour la peinture de paysage, de la relation entre l’homme et la nature. 

Si de nombreux ouvrages postérieurs à sa période napolitaine témoignent de l’affection de Rebell pour l’Italie du Sud, y compris lors de ses années à la cour autrichienne de François Ier, comme la Vue de la ville de Vietri dominant le golfe de Salerne (1819, Vienne, palais du Belvédère), le goût naissant du paysagiste pour les manifestations les plus violentes de la nature participe de la nouvelle sensibilité romantique. La Tempête sur la plage d’Amalfi avec le couvent des Capucins (1813, Vienne, Österreichische Nationalbibliothek) en constitue un bon exemple.

ill. 8 : Vue de l’exposition avec le tableau d’Alexandre-Hyacinthe Dunouy, Éruption du Vésuve en 1813, 1816-1817, huile sur toile, 169 x 238 cm, musée national du château de Fontainebleau. Photographie : Michele Morselli, 11 février 2024

Les visiteurs peuvent suivre cette évolution vers le romantisme par les nombreux paysages nocturnes qui caractérisent la dernière manière du peintre, telle l’Éruption nocturne du Vésuve avec une vue sur l’École de Virgile (1822, Vienne, palais du Belvédère), en les confrontant avec des œuvres marquées par la reprise de sujets chevaleresques et médiévaux, comme André d’Hongrie assassiné et retrouvé par son confesseur dans les souterrains du palais de la reine Jeanne de Naples (1814, Naples, Palais royal) du comte de Forbin.

Joseph Rebell s’impose ainsi non seulement comme l’interprète d’une des périodes artistiques les plus heureuses de la cour napolitaine, mais comme un artiste au carrefour des grandes transformations européennes, tant politiques qu’esthétiques. 

Joseph Rebell, Autoportrait, 1824-1825, huile sur toile, 63,5 x 50 cm, Vienne, palais du Belvédère, © Wikimedia Commons cc-by-3.0

« Alexandre-Jean Dubois-Drahonet (1790-1834), un talent retrouvé » (musée Lambinet)

Versailles, musée Lambinet. Exposition du 25 novembre 2023 au 25 février 2024.
Plus de renseignements sur la page suivante : https://www.versailles.fr/51/culture/musee-lambinet.htm.

Voilà à coup sûr une exposition bien remarquable ! Remarquable et salutaire, car c’est peu dire que la très grande majorité des visiteurs du musée Lambinet iront de découverte en découverte, s’étonnant qu’un peintre aussi doué que l’était Dubois-Drahonet ait pu demeurer si longtemps dans un oubli quasi-total.
Cette résurrection, la réparation d’une telle injustice, sont dues au travail conjugué de deux hommes, l’historien belge Ronald Pawly, spécialiste de l’artiste, et Alain Pougetoux, ancien conservateur du château de Malmaison, qui ont réuni pour la toute première fois un riche ensemble d’œuvres provenant de différentes institutions ou collections particulières, tant françaises qu’étrangères (Pays-Bas, Grande-Bretagne, Belgique, Autriche, États-Unis)1.

Fig. 1 : Vue de l’exposition lors du vernissage du jeudi 23 novembre 2023 avec, au fond à gauche, François de Mazières, le maire de Versailles.

Né au lendemain de la Révolution française dans une famille de marchands merciers, Alexandre-Jean Dubois-Drahonet (1790-1834) apprend la peinture auprès de Jean-Baptiste Regnault à l’École des beaux-arts de Paris, avant de s’engager comme vélite dans le 2e régiment de chevau-légers de la Garde impériale2. Les « lanciers rouges » ont alors leurs quartiers à Versailles, et c’est dans cette ville qu’il s’établit quelques années plus tard en épousant en 1817 Élisabeth-Cornélie, la fille de son ami Pierre Drahonet (1766-1817), entrepreneur de peintures au château.

Ses débuts en peinture ont longtemps été mal compris en raison de l’ajout à son nom du patronyme de sa femme. Plusieurs œuvres lui ont ainsi été à tort attribuées, comme l’aquarelle prêtée par la bibliothèque Marmottan, Vue du temple d’Antonin et de Faustine sur le Forum romain (ill. 1, inv. 1970-124), que les deux commissaires attribuent désormais à son beau-père.

ill. 1 : Alain Pougetoux, ancien conservateur du château de Malmaison et co-commissaire de l’exposition, posant devant la Vue du temple d’Antonin et de Faustine… de Pierre Drahonet (BVM, 1970-124), le soir du vernissage, jeudi 23 novembre 2023.

Pour autant, et les deux premières salles le démontrent parfaitement, Dubois-Drahonet est rapidement parvenu à une très grande maîtrise de son métier. Son mariage, qui l’introduit dans la très bonne société versaillaise, lui permet de faire valoir ses talents de portraitiste, qui éclatent ici au grand jour. En témoignent les portrait du fils Huard (ill. 2) et du major Dumonceau (ill. 3), où la finesse d’exécution rivalise avec la pénétration psychologique dans un style qui oscille entre le classicisme d’Ingres et le romantisme de Géricault. Celui-ci fut d’ailleurs très probablement l’un de ses camarades, puisque Dubois-Drahonet réalise le portrait d’une femme présumée être la tante – et maîtresse – (ill. 4) de l’auteur du Radeau de la Méduse, et qu’il le dédicace « à [s]on bon ami Théodore ».

ill. 2 : Alexandre-Jean Dubois-Drahonet, Pierre Huard fils (1792-1865), 1816, huile sur toile, Versailles, musée Lambinet
ill. 3 : Alexandre-Jean Dubois-Drahonet, Le major François Dumonceau en uniforme du régiment de hussards n° 6 du royaume uni des Pays-Bas, 1821, huile sur toile, Soest (Pays-Bas), Nationaal Militair Museum
ill. 4 : Alexandre-Jean Dubois-Drahonet, Portrait d’une jeune femme, présumée être Mme Alexandrine-Modeste de Saint-Martin (1785-1875), 1820, huile sur toile, collection particulière

Toujours grâce à ses relations, il se voit commander par sa veuve les portraits des deux fils du colonel Jean-Baptiste Deban de Laborde, tué à la bataille de Wagram. Le visiteur ne peut admirer que celui du cadet, Édouard-César-Luron (ill. 5), mais – qu’il nous soit permis de le dire, notre bibliothèque le prêtant –, c’est l’un des chefs-d’œuvre de l’exposition. Celui de l’aîné Achille, assurément tout aussi beau, a été acquis il y a quelques années seulement par le Sterling & Francine Clark Institute3, mais n’a malheureusement pas quitté les États-Unis.

ill. 5 : Alexandre-Jean Dubois-Drahonet, Portrait du jeune comte de Laborde, couronnant le buste de son père tué à Wagram, 1817, huile sur toile, Boulogne-Billancourt, bibliothèque et villa Marmottan (BVM 1970-30)

Par ses cimaises d’un rouge vif, la troisième et avant-dernière salle crée comme un sursaut  martial, rappelant que Dubois-Drahonet ne fut pas qu’un portraitiste de grand talent, mais aussi un peintre militaire attaché à rendre dans le détail les armes et les uniformes. Cet aspect de son art se trouve illustré par les deux séries de petits portraits en pied qu’il consacre aux officiers français et anglais au début des années 1830 (ill. 6a-d). Le format lui en est inspiré par le succès rencontré deux ans plus tôt par le portrait d’un grenadier qui lui valut aussitôt de peindre un bon nombre de gardes nationaux4, avant de se voir commander par le nouveau roi Guillaume IV, connu du temps où il était duc de Clarence, tout un ensemble destiné à illustrer les uniformes de l’armée anglaise. On ignore si la série française fut également une commande officielle, mais comme pour leurs homologues britanniques, Dubois-Drahonet choisit avec soin ses modèles : le petit-fils du maréchal d’Empire Kellermann, Achille Deban de Laborde, l’oncle d’Édouard Manet…

ill. 6a : Alexandre-Jean Dubois-Drahonet, série consacrée aux uniformes français, 1832, localisations diverses
ill. 6b : Quelques uniformes anglais
ill. 6c : Quelques uniformes français
ill. 6d : Les modèles français représentés

Comme le révèle cet épisode, la carrière du peintre n’est pas toute tournée vers la France. Entre 1821 et 1825, Dubois-Drahonet a séjourné à plusieurs reprises au royaume uni des Pays-Bas. Il y a retrouvé ses anciens camarades du régiment des « lanciers rouges », le général Dubois et le major Dumonceau, qui lui ont permis d’étoffer son réseau et d’obtenir de prestigieuses commandes. C’est ainsi qu’après avoir peint le portrait de l’oncle de Dumonceau, le général d’Aubremé, ministre de la Guerre du royaume néerlandais, il exécute ceux du prince d’Orange, futur roi Guillaume II, et de ses deux enfants. C’est également à Amsterdam qu’il fait la connaissance de l’une des plus grandes familles de collectionneurs, les Six-van Winter (ill. 7).

ill. 7 : Alexandre Jean Dubois-Drahonet, Josua-Jacob van Winter (1788-1840), 1825, huile sur toile, Amsterdam, Fondation Six

Participant à presque tous les Salons de Paris, mais aussi, plus épisodiquement à ceux de Lille, Gand, Bruxelles ou encore Londres, Dubois-Drahonet est donc un peintre estimé et recherché, non seulement en France, mais dans plusieurs pays limitrophes. Plusieurs têtes couronnées font appel à son pinceau, parmi lesquelles la duchesse de Berry5, mécène et arbitre des élégances sous la Restauration, n’est pas la moindre.
La dernière salle lui fait la part belle avec son monumental portrait (ill. 8). Elle s’en montre si fière qu’elle en demande au peintre une copie afin de l’offrir à la ville d’Amiens6. Celui de sa fille (1830, Wilmington, The Horvitz Collection), à ses côtés, tout aussi impressionnant et séduisant, fait souffler comme un vent anglais sur la plage de Dieppe. Grâce à la duchesse, Dubois-Drahonet peint encore les enfants du futur roi Louis-Philippe ou les souverains des Deux-Siciles.

ill. 8 : Alexandre-Jean Dubois-Drahonet, Portrait en pied de S. A. R. Madame la duchesse de Berry dans son grand salon du pavillon de Marsan aux Tuileries, 1828, huile sur toile, Amiens, musée de Picardie
ill. 9 : Alexandre-Jean Dubois-Drahonet, La Princesse Louise d’Artois (1819-1870) sur la plage de Dieppe, 1830, huile sur toile, Wilmington (États-Unis), The Horvitz Collection, détail

C’est donc en pleine reconnaissance et dans la force de l’âge que l’artiste s’éteint brusquement le 30 août 1834 dans sa chère ville de Versailles, entouré de sa femme et d’Hector Lefuel, qu’il avait portraituré enfant7 et qui était appelé à devenir l’un des architectes préférés de Napoléon III.

Fig. 2 : La deuxième salle de l’exposition avec, au-dessus de la cheminée, Dupuytren faisant l’opération de la cataracte, 1811, huile sur bois, Sens, musée de Sens

Au terme de cette visite qui révèle véritablement un peintre à la fois doué et attachant, nous ne saurions que trop vous encourager à vous rendre à votre tour au musée Lambinet et, comme nous y invitait le soir du vernissage Ronald Pawly, à en parler autour de vous. Alexandre-Jean Dubois-Drahonet ne doit plus jamais retomber dans l’oubli !

Fig. 3 : Ronald Pawly, spécialiste de Dubois-Drahonet et co-commissaire de l’exposition, lors du vernissage du jeudi 23 novembre 2023

Toutes les photographies ont été prises par Brice Ameille le 23 novembre 2023.


  1. Au total, ce ne sont pas moins de 69 prêts qui ont été accordés. []
  2. Créé par un décret de Napoléon Ier en 1810. []
  3. Voir l’article de La Tribune de l’art du 13 novembre 2017 : https://www.latribunedelart.com/un-chef-d-oeuvre-de-dubois-drahonet-acquis-par-williamstown (consulté le 27 novembre 2023). []
  4. Ceux-ci venaient de contribuer au maintien de la monarchie de Juillet. []
  5. Marie-Caroline de Bourbon (1798-1870), princesse des Deux-Siciles, plus connue sous son titre de duchesse de Berry. []
  6. L’original se trouve au musée Dobrée de Nantes. []
  7. Dubois-Drahonet a réalisé six portraits de la famille Lefuel, dont cinq sont présentés à l’exposition. Entrepreneur des bâtiments du roi, établi rue d’Anjou à Versailles, Alexandre-Henri Lefuel, le père d’Hector, est d’abord lié à Pierre Drahonet, mais joua rapidement un rôle dans la vie peintre. []

“Pierre-Antoine Lebrun (1785-1873) ou le romantisme académique” : une exposition à la bibliothèque Mazarine

À l’occasion du 150e anniversaire de sa mort, la bibliothèque Mazarine consacre du 27 septembre au 25 novembre 2023 une exposition-dossier à Pierre-Antoine Lebrun (1785-1873), dont elle conserve le fonds.

Yoann Brault au micro, à droite Patrick Latour, lors du vernissage de l’exposition le mardi 26 septembre 2023. Photographie de Brice Ameille.

Si son nom est aujourd’hui bien oublié, les recherches menées par les deux commissaires de l’exposition Patrick Latour et Yoann Brault – respectivement conservateur à la bibliothèque Mazarine et ingénieur d’études – nous révèlent que Pierre-Antoine Lebrun (1785-1873) fut en réalité une personnalité importante de son temps, d’abord comme écrivain, puis comme membre de l’Académie française.

Poète précoce, Lebrun se fait connaître sous le Premier Empire en composant des vers à la gloire de l’empereur dès le mois d’octobre 1807. S’il accède à la notoriété sous la Restauration, il prouvera qu’il n’était alors ni un opportuniste ni un flagorneur, puisqu’il osera, non sans en subir les conséquences, publier en 1822 un Poème lyrique sur la mort de Napoléon.

Pierre Lebrun, Ode à Napoléon le Grand, 1807 (Mazarine : Lebrun, carton 18, liasse 3, pièce 8)
Pierre Lebrun, Poème lyrique sur la mort de Napoléon, Paris, Béchet aîné, 1822 (Mazarine : Lebrun, carton 30, pièce 3)

« Premier poète à chanter la gloire de Napoléon, Lebrun est aussi le premier à pleurer sa mort et on trouve des réminiscences de ses pièces poétiques chez Casimir Delavigne (1793-1843), son ami Pierre-Jean de Béranger (1780-1857) et même Victor Hugo.
La publication de cette ode vaut à Lebrun la suspension de sa pension de 1200 francs. » (Yoann Brault & Patrick Latour)

La bibliothèque Marmottan possédant de ce « tombeau » une copie manuscrite d’époque, nous avons pu, de retour de l’exposition, en lire la préface. Nous en reproduisons ci-dessous quelques extraits qui traduisent bien la sincérité de l’auteur.

Pierre Lebrun, Poème lyrique sur la mort de Napoléon, 1822, préface, bibliothèque Marmottan, 432 Br.

Cette mort m’a profondément frappé. Elle est venue réveiller en moi, dans ma retraite, des impressions de jeunesse et le souvenir d’une gloire dont j’avais été idolâtre, quand j’étais sans expérience et que je ne savais pas encore la juger. Je me suis laissé aller à l’entraînement poétique, je ne crois pas qu’il m’ait égaré. […] Je suis bien loin de me dissimuler les grandes fautes que Napoléon a faites et les reproches qu’il mérite de quiconque a dans son âme le sentiment de la liberté […].

Pierre Lebrun, Poème lyrique sur la mort de Napoléon, 1822, préface, bibliothèque Marmottan, 432 Br.

Il faut traiter la poésie comme de la poésie, et ne point la juger sèchement, et, s’il m’est permis de le dire, prosaïquement.
Du reste, aucun ouvrage n’a été plus dégagé que celui-ci de but, d’intérêt personnel, d’arrière-pensées. Aucun n’a été le produit d’un mouvement plus spontané, plus intime, plus involontaire. Je ne veux pas qu’on lui cherche un sens politique. J’ai fait ces vers parce que je n’ai pas pu faire autrement. […] J’ai été ému, mon émotion s’est répandue en vers, et ce poëme s’est trouvé fait : voilà tout.
J’ai pourtant hésité un moment à le faire imprimer, non pas que je trouve à sa publication le moindre courage, et que j’aie pu avoir la plus légère crainte d’offenser le pouvoir, car je célèbre un homme, un homme qui l’a trop bien servi, un homme enfin qui est disparu du monde et dont personne ne saurait plus avoir rien à redouter […]. Je n’ai donc pas dû penser qu’on pût dénaturer mes intentions et me supposer l’idée de vouloir réveiller des passions, des souvenirs et des espérances.


École française, Distribution des prix de poésie de l’Académie française le 25 août 1817 (?), huile sur toile, premier quart du XIXe siècle, Académie des beaux-arts, IDF TA 008 © Ben Dauchez / H&K”

« Attribué à tort à Philippe-Auguste Hennequin (1762-1833), ce tableau pourrait être l’œuvre de l’un de ses élèves et représenter la séance publique de l’Académie française du 25 août 1817 au moment où un agent de l’Institut remet une couronne de lauriers à l’un des vainqueurs du prix de poésie. Le profil aigu du récipiendaire présente une certaine similitude avec le portrait qu’Ary Scheffer (1795-1858) fait de Lebrun quelques années plus tard. La jeune femme émue qui se tient derrière lui pourrait être son épouse, Rosalie, et sa voisine, d’âge mur, la princesse de Salm. Une tradition orale reconnaît, dans les rangs du public, à gauche de l’hémicycle, le jeune Hugo, la main posée contre la tempe. Le jeune homme assis au premier rang, à droite, serait logiquement Saintine, le lauréat second nommé. » (Yoann Brault & Patrick Latour)


Après avoir reçu en 1817 le prix de poésie de l’Académie française, Pierre Lebrun fait donner en 1820 à la Comédie-française Marie Stuart, que Sainte-Beuve salue en l’estimant la première pièce à « détendre les vieux ressorts tragiques ». Si les polémiques et la censure accompagnent les représentations de son Cid d’Andalousie (1825), préfigurant, selon les deux commissaires, la bataille d’Hernani, il ne fait cependant aucun doute que Lebrun n’approcha jamais le talent ni la réputation de son génial cadet Victor Hugo1.

Yoann Brault et Patrick Latour n’entendent d’ailleurs nullement contester le jugement de la postérité, mais souhaitent, par leur exposition, rappeler un pan méconnu, voire inconnu, de l’histoire littéraire française et préciser ainsi le tableau du romantisme naissant. Car Lebrun fut bien un précurseur du mouvement en introduisant en France (certes avec d’autres) les œuvres de l’Anglais Byron et de l’Allemand Schiller.

Prosper Mérimée, Portrait-charge d’Alfred de Vigny, sans date, encre sur papier (Mazarin : Lebrun, carton 12, liasse 4, pièce 8)

Son rôle semble néanmoins s’arrêter là car, dès 1828, son élection à l’Académie française signe le tarissement de son inspiration. Cessant toute activité littéraire, il embrasse alors avec succès une carrière administrative et politique : directeur de l’Imprimerie royale sous la Monarchie de Juillet, Secrétaire perpétuel par intérim de l’Académie française, directeur du Journal des Savants… Lors de l’éloge posthume qui lui est dû, Alexandre Dumas fils2 qui lui succède au 2e fauteuil, résumera bien l’importance de ce type de personnalité : même si « de plus grands et de plus forts se sont emparés de la place plus tard », Lebrun « fut le pionnier patient et résolu qui, sous le feu de l’ennemi, taille, aux flancs du roc, la route sur laquelle ils ne passeraient peut-être pas »3.


Informations :
Bibliothèque Mazarine
23, quai de Conti
75006 Paris
Accès gratuit du lundi au samedi, de 10 h à 19 h.
Visites guidées, sur inscription, les 25 octobre et 23 novembre 2023 à 18h ; contact@bibliotheque-mazarine.fr
https://www.bibliotheque-mazarine.fr/fr/evenements/expositions/liste-des-expositions/pierre-antoine-lebrun-1785-1873-ou-le-romantisme-academique

Image du bandeau : la bibliothèque Mazarine (© Wikimedia Commons cc-by-3.0)

  1. Lequel, à seulement quinze ans, avait été son dauphin lors du prix de poésie remis par l’Académie française. []
  2. Le fils vengeait alors le père, puisqu’en 1828, l’auteur des Trois Mousquetaires avait été battu à l’élection par Lebrun. Voir, sur la question des Dumas père et fils et de l’Académie française, la communication prononcée par André Maurois le 25 octobre 1956 : https://www.academie-francaise.fr/les-dumas-et-lacademie. []
  3. Voir : https://www.academie-francaise.fr/discours-de-reception-dalexandre-dumas-fils. []

« Eugène de Beauharnais, un prince européen » (château de Bois-Préau, octobre 2022-janvier 2023)

C’est avec un réel plaisir que nous nous sommes rendu à Rueil-Malmaison pour voir l’exposition « Eugène de Beauharnais, un prince européen », déployée non pas au château de Malmaison, mais à celui de Bois-Préau – ce qui constitue déjà en soi un événement notable.

L’élégant bâtiment était effectivement fermé au public depuis presque trente ans. La cause en était un insecte xylophage qui nécessitait une désinfestation complète et d’importants travaux, trop longtemps repoussés. Après une restauration et une mise au norme supervisées par l’agence de l’architecte Philippe Maffre, le château de Bois-Préau, acquis par Napoléon après son divorce d’avec Joséphine, a donc rouvert au début du mois d’octobre 2022 pour proposer au public une belle monographie consacrée à la figure attachante mais méconnue d’Eugène de Beauharnais (1781-1824).

Vue de l’exposition avec, au premier plan le Portrait en buste d’Eugène de Beauharnais (1839) de Butz, conservé au château de Malmaison

Riche de quelque cent cinquante objets (tableaux, sculptures, meubles, bijoux, vaisselle, documents…), le parcours de l’exposition, scandé en cinq moments et d’une grande lisibilité, suit la chronologie, depuis les premiers faits d’armes d’Eugène sur les champs de bataille jusqu’à ses différentes résidences en France, mais surtout en Italie et en Bavière, en passant par son mariage réussi – et si central dans sa vie – avec Auguste-Amélie.

Fils du vicomte Alexandre de Beauharnais et de Marie Josèphe Rose Tascher de La Pagerie, future impératrice Joséphine – et châtelaine de Malmaison –, Eugène passe son enfance tantôt auprès de sa mère et de sa sœur Hortense qu’il adore, tantôt dans des pensionnats, mais voit rarement son père, militaire de métier, qui meurt d’ailleurs prématurément, victime de la Terreur révolutionnaire en 1794. Il ne tarde cependant pas à trouver en la personne du jeune général Bonaparte, que Joséphine épouse en mars 1796, un père de substitution qui se révèle affectueux et sincèrement soucieux de son sort. Eugène le lui rend bien et se montre d’emblée particulièrement dévoué. Il devient ainsi l’aide de camp de Napoléon et l’accompagne dans sa première campagne d’Italie ainsi que dans son expédition d’Égypte.

En dehors du théâtre de la guerre – évoqué notamment par un sabre utilisé en 1803 ainsi qu’un habit de général de division porté lors de la campagne de Russie –, Eugène de Beauharnais est un homme du monde accompli qui anime, avec sa sœur, la vie sociale et mondaine de Malmaison que fréquente toute l’élite du Consulat. Napoléon, qui l’a nommé commandant du régiment des chasseurs à cheval de la garde consulaire et décoré de la Légion d’honneur (première promotion), lui offre le domaine de La Jonchère, à proximité immédiate de Malmaison, ainsi qu’un hôtel particulier dans la capitale au 78, rue de Lille, en face du palais des Tuileries.

Fauteuil, console et paire de vases provenant de l’hôtel de Beauharnais à Paris.
Bergère de François-Honoré-Georges Jacob-Desmalter, v. 1803-1805, 100 x 73,5 x 67 cm, provenant de l’hôtel de Beauharnais

Eugène de Beauharnais, qui lui donnera son nom, va faire de cet hôtel « la plus belle maison de Paris ». Avec un goût sûr et sans regarder à la dépense, il aménage avec Joséphine les appartements dans le style du Consulat et du début de l’Empire, laissant le meilleur témoignage parisien de l’art décoratif d’époque napoléonienne. De manière exceptionnelle, plusieurs meubles et objets ont quitté l’hôtel, aujourd’hui résidence de l’ambassadeur d’Allemagne1, pour rejoindre les salles de Bois-Préau : une bergère de Jacob-Desmalter, une console en acajou et bronze à plateau de granit vert attribuée au même artiste, un fauteuil issu du salon des Quatre Saisons, ou encore une paire de vases en albâtre peint.

L’ascension militaire d’Eugène de Beauharnais se poursuit : il devient général de brigade en 1804, puis colonel-général des chasseurs à cheval et grand officier de l’Empire. En juin 1805, alors qu’il n’a pas encore 24 ans, il est fait vice-roi d’Italie et prend le commandement des troupes basées dans le pays (soit une armée de 108 000 hommes). Dans la foulée, Napoléon le pousse à s’unir avec Auguste-Amélie, fille du roi Maximilien Ier de Bavière, pour consolider les alliances internationales et assurer sa mainmise sur l’Europe. Ce mariage de raison s’avèrera une union particulièrement heureuse, fondant une dynastie dont sont issus la plupart des monarques actuels d’Europe du Nord.

La descendance d’Eugène de Beauharnais et d’Auguste-Amélie de Bavière

Plusieurs portraits, peints grandeur nature ou en miniature (tels ceux d’Abraham Constantin pour un bracelet), sont là pour rappeler le grand amour d’Eugène pour ses nombreux enfants (sept dont un qui meurt en bas âge), qu’il surnomme ses « petits choux » et qu’il fait souvent représenter en angelots, notamment par Joseph Stieler, en 1814-1816.

Reconstitution de la chambre à coucher d’Eugène de Beauharnais au palais de Leuchtenberg avec le portrait de ses cinq enfants aînés par Joseph Stieler (1814-1816, Munich, Residenz München)

Après la France, Eugène ouvre donc un nouveau chapitre de son existence, sans doute le plus heureux, en s’établissant avec sa fraîche épouse à Milan, la capitale du royaume italien, qu’il entreprend d’embellir par des travaux d’urbanisme. Le couple fait du Palazzo Reale de Monza sa résidence préférée, et Eugène porte son parc à l’anglaise à près de 700 hectares. Comme sa mère, il s’intéresse de près à la botanique et fait bâtir une pépinière ainsi que deux serres. Sur ce domaine se trouve aussi la villa Mirabellino (représentée par un dessin prêté par la bibliothèque Marmottan2), qu’il offre, après l’avoir restaurée et rebaptisée villa Augusta, à sa femme à l’occasion de la naissance de leur premier enfant, Joséphine.

Plan du parc du Palazzo Reale de Monza avec, accroché au fond, un dessin de la villa Mirabellino appartenant à la bibliothèque Marmottan

Peu après, les deux époux se font peindre par François Gérard dans deux grands – et beaux – portraits en pied, qui seront emportés à Stockholm (où ils sont conservés) par leur fille aînée au moment de son mariage avec le roi Oscar Ier de Suède.

François Gérard, Le Vice-roi Eugène de Beauharnais, 1810-1811, huile sur toile, 229 x 161 cm, Stockholm, Oscar II Foundation

Nul doute qu’Eugène de Beauharnais ait apprécié les toiles, lui qui profite de son installation à Milan pour agrandir sa collection de tableaux italiens (du XVIe et du XVIIe siècles, pour l’essentiel) et mener une active politique culturelle en faveur des jeunes artistes en soutenant leur formation à l’Académie des sciences, lettres et arts et en favorisant la tenue de concours annuels. Surtout, il contribue grandement à l’essor de la pinacothèque de Brera3, à laquelle il souhaite donner un caractère national en représentant autant que faire se peut les différentes écoles d’Italie. Enrichi par les saisies napoléoniennes opérées dans les églises, le musée bénéficie aussi des achats4 et des dons5 d’Eugène, qui se rêve prince des arts.

Mais le ciel s’assombrit à partir de 1812 : avec les débâcles en Russie puis en Allemagne, Eugène comprend que l’Empire vit ses derniers moments. Sur un plan plus personnel, ses relations avec Napoléon se tendent, celui-ci le désavouant injustement – alors qu’il s’était efforcé d’être au plus près de sa volonté, lui qui a adopté pour devise « Honneur et fidélité ». Après la chute de l’empereur, il négocie auprès des alliés et de Louis XVIII afin de préserver sa situation. Son sort est réglé au congrès de Vienne : il obtient, en échange de sa neutralité politique, des terres sur le territoires de son beau-père le roi de Bavière et le titre de duc de Leuchtenberg. Établi à Munich à partir de 1814, devenu prince d’Eichstätt, il fait construire par l’architecte Leo von Klenze un palais néo-Renaissance fonctionnel et luxueux (pas moins de 250 pièces !)6. Pièce maîtresse de la résidence, sa galerie de peinture se déploie au rez-de-chaussée – aux côtés d’un cabinet qui abrite le tout premier musée dédié à Napoléon – et brille par ses chefs-d’œuvre, tant ceux qu’il a accumulés (il continue d’ailleurs d’acheter – désormais surtout des paysages allemands) que ceux qu’il a hérités de sa mère Joséphine.

Réédition de 1851 du catalogue de Johann David Passavant et Johann Nepomuk Muxel, Galerie Leuchtenberg. Gemälde-Sammlung des Herzogs von Leuchtenberg in München, Francfort-sur-le-Main (bibliothèque Marmottan)

Eugène de Beauharnais n’a malheureusement guère le temps de profiter de son palais de Leuchtenberg. Trois ans après son achèvement, il meurt, le 21 février 1824, d’une attaque d’apoplexie. La dernière section de l’exposition est l’occasion de revenir sur ses derniers instants – l’émouvant testament dont la signature apposée in extremis traduit l’agonie, le masque mortuaire… – comme sur sa postérité. Sa veuve se bat pour défendre sa mémoire (que la calomnie d’un aide de camp menaçait) et commande à Leo von Klenze et Bertel Thorvaldsen un cénotaphe monumental, que l’on peut admirer encore aujourd’hui dans la nef de l’église Saint-Michel de Munich.

Testament d’Eugène de Beauharnais, 18 mars 1823 (Munich, BayHStA, BayHStA Familienarchiv Leuchtenberg 37) ; la signature n’est apposée que le 19 février 1824, deux jours avant sa mort
Modèle du monument du prince Eugène, vers 1830, d’après Leo von Klenze et Bertel Thorvaldsen, bronze, 53 x 37,5 x 16 cm

Toutes les photographies ont été prises par Brice Ameille à l’occasion de sa visite le 7 janvier 2023.

Une très belle visite virtuelle de l’exposition est proposée sur le site du musée national des châteaux de Malmaison et Bois-Préau, à l’adresse suivante : https://musees-nationaux-malmaison.fr/chateau-malmaison/visites-virtuelles

  1. Un héritage de sa vente en 1818 par Eugène de Beauharnais au roi de Prusse Frédéric-Guillaume III. []
  2. EN 460 []
  3. Un dessin de Michele Bisi (1809, bibliothèque Marmottan, EN 784) témoigne de l’aménagement des salles à éclairage zénithal. []
  4. Tel Le Mariage de la Vierge de Raphaël, devenu l’icône du musée. []
  5. Par exemple, plusieurs tableaux de sa collection personnelle, issus des fonds Sampieri et Arese. []
  6. Détruit pendant la Seconde Guerre mondiale, le palais Leuchtenberg a été reconstruit pour ses façades seules. Il est aujourd’hui occupé par le ministère des Finances bavarois. []