Archives de catégorie : Varia

“Napoléon file à l’anglaise”, par Léo Savigny

Notre stagiaire en communication, Léo Savigny, est allé voir le Napoléon de Ridley Scott. Il nous livre ses impressions.

Mercredi 22 novembre au Mk2 Odéon, jour de sortie du Napoléon de Ridley Scott.

Quelques étudiants en droit sont assis devant moi, qui attendent avec impatience de voir sur grand écran les aventures de leur héros. La douche a dû leur être froide…

Le portrait de l’empereur dressé par le cinéaste anglais se révèle effectivement très sévère. Mais demandez à un ami belge ou espagnol de vous parler de Napoléon et vous obtiendrez sans doute une vision assez similaire. Ridley Scott le montre petit, renfrogné, mauvais amant et surtout empreint d’une fausse modestie autrement plus méprisable que la mégalomanie dont on l’accable habituellement.

Si cela rend le film vraiment drôle (volontairement ou non) et autorise quelques répliques mémorables (« C’est la destinée qui m’a donné ces côtelettes d’agneau ! »), on s’interroge sur le véritable objectif du réalisateur. Les batailles, grandioses et réellement impressionnantes, où le génie militaire de Napoléon est largement mis en avant, ne valorisent qu’à peine un empereur le plus souvent présenté comme taciturne et falot – incarné par un Joaquin Phoenix qui paraît plus d’une fois se demander ce qu’il fait là. Sorte de mixte du Seigneur des anneaux de Peter Jackson et du Dictateur de Chaplin, le film cultive une ambiguïté déjà bien annoncée par sa campagne promotionnelle, puisque sous la mine patibulaire de Phoenix, on peut lire sur les affiches : « Légende » ou « Il est parti de rien, il a tout conquis », comme autant de slogans destinés à appâter, avec un peu de patriotisme en lettres rouge sang, un public français que les producteurs devinaient réticent, sinon méfiant.

Le film, il faut le dire, est truffé d’erreurs historiques, mais peut-on vraiment les reprocher au cinéaste dès lors qu’il en assume l’aspect fictionnel ? On prend d’ailleurs un certain plaisir à les repérer : Bonaparte qui assiste à l’exécution de Marie-Antoinette, David qui croque une cérémonie du sacre telle qu’il la recomposera plusieurs mois plus tard (notons à ce propos la splendeur des costumes), ou encore le bombardement des pyramides, qui risque de provoquer chez les puristes la même réaction que celle du général ennemi, une crise cardiaque.

Plus gênant à notre avis est le fait que tous les grands moments historiques se succèdent sans autre liant que les lettres échangées entre Napoléon et Joséphine. C’est en effet l’idylle avec la belle créole, superbement interprétée par Vanessa Kirby, qui constitue de bout en bout le fil rouge du récit, et qui donne lieu à une scène particulièrement intéressante et novatrice, le divorce contraint de l’empereur.

Il reste à espérer que la version longue (4 h 30) promise prochainement sur Apple TV+ nous propose une vision plus fouillée, tant sur le plan géopolitique que psychologique, du plus célèbre des Français.

Léo Savigny

“La bibliothèque Marmottan : un programme ornemental inspiré de la folie Saint-James ?”, par Anna-Louise Brun

Anna-Louise Brun, 6 juillet 2023 (photographie : Brice Ameille)

Ce billet a été rédigé par Anna-Louise Brun, stagiaire à la bibliothèque et villa Marmottan en juin et juillet 2023.
Étudiante en histoire de l’art à l’université Paris Nanterre, elle a soutenu cette année son mémoire de master 1, « Maisons de plaisance et stratégies sociales des financiers au XVIIIe siècle », entrepris sous la direction de Marianne Cojannot-Le Blanc.
Frappée par plusieurs similitudes entre la façade de la folie Saint-James, à Neuilly-sur-Seine, et celle de la bibliothèque Marmottan, elle s’est plongée dans les écrits de Paul Marmottan afin d’étayer et de justifier ce rapprochement.


En longeant l’avenue de Madrid à Neuilly-sur-Seine, on peut admirer une élégante demeure qui se signale par la couleur rose de ses murs (fig. 1). Connue sous le nom de folie Saint-James, du nom de son commanditaire, le financier Claude Baudard de Saint-James (1738-1787), trésorier de la Marine sous Louis XV et Louis XVI, cette résidence de villégiature fut bâtie vers 1780 par François-Joseph Bélanger (1744-1818), éminent représentant du néoclassicisme en architecture. Plusieurs éléments de son programme ornemental peuvent frapper celui qui connaît la bibliothèque Marmottan, dans la mesure où ils paraissent se retrouver dans l’édifice que Paul Marmottan fit construire à Boulogne, à quelques kilomètres de là seulement, mais cent ans plus tard, plus précisément aux alentours de 1890 (fig. 2a et 2b).
Ces similitudes sont-elles fortuites ? Ou bien traduisent-elles une inspiration assumée de la part du collectionneur, qui faisait montre, dans le domaine de l’histoire de l’art et du patrimoine architectural, d’une érudition réelle1 ?

Fig. 1 : Folie Saint-James, Neuilly-sur-Seine, façade donnant sur la cour d’honneur, photographie prise en 2014, © Wikimedia Commons cc-by-3.0

Séparés par plus d’un siècle, les programmes ornementaux de la folie Saint-James et de la bibliothèque Marmottan semblent se répondre en plusieurs points. Le vestibule qui caractérise la façade sud de la bibliothèque évoque ainsi, par sa composition, le péristyle de la façade côté cour de la demeure neuilléenne (fig. 3a et 3b). Ouvert de même sur l’extérieur – du moins à l’origine2 –, il en reprend la structure soutenue par quatre colonnes.
Les deux édifices sont également ornés d’une même frise de palmettes au niveau du premier étage (fig. 4 et 5). Si celle de la folie est plus stylisée, les deux présentent un schéma identique alternant palmettes élancées et palmettes plus arrondies.
De même, les quatre médaillons en bas-relief de la résidence de Saint-James se retrouvent sur la façade de la bibliothèque. Si ces derniers ne sont pas sur fond bleu, cette couleur caractérise néanmoins les petits médaillons placés à l’intérieur du vestibule (fig. 6).
Ainsi, les trois principaux éléments ornementaux de la bibliothèque s’avèrent les mêmes que ceux qui caractérisent la folie Saint-James. Typiques du répertoire néoclassique – dans lequel s’inscrit le style néo-Empire voulu par Paul Marmottan –, ils ne permettent pas à eux seuls d’affirmer une influence de l’architecture de Bélanger sur celle de Monin, Périn et Rimbert, mais les travaux de Marmottan peuvent nous aider à y voir plus clair…

Fig. 2a : Façade sud de la bibliothèque Marmottan, photographie prise par Anna-Louise Brun le 29 juin 2023
Fig. 2b : Façade sud-est de la bibliothèque Marmottan, photographie prise par Anna-Louise Brun le 29 juin 2023

Très attaché au patrimoine et, par conséquent, impliqué dans sa sauvegarde, Paul Marmottan fut membre de plusieurs commissions historiques, notamment celles du Vieux Paris et de Neuilly. Dans le cadre de cette dernière, justement, il intervient par quatre fois, entre 1906 et 19213, au sujet de la folie Saint-James – laquelle fait également l’objet de trois autres communications de la part d’autres membres de la commission4 –, généralement à la suite de la découverte d’un document d’archive sur le bâtiment. Le collectionneur a donc une bonne connaissance de la folie et de son histoire, et c’est tout naturellement qu’il s’investit pour sa protection, plaidant en 1922, devant les membres de la Commission du Vieux Paris, pour que le classement qui vient de lui être accordé au titre des monuments historiques la préserve des politiques d’aménagement urbain de la ville de Neuilly5. Cette proposition, Marmottan l’avait formulée dès 1913, à l’issue d’une visite de la demeure qui, son compte rendu en témoigne, l’avait fortement marqué sur le plan esthétique. Il y détaillait notamment le programme ornemental des façades, en particulier celle sur cour, évoquant la frise de palmettes, le péristyle aux « parfaites proportions » ainsi que les médaillons, dont il soulignait la « suprême élégance »6.

« Malgré les mutilations qui l’ont atteint par tant de côtés, malgré la suppression de nombre de ses anciennes fabriques, le château de Saint-James, tel qu’on le voit encore aujourd’hui, présente un spécimen architectural et paysagiste important, qu’il faudrait classer ; car c’est un des derniers témoins assez bien conservés du XVIIIe siècle français, époque raffinée entre toutes […]7. »

« [L’édifice] est de Bélanger, l’illustre architecte du comte d’Artois, l’auteur de Bagatelle […], le signataire de tant d’autres beaux intérieurs parisiens, dont la plupart ont été détruits par le vandalisme moderne, mais dont l’estimable Krafft, encore, dans ses Maisons de Paris de 1771 à 1802, nous a conservé au trait les modèles8. »

Fig. 3a : La folie Saint-James, façade sur la cour d’honneur, vue prise en décembre 1913 par E. Gossin (Bulletin de la Commission du Vieux Paris, 1913)

« La maison n’a qu’un étage agréablement décoré à l’extérieur de palmettes formant frise au-dessus du rez-de-chaussée et se mariant avec un péristyle avançant, à quatre colonnes ioniques pleines […] C’est enfin l’addition, sur cette façade, […] de quatre médaillons légers en forme de camées à sujets mythologiques, posés là comme par un doigt de fée, tant ils sont de suprême élégance. Le tout apparaît comme une manifestation du style de transition qui va du Louis XVI à l’Empire en passant par le Consulat9. »

Fig. 3b : Cour d’honneur de la folie Saint-James (Bulletin de la Commission du Vieux Paris, 1923)

L’intérêt esthétique que le collectionneur portait à l’architecture de Bélanger était sans aucun doute redoublé par le fait que celle-ci avait servi, en 1801 et 1803, de résidence de villégiature à Lucien et Élisa Bonaparte, deux personnalités qui étaient particulièrement chères à son cœur. Auteur de plusieurs articles sur Lucien10, il insista à plusieurs reprises sur l’importance d’étudier de manière exhaustive sa correspondance, qu’il s’attacha d’ailleurs à compléter par ses propres découvertes (ou celles de ses aides) au gré des recherches dans les archives. C’est ainsi qu’en 1912 et 1914, il put publier des lettres de Lucien retrouvées par ses soins11, qui attestent sa présence à Neuilly.

Mais si le frère cadet de l’empereur retient son attention, sa sœur Élisa le fascine encore plus, si bien qu’une pièce entière de sa bibliothèque – le cabinet de travail – en conservait le souvenir. On y trouve encore aujourd’hui son buste d’après Lorenzo Bartolini, son portrait par Jean-Pierre Franque – qui peignit également ceux de son époux Félix Baciocchi et de leurs enfants Élisa-Napoléone et Félix-Napoléon –, ou encore des ouvrages qui lui ont appartenu. Très admiratif du rôle qu’elle joua en tant que mécène des arts dans sa principauté de Lucques, puis dans son duché de Toscane, Marmottan lui consacra dès 1898 une biographie fort détaillée12 (la toute première), avant de revenir plus expressément dans un article de 1910 sur son séjour à Neuilly13. En s’appuyant sur des lettres inédites, il y montrait qu’en 1801, Élisa Bonaparte s’était rendue une première fois à la folie Saint-James aux côtés de son frère Lucien après le décès de la femme de ce dernier. Elle y était retournée ensuite à l’été 1803, durant lequel elle avait donné une fête qui, « de toutes, fut la plus brillante14 ».

Fig. 4 : Frise de palmettes des façades sud et sud-est de la bibliothèque Marmottan
Fig. 5 : Frise de palmettes de la folie Saint-James (le fond des médaillons était bleu à l’origine, comme l’attestent ceux, restaurés, de la façade donnant sur le parc)

Certes, toutes les pièces qui favorisent le rapprochement des programmes ornementaux de la folie Saint-James et de la bibliothèque de Boulogne – les communications de Marmottan sur la folie, ses articles sur le séjour neuilléen de Lucien et Élisa – sont postérieures au début de la construction de la Marmottane. Mais le chantier de celle-ci devait s’étendre sur plusieurs dizaines d’années, jusqu’en 1920 (soit après la rédaction de la quasi-totalité des textes) et une frise de palmettes ou des médaillons en bas-relief étant des éléments décoratifs, c’est-à-dire susceptibles d’être ajoutés après coup – après une visite marquante, par exemple… –, l’hypothèse que Paul Marmottan se soit inspiré pour sa bibliothèque du programme ornemental de la folie Saint-James nous apparaît donc comme très envisageable. Le collectionneur n’écrivait-il d’ailleurs pas dans son compte rendu de 1913 : « Il y a là de rares exemplaires de notre art intime à sa plus belle époque. On ne le surpassera pas, et nos praticiens feront toujours bien de s’en inspirer15. » ?

Fig. 6 : Un des médaillons du vestibule de la bibliothèque Marmottan (photographie : Anna-Louise Brun)

  1. Nullement dilettante dans ses recherches historiques, Paul Marmottan se distingue au contraire par sa méthode et sa rigueur, fondant toujours son propos sur des archives ou des documents. Parmi ses nombreux ouvrages, on peut citer L’École française de peinture (1789–1830), Paris, H. Laurens, 1886 ; Les Arts en Toscane sous Napoléon. La princesse Élisa, Paris, H. Champion, 1901, ou encore Le Style Empire. Architecture et décors d’intérieurs. Étude critique et descriptive, Paris, F. Contet, 1927. []
  2. « Entre les colonnes du péristyle formant avant-corps sur l’une des faces de la Bibliothèque il a fallu tendre l’écran d’un vitrage : les inclémences du ciel parisien l’exigent », note Paul Fleuriot de Langle (Bibliothèque Paul Marmottan. Guide analytique, Boulogne-sur-Seine, bibliothèque Marmottan, impr. Frazier-Soye, Paris, 1938, p. XI). []
  3. Communications de Paul Marmottan dans le Bulletin de la commission municipale historique et artistique de Neuilly-sur-Seine : « Un groupe de Lemoyne à la “Folie-Saint-James” », 1906, p. 61-63 ; « La “Folie-Saint-James” en 1823 », 1906, p. 63-66 ; « Compte rendu d’une visite faite au château de Saint-James à Neuilly-sur-Seine », 1913, p. 143-150 ; « Inventaire des meubles de la Folie Saint-James en 1787 », 1920, p. 115-130. []
  4. Charles Leroux-Cesbron, « Le baron Saint-James », Bulletin de la commission municipale historique et artistique de Neuilly-sur-Seine, 1908, p. 65-71 ; Charles Leroux-Cesbron, « Elisa Bacciochi à la Folie Saint-James », Bulletin de la commission municipale historique et artistique de Neuilly-sur-Seine, 1921, p. 32-39 ; René Semelaigne, « Liste des différents propriétaires de la “Folie Saint-James », Bulletin de la commission municipale historique et artistique de Neuilly-sur-Seine, 1904, p. 65-66. []
  5. « Question du classement de la folie Saint-James à Neuilly », procès-verbal de la séance du 25 février 1922, Bulletin de la Commission du Vieux Paris, p. 19. La folie est classée le 23 janvier 1922 ; voir sa fiche sur la base Mérimée du ministère de la Culture : https://www.pop.culture.gouv.fr/notice/merimee/PA00088127?base=%5B%22Patrimoine%20architectural%20(M%C3%A9rim%C3%A9e)%22%5D&mainSearch=%22folie%20Saint-James%22&last_view=%22list%22&idQuery=%22d3dbad7-7188-6b40-ac57-28d5adaf81%22 (consulté le 6 juillet 2023). []
  6. Paul Marmottan, « Compte rendu d’une visite faite au château de Saint-James à Neuilly-sur-Seine », 1913, p. 146. []
  7. Ibid., p. 145 []
  8. Ibid., p. 145-146. []
  9. Ibid., p. 146. []
  10. Paul Marmottan, « Lucien Bonaparte et Napoléon en 1807 », Revue historique, t. LXXIX, 1902, p. 57-62 ; « Lucien Bonaparte à Florence en 1808 », ibid., p. 324-332 ; Paul Marmottan, « Lucien, Ministre de l’Intérieur et les arts », Revue des études napoléoniennes, 2-1925, p. 5-42. []
  11. Paul Marmottan, « Une lettre inédite de Lucien Bonaparte datée de Neuilly », Bulletin de la commission municipale historique et artistique de Neuilly-sur-Seine, 1912, p. 174-76 ; « Lucien Bonaparte à Neuilly », ibid., 1914-1918, p. 73-74. []
  12. Paul Marmottan, Élisa Bonaparte, Paris, Honoré Champion, 1898, 317 p.  []
  13. Paul Marmottan, « Sur les sœurs de Napoléon à Neuilly », Bulletin de la commission municipale historique et artistique de Neuilly-sur-Seine, 1910, p. 100-122. []
  14. Paul Marmottan, ibid., 1898, p. 229. []
  15. Ibid., p. 148. []

La Vestale de Gaspare Spontini

Le 22 juin 2022, au Théâtre des Champs-Élysées de Paris, Christophe Rousset et ses Talens Lyriques réunissaient une « distribution de rêve1 » pour, le temps d’une version concert, rendre toute sa gloire à La Vestale de Spontini. Moins d’un an plus tard, grâce au Palazzetto Bru Zane qui publie ainsi le 35e livre-disque de sa collection des opéras français, un enregistrement vient rappeler de manière pérenne cette importante résurrection. L’occasion, pour nous, de revenir sur la genèse de l’œuvre et d’en comprendre l’originalité.

Un compositeur à la fois protégé et attaqué

Si La Vestale reste aujourd’hui un opéra fort mal connu – tout juste tiré de l’oubli en 1954 grâce à l’interprétation mémorable de la Callas à la Scala de Milan –, le succès qu’il rencontra à sa création fut pourtant remarquable. Gaspare Spontini (1774-1851) en fut d’ailleurs sûrement le premier soulagé, sinon surpris, tant il avait rencontré de difficultés et d’embûches pour faire jouer son œuvre.

S’étant établi à Paris en 1803, conscient qu’avec Napoléon au pouvoir, des places étaient à prendre, il s’essaie à l’opéra-comique par trois fois – La Petite Maison (1804), Milton (1804) et Julie ou Le Pot de fleurs (1805) – mais sans vraiment frapper les esprits. L’intérêt que lui porte Joséphine, dédicataire de La Petite Maison, paraît ainsi devoir s’expliquer davantage comme un pari sur l’avenir que comme la récompense d’un talent déjà bien affirmé. En effet, ayant « un goût particulier pour l’opéra italien et, Cherubini ayant été écarté par Napoléon2, il lui sembla évident que Spontini était le prophète qui saurait marier à la déclamation française le meilleur du chant ultramontain3 ». Elle le nomme donc directeur de sa musique particulière en 1805, avant de jouer un rôle non négligeable dans la création de La Vestale.

Jean-Pierre Dantan, dit Dantan Jeune, Portrait-sérieux du compositeur italien, Gaspare-Luigi-Pacifico Spontini, 1839, plâtre blanc, Paris, musée Carnavalet, CC0 Paris Musées – musée Carnavalet

Dès la présentation de sa partition au comité de lecture, en juillet 1805, Spontini doit affronter l’hostilité de compositeurs jaloux de leurs prérogatives et qui ne voient pas d’un très bon œil l’arrivée d’un rival étranger à la cour impériale. C’est ainsi que Jean-François Lesueur parvient à faire interrompre pendant plusieurs mois les répétitions de La Vestale au profit de sa Mort d’Adam. À ces rivalités s’ajoute la mauvaise volonté initiale des musiciens. Les instrumentistes sont les premiers à s’opposer, rapidement rejoints par les chanteurs : la partition serait injouable, trop difficile à exécuter ou à mémoriser ! Le rôle-titre lui-même n’échappe pas à la critique, puisque la soprano Caroline Branchu se plaint d’avoir des « récitatifs inchantables4 ». Spontini ne ménage pas ses efforts pour satisfaire aux exigences de ses interprètes et n’hésite pas à retravailler certains passages, comme le révèle la comparaison menée par Alexandre Dratwicki, directeur artistique du Palazzetto Bru Zane, entre le manuscrit autographe et la partition définitive imprimée chez Érard5.

L’intrigue de l’opéra, quant à elle, est d’une grande simplicité. Dans la Rome antique, Julia, une vestale, est condamnée à mort pour avoir laissé s’éteindre le feu sacré en accueillant dans le temple de Vesta son amant, le général Licinius. Étienne de Jouy6, l’auteur du livret, explique avoir puisé son sujet dans les Monuments inédits de l’Antiquité (1767) de Johann Joachim Winckelmann, mais s’être refusé à opter pour le même dénouement, prenant le parti de « sauver la victime par miracle, et de l’unir à celui qu’elle aimait7 ». Grâce à un coup de foudre – qui n’est pas métaphorique, celui-là –, Julia (Gorgia dans l’histoire rapportée par Winckelmann) n’est donc pas enterrée vivante, malgré la volonté du Souverain Pontife, et peut épouser son amant. Et Jouy, pour justifier la vraisemblance de son drame lyrique, de citer plusieurs vestales célèbres ayant eu des relations charnelles, à commencer par la mère de Romulus.

Partition de La Vestale, 1807, collection de la bibliothèque de l’Académie de France à Rome – Villa Médicis

Une création couronnée de succès

Malgré l’étiquette qui aurait voulu qu’elle s’abstienne – car Napoléon était parti à la guerre –, Joséphine, dont les billets « par ordre » ont dénoué bien des situations, assiste à la première représentation de La Vestale le 15 décembre 1807, à l’Académie impériale de musique8. En toute logique, Spontini et de Jouy lui dédient l’opéra. « Madame, c’est avec une extrême défiance en mes propres forces que j’ose me prévaloir de l’honneur que m’a fait Votre Majesté, en permettant que son nom parût à la tête de cet ouvrage9 »

« En ne dissimulant point l’intérêt qu’elle avait la bonté de prendre au succès, [Joséphine] y a beaucoup contribué. » (Journal de l’Empire, 18 décembre 1807)

Dès le lendemain de la création, la presse se montre très élogieuse, tant pour le livret que pour la partition. Les parallèles avec l’histoire qui est en train de s’écrire sont appréciés et l’on se plaît à reconnaître derrière le général Licinius, qui défend les opprimés et défie le pouvoir ecclésiastique, la figure de l’empereur Napoléon. Le Journal de l’Empire souligne le rôle joué par Joséphine dans la réussite de La Vestale : « en ne dissimulant point l’intérêt qu’elle avait la bonté de prendre au succès, elle y a beaucoup contribué. La vue d’une princesse, si justement chérie, a répandu la joie et l’enthousiasme dans toute l’enceinte du théâtre : quand le cœur est satisfait, l’esprit est favorablement disposé à toutes les jouissances qu’on lui présente10. »

Charles Geoffroy, Madame Branchu, rôle de la Vestale, 1850, source : gallica.bnf.fr / Bibliothèque nationale de France

La distribution vocale, de premier plan, attire également les éloges, aussi bien Marie-Thérèse Maillard en Grande Vestale qu’Étienne Lainez en Licinius, ou, bien sûr, Caroline Branchu qui ne tardera pas à faire de Julia son rôle fétiche. Parce que le compositeur a « retouché pour eux bien des détails de sa conception originelle11 », ces chanteurs peuvent donner toute la mesure de leur talent et font l’unanimité. Enfin, la mise en scène n’est pas oubliée par la critique qui admire le décor néoclassique du forum au premier acte et, plus encore, le « champ d’exécration » du troisième (où Julia doit être enterrée), baigné par « l’un des plus beaux effets de clair de lune qui aient encore été imités au théâtre12 ».

Une œuvre originale

Tragédie lyrique à la manière de Gluck, La Vestale accorde une grande place au texte et subjugue les contemporains par son « sujet éminemment tragique » qui « pein[t] une grande passion » et le « combat perpétuel de l’amour et de la religion13 ». Si bien que l’homme de lettres Jean-Augustin Amar du Rivier ne peut comparer l’opéra qu’à des pièces de théâtre – Mélanie (1792) de La Harpe ou Zaïre (1732) de Voltaire –, preuve que l’œuvre innove sur la scène lyrique : « C’est quelque chose aujourd’hui, que de trouver une idée nouvelle à mettre en musique14 ».

Anonyme, Madame Récamier en voile et costume de vestale, gravure, 20,2 x 12,1 cm, musée Carnavalet, CC0 Paris Musées – musée Carnavalet

Naturellement, La Vestale se signale tout autant par sa partition. Plusieurs ariosos (« Ô des infortunés déesse tutélaire » et « Toi que je laisse sur la terre ») sont remarquables, qui anticipent « à la fois la morbidezza romantique de l’opéra italien et une écriture orchestrale qui influencera les cantabile de Donizetti et Bellini15 ». Quelque quarante ans plus tard, Hector Berlioz insistera sur l’originalité de l’ouvrage qui est, selon lui, « d’un style […] tout à fait différent de celui qu’avait adopté en France les compositeurs de cette époque. Ni Méhul, ni Cherubini, ni Berton, ni Lesueur n’écrivirent ainsi. On a dit que Spontini procédait de Gluck. Sous le rapport de l’inspiration dramatique, […] cela est vrai. Mais quant au style mélodique et harmonique, quant à l’instrumentation, quant au coloris musical, il ne procède que de lui-même. Sa musique a une physionomie particulière qu’on ne saurait méconnaître […]16 ».

« Sa musique a une physionomie particulière qu’on ne saurait méconnaître. » (Berlioz)

Cette originalité explique sans doute que le charme de l’œuvre n’ait pas toujours opéré immédiatement. Musiciens ou auditeurs ont dû habituer leur oreille à la musique pour en goûter toutes les couleurs. C’est ce qu’explique le journaliste du Moniteur universel, qui rapporte que « les artistes ne sont guère d’accord sur [le] mérite [de l’œuvre] que depuis sa représentation » : « C’est un bon signe ; l’ouvrage fait donc des progrès dans leur esprit à mesure qu’ils l’entendent, l’étudient et l’exécutent. Il en sera de même du public […]17 ». Quelques mois plus tard, Amar fait le même constat lorsqu’il souligne les beautés du livret : « Depuis près de dix mois, le succès de la Vestale s’est non seulement maintenu avec le même éclat, mais ce que l’ouvrage offre de vraiment beau a été mieux goûté de jour en jour ; les intentions du compositeur mieux saisies et plus heureusement rendues18. »

Anonyme, Le Bon Genre n° 34. La marchande de modes, parodie de La Vestale, 1808, gravure, 26,6 x 36 cm, Paris, musée Carnavalet, CC0 Paris Musées – musée Carnavalet

De Maria Callas à Marina Rebeka

Quoique Berlioz déplore au mitan du siècle que La Vestale ne soit plus au répertoire des théâtres français en raison du manque de talent de la « génération musicale actuelle19 », le succès de l’opéra est bien réel jusqu’aux années 1860… avant de glisser dans un relatif oubli, dont seule une diva comme Maria Callas pouvait parvenir à le tirer. C’est ainsi que le 7 décembre 1954, lors de la traditionnelle soirée de la Saint Ambroise à la Scala de Milan, la cantatrice, dirigée par le cinéaste Luchino Visconti, s’empare du rôle de Julia, trouvant dans la vestale, comme Caroline Branchu près d’un siècle et demi auparavant, l’une de ses incarnations les plus marquantes.

Si elle est magistrale, son interprétation n’en est pas moins entachée d’un vérisme anachronique, que renforce encore l’adoption de l’italien. Il faudra attendre une trentaine d’années pour que l’œuvre soit de nouveau chantée dans sa langue d’origine. En 1991, l’Autrichien Gustav Kuhn enregistre avec l’orchestre de la Radio de Munich une version française, qui reste toutefois tributaire de la tradition cisalpine. Comme le rappelle Alexandre Dratwicki, la partition elle-même, y compris dans son édition critique, restait partiellement erronée20. C’est dire à quel point tout le travail musicologique mené par le Palazzetto Bru Zane et Christophe Rousset s’avère décisif et essentiel !

Pour retrouver l’énergie incisive et les tempi d’origine, on ne pouvait rêver meilleurs interprètes que les musiciens des Talens Lyriques. Leurs instruments d’époque restituent avec justesse toute la singularité de l’opéra21. « Ainsi dépoussiérée, La Vestale révèle paradoxalement un visage moins révolutionnaire – mais pas moins intéressant – que celui que l’on connaissait22. » En effet, grâce au Palazzetto Bru Zane, on peut aujourd’hui la mettre en regard d’autres ouvrages de la même période, tels Les Bayadères de Charles-Simon Catel, Uthal d’Étienne-Nicolas Méhul ou encore La Mort d’Abel de Rodolphe Kreutzer. « Les moments de franche modernité […] se détachent avec encore plus de saveur, et le trait d’union entre les œuvres françaises de Gluck et La Vestale s’impose comme une évidence23. »

On comprend donc à quel point il n’est pas exagéré d’écrire que l’enregistrement réalisé par Christophe Rousset fera date. D’autant que, comme le note le critique Richard Martet, « la distribution est, très certainement, la plus adéquate et homogène jamais réunie dans l’ouvrage depuis le XIXe siècle24 ». La soprano lettone Marina Rebeka y brille en Julia, et ses partenaires ne sont pas en reste, que ce soit Stanislas de Barbeyrac (Licinius), Tassis Christoyannis (un Cinna baryton), Nicolas Courjal (le Souverain Pontife) ou Aude Extrémo (la Grande Vestale). Tous ces chanteurs se trouvant magnifiquement épaulés par les forces du Vlaams RadioKoor, dont il convient de saluer la très bonne diction.

David d’Angers, Portrait de Gaspare Spontini, 1830, bronze, Paris, musée Carnavalet, CC0 Paris Musées – musée Carnavalet

L’été prochain, La Vestale aura les honneurs de la scène à l’Opéra Bastille. Si la version qu’en proposera Bertrand de Billy avec l’orchestre moderne de l’Opéra de Paris sera, à n’en pas douter, fort différente, elle viendra confirmer que la nouvelle vie de l’opéra de Spontini est désormais bien entamée !


  1. Pour reprendre l’expression d’une brève de Forum Opéra : https://www.forumopera.com/breve/la-dream-team-de-la-vestale-a-paris-le-22-juin-1/ (consulté le 21 juin 2023). []
  2. « La production dramatique de Cherubini est presque inexistante sous l’Empire : il ne compose aucune pièce nouvelle pour l’Académie impériale de musique entre 1804 et 1813. L’usage a longtemps été d’attribuer ce fait à une forme de censure politique exercée par Bonaparte contre un compositeur qui aurait exprimé son hostilité à l’égard de la politique impériale. En réalité, les tensions entre les deux hommes reposent sur une forte incompatibilité d’humeur et sur des désaccords musicaux. » (Marie-Cécile Schang-Norbelly, « L’Opéra-comique sous l’Empire : un spectacle apolitique ? Le cas des Deux journées de Bouilly et Cherubini », Studi francesi, n° 191, p. 361 ; accessible en ligne à l’adresse suivante : https://journals.openedition.org/studifrancesi/31186 (consulté le 23 juin 2023). []
  3. Alexandre Dratwicki, « Un nouveau monde lyrique », Gaspare Spontini. La Vestale, Palazzetto Bru Zane – Centre de musique romantique française, 2023, p. 23. []
  4. Ibid., p. 22. []
  5. Ibid., p. 19. En 1811, Spontini épousera la fille du célèbre facteur de pianos, Marie-Catherine-Céleste Érard. []
  6. Né en 1764 et mort en 1846, Victor-Joseph-Étienne de Jouy écrivit également le livret du Guillaume Tell de Rossini. Il fut élu à l’Académie française en 1815. Voir https://www.academie-francaise.fr/les-immortels/victor-joseph-etienne-de-jouy (consulté le 23 juin 2022). []
  7. Étienne de Jouy, « Avant-propos », cité dans Étienne de Jouy, « Dédicace et avant-propos », ibid., p. 49. []
  8. C’est-à-dire au Théâtre National, rue de Richelieu, dans le IIe arrondissement parisien. []
  9. Ibid., p. 49. []
  10. Journal de l’Empire, 18 décembre 1807 ; cité dans Alexandre Dratwicki, « Un nouveau monde lyrique », ibid., p. 24. []
  11. Ibid., p. 19. []
  12. Journal de Paris, 16 décembre 1807 ; voir http://www.bruzanemediabase.com/fre/Documents/Articles-de-presse/Journal-de-Paris-16-decembre-1807-La-Vestale-de-Spontini/(offset)/5 (consulté le 22 juin 2023). []
  13. Amar [Jean-Augustin Amar du Rivier], Le Moniteur universel,17 octobre 1808 ; cité dans Amar, « L’œuvre pas à pas », ibid., p. 28-29. []
  14. Ibid., p. 29. []
  15. Alexandre Dratwicki, « Un nouveau monde lyrique », ibid., p. 20. []
  16. Hector Berlioz, Journal des débats, 14 mai 1845, cité dans Hector Berlioz, « Quarante ans plus tard », ibid., p. 41. []
  17. Amar [Jean-Augustin Amar du Rivier], Le Moniteur universel,17 octobre 1808 ; cité dans Alexandre Dratwicki, « Un nouveau monde lyrique », p. 18. []
  18. Amar [Jean-Augustin Amar du Rivier], Le Moniteur universel,17 octobre 1808, cité dans Amar, « L’œuvre pas à pas », ibid., p. 28. []
  19. Hector Berlioz, « Quarante ans après », ibid., p. 39. []
  20. Alexandre Dratwicki, « Un nouveau monde lyrique », ibid., p. 19. []
  21. Jamais encore l’œuvre n’avait été enregistrée sur instruments historiques. []
  22. Alexandre Dratwicki, « Au-delà du mythe », ibid., p. 15. []
  23. Ibid. []
  24. Richard Martet, « La Vestale, enfin ! », Opéra Magazine, n° 193, juin 2023, p. 80. []