Archives de catégorie : Prêts

Deux prêts pour l’exposition Dubois-Drahonet du musée Lambinet à Versailles

La bibliothèque et villa Marmottan est heureuse de prêter deux œuvres de sa collection pour l’exposition « Alexandre-Jean Dubois-Drahonet (1790-1834), lancier rouge, peintre portraitiste et Versaillais » qui se tiendra au musée Lambinet de Versailles du 25 novembre 2023 au 25 février 2024.

Façade du musée Lambinet de Versailles, juillet 2023, © Musée Lambinet, ville de Versailles / Raphaële Fresnais

Placée sous le commissariat scientifique de l’historien Ronald Pawly et de l’ancien conservateur du château de Malmaison Alain Pougetoux, la rétrospective entend mettre à l’honneur l’œuvre si mal connue de Dubois-Drahonet en revenant sur ses talents de portraitiste et ses liens avec la ville de Versailles, mais aussi sur son passage dans le régiment des lanciers rouges de la Garde impériale.

Outre le grand tableau de Dubois-Drahonet portraiturant le jeune comte de Laborde en train de couronner le buste de son père, la bibliothèque et villa Marmottan prête une belle gouache sur papier de Pierre Drahonet, restaurée pour l’occasion par l’atelier Marchal-Poncelet.

Alexandre-Jean Dubois-Drahonet, Portrait du jeune comte de Laborde, couronnant le buste de son père tué à Wagram, 1817, huile sur toile, 158 x 127 cm, Boulogne-Billancourt, bibliothèque et villa Marmottan, 1970-30
Pierre Drahonet, Vue du temple d’Antonin et de Faustine sur le Forum romain, aquarelle et gouache sur papier, 49,5 x 71 cm, Boulogne-Billancourt, bibliothèque et villa Marmottan, 1970-124

Image du bandeau : façade du musée Lambinet, © Wikimedia Commons cc-by-sa 4.0

« Sallandrouze de Lamornaix. 1801-1878. Histoire d’une manufacture d’exception » (Aubusson, Cité internationale de la tapisserie, juillet-septembre 2021)

La Cité internationale de la tapisserie d’Aubusson a présenté, du 3 juillet au 19 septembre 2021, une quarantaine d’œuvres retraçant la riche histoire de la famille Sallandrouze de Lamornaix, grâce à laquelle la manufacture d’Aubusson a connu son âge d’or entre 1810 et 1860. Y figuraient trois dessins appartenant à la bibliothèque Marmottan, réexaminés par l’œil très averti de Jean-François Luneau.

Charles Percier, projet de tapis en demi avec rosace complète, époque Empire, gouache sur carton, 43,3 x 35,6 cm, Boulogne-Billancourt, bibliothèque Marmottan, inv. 1970-340

À l’occasion de l’exposition « Sallandrouze de Lamornaix. 1801-1878. Histoire d’une manufacture d’exception », la bibliothèque Marmottan a eu le plaisir de prêter trois projets de tapis à la Cité internationale de la tapisserie à Aubusson. Ces gouaches sur carton, respectivement de Charles Percier (1764-1838), Louis Berthault (1770-1823) et Jacques-Louis de La Hamayde de Saint-Ange (1780-1860), nous rappellent l’importance de Paul Marmottan dans la conservation et la redécouverte des maquettes de tapis de l’époque Empire.

À la fin des années 1900, Marmottan acquiert auprès d’un antiquaire de Versailles une centaine de dessins qui sont autant de projets de tapis. Il se met rapidement à étudier la technique, les manufactures et leur rôle dans l’aménagement des résidences de l’empereur. Il rassemble toutes sortes de documents, mène des recherches aux Archives nationales et réfléchit à une histoire du tapis sous l’Empire, qui restera malheureusement à l’état de projet.

Jacques-Louis de La Hamayde de Saint-Ange, projet de tapisserie publicitaire pour la manufacture Sallandrouze, v.1823-1827, gouache sur papier contrecollé sur carton, 29,7 x 36,6 cm, Boulogne-Billancourt, bibliothèque Marmottan, inv. 1970-339

Grâce aux besoins de fastes et de décorum de la maison impériale, la production de tapis connaît un fécond renouveau qui ne se limite d’ailleurs pas aux seules années 1800-1815 mais se prolonge sous la Restauration et la monarchie de Juillet.

Alors que l’on croyait jusqu’alors que les maquettes de la collection Marmottan étaient dues à la manufacture Piat Lefebvre à Tournai1, le catalogue de l’exposition d’Aubusson, dirigé par Jean-François Luneau, revient sur les travaux de Chantal Gastinel-Coural2 qui mettaient en doute cette origine pour élargir la réflexion et conclure qu’au moins 15 % de l’ensemble est en réalité attribuable à l’entreprise Sallandrouze de Lamornaix : « Dans ces conditions, et à moins de rencontrer une preuve formelle de l’origine tournaisienne du fonds Marmottan, il nous semble plus juste de reconnaître dans ce fonds un lot de maquettes de la manufacture Sallandrouze, sans doute arrivé sur le marché de l’art après le retrait définitif des affaires de Charles-Octave-Théodore Sallandrouze de Lamornaix en 1878, soit au moment de son décès en 1897. »3

Louis Berthault, projet de tapis au quart pour Louis XVIII, entre 1812 et 1815, gouache sur carton, 17,5 x 17,3 cm, Boulogne-Billancourt, bibliothèque Marmottan, inv. 1970-348

  1. Voir Élisabeth Floret, « Le renouveau du tapis français sous l’Empire », Tapis d’Empire. Maquettes de la collection Marmottan, cat. exp., Boulogne-Billancourt, oct. 2003-janv. 2004, Paris, Norma éditions, p. 9-17. []
  2. Voir Chantal Gastinel-Coural, « Tapis à histoire. Des Savonneries qui n’en sont pas. Quelques identifications de tapis impériaux et royaux », Bulletin de la Société d’histoire de l’art français, 2006, p. 263-264 et p. 270-275. []
  3. Jean-François Luneau, dir., Sallandrouze de Lamornaix. 1801-1878. Histoire d’une manufacture d’exception, cat. exp., juil.-sept. 2021, Milan, Silvana editoriale, p. 522. []