Archives de catégorie : Actualités de la bibliothèque et de la villa

La galerie des estampes

C’étaient les derniers espaces de la villa Marmottan que nous ne vous avions pas encore présentés : la galerie des estampes et son antichambre.

Conçue, comme son nom l’indique, pour abriter dessins et gravures de Paul Marmottan, la galerie des estampes, d’une superficie de 80 m², est depuis l’origine l’une des pièces maîtresses du site.

La galerie des estampes avant restauration, photographiée par Daniele Rocco le 23 novembre 2021
La galerie des estampes restaurée

Éclairée par deux verrières zénithales restaurées par Nolwenn de Kergommeaux, la salle dispose d’une belle lumière, mise en valeur par la nouvelle couleur beige1 des murs et rehaussée par les soubassements en faux marbre de Sienne. Les peintures et les décors peints ont été réalisés par l’Atelier de Ricou, sous la supervision de Pauline Fouville2.

Détail de la verrière

En son centre se trouve un très grand meuble en chêne que Marmottan lui-même fit construire, vraisemblablement dans les années 1920, comme l’a révélé l’étude menée au printemps 2024 par Nelly Koenig (Atelier KoPal), conservatrice-restauratrice du patrimoine spécialisée en bois. C’est là que sont conservées, dans soixante-dix tiroirs, les quelque 6 000 estampes du collectionneur.

On distingue au centre, sous le plateau, une prise, car le meuble à estampes était à l’origine électrifié pour permettre le branchement de lampes
Le meuble a conservé ses étiquettes de l’époque de Paul Marmottan, écrites par lui-même ou par son bibliothécaire Paul Fleuriot de Langle

Quatre bancs, fabriqués par les Établissements Guégan d’après les banquettes d’origine signées Jacob-Desmalter, trouvent leur place de part et d’autre du meuble, dissimulant habilement les radiateurs Ascova installés par l’entreprise PCVE.

À la Marmottane, on veille aux détails : les nouveaux interrupteurs électriques ont le cachet de l’ancien
L’architecte du patrimoine Jennifer Didelon a eu l’ingénieuse idée de dissimuler les radiateurs en fonte sous des bancs contemporains mais respectueux de l’esprit Empire de la villa Marmottan

À terme, les murs de la pièce recevront les plus beaux tableaux de la bibliothèque et villa Marmottan, parmi lesquels le fameux autoportrait de Constance Mayer3, chef-d’œuvre de la collection.

Les toiles seront éclairées par des spots de la marque Kreon, posés sur rail par l’entreprise Ertelec.

La porte-fenêtre de la galerie des estampes, côté nord

On peut accéder à la galerie des estampes de deux manières. Pendant longtemps, le public ne pénétrait dans la pièce que par la façade sud, c’est-à-dire directement depuis le jardin. Le petit escalier de quatre marches a été restauré, le garde-corps récupèrera bientôt son « soleil » de bronze et d’élégantes appliques du fabricant Mauduit-Biard ont été installées de part et d’autre de la porte-fenêtre peinte en vert bronze.

Façade sud de la galerie des estampes : l’une des entrées possibles, par le jardin

Lorsque le site sera rouvert à tous, il sera également possible d’entrer dans la galerie depuis la villa. Si vous avez lu notre présentation du bâtiment dans un billet précédent4, vous vous souvenez peut-être qu’à main gauche du vestibule se trouve une petite pièce, dénommée précisément antichambre, car elle conduit à la galerie.

Porte à double battant de la galerie des estampes ouvrant sur l’antichambre
L’antichambre avant restauration, photographiée par Daniele Rocco le 23 novembre 2021
L’antichambre de la galerie des estampes restaurée, avec ses meubles à estampes (côté nord)
L’antichambre de la galerie des estampes (côté sud)

En attendant les premiers visiteurs qui viendront y consulter et étudier des estampes, l’antichambre– également restaurée par l’Atelier de Ricou – accueille pour le moment une partie de l’équipe de la bibliothèque, qui a dû y déménager ses bureaux en raison des travaux actuellement en cours.

De l’autre côté de l’antichambre, à main droite du vestibule, donc, s’ouvre un charmant petit salon, dont les portes sont décorées de délicates danseuses néo-pompéiennes dans le goût Empire.

Le petit salon avant restauration, photographié par Daniele Rocco le 23 novembre 2021
Le petit salon photographié par Léa Guintrand, le 31 janvier 2024, avec le mobilier de Constance Guisset

La pièce, comme les appartements-ateliers des artistes en résidence, a été gracieusement meublée par la designeuse Constance Guisset. On y trouve ainsi son iconique luminaire Vertigo, son canapé Nubilo ou encore l’une de ses tables Ankara.

Ici se termine donc votre visite virtuelle de la villa. Nous sommes impatients de vous y accueillir en chair et en os, mais avant cela, place à la phase 2 du chantier… dont nous vous donnerons des nouvelles très prochainement.

Sauf mention contraire, toutes les photographies ont été prises par Daniele Rocco le 3 mai 2024.


  1. Plus précisément : une peinture beige teintée d’oxyde jaune, de terre de Sienne naturelle et d’oxyde rouge. []
  2. Voir, sur notre chaîne YouTube son entretien avec Léo Savigny : https://www.youtube.com/watch?v=a2PdYxoAhGc (consulté le 1er juillet 2024). []
  3. Voir https://fr.wikipedia.org/wiki/Constance_Mayer (consulté le 28 juin 2024). []
  4. Voir https://marmottan.hypotheses.org/20687. []

Déménagement des collections

Avant le début imminent de la phase 2 des travaux, consacrés cette fois à la seule bibliothèque1, il a fallu procéder au déménagement de toutes nos collections. Et l’on peut dire que ce ne fut pas une mince affaire !

Généralement, un déménagement prend quelques heures (la chambre de bonne de votre jeunesse estudiantine), ou quelques journées (l’appartement familial de vos quarante ans). Mais pour un établissement qui possède quelque vingt-cinq mille livres et des centaines d’objets d’art, particulièrement fragiles et précieux, ce n’est plus en jours qu’il faut compter, mais en semaines, et même en mois !

C’est ainsi que notre déménagement, commencé le 18 mars 2024, s’est achevé le 17 mai. Il a été confié à l’entreprise Bovis, qui a dépêché sur site pas moins d’une dizaine d’employés, dirigés par le contremaître Moises Abalos.



Planifié par niveaux, depuis le sous-sol jusqu’au deuxième étage de la bibliothèque, le déménagement a consisté en quatre opérations successives :

1) d’une part, la mise en carton des livres, au préalable individuellement emballés dans du papier de soie2, ce qu’on appelle dans le jargon du métier le « tamponnage » ; de l’autre, la mise en caisse3 des meubles, tableaux, miroirs et lustres ;

2) le filmage des cartons (mis sur palette) et des caisses ;

3) la sortie des cartons et caisses hors de la bibliothèque, c’est-à-dire d’un bâtiment actuellement privé d’ascenseur et dont bon nombre d’huisseries sont classées à l’inventaire des monuments historiques ;

4) l’enlèvement des cartons et caisses par camion4 jusqu’à l’entrepôt de l’entreprise Bovis.

Réunion de Napoléonides le 27 mars 2024

Après avoir vidé la réserve du sous-sol de tous ses livres, brochures et catalogues, mis en caisse les meubles et sculptures du rez-de-chaussée (voir ci-dessus les bustes de Louis Bonaparte, Félix Baciocchi et Jérôme Bonaparte), les déménageurs se sont attaqués à la salle de lecture du premier étage.

Pendant que certains s’affairaient à empaqueter les ouvrages, d’autres se sont occupés d’emballer soigneusement les chaises Empire, rapatriées des salles historiques.

Durant quelques jours, nous avons eu l’impression que la bibliothèque avait accueilli les dernières œuvres de Christo et de Jeanne-Claude.

Fantômes de meubles dans le salon bleu au premier étage (ci-dessus) et dans le bureau du directeur au rez-de-chaussée (ci-dessous)…

Puis un premier échafaudage a été installé dans le jardin afin de descendre les livres mais aussi les deux corps de bibliothèque de l’ébéniste Jacob-Desmalter5 qui se trouvent dans le cabinet de travail de Paul Marmottan.

Dans le cabinet de travail, sur des palettes, des cartons de livres avant leur enlèvement

Mais avant cela, il a fallu y faire monter un transpalette élévateur…

Acheminement du transpalette dans le cabinet de travail
Les déménageurs s’apprêtent à faire passer par la fenêtre le soubassement d’un des corps de bibliothèque…
… ensuite descendu par chariot télescopique

Le déménagement des sculptures de l’escalier d’honneur a sans doute été parmi les plus difficiles. Il fallait en effet les retirer de leurs niches, parfois situées en hauteur, en les faisant glisser sur un plan construit expressément pour l’occasion à partir de palettes et de planches superposées.

Elles ont ensuite été descendues par l’escalier, comme La Vérité

… ou par un treuil, comme avec la Danseuse !

Un peu plus tard, une tour avec palan a été installée, en face du vestibule, pour descendre cette fois les lustres du cabinet de travail et du salon bleu.

Les miroirs et trumeaux ont quant à eux été mis dans des caisses dites MRT (Manutention Réserves Transport), c’est-à-dire dotées de ferrures permettant la mise en réserve sur pitons ou crochets sans qu’il soit besoin de changer le système entre le transport de l’œuvre, l’accrochage et le stockage.

Après le départ de toutes nos collections, nous nous sentons forcément un peu orphelins et démunis. Les pièces historiques, la salle de lecture, les réserves sont désormais vides et nous renvoient tristement notre écho…

Mais qu’on ne s’inquiète pas, car la bibliothèque entre très prochainement en travaux6 ! Et va de nouveau bourdonner comme une ruche…

Le contremaître et formateur Moises Abalos et son « élève » Tiberiu, en train de sangler l’une des sphinges sommant le péristyle

Un grand merci pour leur professionnalisme et leur bonne humeur à Moises, Tiberiu, Jean-Paul, Robin, Henri, Pierre, Wallid, Hans, Aaron, Dimitri et Cheikh !


Image du bandeau : Mars et Vénus entre les (bonnes) mains de Moises et Tiberiu

  1. La phase 1 avait concerné la villa Marmottan ; voir les billets https://marmottan.hypotheses.org/4144, https://marmottan.hypotheses.org/5749, https://marmottan.hypotheses.org/7323, https://marmottan.hypotheses.org/9691 et https://marmottan.hypotheses.org/20687. []
  2. Voire dans du Tyvek® pour les plus précieux. []
  3. Les caisses, le plus souvent à claire-voie, ont naturellement été réalisées sur mesure pour les objets qu’elles allaient protéger. []
  4. Camion à température dirigée et équipé de capitons et suspensions pneumatiques. []
  5. Auparavant démontés par l’Atelier KoPal. []
  6. Et pour tout dire, les déménageurs n’étaient pas encore partis que des ouvriers commençaient déjà à protéger les parquets marquetés. []

Dans les coulisses

Durant la restauration de la villa Marmottan, notre stagiaire Léo Savigny a réalisé plusieurs entretiens avec des ouvriers présents sur le chantier.

C’est ainsi que vous pourrez découvrir dans les vidéos ci-dessous Christophe Marie (Antony Couverture), Sébastien Laurensot (Pierrenoël), Pauline Fouville et Xavier Le Josse (Atelier de Ricou).

Chacun nous explique en quoi consiste son métier, revient sur son parcours professionnel et évoque quelques aspects marquants de son travail à la villa Marmottan.



Ouverture de la villa Marmottan

La villa après la pluie, vue depuis la rue Darcel. Photographie : Daniele Rocco, 23 janvier 2024

Ça y est ! C’est avec joie et fierté que nous vous annonçons la fin de la restauration de la villa Marmottan !

Après un chantier de dix-huit mois, les travaux supervisés par l’architecte du patrimoine Jennifer Didelon1, bien épaulée par Lorenza Kerdranvat et Melis Yaliniz, viennent de s’achever sous le ciel clément de la fin janvier 20242.

Financées par l’Académie des beaux-arts, avec le soutien de la DRAC Île-de-France, la rénovation et la réhabilitation de l’ancienne maison du directeur ont également bénéficié d’un important mécénat de la Fondation Marc Ladreit de Lacharrière, qui s’est porté sur l’atelier-appartement du second étage.

La designeuse française Constance Guisset, quant à elle, a généreusement offert à la villa un ensemble mobilier contemporain, qui a immédiatement conquis les nouveaux résidents.

Façade sud de la villa. Photographie : Brice Ameille, 13 février 2024
Détail de la frise des griffons de la Villa. Photographie : Daniele Rocco, 23 janvier 2024
La façade sud de la galerie des estampes. Photographie : Daniele Rocco, 23 janvier 2024

Il nous reste à remercier une dernière fois le bureau d’études techniques GEC Ingénierie représenté par Christophe Davisseau, ainsi que toutes les entreprises qui sont intervenues sur ce chantier d’exception : Antony Couverture, Atelier de Ricou, ERTELEC, Établissements Guégan, PCVE et Pierrenoël.

Enfin, nous avons naturellement une pensée émue et reconnaissante pour Paul Marmottan, le fondateur de la bibliothèque, sans qui rien de tout cela n’aurait été possible.

Portrait de Paul Marmottan dans son cabinet de travail de la bibliothèque, 1911, MMT164797

Les trois résidences d’artistes se répartissent de la manière suivante : les deux premières sont situées dans la villa Marmottan (autrefois maison du directeur de la bibliothèque), et la troisième se trouve dans l’ancienne remise à voiture de Paul Marmottan.

Entrons donc dans la villa.

On y pénètre logiquement par un vestibule, dont le carrelage en ciment a été soigneusement restauré. À main gauche, une antichambre, qui deviendra bientôt un espace de consultation, et la galerie des estampes ; à main droite un petit salon à destination tant des résidents que des visiteurs ; à main droite, au fond (derrière le petit salon, donc), une cuisine commune.

Vestibule de la villa, avec à main droite le petit salon. Photographie : Daniele Rocco, 23 janvier 2024
Le vestibule, toujours, mais du point de vue opposé. Photographie : Daniele Rocco, 23 janvier 2024

Empruntons l’escalier.

L’escalier qui dessert les deux ateliers-appartements de la villa. Photographie : Daniele Rocco, 23 janvier 2024

Nous arrivons au premier étage, où nous découvrons l’atelier-appartement, d’une superficie globale de 60 m². Il est dédié à la musique.

Vue traversante depuis la salle de travail avec le piano Yamaha. Photographie : Daniele Rocco, 23 janvier 2024
La kitchenette derrière sa porte accordéon. Photographie : Daniele Rocco, 23 janvier 2024
Au fond, la chambre à coucher. Photographie : Brice Ameille, 31 janvier 2024
La salle de bains avec baignoire. Photographie : Daniele Rocco, 23 janvier 2024

Au second étage, d’une superficie égale à celui du premier, l’atelier-appartement accueille cette année une dessinatrice, qui profitera de la belle verrière zénithale.

La pièce principale avec sa verrière zénithale. Photographie : Daniele Rocco, 23 janvier 2024
La kitchenette derrière sa porte accordéon. Photographie : Daniele Rocco, 23 janvier 2024
La porte d’entrée du second atelier-appartement, qui ouvre sur l’escalier. Photographie : Daniele Rocco, 23 janvier 2024
Presque une toile abstraite. Photographie : Daniele Rocco, 23 janvier 2024
Détail du parquet point de Hongrie avec une grille en fonte et laiton de l’ancien système calorifère. Photographie : Daniele Rocco, 23 janvier 2024
La salle de bains avec douche à l’italienne. Photographie : Daniele Rocco, 31 janvier 2024

Pour accéder au troisième atelier-appartement, il faut sortir de la villa à proprement parler.

Redescendons donc l’escalier…

Photographie : Brice Ameille, 31 janvier 2024

… et faisons quelques pas (guère plus d’une vingtaine) dans le jardin.

Occupé par un sculpteur, le logement est d’une superficie plus petite que les précédents (40 m²) et se déploie sur deux niveaux : au rez-de-chaussée, l’atelier ; à l’étage, le studio.

L’atelier-appartement du sculpteur. Photographie : Benjamin Buisson, 13 février 2024
L’atelier de sculpture, qui ouvre de plain-pied sur le jardin. Photographie : Daniele Rocco, 31 janvier 2024
Le studio, avant qu’il ne soit meublé. Photographie : Daniele Rocco, 23 janvier 2024

Enfin, ce tour du propriétaire ne serait pas complet sans un aperçu des pièces du sous-sol de la villa. Les espaces sont évidemment moins séduisants, mais ils ont, ô combien leur utilité.

Outre les espaces techniques (chaufferie, soufflerie), on y trouve deux autres ateliers ainsi que la buanderie, fort pratique pour nos résidents, vous en conviendrez…

Un atelier au sous-sol. Photographie : Daniele Rocco, 23 janvier 2024
La buanderie. Photographie : Daniele Rocco, 23 janvier 2024

Et pour terminer sur une note plus dans le ton Marmottan, nous vous dévoilons un cliché – pris sans qu’elle s’en aperçoive – de la mascotte de la villa : Pauline Borghèse alias Vénus.

Le buste de Vénus d’après Canova. Photographie : Daniele Rocco, 23 janvier 2024

Pour accéder au communiqué de presse publié conjointement par l’Académie des beaux-arts et la bibliothèque et villa Marmottan, cliquer sur le lien ci-dessous :


  1. Accompagnée pour la phase d’étude de l’architecte Loïse Lenne. []
  2. La restauration de la galerie des estampes n’étant pas terminée, celle-ci fera prochainement l’objet d’un billet spécifique. []

Avant le lever de rideau…

En attendant de pouvoir vous dévoiler le résultat final qui s’annonce superbe, nous vous présentons ci-dessous les ultimes touches portées à l’ancienne villégiature boulonnaise de Paul Marmottan.

La grande nouvelle de ce mois d’octobre, c’est bien sûr le démontage de la plupart des échafaudages. La villa a retrouvé sa blancheur immaculée et sa façade d’une grande sobriété, rehaussée par la belle frise de griffons restaurée par les ouvriers de Pierrenoël, ainsi que par les huisseries peintes par l’Atelier de Ricou dans un vert bronze patiné.

Un aperçu de la façade nord avec la frise des griffons, 5 octobre 2023
Détail de la frise des griffons, 5 octobre 2023

Les toitures sont désormais terminées. Le couvreur d’Antony Couverture a mis une petite touche d’humour en transformant, par l’adjonction d’une petite langue bifide, certaines évacuations d’eau de pluie en amusantes gargouilles modernes.

L’eau sifflera-t-elle en s’écoulant par cette gargouille moderne ?, 5 octobre 2023

Les appartements qui accueilleront à partir de janvier leurs premiers résidents sont sur le point d’être achevés.
Écartant délibérément le blanc, les architectes ont préféré choisir pour les murs des tons contrastés afin de conférer à chaque logement une identité visuelle bien affirmée.

Au premier étage, l’appartement-atelier dévolu à la musique décline ainsi plusieurs nuances de vert des peintures Guittet, selon le nuancier du fabricant britannique Farrow & Ball.

Cheminée de la chambre du premier étage aux murs peints en vert « Breakfast Room », 5 octobre 2023
L’espace cuisine du premier étage, aux murs peints en vert « Green Ground » 5 octobre 2023
Le salon du premier étage, avec ses murs vert « Green Ground », 9 octobre 2023

Dans l’appartement-atelier du second étage, c’est en revanche des tons proches de l’ocre et de la terre qui ont été privilégiés : un rose de plâtre poudreux pour la chambre, un rouge étrusque pour le salon…

La chambre du second étage avec ses murs peints dans la couleur « Setting Plaster » de Farrow & Ball, 5 octobre 2023
La pièce principale de l’appartement du second étage, 5 octobre 2023
Le plan de travail de la cuisine en cours de réalisation, 5 octobre 2023

Les meubles ont été dessinés et réalisés par les menuisiers de l’entreprise Guégan.

Après avoir rendu de bons et loyaux services, la ponceuse se repose, 5 octobre 2023
Derniers soins portés à un moulage qui rejoindra le palier du second étage, 9 octobre 2023

Au rez-de-chaussée de la villa, dans l’antichambre qui précède la galerie des estampes, l’Atelier de Ricou s’affaire désormais à repeindre murs et huisseries dans les couleurs et selon les techniques d’origine.

Antichambre de la galerie des estampes, 5 octobre 2023
L’Atelier de Ricou au travail dans l’antichambre, 9 octobre 2023
Ceci n’est ni une méduse ni une lanterne chinoise…

Dans la galerie des estampes, le décor du soubassement en faux-marbre jaune de Sienne a été entièrement repris.

Les murs en faux marbre de la galerie des estampes, 5 octobre 2023
Détail de la peinture imitation marbre, 5 octobre 2023

Les ateliers du sous-sol comprennent désormais des meubles de rangement, tandis que la buanderie et la chaufferie sont prêtes à fonctionner.

Un meuble de rangement de l’un des ateliers du sous-sol, 18 septembre 2023
La soufflerie, alias « la salle des machines », 18 septembre 2023

À l’extérieur du bâtiment, après le petit escalier de la cuisine qui a été refait, celui de la galerie des estampes est actuellement en cours de réparation.

L’escalier menant à la cuisine commune, 21 août 2023
L’escalier de la galerie des estampes, 21 août 2023
Le même escalier, le 5 octobre 2023

Enfin, maintenant que les deux logements de la villa sont pratiquement achevés, l’appartement-atelier de sculpture, situé dans l’ancienne remise à voiture de Paul Marmottan, est au centre de toutes les attentions.
Une porte en accordéon a été installée par Laber métal au rez-de-chaussée afin que l’artiste puisse travailler facilement de plain-pied en extérieur.

La porte en accordéon de l’atelier de sculpture, 5 octobre 2023

Avant que les murs ne reçoivent eux aussi leur couleur propre, les entreprises ERTELEC et PCVE sont intervenues : la première pour installer tous les câbles électriques, la seconde pour poser les tuyaux de plomberie et de ventilation, ainsi que les canalisations de chauffage.

L’atelier de sculpture avec les différentes canalisations installées par l’entreprise PCVE, 21 août 2023
L’atelier de sculpture un mois et demi plus tard : un coffrage masque désormais les raccordements, 5 octobre 2023

Les cloisons étant désormais toutes posées, le logement prend rapidement forme.

Le logement au-dessus de l’atelier de sculpture, 10 octobre 2023
La future cabine de douche de l’appartement-atelier de sculpture, 10 octobre 2023

Nous terminerons ce petit tour du propriétaire avec un dernier aperçu de la villa pour vous faire patienter…

… et un portrait de l’un de nos deux lions, qui attend sagement son tour d’être toiletté.

À très vite !

L’un des lions de la porte d’entrée, 5 octobre 2023