Archives de catégorie : Les pensionnaires

Lauréats des résidences artistiques 2024-2025

L’équipe de la bibliothèque et villa Marmottan est heureuse de vous annoncer les lauréats des résidences artistiques de l’année 2024-2025.

Outre la jouissance d’un appartement-atelier mis gracieusement à disposition, ils percevront une bourse de vie mensuelle de 1500 euros bruts ainsi qu’une aide à la production.

Après examen des dossiers de candidature, les différents jurys composés des membres de l’Académie des beaux-arts – réunis par discipline les 7, 14 juin et 1er juillet 2024 – ont décidé de retenir les candidats suivants :

  • Romane MADEDE-GALAN, architecture ; résidence de 3 mois
  • Wandrille POTEZ, photographie ; résidence de 10 mois
  • Adrien ROUSSEAU, paysagisme ; résidence de 3 mois
  • Takuma SAITO, composition musicale ; résidence de 10 mois
  • Thomas TARDIVO, design ; résidence de 3 mois

Nous nous réjouissons à la perspective d’accueillir les lauréats et d’entamer avec eux un dialogue que nous devinons fructueux.

Image du bandeau : photographie de Daniele Rocco, 10 mai 2024

Lauréats des résidences chercheurs 2024-2025

L’équipe de la bibliothèque et villa Marmottan est heureuse de vous annoncer les noms des lauréates des résidences chercheurs de l’année 2024-2025.

Du fait des travaux actuellement en cours à la bibliothèque, les logements destinés aux chercheurs sont indisponibles.
Il a donc été décidé de modifier exceptionnellement le format des bourses offertes et c’est ainsi que, l’an prochain, pas moins de six chercheurs bénéficieront d’un soutien financier de l’Académie des beaux-arts.
Deux bourses de 6 mois et quatre de 2 mois (à raison de 1 500 € bruts par mois) ont été allouées.

Nous nous réjouissons à la perspective d’accueillir les lauréates et d’entamer avec elles un dialogue que nous devinons fructueux.

Bourses de 6 mois

  • Caroline LEGRAND, « La comédie à l’ère romantique (1815-1855) », Université de Rouen
  • Pauline TEYSSIER, « L’hospice de Charenton (1797-1825) », Université Paris I – Panthéon-Sorbonne

Bourses de 2 mois

  • Shandiva BANERJEE, « Le contrôle des gens de couleur en France métropolitaine (1777-1848) », Université Paris I – Panthéon-Sorbonne
  • Juliette MILLERON-BESENVAL, « L’imprimerie nationale au travail (1793-1830) », Université Paris I – Panthéon-Sorbonne
  • Sophie RECORDIER, « Joseph Chinard (1756-1813) », Sorbonne Université
  • Noémie ROCHAT NOGALES, « Édition du Dernier Homme (1805) de Cousin de Grainville », Université de Lausanne

Image du bandeau : photographie H&K – Victor Point, 2019

Deux communications devant l’Académie des beaux-arts

Hier, mercredi 26 juin, nos pensionnaires Clara Baudet et Michele Morselli, ont fait part aux membres de l’Académie des beaux-arts réunis en séance plénière de leurs travaux menés durant leur résidence à la bibliothèque Marmottan.

Clara Baudet et Michele Morselli entourant Adrien Goetz, directeur de la bibliothèque et villa Marmottan, à l’Institut de France, le 26 juin 2024 ; photographie : Louis Paris

Clara a prononcé une communication sur les « adelphités franco-napolitaines dans la littérature post-révolutionnaire » et Michele a évoqué le « merveilleux de la légende napoléonienne dans les romans de jeunesse d’Honoré de Balzac ».

Leur séjour à la Marmottane touchant à sa fin, il nous reste à leur redire combien nous avons apprécié leur présence si chaleureuse parmi nous et à leur souhaiter bon vent pour leurs prochaines aventures.

Au revoir, Clara et Michele !

Portrait d’artiste : Mélanie Delattre-Vogt

Mélanie est une fille du Nord, de Valenciennes plus précisément, où l’on met un point d’honneur à prononcer « Ouatteau » le nom du plus célèbre enfant du pays1.

En parallèle de son cursus en arts plastiques à l’université, Mélanie Delattre-Vogt a suivi une formation musicale au conservatoire. Enfant, elle ne cessait de chanter, en jouant du piano, en dessinant, et encore aujourd’hui, où elle travaille le plus souvent en musique, elle aime à comparer ses œuvres à des partitions, disant ressentir le besoin d’introduire aussi du « silence » dans ses compositions.

Quelques formes en gestation…

Après avoir touché à différentes formes d’expression (de la photographie à l’installation avec vidéo, en passant par la peinture ou la gravure), c’est au dessin qu’elle consacre, depuis bientôt vingt ans, l’essentiel de son temps. Séduite par son « côté immédiat », elle aime surtout ce médium parce qu’il ne dépend que d’elle et qu’elle n’y dépend de personne.

Mais Mélanie ne manie pas que le crayon graphite ; elle use aussi du crayon lithographique qui lui permet, cette fois avec l’appui d’autrui, de produire des multiples. Depuis 2015, elle fréquente ainsi l’atelier de Michael Woolworth, et c’est durant son séjour à la Villa Marmottan qu’elle y a notamment réalisé sa Femme à la panthère.

Mélanie montrant à l’œil-caméra de Léo Savigny sa Femme à la panthère, 25 mars 2024

Aussi bien fascinée par les contour changeants des nuages (sur lesquels elle a commencé une thèse) que par les vieilles encyclopédies ou les photographies d’un manuel de congélation des années 1970 (« un de mes livres-sources préférés »2), Mélanie peut s’émerveiller aussi bien pour l’architecture des maison du quartier des Princes-Marmottan que pour les petites araignées qui se glissent sous sa porte.

Pour ses couleurs, Mélanie se fournit auprès des fabricants japonais

À la Villa Marmottan, elle s’est si bien appropriée l’appartement du deuxième étage qu’on jurerait qu’elle l’a toujours habité… et que nous ne résistons pas à vous en donner un aperçu tant son aménagement nous plaît.

Sous sa couverture plastifiée bleue, le fameux manuel de congélation…
Sur les étagères, des livres, des cartes postales, des objets divers et variés qui sont autant de sources d’inspiration
Passionnée par l’art de vivre japonais, Mélanie a transformé la cheminée en tokonoma3… un tokonoma mâtiné de Cézanne, bien sûr !

Pour mieux connaître le travail et la personnalité de Mélanie, vous pouvez visionner la vidéo ci-dessous, réalisée par notre stagiaire Léo Savigny.

Image du bandeau : Mélanie Delattre-Vogt, photographié par Léo Savigny le 25 mars 2024


  1. Vous avez reconnu Jean-Antoine Watteau, né à Valenciennes en 1684. Un autre grand peintre, Robert Campin (1378-1444), naquit dans la ville, alors capitale du Hainaut. []
  2. Voir son entretien accordé au musée d’Orsay le 5 octobre 2023 : https://www.musee-orsay.fr/fr/articles/questions-melanie-delattre-vogt-artiste-dessinatrice-275322 (consulté le 30 mai 2024). []
  3. Le tokonoma ( 床の間 ) est l’alcôve dans la maison traditionnelle japonaise où est présenté un objet de délectation esthétique : peinture, calligraphie, céramique ou arrangement floral. []

Portrait d’artiste : Tatiana Probst

Née au sein d’une famille d’artistes1, fille de compositeur, Tatiana Probst s’initie très tôt à la musique et, dès l’âge de neuf ans, écrit son premier morceau, une Valse pour accordéon.

Menant de front des études de piano et de chant, elle apprend la composition au conservatoire de Levallois-Perret avant d’obtenir en 2013 son master en chant au Conservatoire national supérieur de Paris (CNSMDP).

En train de composer au piano de la Villa Marmottan ; photographies de Léo Savigny, 16 février 2024

C’est donc non seulement une compositrice, mais aussi une chanteuse lyrique2 et une pianiste (double talent qui lui permet de s’accompagner elle-même !), que l’Académie des beaux-arts a recrutée pour la résidence 2023-2024 de la Villa Marmottan.

Pour son premier disque, The Matter of Time Project, sorti en 2022, Tatiana avait enregistré plusieurs de ses partitions de musique de chambre pour cordes, piano, saxophone…, ainsi qu’une œuvre pour soprano (elle-même) et orchestre3. Ne faisant pas mystère de ses influences – de Wagner à Dutilleux, en passant par le jazz –, elle y déployait néanmoins déjà un univers bien à elle.

« Le rythme, l’harmonie et la ligne musicale sont ce qu’il y a de plus important », explique celle qui dit écrire « ce qu’[elle] veu[t] entendre »…

Pochette du premier disque de Tatiana Probst, The Matter of Time Project (2022)

Tatiana a mis à profit son séjour à la Villa Marmottan pour composer son dernier opus, consacré à la voix.

L’année prochaine, le 13 septembre 2024 exactement, sera créée dans le grand auditorium de Radio France son œuvre Du gouffre de l’aurore pour orchestre et chœur d’enfants : https://www.maisondelaradioetdelamusique.fr/evenement/berlioz-les-nuits-dete?s=746712.


Pour mieux connaître le travail et la personnalité de Tatiana, vous pouvez visionner la vidéo ci-dessous, réalisée par notre stagiaire Léo Savigny.

Image du bandeau : Tatiana Probst, photographié par Léo Savigny le 16 février 2024


  1. Pour les ramifications de l’arbre généalogique, voir le site internet de la famille Casadesus : https://casadesus.com/. []
  2. En 2019, elle s’est produite sur la scène du Théâtre des Champs-Élysées dans le rôle de Javotte (Manon de Massenet) et sur celle de l’Opéra de Lille dans le rôle de Papagena (La Flûte enchantée de Mozart). []
  3. À écouter à l’adresse suivante : https://urlr.me/dqNXZ ; consulté le 30 mai 2024. []