Lauréats du prix Paul-Marmottan

  • 2023 : Sophie Basch, Le Japonisme, un art français, Dijon, Les presses du réel, 2023.
  • 2022 : Stéphane Boudin-LestiennePaul Tissier, l’architecte des fêtes des Années folles, Paris, éditions Norma, 2022.
  • 2021 : Marie-Pierre Salé, L’Aquarelle, Paris, Citadelles & Mazenod, 2020.
  • 2020 : Étienne Bréton et Pascal ZuberBoilly. Le peintre de la société parisienne de Louis XVI à Louis-Philippe, Paris, Arthena, 2019.
  • 2019 : Alain WeillCassandre, Vanves, Hazan, 2018.
  • 2018 : Robert FohrGeorges de La Tour, le maître des nuits, Paris, Cohen & Cohen, 2018.
  • 2017 : Thérèse Burollet, Bartholomé, 1848–1928. La redécouverte d’un grand sculpteur, Paris, Arthena, 2017.
  • 2016 : Catherine Ambroselli de Bayser, dir., George Desvallières, l’œil, le cœur et l’esprit. Catalogue raisonné de l’œuvre complet, Paris, Somogy, 2015.
  • 2014 : Jean-Pierre Cuzin, François-André Vincent, 1746–1816, entre Fragonard et David, Paris, Arthena, 2013.
  • 2013 : Myriam Chimènes et Alexandra Laederich, dir., Regards sur Debussy, Paris, Fayard, 2013.
  • 2012 : Joëlle MoulinCinéma et peinture, Paris, Citadelles & Mazenod, 2011.
  • 2011 : Sidsel RamsonSidsel Ramson, une odyssée photographique, Paris, Cercle d’art, 2010.
  • 2010 : Serge LinarèsÉcrivains artistes. La tentation plastique, Paris, Citadelles & Mazenod, 2010.
  • 2009 : Carolle Thibaut-PomerantzPapiers peints. Inspirations et tendances, Paris, Flammarion, 2009.
  • 2008 : Philippe LanthonyDes yeux pour peindre, Paris, Réunion des musées nationaux, 2006.
  • 2007 : André LischkeHistoire de la musique russe, des origines à la Révolution, Paris, Fayard, 2006 ; Eileen Gray, Jean Badovici, E-1027. Maison en bord de mer, Marseille, éditions Imbernon, 2006.
  • 2006 : Carina Schäfer et Pierre Masson, éd., André Gide-Maurice Denis. Correspondance, 1892–1945, Paris, Gallimard, 2006.
  • 2005 : Marcel MarnatGiacomo Puccini, Paris, Fayard, 2005 et Rodolphe Rapetti, Le Symbolisme, Paris, Flammarion, 2005
  • 2004 : Edwige Anne DemeurisseAlfred Janniot, 1889–1969, Paris, Somogy, 2003 ; Philippe Palasi, Armorial historique et monumental de la Haute Marne (XIIIe-XIXe siècle), Chaumont, Le Pythagore, 2004.
  • 2003 : Frank ZöllnerLéonard de VinciTout l’œuvre peint et graphique, Köln/London/Paris, Taschen, 2003.
  • 2002 : Augustin de Butler, éd., Renoir. Écrits, entretiens et lettres sur l’art, Paris, Les éditions de l’Amateur, 2002 ; Pierre Pinon, Atlas du Paris haussmannien, la ville en héritage, du Second Empire à nos jours, Paris, Parigramme, 2002.
  • 2001 : Lydia Harembourg, Hermine, Corinne et Olivier BrayerYves Brayer. Catalogue raisonné de l’œuvre, tome 1. 1921-1960, Lausanne, Bibliothèque des arts, 1999 et Véronique Gautherin, L’œil et la main. Bourdelle et la photographie, Paris Musées/Éric Koehler, 2000.
  • 2000 : Anne Rivière, Bruno Gaudichon, Danielle GhanassiaCamille Claudel. Catalogue raisonné, Paris, Adam Biro, 2000.
  • 1999 : Rahim Danto BarryPortes d’Afrique, Paris, Norma, 1999.
  • 1998 : Pierre-Louis MathieuGustave Moreau. Monographie et nouveau catalogue de l’œuvre achevé, Courbevoie, ACR éditions, 1998.
  • 1997 : Jean-Louis Biget, Michel EscourbiacSainte-Cécile d’Albi, Graulhet, Odyssée, 2 vol., 1995 et 1997.
  • 1996 : James BloedéPaolo Uccello et la représentation du mouvement, Paris, École nationale supérieure des beaux-arts, 1996.
  • 1995 : Werner HofmannUne époque en rupture, 1750–1830, Paris, Gallimard, 1995.
  • 1994 : Lydia DelectorskayaHenri Matisse. L’Apparente facilité. Peintures de 1935–1939, Paris, A. Maeght, 1993.
  • 1993 : Jean-Pierre RamaCloches de France et d’ailleurs, Paris, Le Temps apprivoisé, 1993 et Le Bronze d’art et ses techniques, Dourdan, H. Vial, 1988.
  • 1992 : Maurice AramaLe Maroc de Delacroix, Paris, Éditions du Jaguar, 1987.
  • 1991 : Jean Tulard, dir., L’Histoire de Napoléon par la peinture, Paris, Belfond, 1991.
  • 1990 : Yves DentanYves Brayer, Paris, La Bibliothèque des arts, 1990.
  • 1989 : Jellal AbdelkafiLa Médina de Tunis, espace historique, Paris, Presses du CNRS, 1989 et Paul Bonnenfant, Les Maisons-tours de Sanaa, Paris, Presses du CNRS, 1989.
  • 1988 : Maurice Lengellé-CharavelDes Muscadins. Les rendez-vous de Sainte-Croix, Paris, Tardy, 1987.
  • 1985 : Marianne Roland-MichelWatteau, un artiste au XVIIIe siècle, Paris, Flammarion, 1984.
  • 1984 : Florence CamardRuhlmann, Paris, Éditions du Regard, 1983.
  • 1983 : Michel GalletYves Bottineau, dir., Les Gabriel, Paris, Picard, 1982.
  • 1980 : Patrick Waldberg La Mélodie acide, Paris, Galerie Lucie Weill, 1979.
  • 1979 : Jurgis BaltrusaitisLe Miroir. Essai sur une légende scientifique : révélations, science-fiction et fallacies, Paris, A. Elmayan/Le Seuil, 1978.
  • 1977 : Pierre-Louis MathieuGustave Moreau, sa vie, son œuvre. Catalogue raisonné de l’œuvre achevé, Fribourg, Office du livre, 1976.
  • 1970 : Jacques Helft, Le Poinçon des provinces françaises, Paris, F. de Nobele, 1968.
  • 1969 : Philippe Huisman, L’Aquarelle française au XVIIIe siècle, Paris, La Bibliothèque des arts, 1968.

Le Guide des juges militaires de Jean-Baptiste Perrier (1813) : le Code militaire officieux du Premier Empire ?”, par Alain Rahier

Alain Rahier (photographie prise en 2021 : droits réservés)

Ancien pensionnaire (2022) de la bibliothèque Marmottan, Alain Rahier travaille actuellement à sa thèse de doctorat intitulée Prisons pour militaires ou militaires en prison ? La justice militaire et ses détenus sous le Premier Empire (1804-1814), sous la direction des professeurs Xavier Rousseau et Jacques-Olivier Boudon (Louvain, Université catholique – Paris, Sorbonne Université).
Il présente ici un ouvrage de la bibliothèque qui lui a été particulièrement utile pour ses recherches.

L’auteur de l’ouvrage1, Jean-Baptiste Perrier (1767-1842), se présente comme un licencié en droit, sous-chef au bureau des déserteurs à la direction générale de la conscription du ministère de la Guerre et membre de plusieurs sociétés savantes. Son emploi consiste notamment à répondre aux questions des juges militaires sur l’application des différents textes juridiques réprimant les infractions commises par les soldats et officiers. Fort de cette expérience longue de vingt ans, il propose aux officiers un guide pour faciliter leur tâche. Juger les militaires délinquants est réellement une mission ardue pour des hommes qui ne peuvent consacrer leur temps à la compilation et l’étude des lois promulguées sous les gouvernements révolutionnaires et le régime impérial. Ces derniers n’ont pas pu réunir ces lois dans un code militaire unique, ce qui oblige les juges à consulter des lois éparpillées dans plusieurs recueils. L’ouvrage doit donc combler ce vide et constituer une proposition de véritable code pour les futurs législateurs. Commencé en 1808 et publié dans les derniers mois de l’Empire, à un moment où le besoin est d’autant plus criant après la désastreuse campagne de Russie, il offre, peut-on supposer, une vue complète de la justice militaire quand l’armée ne peut plus se permettre de perdre du temps pour méconnaissance des procédures et retenir inutilement des soldats loin de leur poste.

Doctorant dont la thèse porte sur les délinquants militaires et les prisons militaires du Premier Empire, j’ai tiré un profit particulier de ce guide qui m’a aidé à comprendre l’administration de la justice militaire au niveau central, le partage des compétences entre les différentes institutions judiciaires ou encore quels officiers étaient préférés pour remplir les fonctions de juges. L’ouvrage souligne aussi certains points dont l’application posait problème aux juges militaires et permet de comprendre quelles infractions étaient les plus gravement sanctionnées et quelles peines ont la préférence du législateur. Enfin, la mention des pratiques qui font jurisprudence prouve l’existence d’accommodements au niveau judiciaire et celle d’une marge de manœuvre à la disposition des juges.

Jean-Baptiste Perrier, Le Guide des juges militaires, Paris, Magimel, 1813
(photographie : bibliothèque Marmottan)

Pour faciliter la tâche des juges militaires, l’auteur regroupe les délits par peine, divisés entre l’armée de Terre et la Marine. La nomenclature de ces peines et leur nombre d’occurrences sont reproduits en annexe. Ces tableaux soulignent deux choses : une faible « dispersion » des peines dans l’armée de Terre – au contraire de la Marine, en raison de l’existence d’une dizaine de peines spécifiques à cette arme – et la domination des peines de mort et de travaux forcés. Il serait nécessaire de déterminer à quelle date les différents textes juridiques réprimant les délits par la mort ou les travaux forcés sont devenus majoritaires, mais le tournant répressif du régime impérial en 1810, qualifié par Jacques-Guy Petit de « triomphe des travaux forcés » n’y est probablement pas étranger. Un triomphe qui marque le retour aux peines perpétuelles et aux supplices, la durée des peines est fortement allongée et le travail obligatoire des détenus est institué avec la création des maisons centrales de détention2.

Au vu des nombreux textes juridiques rassemblés, le droit militaire est une matière complexe et régulièrement modifiée selon les objectifs des différents gouvernements qui se sont succédé entre 1789 et 1813. L’auteur a donc partagé son ouvrage en deux grandes parties : le guide juridique et le recueil des lois. Chacune est elle-même divisée en deux sous-parties : l’une pour l’armée de Terre et la seconde pour la Marine. La première comprend une définition des principes judiciaires, chaque tribunal y a son propre « titre » ou chapitre, et les délits sont classés en différentes sections, avec chacun sa définition – un travail annoncé comme inédit. Si deux éditions précédentes ont vu le jour en 1808 et en 1811, celle de 1813 présente un guide beaucoup plus étoffé. Une quatrième édition sera également publiée en 18313. Il est difficile d’apprécier l’impact des éditions successives de cet ouvrage. Victor Foucher, dans l’introduction de son commentaire du code militaire pour l’armée de Terre promulgué en 1857, ne mentionne pas le travail de Jean-Baptiste Perrier4. Concernant le contenu de cette troisième édition, la place accordée à la Marine dans la partie du guide est réduite : seuls les principes généraux de la justice maritime et un aperçu des tribunaux et délits y sont indiqués, trahissant soit le manque de familiarité de l’auteur avec ce sujet, soit un besoin moins urgent des officiers mariniers pour un tel outil en 1813. Dans une dernière partie, le recueil regroupe les lois, décrets impériaux, arrêtés ministériels, avis du Conseil d’État en vigueur lors de la publication de l’ouvrage : 169 textes juridiques pour l’armée de Terre et 22 pour la Marine.

Les principes judiciaires regroupent des rappels de différentes notions juridiques élémentaires. Après celui sur la justice, l’auteur indique que la justice militaire possède les mêmes bases que la justice criminelle, tout en étant pourvue de son propre régime judiciaire. En effet, le propre de la justice militaire est de devoir réprimer les délits le plus rapidement possible et n’est donc pas astreinte à toutes les formalités requises pour les civils. Il distingue le domaine de compétence des tribunaux militaires : ceux-ci jugent les délits commis par les militaires sous les drapeaux, les rebelles, les espions, les habitants des territoires occupés et les gardes-magasins des dépôts de vivres ou de matériels. Si le militaire a un complice civil ou s’il a commis un délit qui n’est pas réservé au tribunal militaire, il doit être jugé par le tribunal civil compétent. Notons qu’en dehors de la grâce et de l’amnistie, une seule loi règle le cadre de la prescription et la place à dix ans à partir du jour où le délit est commis. En outre, si le militaire a commis plusieurs délits, c’est au tribunal compétent pour juger l’infraction qui entraîne la peine la plus grave que revient la priorité, puisque cette condamnation rend la peine moindre des autres délits inutile. L’auteur indique que cette pratique est une jurisprudence établie par les conseils de guerre spéciaux.

Il est évidemment impossible de détailler dans le cadre de cette courte présentation chaque tribunal et ses spécificités. Seule une présentation sommaire sera esquissée ici. Chaque division territoriale et active (c’est-à-dire celles chargées de l’administration du territoire et celles des armées) possède deux conseils de guerre permanents, composés en règle générale de six officiers et d’un sous-officier et compétents pour les délits commis par les militaires. Il faut noter que le général commandant la division et son chef d’état-major ne peuvent pas faire partie de ces conseils, car ils sont chargés de faire exécuter la peine en cas de condamnation. Chaque division compte également un conseil de révision, composé de cinq officiers et dont la compétence porte sur le respect des procédures prescrites par la loi et non sur le fond de l’affaire. Un acte du gouvernement du 19 vendémiaire an XII (12 octobre 1803) crée les conseils de guerre spéciaux chargés de la répression de la désertion des soldats et sous-officiers. Ce tribunal momentané, formé dès l’arrestation du déserteur (le décret impérial du 14 octobre 1811 interdit le jugement par contumace), doit effrayer les autres militaires et décourager d’autres désertions. Composé de sept officiers, il compte comme rapporteur (i. e. le ministère public) un officier d’état-major, de gendarmerie ou de garnison car le législateur estime que les travaux d’état-major exigent la connaissance des lois, tandis que les gendarmes sont familiarisés avec celles-ci par la rédaction des procès-verbaux et la constatation des délits (les officiers de garnison ne sont choisis qu’à défaut des autres). La loi crée enfin des commissions militaires et des conseils de guerre extraordinaires dans le but de « frapper » les criminels et leurs complices rapidement. Il existe trois types de commissions militaires : le premier pour les espions, les embaucheurs et leurs complices, le deuxième pour certains délits commis par les prisonniers de guerre et le troisième pour ceux perpétrés par les condamnés aux travaux publics ou au boulet placés dans des ateliers. Les conseils de guerre extraordinaires sont destinés à juger les officiers responsables d’une capitulation déshonorante. Il est à noter que dans chaque cas, l’accusé conserve le droit d’être assisté par un « défenseur officieux » ou avocat.

La justice maritime présente une organisation différente. Trois institutions sont chargées des délits commis en mer ou sur les vaisseaux : le conseil de marine pour juger le commandant du navire ou de l’escadre, le conseil de justice pour les délits emportant la peine de la cale ou de la bouline, le conseil de guerre pour tous les délits à l’exception de la désertion. Les délits commis dans les ports et les arsenaux relèvent de la compétence du tribunal maritime et un recours pour violation des formes ou fausse application des lois pénales peut être déposé devant le conseil de révision. Les déserteurs sont jugés par les conseils de guerre maritimes spéciaux (le décret impérial du 14 octobre 1811 s’y applique également). Enfin, les délits commis par les bagnards sont du ressort du tribunal maritime spécial.

L’exposé sur les délits et les peines constitue certainement la partie la plus originale de l’ouvrage. Jean-Baptiste Perrier fournit la définition la plus exhaustive possible pour chaque délit et peine, donnant des exemples concrets de délits et détaillant le contenu des peines. La désertion se taille la part du lion dans les explications : l’auteur consacre un long développement à sa définition et aux procédures prescrites dans le cadre de la présentation des conseils de guerre spéciaux et y revient de nouveau dans le chapitre des peines. Son expérience s’y déploie avec conviction, permettant au lecteur de saisir toutes les subtilités des procédures entourant le jugement des déserteurs et réfractaires. En outre, cette connaissance de l’armée de Terre se manifeste tout au long du guide : il détaille les cinq causes possibles d’annulation d’un jugement par un conseil de révision et précise que la fausse application de la peine est la cause d’annulation la plus importante ; tous les pourvois en cassation des condamnés par les conseils de guerre extraordinaires ont été rejetés ; la désertion vers un pays allié comme le royaume d’Italie est de plus en plus souvent vue comme une désertion à l’intérieur (surtout si le déserteur y prend du service), etc. Il clôture la partie consacrée aux peines susceptibles d’être prononcées dans l’armée de Terre en répondant à dix-huit « questions de droit », qui vont de la présence des quartiers-maîtres aux conseils de guerre à l’évasion d’un condamné ayant introduit une demande en grâce, auxquelles il apporte une réponse.

Jean-Baptiste Perrier, Le Guide des juges militaires, Paris, Magimel, 1813
(photographie : bibliothèque Marmottan)

Guide des juges militaires du Premier Empire, cet ouvrage est aussi un guide précieux pour l’historien des institutions judiciaires militaires. Il offre non seulement une explication claire de la législation touffue concernant la répression de la délinquance militaire, mais il permet en outre de saisir certaines tendances dans l’administration de cette justice militaire, telles celles concernant les pourvois en cassation ou la désertion vers un pays allié (évoqués ci-dessus), notamment au terme du régime impérial. Du fait de sa publication en 1813 (troisième édition après la première en 1808), il ne peut intégrer les ultimes évolutions de la justice militaire dans le contexte de l’invasion du territoire national. Enfin, l’absence de véritable développement de la justice maritime est regrettable, alors que la Marine impériale n’est pas morte à Trafalgar5.

Annexe : Nomenclature des peines avec leur nombre d’occurrences

Peine – Armée de terreNombre d’occurrences
Mort 57
Fers 50
Prison 35
Amende 29
Boulet 7
Destitution 7
Travaux publics 5
Corvée 3
Mort civile, déportation et confiscation 1
Exposition 1
Arrêts 1
Peine – MarineNombre d’occurrences
Mort 17
Boulet 11
Galères 9
Bouline 6
Coups de corde au cabestan 6
Chaîne 5
Cale 5
Gêne/Carcan 4
Prison 4
Destitution 3
Rétrogradation 2
Course 2
Interdiction 2
Grand mât 1
Infamie 1
Placement à la queue de l’équipage 1
Amende 1
Fers sous le pont 1
  1. PERRIER Jean-Baptiste, Guide des juges militaires ou recueil des lois, actes du gouvernement et avis du Conseil d’État sur la législation criminelle militaire et maritime, Paris, Magimel, 1813 [1808]. []
  2. PETIT Jacques-Guy, Ces peines obscures. La prison pénale en France, 1780-1875, Paris, Fayard, 1990 [1989], p. 127-131. []
  3. Les deux premières présentent déjà une partie analytique, réduite à trois points : une présentation de la justice en général, la solution de plusieurs questions de droit et une nomenclature des délits. La quatrième suit un plan identique à l’édition de 1813, mais ajoute un guide particulier consacré à la discipline de la garde nationale. Ces informations sont disponibles sur Gallica : https ://gallica.bnf.fr/services/engine/search/sru?operation=searchRetrieve&version=1.2&query=%28gallica%20all%20%22guide%20juges%20militaires%22%29&lang=fr&suggest=0#resultat-id-1. []
  4. FOUCHER Victor, Commentaire sur le Code de justice militaire pour l’armée de Terre (promulgué le 4 août 1857), Paris, Firmin Didot, 1858, https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k63476112.r=Commentaire%20sur%20le%20Code%20de%20justice%20militaire%20pour%20l%27arm%C3%A9e%20de%20terre%2C?rk=21459;2. []
  5. Voir à ce sujet GILLET Jean-Claude, La Marine impériale. Le grand rêve de Napoléon, éd. an., Paris, Les Éditions du Toucan, 2021 (Paris, L’Artilleur/Bernard Giovanangeli Éditeur, 2010) et MUFFAT Sophie, Les marins de l’Empereur, Paris, Éditions Soteca, 2021. []

Étienne Bréton et Pascal Zuber, Louis-Léopold Boilly, le peintre de la société parisienne de Louis XVI à Louis-Philippe (Arthena), prix Paul-Marmottan 2020

Le prix Paul-Marmottan 2020 a été décerné à Louis-Léopold Boilly, 1761-1845. Le peintre de la société parisienne de Louis XVI à Louis-Philippe (Paris, Arthena, 2019). Cet imposant ouvrage (deux volumes pour un total de plus de mille pages) est le fruit de trente années de recherches menées par ses deux auteurs, Étienne Bréton et Pascal Zuber, experts en tableaux anciens.

Portant sur l’un des peintres les plus attachants de la première moitié du XIXe siècle, livrant – toujours avec modestie – une somme, sinon définitive, considérablement augmentée et affinée par rapport aux précédentes monographies, ce nouveau catalogue raisonné s’impose d’emblée comme une référence incontournable, que le prix attribué par l’Académie des beaux-arts vient logiquement couronner, d’autant que son fondateur Paul Marmottan rédigea lui-même une étude importante sur Louis-Léopold Boilly.

Étienne Bréton et Pascal Zuber rappellent d’ailleurs dans leur introduction la postérité critique de Boilly qui, malgré son statut de « peintre de second plan », a fait « le bonheur de maints biographes » (pas moins de huit entre 1847 et 1995). Son œuvre a également eu droit à sept expositions monographiques en près d’un siècle, un honneur que n’ont pas connu des artistes pourtant autrement mieux considérés tels que Greuze, Gérard ou Gros. La première eut lieu en 1930 et la dernière s’est tenue ce printemps 2022 au musée Cognacq-Jay, supervisée par nos deux auteurs.

Louis-Léopold Boilly, Réunion d’artistes dans l’atelier d’Isabey, 1798, huile sur toile, 72 x 111 cm, musée du Louvre, © 2012 RMN-Grand Palais (musée du Louvre) / Adrien Didierjean ; permalien : https://collections.louvre.fr/ark:/53355/cl010059929

L’objet récompensé se compose de deux gros volumes de taille comparable, l’un étant consacré à la monographie proprement dite et l’autre au catalogue raisonné. Dans le premier (442 pages), après un avant-propos de Jean Tulard, une préface de Jacques Foucart et une introduction d’Étienne Bréton et Pascal Zuber, le lecteur entre dans le vif du sujet grâce à la biographie très circonstanciée mais concise (p. 21-120) d’Annie Yacob, docteur en histoire de l’art. Vient ensuite une « iconographie de Boilly », parenthèse plaisante qui nous montre la physionomie du peintre dans son œuvre, tant dans ses autoportraits que dans les tableaux où il s’est amusé à se représenter comme une figure parmi d’autres. Une chronologie de dix pages lui succède, puis débutent les essais, rédigés par plusieurs contributeurs. Philippe Bordes, professeur émérite à l’université Lyon 2, s’intéresse au « Boilly portraitiste » (p. 147-157) ; Susan L. Siegfried, professeur à l’université du Michigan, à « Boilly et les portraits de famille » (p. 159-169) ; Étienne Bréton et Pascal Zuber traitent de « L’Atelier d’Isabey : la création d’une œuvre-phare » (p. 171-197), avant d’aborder le « Boilly inventeur des “Petits Portraits” » (p. 199-233). Pascal Zuber s’attarde ensuite sur les talents d’illusionniste du peintre (« L’art de tromper nos sens », p. 235-259) et son goût pour la représentation théâtrale (« Boilly et le spectacle : du théâtre au boulevard », p. 261-293). Enfin, la diffusion et la réception de l’œuvre sont étudiées : Étienne Bréton et Élodie Le Dan, spécialiste en estampes, se penchent sur les gravures (« Boilly et l’estampe », p. 295-325), tandis que Carole Blumenfeld, docteur en histoire de l’art, se consacre aux collectionneurs (« Collectionner Boilly : un choix politique et culturel », p. 327-355). Une brève conclusion des auteurs vient clore ce très riche panorama, complété par de substantielles annexes. Le lecteur y trouve à la fois les arbres généalogiques de la famille Boilly et de celles de ses deux épouses, décédées avant lui, Marie-Magdeleine Deslignes (1763-1795) et Adélaïde-Françoise-Julie Leduc (1774-1819) ; les adresses du peintre à Paris ; les biographies sommaires de ses relations dans le monde du théâtre ; une anthologie de textes critiques ; des documents administratifs divers (actes de mariage, actes de baptême, testament, inventaire après décès…) et les quelques lettres conservées de la correspondance de Boilly.

Entretien avec Étienne Bréton, réalisé le 21 avril 2022 à la bibliothèque Marmottan

Étienne Bréton, à la bibliothèque Marmottan, le 21 avril 2022 Photographie : Brice Ameille

Brice Ameille. Alors que le musée Cognacq-Jay propose sur l’artiste une très belle exposition dont vous assurez avec Pascal Zuber le commissariat scientifique, pouvez-vous en quelques mots nous brosser le portrait de Louis-Léopold Boilly ? Qui était-il ? Quel était son milieu ?

Étienne Bréton. Louis-Léopold Boilly est né en 1761 à La Bassée, près de Lille, dans une famille de la petite-bourgeoisie. Son père est menuisier et lui enseigne vraisemblablement les rudiments du dessin car on ne lui connaît pas de cursus dans les beaux-arts. On sait simplement qu’il a peint deux tableaux très jeune, à 11 ans et 13 ans, détruits lors de la première Guerre mondiale. Il part très tôt vivre à Douai puis à Arras, où il est dit « peintre de portraits ». Il en réalise en effet quelques centaines entre 18 et 20 ans. À ce moment, il est déjà lié au monde du spectacle, notamment au peintre décorateur Jean-Baptiste Lecrosnier, qui facilite son installation à Paris en 1785, à l’âge de 24 ans.

Louis-Léopold Boilly, L’Oiseau privé, 1789-1793, huile sur toile, musée du Louvre
© 2007 RMN-Grand Palais (musée du Louvre) / Franck Raux
permalien : https://collections.louvre.fr/ark:/53355/cl010059622

B. A. Peu après, la Terreur va marquer un tournant dans sa carrière.

É. B. On peut même dire de Boilly qu’il a deux carrières : avant la Terreur, et après. Lors de la première, il peint avec succès des scènes de genre, souvent des scènes galantes ou licencieuses, comme par exemple L’Oiseau privé (v. 1789-1793, Louvre), Je t’en ratisse (1791, Moscou, musée Pouchkine), Prends ce biscuit (v. 1793, collection particulière) ou encore La Moquerie (v. 1789-1793, Hartford, Wadsworth Atheneum Museum). Mais lors de la Terreur, il se voit soudain menacé et, pour prouver qu’il n’est pas favorable à l’Ancien Régime, il réalise l’esquisse dessinée du Triomphe de Marat (1794, Versailles, musée Lambinet). Grâce à cette œuvre où il se représente en-dessous du révolutionnaire, Boilly parvient à traverser sans dommages cette fin de siècle particulièrement agitée.

B. A. Commence alors sa seconde carrière.

É. B. Oui, et Pascal Zuber et moi-même avons voulu profiter de ce catalogue raisonné pour rappeler combien elle est importante. Boilly a travaillé soixante ans à Paris, jusqu’à sa mort en 1845 (et il a très peu voyagé : en Hollande et peut-être en Suisse et en Italie). Il a un amour immense pour la capitale et ses habitants, et l’on peut dire qu’il s’en fait à travers sa peinture, sinon l’ethnologue, du moins le chroniqueur et le journaliste. Il est aussi proche de ses confrères, comme l’atteste l’un de ses chefs-d’œuvre, L’Atelier d’Isabey (1798, Louvre), qui réunit une trentaine d’artistes – toute une génération de peintres, graveurs, sculpteurs, musiciens – dans un espace dont on a supposé qu’il était des architectes Percier et Fontaine, mais qui est en fait imaginaire.

B. A. Ses fils eux-mêmes étaient d’ailleurs artistes…

É. B. Tout à fait. Plus exactement, les fils de son deuxième mariage. Sa première épouse, Marie-Magdeleine-Josephe Deslignes, lui donne cinq enfants (les deux derniers décèdent en bas-âge). Après sa mort en 1795, Boilly se remarie aussitôt avec une femme issue de la grande bourgeoisie parisienne – il jouit déjà d’une certaine notoriété –, Adelaïde-Françoise-Julie Leduc, cousine germaine du dramaturge Vincent Arnault. Contrairement aux trois fils de son premier lit, les trois nouveaux qui lui naissent deviendront deux peintres et l’autre musicien. L’aîné Jules (1796-1874), son préféré, apprend le métier à ses côtés, avant de fréquenter l’atelier du baron Gros. Boilly est alors très bien intégré au milieu artistique, et particulièrement au réseau de graveurs qui le sollicitent beaucoup. Il continue par ailleurs d’être lié au monde du théâtre et son meilleur ami, le chanteur de l’Opéra-Comique Simon Chenard, possède nombre de ses œuvres.

Louis-Léopold Boilly, Portrait du chanteur Simon Chenard en costume de sans-culotte, porte-drapeau lors de la fête en l’honneur de la liberté de la Savoie, le 14 octobre 1792,
v. 1792, huile sur toile, 33,5 x 25,4 cm, musée Carnavalet, CC0 Paris Musées – musée Carnavalet

B. A. Comme l’indique le titre de votre ouvrage, Boilly fut « le peintre de la société parisienne de Louis XVI à Louis-Philippe ». Il a donc connu pas moins de cinq monarques et trois régimes politiques différents. Comment s’en est-il sorti, si je puis dire ? On a vu qu’il avait su composer avec le contexte compliqué de la Terreur en composant Le Triomphe de Marat. Mais ensuite ?

É. B. Boilly ne fut probablement ni royaliste, ni révolutionnaire. Il est d’ailleurs toujours resté en marge de la politique. Plusieurs tableaux des années 1814-1815 montrent ainsi que, dans ce moment charnière de grande incertitude, il ménage aussi bien les soutiens de Napoléon que les partisans de la restauration monarchique. Après la chute de l’Empire, et même s’il compte parmi ses clients le duc de Berry, il se positionne plus franchement en tant que libéral, comme le montre L’Intérieur d’un café (v. 1824, Chantilly, musée Condé), où une partie de dames oppose les jeunes libéraux aux vieux ultras. La toile est d’ailleurs acquise au Salon de 1824 par le duc d’Orléans, futur Louis-Philippe.
Toutefois, la prudence reste sa règle de conduite. Ainsi, vers 1808-1810, il réalise deux petits portraits, connus aujourd’hui sous le nom de Jean qui rit et Jean qui pleure (tous deux en collection particulière). Dans le premier, il se peint lui-même, l’air rieur et pointant du doigt… la figure du deuxième, qui n’est autre que son père, représenté en larmes et les mains jointes. Or en 1819, une graveuse, une certaine Caroline Hulot, réutilise ces compositions en les intitulant cette fois « Le Libéral » et « L’Ultra ». Cela s’est-il fait à son insu ou avec son accord ? On l’ignore mais ce qui est sûr, c’est que Boilly n’apprécia pas cette réutilisation politique de son œuvre et intenta un procès à Hulot, qu’il gagna.
Pour résumer, je dirais donc que Boilly est un libéral mais pas engagé, ce qui lui a permis de ne jamais être inquiété ni contrarié dans sa carrière.

B. A. On identifie généralement Boilly à un prolifique portraitiste. Quelle place tient le genre du portrait dans l’ensemble de son œuvre ? Et en quoi Boilly s’y distingue-t-il ?

É. B. Pour avoir des revenus réguliers, un artiste à l’époque a deux moyens : les estampes d’après ses compositions (gravures puis lithographies) et les portraits. Avant 1800, Boilly a déjà réalisé un certain nombre de portraits mais pas beaucoup, en tout cas au regard de sa production à venir. Au tournant du siècle, il se demande certainement comment subvenir aux besoins de sa famille nombreuse (pas moins de six enfants). Le portrait est alors très à la mode, très prisé par la nouvelle bourgeoisie parisienne toujours plus nombreuse. Les commandes affluent. Les plus grands artistes, Gros, Gérard, Girodet, en réalisent. Dès lors comment se distinguer des autres ? Au Salon de 1800, il a l’idée de préciser dans le livret – que chaque visiteur consulte pour connaître les détails des œuvres qui sont exposées : « deux portraits peints en une séance de deux heures ». En matière de publicité, c’est un coup de maître qui lui procure aussitôt une clientèle nombreuse. L’autre spécificité du Boilly portraitiste est que tous ses portraits observent le même cadrage, en buste, et le même format : 21 x 16 cm. Le cadre, également, est toujours identique, y compris sous la Restauration qui voit pourtant le goût évoluer. Pendant quelque quarante ans, Boilly peint des portraits. On en a retrouvé aujourd’hui mille (environ huit cent quatre-vingt au moment où le catalogue a été imprimé). En 1829, Boilly déclare qu’il a peint quatre mille cinq cents portraits, et quelques années plus tard, cinq mille. On sait qu’il les vendait cent francs pièce, soit à peu près mille euros aujourd’hui.

Louis-Léopold Boilly, Distribution de vin et de comestibles aux Champs-Élysées, à l’occasion de la fête du roi, 1822, huile sur toile, 97 x 129 cm, musée Carnavalet, CC0 Paris Musées – musée Carnavalet

B. A. À la lecture de votre ouvrage, on se rend compte que le « spectaculaire », au sens propre, a également beaucoup intéressé Boilly, à commencer par ses tableaux de foule qui fourmillent de détails.

É. B. Boilly aime effectivement montrer la vie parisienne dans son agitation et son effervescence. La peinture des foules, avec toutes les physionomies et les expressions possibles, le passionne. Cela correspond à son caractère, à sa personnalité. Il propose de ces scènes une vision amusée, parfois moqueuse, mais jamais sarcastique. La bienveillance à l’égard d’autrui le caractérise et vous ne trouverez pas la moindre méchanceté dans son œuvre, où toutes les classes sociales ont droit de cité et se respectent malgré leurs différences. Il représente le mouvement, l’excitation, la réaction à un événement, comme dans Distribution de vin et de comestibles aux Champs-Élysées (1822, musée Carnavalet), L’Entrée du théâtre de l’Ambigu-Comique, à une représentation gratis (1819, Louvre), ou, juste après la Terreur, La Queue au lait (une composition qu’il décline en plusieurs dessins). À chaque fois, on a un ensemble important de figures, des hommes, des femmes, des enfants, les uns contre les autres, qui se grimpent parfois dessus de manière assez étonnante. Bien que complexes à mettre en place (elles ne sont pas croquées sur le vif), ces compositions sont extrêmement bien réalisées et témoignent d’un savoir-faire remarquable.

B. A. La dimension « spectaculaire » de l’art de Boilly s’exprime aussi par le trompe-l’œil…

É. B. Et son rôle dans l’histoire de ce genre n’est pas anodin ! Si Boilly a déjà réalisé quelques « trompe-l’œil » dans les années 1780 (par exemple Trompe-l’œil : Divers objets, v. 1785-1788, Williamstown, The Clark Art Institute), c’est au Salon de 1800 – encore lui – qu’il se fait remarquer dans cette technique. Cette année-là, il expose une accumulation de feuilles et d’estampes protégées par un verre en partie cassé. C’est du moins ce que pensent les visiteurs, complètement trompés par l’illusion du tableau, il est vrai présenté, pour favoriser la confusion, dans la section « dessin » et non « peinture ». Mais il s’agit en réalité d’Un trompe-l’œil (collection David Lachenmann), ainsi que l’énonce le livret du Salon. Or il nous est apparu, au cours de nos investigations, que l’on tenait peut-être là la toute première occurrence du mot. Boilly n’invente évidemment pas le genre du trompe-l’œil mais il paraît être l’auteur du terme. Au XVIIIe siècle (Chardin, Vallayer-Coster…), on parlait de « tableau à l’imitation de… » et dans le Dictionnaire de l’Académie française précédant la Révolution, le mot « trompe-l’œil » ne se trouve pas. En revanche, dans le suivant, celui de 1835, il apparaît et les auteurs du dictionnaires donnent en référence une publication de 1800… qui commente le tableau de Boilly exposé au Salon en précisant qu’il a inventé le terme. Si on ne peut être certain que la paternité lui en revient, ce qui paraît sûr, en revanche, c’est que c’est lui qui a promu et popularisé l’expression, laquelle fit florès puisqu’on la retrouve en anglais, en italien ou en allemand.

Louis-Léopold Boilly, Trompe-l’œil, 1775/1825, huile sur toile, 52 x 62 cm, musée du Louvre, © 2005 RMN-Grand Palais (musée du Louvre) / Gérard Blot
permalien : https://collections.louvre.fr/ark:/53355/cl010067334

B. A. Son tableau remporta donc un grand succès…

É. B. Le succès populaire est immense au point qu’on est obligé de mettre des barrières devant l’œuvre pour éviter que les visiteurs ne la touchent. Mais la critique, elle, est beaucoup moins favorable à l’artiste puisqu’elle estime que le trompe-l’œil n’est pas un genre digne du Salon. Ses commentaires se font tellement violents que Boilly finit par retirer sa toile (et la remplace par une autre représentant un âne et intitulée Critiques, voilà vos censeurs !, aujourd’hui disparue). Mais peu importe, finalement : avec le Salon de 1800, il est apparu aux yeux de tous comme un admirable portraitiste et un non moins talentueux illusionniste. Sa fortune est assurée.

B. A. Une fortune d’ailleurs consolidée par la reproduction de ses œuvres.

É. B. Oui. L’estampe a joué un grand rôle dans le succès et la diffusion des œuvres de Boilly. Les graveurs le sollicitent beaucoup – il n’a pas de graveurs exclusifs, mais travaille au contraire avec une vingtaine, voire une trentaine d’entre eux. Dans cette première moitié du XIXe siècle, la population parisienne double et la gravure est un bon moyen de décorer les appartements : chaque foyer souhaite donc en acquérir et le marché est florissant.

B. A. Boilly lui-même s’adonne à la lithographie.

É. B. En effet, et ce dès 1802, ce qui fait de lui le premier artiste à réaliser une lithographie en France ! Il représente alors le graveur Johann Theodor Susemihl. Mais après cet essai, sans que l’on sache pourquoi – est-ce en raison des tensions existant entre la corporation des graveurs et les imprimeurs qui éditaient les lithographies ? –, il n’en réalise plus aucune jusqu’en 1823. À cette date, il s’y remet et en produit plusieurs, dont ses fameuses Grimaces.

Louis-Léopold Boilly, La Dernière Dent, 1827, lithographie, 28 x 21,5 cm, musée Carnavalet, CC0 Paris Musées – musée Carnavalet

B. A. Puisque votre ouvrage a été récompensé par le prix Paul-Marmottan, j’en profite pour vous poser une petite question sur le mécène. Grand amateur et collectionneur de Boilly, Marmottan rédigea même une étude sur lui. Est-ce un écrit important ?

É. B. Paul Marmottan est l’un des pionniers de la redécouverte de Boilly. La première tentative de catalogue raisonné est toutefois l’œuvre d’Henry Harrisse, qui publie en 1898 un essai intitulé L.-L. Boilly, peintre, dessinateur et lithographe. Sa vie et son œuvre (1761-1845). Malgré des moyens limités, le travail accompli est considérable et l’ouvrage rend célèbre Boilly. Plusieurs de ses tableaux entrent alors dans les collections publiques nationales. L’Arrivée d’une diligence dans la cour des Messageries, rue Notre-Dame-des-Victoires, à Paris (1803) est ainsi la première peinture acquise par l’État pour le compte du Louvre. Paul Marmottan, quant à lui, a dû commencer ses recherches à peu près au moment où Harrisse rédige son ouvrage, à la fin du XIXe siècle, donc. Mais ce n’est qu’en 1913 que paraît son livre, Le Peintre Louis Boilly (1761-1845). Lui aussi propose une ébauche de catalogue raisonné, mais ce n’est clairement pas l’aspect qui l’intéresse le plus. En revanche, il livre beaucoup d’informations, sans qu’on sache d’ailleurs d’où il les tient pour certaines. Son texte est très plaisant à lire et rend Boilly vivant et sympathique.

B. A. Vous dites, au terme de votre monographie, que « le catalogue raisonné de Boilly est une histoire sans fin » et que vos trente années de recherches ne marquent « certainement pas » l’achèvement de l’étude de la vie et de l’œuvre de l’artiste. Depuis la publication de votre ouvrage avez-vous vu surgir de nouvelles toiles ou de nouvelles pièces à verser au dossier ? Demeure-t-il encore des zones d’ombre à explorer ?

É. B. On continue effectivement de découvrir des portraits presque chaque semaine et jusqu’au dernier jour de cette grande entreprise éditoriale qu’est la rédaction d’un catalogue raisonné, nous avons eu des entrées à ajouter. Par ailleurs, il y a des œuvres qu’on connaît, par la description ou la photographie, mais dont on a perdu la trace. Il demeure toujours un espoir de les retrouver un jour. Parmi les zones d’ombre, il y a sa formation qui, comme je l’ai dit, nous reste inconnue. De même, le Boilly d’avant Paris reste encore à explorer. Si l’on pouvait mettre la main sur son livre de comptes, ce serait formidable et d’une richesse incroyable – même s’il s’avèrerait sans doute difficile à exploiter en raison des titres généralement imprécis. Je pense aussi aux rapports de Boilly avec ses graveurs et ses imprimeurs ou à la réutilisation de ses images dans les toiles de Jouy, les assiettes imprimées (de son vivant comme après)… Enfin, même si Carole Blumenfeld a déjà commencé à étudier le sujet puisqu’elle a écrit un essai à ce propos dans la monographie, il serait intéressant de mieux cerner le profil des clients de Boilly.

Caroline Hulot, Le Libéral, 1819, gravure à l’eau-forte et au burin, 19,9 x 15,8 cm, Bibliothèque nationale de France, source : gallica.bnf.fr / BnF

Crédit de l’image d’en-tête : © Illustria

Sur les acquisitions

Toute bibliothèque, a fortiori patrimoniale, ayant vocation à conserver mais aussi à enrichir ses collections, nous présenterons régulièrement – en septembre, janvier et mai – les ouvrages dernièrement acquis, qu’ils le soient à titre onéreux ou à titre gracieux.

Les titres seront classés par champs d’étude et par thèmes. Comme vous pourrez le constater, outre le domaine strictement historique, un nombre important d’entre eux concerneront l’histoire de l’art. En effet, fidèle à l’esprit de son fondateur Paul Marmottan, grand amateur d’art et lui-même auteur d’ouvrages sur le sujet, et en continuité avec la politique d’acquisition initiée par son ancien directeur Bruno Foucart, la nouvelle équipe souhaite poursuivre dans cette voie et faire de la bibliothèque un véritable centre de recherche sur l’histoire des arts de toute la première moitié du XIXe siècle.

Bibliothèque et villa Marmottan

Ce carnet a vocation à présenter l’actualité et la spécificité de la bibliothèque et villa Marmottan, consacrée à l’étude de l’histoire et des arts de la période napoléonienne.
On y trouvera une veille attentive de l’actualité du Premier Empire, des informations précieuses sur les pensionnaires en résidence et leurs travaux respectifs, ainsi que les détails de la programmation culturelle et scientifique de la bibliothèque.
Expositions, rencontres, conférences et spectacles y seront donc annoncés, introduits et contextualisés. Le travail des pensionnaires – chercheurs en sciences humaines comme artistes – y sera valorisé par le biais d’articles, d’entretiens et de photographies ou vidéos.
Des entretiens et des présentations d’ouvrages – ceux sur la période napoléonienne ou bien ceux récompensés par le prix Paul-Marmottan – seront par ailleurs régulièrement publiés.
Enfin, des supports pédagogiques concernant le Premier Empire seront mis à la disposition des professeurs et de leurs élèves.

Le carnet entend s’adresser à un public large et divers : non aux seuls amateurs du Premier Empire, mais à tous ceux qui suivent de près ou de loin la bibliothèque et villa Marmottan et qui souhaitent être tenus au courant de sa programmation culturelle, de ses actions à l’égard des scolaires ou encore des expositions d’art contemporain qui y seront organisées.