La figure de Napoléon dans la littérature de jeunesse (3/4)

Dossier pédagogique

Dans la dernière décennie du siècle, le journaliste et écrivain Jules de Marthold (pseudonyme de Jules-Adolphe Dufour, 1847-1927) et l’illustrateur Job (pseudonyme de Jacques Onfroy de Bréville, 1858-1931) s’associent pour composer les livres de jeunesse les plus fameux sur Napoléon. Leur collaboration commence en 1890 avec l’Histoire d’un bonnet à poil, dont la première page ne laisse guère de doute sur le public visé :

« Par un matin d’été de l’année 1784, deux ours se promenaient en Laponie russe, sur les bords du lac Enots. À cette époque, Catherine II donnait des lois à l’Empire moscovite et Louis XVI essayait de régner sur la nation française. Mais ces questions dynastiques et gouvernementales semblaient étrangères aux deux flâneurs poilus.
– Humph ! humph ! grognait l’un.
– Humph ! humph ! répondait l’autre.
Ce qui veut dire, pour quiconque connaît la langue ourse :
– Qu’il fait chaud ! et que notre fourrure est gênante par cette température. »

L’un des deux ours se fait tuer par un chasseur lapon et sa peau est utilisée pour confectionner un bonnet à poil de grenadier – bonnet qui finit, bien des années après, en 1800, par échoir à un « jeune rural [de Haute-Normandie], nommé Nicolas Ridel », dont le livre narre les aventures.

Jules Marthold, Histoire d’un bonnet à poil, avec des illustrations de Job, Paris, Librairie d’éducation de la jeunesse, 1890 (photographie : bibliothèque Marmottan)

Au même moment, Caran d’Ache, de son vrai nom Emmanuel Poiré (1858-1909), grand ami de Job, publie Nos soldats du siècle, un album dont les gravures en couleur illustrent les différentes armes et tenues des soldats de l’armée française en consacrant une très large part à l’épopée napoléonienne.

Caran d’Ache, Nos soldats du siècle, Paris, E. Plon, Nourrit et Cie, 1890
(photographie : bibliothèque Marmottan)

En 1893, Marthold et Job travaillent à nouveau ensemble pour réaliser Le Grand Napoléon des petits enfants. Cette fois, c’est l’illustrateur qui joue le premier rôle, le livre étant en fait un album constitué d’illustrations pleine page et d’un texte réduit à l’état de légende. Le ton est clairement hagiographique : Napoléon y apparaît génial et bon, et à la dernière image, il connaît une véritable apothéose, sa dépouille s’élevant dans le ciel comme le Christ lors de l’Ascension.

Jules Marthold et Job, Le Grand Napoléon des petits enfants, Paris, E. Plon, Nourrit et Cie, 1893 (source : gallica.bnf.fr / BnF)

Après avoir réalisé les dessins pour Le Page de Napoléon d’Eudoxie Dupuis en 1896, Job s’associe ensuite à Georges Montorgueil, de son vrai nom Octave Lebesgue (1857-1933), et illustre La Cantinière France, son histoire (1898), dont le texte est autrement plus développé. Le ton est moins hagiographique et la perspective plus proche de celle adoptée par Erckmann-Chatrian dans la mesure où la cantinière*, allégorie de la patrie française, permet la narration d’une histoire qui est moins celle des grands hommes que celle vue et vécues par les petites gens.

Georges Montorgueil et Job, La Cantinière France, son histoire, Charavay, Mantoux, Martin, 1898 (source : gallica.bnf.fr /BnF)

Elle s’enquit de savoir qui était cet homme. On lui apprit, à grand’peine, que c’était un officier en demi-solde, demeurant […] dans une modeste chambre d’hôtel […] qu’il était Corse et se nommait Buonaparte.
Elle s’en alla, rêveuse, où l’appelait sa destinée.
– Celui-là, dit-il à la cantinière, regarde-le bien : ce sera le vainqueur du monde. C’est un Corse qui se nomme Buonaparte. Il a pris Toulon aux Anglais et il revient des Alpes, ombragé de lauriers magnifiques.
[…]
– Où qu’il aille, pensa-t-elle, troublée et rougissante, j’irai. Le vainqueur du monde est déjà mon vainqueur. […] Ce serait Bonaparte qu’elle suivrait. Elle s’attacherait à ses pas dans la bonne comme dans la mauvaise fortune, tout entière et pour longtemps vouée à ce capitaine audacieux.
Sait-il tout le prix de l’attachement que la France a pour lui ? L’aime-t-il plus que lui-même ? Son génie ne sera-t-il que le serviteur fidèle de la gloire de la nation ? Par l’encens du triomphe enivré, n’oubliera-t-il jamais qu’il n’est armé de l’épée dominatrice que pour assurer l’avenir de la patrie, – symbolisée, à cette heure, dans cette vivandière qui, à la tête des bataillons, arbore si crânement les trois couleurs de la cocarde ?

« Et moi ? lui demande la cantinière – symbole de la France armée, – quel rôle aurai-je en tout cela ? » – « Ne t’inquiète pas, lui répondit-il, je suis en scène pour toi ; j’y fais, je crois, assez bonne figure pour que tu n’aies pas à t’en plaindre. Je veux être empereur, je veux porter la couronne d’Occident. Le pape Pie VII viendra lui-même me sacrer. […] Éblouie, toute à cet homme, contre la gloire troquant la Liberté, elle ne répondit que par un mot, qu’elle avait pensé à jamais banni de son langage : « Sire. »

Au centre de ce carré, derrière ces bonnets à poil, à l’ombre des aigles qui rallient les défenseurs décimés, reconnaissez-vous la femme qui s’y tient crispée et la flamme aux yeux, blessée aussi ? C’est notre cantinière, c’est-à-dire la France aimée de la Révolution et de l’Empire, celle au nom de qui a été livrée au monde ce duel géant dont Waterloo est la dernière passe. […] La vivandière, image aimée de la Patrie, tenait, angoissée, dans ses bras, un de ces drapeaux si labourés par les balles, qu’il n’en restait plus guère que l’aigle au sommet de la hampe. […]
Le 8 juillet 1815, le canon tonne […] Louis XVIII rentre en sa bonne ville de Paris. Son carrosse le dépose mollement aux portes de l’ancien palais des rois aussitôt pavoisé de blanc. Et la foule, dans le jardin, danse en rond.
Quoique redevenue une pacifique petite personne, peu différente de ce qu’elle était en l’an 1789, l’ancienne vivandière se refuse à danser […] De belles dames […] et de beaux messieurs qui ont gagné infiniment d’écus en spéculant sur les malheurs publics, lui disent :
– Voici revenus les lys de France, et les soirées et les fêtes. Veux-tu donc garder cet air grave et soucieux ? À quoi penses-tu, si morose […] ?
– Je pense, dit-elle, aux heures tragiques et glorieuses. Je pense aux rêves que j’ai vécus. Je revois le chemin que je parcourais, d’abord sous les drapeaux de la liberté ; plus tard sur les pas de ce rude laboureur ouvrant, du fer de son épée, le sillon dans lequel, à son insu, sa main semait des germes de régénération. […] Je songe aux revers, conséquence d’un orgueilleux délire et qui furent si féconds en d’inutiles lauriers. […]
Et je rêve […] à quelque porte triomphale, là-bas, vers le couchant, sous laquelle, ailées et gigantesques […] passeront sans cesse et repasseront les Victoires et les Défaites, plus sublimes encore que les Victoires !

Illustrateur prolifique d’ouvrages historiques, Job marque une préférence très nette pour la figure de Napoléon. Poursuivant son compagnonnage avec Montorgueil, il publie, après un Murat en 1903, un Bonaparte (1910) et un Napoléon (1921), qui deviennent tous deux des références de la littérature de jeunesse, tout en s’intéressant, à la suite de la « Cantinière », à des anonymes de la grande histoire avec les personnages du « Brigadier », du « Grognard » ou encore du « Trompette ».

Georges Montorgueil et Job, Bonaparte, Paris, Boivin, 1910
(source : gallica.bnf.fr / BnF)

Napoléon est un petit garçon comme tous les autres, dont il partage les jeux sur la place et dans les rues […] mais, plus que les autres, querelleur, entêté, lutin, battant celui-ci, égratignant celui-là, redoutable à tous, et de tous le plus intrépide.

« Aujourd’hui, 23 avril 1779, Napoléon de Buonaparte, entré à l’École royale militaire de Brienne-le-Château, à l’âge de neuf ans, huit mois et cinq jours. »
Ses camarades sont des cadets de famille, de petits seigneurs. Il sent un peu trop vivement, au premier abord, cette distance ; sa fierté lui dicte une attitude qui semble hautaine et dédaigneuse. Il se tient à l’écart, méditatif et taciturne. […] Mais ses méditations sont fécondes. Il est studieux ; son goût le porte vers les mathématiques ; il y est devenu très vite d’une habileté remarquable. Par exemple, il est resté brouillé avec la grammaire, il ne mord guère au latin, mais l’histoire et la géographie le passionnent. Ses récréations sont consacrées au travail. Il lui arrive de rester souvent, le soir, dans la salle d’études, le dernier, et d’y prolonger, à l’insu de ses maîtres, ses veillées laborieuses […].

Le soir, ses fonctions [de général en chef de l’armée] l’obligeaient à fréquenter les salons […] Il dîne chez l’un ou l’autre des Directeurs [du Directoire, le nouveau régime politique qui succède à la Convention] […] Au vingt-et-un et à la bouillotte [jeux de cartes], il préfère le cercle des dames que la beauté de Mme Tallien préside. La jeunesse énigmatique de ses vingt-sept ans, parés du prestige du succès, lui ménage près d’elles un accueil souriant.
Parmi les femmes de ce cercle, une surtout le frappe par sa grâce nonchalante de créole, la caresse de ses grands yeux bleus gris aux longs cils, et son esprit bienveillant et primesautier. Née à la Martinique, mariée en France, elle est veuve d’un général que la Révolution a guillotiné. Elle est restée seule avec son fils nommé Eugène et sa fille nommée Hortense. Elle s’appelle Joséphine de Beauharnais. Il s’éprend d’elle, qui l’avait distingué sans s’attendre à une riposte aussi prompte d’un sentiment aussi vif. Il est l’homme des résolutions rapides.

Huit jours avant le couronnement [en tant qu’empereur], à Fontainebleau, il voulut se rendre un compte exact de la cérémonie, en être en quelque sorte, le spectateur. Il demanda à Isabey de faire dérouler cette pompe devant lui. L’artiste, pressé par le temps, eut une idée très drôle : il acheta chez des marchands de jouets tout ce qu’il put trouver de petites poupées ; il les habilla en papier, dans les costumes qu’il avait dessinés pour la cérémonie […]. Sur une grande table, il disposa un plan de la cathédrale et y plaça ses bonshommes, comme le cérémonial l’avait prévu. Cette ingénieuse mise en scène ravit à ce point l’Empereur qu’il fit appeler sur-le-champ ceux de sa maison qui devaient y participer.

Georges Montorgueil et Jobn Napoléon, Paris, Boivin, 1910
(source : gallica.bnf.fr)

On l’a accusé d’insensibilité : au vrai, il était économe du sang dont il semblait prodigue ; il en savait le prix. […] « Un homme qui n’a pas de considération pour les besoins des soldats, disait-il, ne devrait jamais les commander. »
Après l’action, dont sa présence est toujours le foyer, il s’attarde au milieu de ses troupes ; il parcourt la terre ravagée ; il s’approche des blessés, il leur apporte sa parole qui leur est un cordial.
À Elchingen, […] l’Empereur […], selon sa coutume, visite le champ de bataille. Il reconnaît un grenadier de l’armée d’Égypte, couché sur le dos, le visage exposé à la pluie qui tombe à torrents. […] Napoléon s’arrête, se dépouille de son manteau, le lui jette, en lui disant : « Rapporte-le-moi, et je te donnerai en échange la croix et la pension que tu mérites. »
Non, ces mots, ces traits ne sont pas des légendes. Ils nous ont été rapportés par des témoins ; ils foisonnent dans l’épopée. On ne mesure bien que dans ces raccourcis épisodiques les qualités portées à un degré inimaginable et inégalé du plus prodigieux des entraîneurs d’hommes.

À Eylau […] Murat exécuta […] une de ces charges d’une audace inouïe, qui ont immortalisé sa manière. Elle permit à Davout de déboucher sur le plateau et de déborder les Russes […]. Trois cents bouches à feu, pendant douze heures, avaient répandu la mort sur des bataillons qui ne s’abritaient point, car la guerre se faisait en panache. Le champ de bataille était comme un vaste cimetière, avec ces cadavres étendus par milliers, que la neige avait ensevelis. Quelle discipline que celle de ces armées impériales, quelle soumission au maître, à la volonté de fer qui les asservissait à l’œuvre mystérieuse de son destin !
Lorsque, le lendemain, l’Empereur arriva sur le terrain qu’occupait le 14e régiment de ligne
Lorsque, le lendemain, l’Empereur arriva sur le terrain qu’occupait le 14e régiment de ligne, il fut frappé par l’amoncellement des cadavres. La mort n’avait rien dérangé de l’ordre où s’était défendu ce glorieux régiment : chacun y gardait, couché par la mitraille, la place que, vivant, il occupait. Autour de ces braves, teintée de leur sang, la neige était de pourpre. […] « Ils sont rangés comme des moutons », lui dit le maréchal Bessières. – « Comme des lions ! » rectifia avec vivacité l’Empereur, qui se découvrit, et, lentement salua.

La naissance de son fils était encore une faveur suprême de la destinée envers l’être prodigieux à qui, depuis quatorze ans, tout avait réussi. Mais tant de bonheur chez un mortel, n’est-ce pas une exception de la Providence ? Et, en admettant qu’elle ne se lassât pas envers lui, continuerait-elle à un autre de telles faveurs ? […] « L’avenir est à moi ! » dit l’Empereur, penché sur un berceau. Son fils est son espoir, son orgueil et sa joie. Il l’aime en souverain, il l’aime en père. […]
Mais quel nom est le sien dont le peuple perçoit mal la signification ? Pourquoi l’appelle-t-on le roi de Rome ? Quel vocable étrange pour des oreilles françaises. On explique que c’est en souvenir de ce qu’à la suite de son alliance avec la papauté, Charlemagne était qualifié d’Empereur des Romains […]. C’était souligner que Napoléon prenait Charlemagne pour modèle, et comme lui, voulait, sous son sceptre, reconstituer l’Empire d’Occident. […]
L’Empire n’avait pas besoin de ce titre présomptueux donné à l’héritier impérial, pour faire se réveiller chez les rois rivaux des inquiétudes, des colères et des rancunes qui n’étaient jamais pour longtemps assoupies.

Le mardi 15 décembre 1840, le cercueil amené de Sainte-Hélène, entrait aux Invalides. […] Il y repose aujourd’hui dans un sarcophage aux lignes simples, majestueuses et sévères, veillé par douze Victoires de marbre. Elles ne sont pas ses seules gardiennes. Invisibles, mais devinés, sentinelles mystérieuses, les vétérans de la Grande Armée, l’arme au bras, montent autour du cercueil une garde éternelle.

En 1908, Jules Chancel publie chez Delagrave, dans la collection « Les enfants à travers l’histoire », Le Moucheron de Bonaparte (1795-1805). Ce roman raconte l’histoire d’un jeune adolescent, Louis, dont le père tailleur a été tué lors de l’insurrection royaliste du 13 vendémiaire an IV (5 octobre 1795) par le général de brigade Bonaparte. D’abord ennemi juré du « grand homme », d’abord embauché comme laquais par Joséphine avant son mariage avec Napoléon, Louis finira par servir sous les ordres de celui-ci avec le plus grand dévouement et la plus vive admiration, saluant son maître, à la fin du récit, d’un vibrant « vive l’empereur ! ».

Jules Chancel, Le Moucheron de Bonaparte (1795-1805),
Paris, Delagrave, édition de 1924
(photographie : bibliothèque Marmottan)
« Regarde cet homme qui a tué ton père. »
« Je tendis la longue-vue à Bonaparte. »

Puis, venant se camper devant Louis, il lui demanda sur un ton tout différent :
« Pourquoi as-tu risqué ta vie pour moi, petit ?
– Je ne sais pas, répondit naïvement l’enfant.
– Ne m’as-tu pas dit, autrefois, que tu étais mon ennemi ?
– Oui, citoyen consul.
– Eh bien, alors ? »
Louis releva la tête, regarda bien en face le premier consul et lui dit :
« Je ne le suis plus. »

Bonaparte sourit, sa figure s’illumina […].

Quand elle [Nicole, l’amoureuse de Louis, devenue danseuse à l’Opéra] eut fini, ce fut un triomphe […]. Napoléon lui-même avait donné le signal des applaudissements, et de tous les côtés du théâtre on entendait répéter le nom de la Nicolini.
Louis, à la porte de la loge impériale, entendait avec émotion ces enthousiastes acclamations. Il se raidissait pour conserver l’impassibilité du soldat sous les armes.
Soudain la porte de la loge s’ouvrit, et Napoléon parut.
Le jeune soldat ne trouva qu’une façon d’exprimer les sentiments tumultueux qui l’agitaient, et d’une voix tonnante il cria au passage de son ancien ennemi :
« Vive l’empereur ! »
Napoléon reconnut l’ancien petit moucheron qui jadis s’obstinait à bourdonner autour de ses oreilles, et, satisfait de son enthousiasme, il lui dit :
« Sergent ! tu vas avoir bientôt l’occasion de gagner en Prusse tes épaulettes d’officier… Tu épouseras ensuite la Nicolini. »
Puis il passa, tandis que Louis, fou de joie, criait encore à tue-tête : « Vive l’empereur ! »

Juste avant la Première Guerre mondiale, reprenant le héros d’Émile Driant – qui publie en 1898, sous le pseudonyme du capitaine Driant, le premier volet de son cycle Histoire d’une famille de soldats –, Marc Janin écrit Un grognard de douze ans (1914). L’ouvrage, illustré par Louis Bombled, adopte un canevas similaire (qu’il partage d’ailleurs aussi avec Le Moucheron de Bonaparte) et narre les aventures de Jeannot-Tapin*, un jeune garçon plein de bravoure acquis à la cause de Napoléon. Accompagné de sa petite amie Riquette, de son chien Marengo et de son cheval Rivoli, il tient sa place dans les progrès de l’armée impériale et déjoue les pièges des kaiserlicks*.

Jean Tapin. Histoire d’une famille de soldats. 1ère période : 1792-1830
du Capitaine Danrit [Émile Driant], édition de 1920

En 1927 est réédité séparément un extrait du Médecin de campagne (1833) de Balzac – le troisième chapitre intitulé « Le Napoléon du peuple » – dans lequel Goguelat, un ancien fantassin de la Grande Armée, fait le récit de l’épopée napoléonienne. Le livre, illustré de gravures d’Épinal, est dédié « aux enfants des balzaciens et autres ».

Napoléon. Son histoire racontée par un vieux soldat dans une grange, précédés d’une vie de Balzac à l’usage de la jeunesse…, édition de 1927 (photographie : bibliothèque Marmottan)

Un livre « pour la jeunesse », voilà qui suffit à mettre la jeunesse en défiance. Nous ne lui donnerons pas tort. Trop souvent, hélas, les « grandes personnes » se font plus bêtes qu’elles ne le sont, sous prétexte de se mettre à portée des « petites personnes ».

[…] être jeune cela ne signifie pas du tout que l’on soit disposé à s’intéresser à n’importe quelle sornette, à aimer les histoires ridicules ou invraisemblables dont il semble que l’on remplisse à plaisir les livres destinés aux enfants.
Pour saisir parfaitement les goûts de la jeunesse, il faudrait être jeune, mais pour bien écrire il faut n’être plus jeune. Vous voyez combien il est difficile d’écrire pour vous.
Il y a cependant des gens, un ou deux par siècle, qui peuvent se permettre d’écrire d’une façon si simple et si profonde en même temps, si vivante et imagée, que certains de leurs livres peuvent être compris et aimés aussi bien des grandes personnes les plus savantes que de la jeunesse.
Pour réussir ce tour de force, il faut avoir du génie. Honoré de Balzac n’en manquait pas, tout le monde est bien d’accord sur ce point.
Plus tard vous lirez toutes les œuvres de cet écrivain qui est l’un des plus grands romanciers de France. En attendant, nous vous présentons la scène fameuse, extraite d’un de ses livres, Le Médecin de campagne, où un vieux soldat du Premier Empire raconte l’histoire de Napoléon, un soir à la veillée, dans une grange parfumée de la bonne odeur du foin coupé, au milieu d’un cercle de montagnards.
Nous sommes convaincus que ce récit vous intéressera vivement et que Goguelat, ce vieux grognard (comme on appelait les soldats de l’Empereur qui s’étaient battus comme des lions sur tous les champs de bataille, mais q
ui grognaient tout le temps), vous sera tout de suite sympathique. […]

Grâce au génie de Balzac, c’est la voix même du vieux soldat que vous entendrez. C’est bien ainsi que Goguelat devait raconter l’histoire du « Petit Caporal », dans ce langage image d’ancien soldat qui n’a pas été à l’école, mais qui a couru le monde avec les armées de Napoléon, de l’Égypte à Moscou, et qui a l’habitude de pérorer le soir, au bivouac autour du feu. […]
Quelqu’un de très savant, qui aime beaucoup Balzac, M. Bellesort, a dit un jour du récit que vous allez lire « qu’on y sent comme l’inspiration du génie chez un imagier d’Épinal ». Comprenez-vous bien ce que cela veut dire ?
Une image d’Épinal, c’était autrefois quelque chose d’aussi courant que les journaux que lisent vos parents. C’était le journal d’un sou qu’achetaient les personnes simples et les enfants, mais quel merveilleux journal ! […] Il était facile à lire, car il racontait le plus clair de ses histoires par une simple image coloriée que l’on pouvait comprendre en un clin d’œil. […]

Du temps de Napoléon, un petit imagier d’Épinal, Jean-Charles Pellerin (retenez ce nom), avait tellement répandu ses images que toutes les autres, même si elles étaient faites à Orléans, à Chartres ou ailleurs, prirent le nom d’Images d’Épinal.
Beaucoup de ces images racontaient l’histoire du grand Empereur, ses batailles, ses triomphes, son exil. Ceux qui ne savaient pas lire, et c’était alors à peu près tout le monde […], surtout dans les campagnes, apprenaient ainsi l’extraordinaire aventure de ses armées victorieuses à travers l’Europe.

La figure de Napoléon dans la littérature de jeunesse (2/4)

Dossier pédagogique

ET NAPOLÉON DANS TOUT ÇA ?

Controversée et même honnie par la Restauration de Louis XVIII et de Charles X, qui tenaient l’empereur pour un usurpateur, la figure de Napoléon ne pouvait émerger dans la littérature de jeunesse avant le régime de Louis-Philippe.

En 1838, Frédéric Soulié (1800-1847), écrivain, journaliste et l’un des grands feuilletonnistes de la monarchie de Juillet, publie La Lanterne magique, histoire de Napoléon racontée par deux soldats. L’ouvrage, « spécialement destiné à la jeunesse » – car il est « utile qu’[elle] s’instruise des grands événements du dix-neuvième siècle ; qu’elle apprenne à admirer et à vénérer les grands hommes auxquels la France a dû d’être la première des nations » –, « présente l’histoire de l’empire d’une manière pittoresque, et propre à saisir l’imagination ». Parce qu’elle se « prête essentiellement à l’illustration », l’éditeur n’a « rien épargné pour en reproduire par le dessin et la gravure les scènes les plus importantes » et a jugé bon d’« indiquer la série chronologique des faits qui peuvent mettre le lecteur à même d’apprécier Napoléon comme homme, comme législateur, et comme capitaine ». Et l’éditeur de conclure son Avertissement par cette phrase : « Dans toutes nos publications […], nous avons constamment un double but, l’instruction et l’amusement. »

Tout y est : l’édification de la jeunesse, la nécessaire adaptation du propos à son âge et l’importance des images.

Extraits de La Lanterne magique. Histoire de Napoléon racontée par deux soldats,
ornée de 50 vignettes avec des annotations par E. de la Bédollierre, Paris, Alphonse Henriot, 1838 (photographie : bibliothèque Marmottan)

En 1844 paraît une Histoire de Napoléon racontée aux enfants petits et grands. Le livre de Louis Lurine (1812-1860) s’inscrit dans le contexte d’une réhabilitation de la figure de l’empereur par Louis-Philippe, symbolisée par le « retour des Cendres » le 15 décembre 1840. C’est d’ailleurs cet événement qui ouvre le récit :

« Que se passait-il donc à Paris, le 15 décembre 1840 ? […] Vous savez, aussi bien que moi, la cause glorieuse de tout ce bruit, de cet appareil imposant, de cette fête patriotique : c’est un proscrit illustre qui touche la terre de France, c’est un soldat couronné qui sort de sa tombe, c’est un empereur qui revient dans cette patrie qu’il avait faite à son image ; c’est Napoléon Bonaparte qui reparaît parmi nous, pour reposer, selon ses vœux, sur les bords de la Seine, au milieu de ce peuple qu’il a tant aimé ! »

*****

À cette « grande journée toute française », le narrateur fait la connaissance d’« une excellente grand’mère, très-aimable et très-spirituelle, venue tout exprès à Paris pour assister aux funérailles de Napoléon ». Celle que le narrateur appelle la « bonne vieille », dont la « joie […] sembl[e] tenir du ravissement, de l’ivresse, de la folie », entreprend alors, à la demande de ses auditeurs, « bonnes gens, pauvres diables du peuple, enfants petits et grands », de raconter la geste napoléonienne, « s’écria[nt] avec la chanson, avec la poésie, avec la raison populaire [« Les Souvenirs du peuple » du chansonnier Béranger] :

On parlera de sa gloire
Sous le chaume, bien longtemps ;
L’humble toit, dans cinquante ans,
Ne connaîtra plus d’autre histoire.
Là, viendront les villageois
Dire alors à quelque vieille :
Par des récits d’autrefois,
Mère, abrégez notre veille ;
Bien, dit-on, qu’il nous ait nui,
Le peuple encor le révère,
Oui, le révère…

*****

« Les Souvenirs du peuple »

« La renommée la plus éclatante et la plus populaire du siècle, après celle de Napoléon ». Telle était, selon Pierre Larousse, la célébrité du poète et chansonnier Pierre-Jean Béranger (1780-1857). Opposant au régime de Charles X, celui-ci publia en 1828 « Les Souvenirs du peuple », une chanson à la gloire de l’empereur qui allait contribuer à nourrir la légende napoléonienne. Les insatisfaits de la Restauration se rappellent avec nostalgie et émotions les grandes heures de l’Empire et ses rêves d’égalité républicaine.

*****

Louis Lurine, Histoire de Napoléon racontée aux enfants petits et grands, Paris, G. Kugelmann, 1844
(photographie : bibliothèque Marmottan)

Le livre de Lurine participe, à la suite de la chanson de Béranger, à l’écriture de la légende napoléonienne et au culte du grand homme.

Et nous […] qui l’écoutions en silence, tout fiers et tout confus, nous nous empressions autour d’elle […] pour lui dire sans cesse du geste, du regard et du cœur :
– Parlez-nous de lui, grand’mère,
Parlez-nous de lui !
[…]
– Bonté du ciel ! s’écria la bonne vieille, il vous plaît d’entendre, de mes lèvres tremblantes, l’histoire entière, l’histoire immense, l’histoire merveilleuse de mon Empereur et de mon Dieu ?… Soit ; écoutez-moi donc !

Le changement de régime politique n’entraîne pas de bouleversement dans la postérité de Napoléon puisqu’au roi Louis-Philippe succède – après la brève parenthèse de la Deuxième République (1848-1852) – Louis-Napoléon Bonaparte, qui s’inscrit explicitement dans le sillage de son oncle en se faisant nommer Napoléon III et en instaurant le Second Empire.

Pour autant, l’heure n’est pas à la glorification sans nuance. En ce sens, l’œuvre d’Émile Erckmann et d’Alexandre Chatrian, républicains convaincus, est représentative de la nouvelle tendance. Ce duo (en réalité, Chatrian se contente de retoucher très légèrement le texte d’Erckmann), qui entend donner la parole au peuple, écrit notamment Histoire d’un conscrit de 1813, avant d’en donner une suite un an plus tard, avec Waterloo. Joseph Berta, protagoniste du premier récit, est un jeune artisan horloger forcé de faire la guerre : seulement, ce n’est plus la patrie républicaine qu’il s’agit de défendre, mais les menées impérialistes des nouveaux monarques, « responsables de la discrimination de classe et [venant] troubler le rythme logique de la vie du peuple : famille et travail »1.

Erckmann-Chatrian, Le Conscrit de 1813, édition de 1916 (photographie : bibliothèque Marmottan)

Ceux qui n’ont pas vu la gloire de l’Empereur Napoléon dans les années 1810, 1811 et 1812 ne sauront jamais à quel degré de puissance peut monter un homme.
Quand il traversait la Champagne, la Lorraine ou l’Alsace, les gens, au milieu de la moisson ou des vendanges, abandonnaient tout pour courir à sa rencontre ; il en arrivait de huit et dix lieues ; les femmes, les enfants, les vieillards se précipitaient sur sa route en levant les mains, et criant : Vive l’Empereur ! vive l’Empereur ! On aurait cru que c’était Dieu ; qu’il faisait respirer le monde, et que si par malheur il mourait, tout serait fini. Quelques anciens de la République qui hochaient la tête et se permettaient de dire, entre deux vins, que l’Empereur pouvait tomber, passaient pour des fous. Cela paraissait contre nature, et même on n’y pensait jamais.
Moi, j’étais en apprentissage, depuis 1804, chez le vieil horloger Melchior Goulden, à Phalsbourg. […]

De même, l’incipit* de Waterloo ne laisse guère de doute sur le tableau nuancé qui est brossé de l’épopée napoléonienne : « Je n’ai jamais rien vu d’aussi joyeux que le retour de Louis XVIII, en 1814. On avait eu tant de misères depuis des années, on était si las de toutes ces batailles, qu’on ne pensait plus qu’à vivre en paix, à tâcher d’acquérir un peu d’aisance et d’élever honnêtement sa famille. » Et la fin d’enfoncer le clou : « Le peuple commence à comprendre ses droits ; il sait que les guerres ne lui rapportent que des augmentations de contributions, et quand il dira : “Au lieu d’envoyer mes fils périr par milliers sous le sabre et le canon, je veux qu’on les instruise et qu’on en fasse des hommes !”, qui est-ce qui oserait vouloir le contraire, puisque aujourd’hui le peuple est le maître ? »

Erckmann-Chatrian, Waterloo, Paris, Hachette, Bibliothèque de la jeunesse, 1934 [1865]
(photographie : bibliothèque Marmottan)

Les manuels scolaires du début du XXe siècle, destinés à des enfants plus jeunes, délaissent ce point de vue d’un homme du peuple pour proposer, en des paragraphes très courts et concis, les principaux faits de la geste napoléonienne. Si les nuances ne peuvent se déployer dans ces textes, la critique n’est cependant pas totalement absente. Ainsi, la campagne de Russie est dite « désastreuse », les douloureuses épreuves des soldats ne sont pas oubliées, eux qui « périrent de froid et de misère », et la France qu’il laisse, après la défaite de Waterloo, est « affaiblie et mutilée ».

Pages consacrées au Premier Empire dans le manuel de Gauthier et Deschamps, Histoire de France par l’image. Enseignement maternel (194 gravures), Paris, Hachette, 1906
(photographie : bibliothèque Marmottan)
Page consacrée au Premier Empire dans le manuel d’Eugène Devinat et A. Toursel Histoire de France apprise par l’image et l’observation directe. Cours préparatoire, Paris, L. Martinet, [v. 1910].
(photographie : bibliothèque Marmottan)
Paul Bernard, Petite histoire de la France et de la civilisation française,
cours moyen et classe de septième, édition de 1937
(photographie : bibliothèque Marmottan)

  1. Giuliana Mannarelli, « Un projet de normalisation et d’intégration du peuple : les Romans nationaux et populaires d’Erckmann-Chatrian », Romantisme, 1986, n° 53, p. 87. []

La figure de Napoléon dans la littérature de jeunesse (1/4)

Dossier pédagogique

BRÈVE HISTOIRE DE LA LITTÉRATURE DE JEUNESSE

Apprendre en s’amusant

Si la thèse développée par Philippe Ariès dans son ouvrage L’Enfant et la vie familiale sous l’Ancien Régime (1960) a pu être partiellement contestée – l’auteur occultait tout « sentiment de l’enfance » au Moyen Âge, ne le voyant advenir qu’à partir du XVIIe siècle –, il est certain qu’en ce qui concerne la littérature pour enfants, ses enseignements se trouvent corroborés. En effet, le premier livre destiné aux enfants semble être l’Orbis sensualium pictus, paru à Nuremberg en 1658. Son auteur, le pédagogue tchèque Comenius, y mêle apprentissage des langues et connaissance des choses sous la forme d’une encyclopédie des objets du monde, représentés par une image puis nommés et décrits en latin et dans la langue maternelle du lecteur.

Pages de l’Orbis sensualium pictus (1658) de Comenius consacrées à la basse-cour avec
un texte bilingue latin-allemand
(source : gallica.bnf.fr / BnF)

Mais c’est sans aucun doute Les Aventures de Télémaque de l’abbé de Fénelon (1651-1715) qui inaugure véritablement la littérature de jeunesse grâce à une mise en intrigue ingénieuse et une langue française plus simple et plus claire1. Publié à l’insu de son auteur en 1699 (qui sait que sa critique implicite du règne de Louis XIV peut lui coûter cher), ce roman didactique à l’intention du jeune duc de Bourgogne (1682-1712) rencontre un succès immense dans toute l’Europe. Largement traduit, bénéficiant d’éditions illustrées tout au cours du XVIIIe siècle, il figurera même, sous formes d’extraits, dans les programmes scolaires français jusqu’en 1960 !

François de Fénelon, Les Aventures de Télémaque, édition de 1785 (impr. de Monsieur, Paris)
(source : gallica.bnf.fr / BnF)

*****

Les Aventures de Télémaque

C’est en tant que précepteur du duc de Bourgogne (1682-1712), petit-fils de Louis XIV, que Fénelon entreprend de rédiger Les Aventures de Télémaque au milieu des années 1690. Il imagine pour son élève la « suite » de l’Odyssée d’Homère en s’intéressant au personnage de Télémaque, parti à la recherche de son père Ulysse. Accompagné de son maître Mentor – en fait, Minerve, la déesse de la sagesse –, le jeune adolescent connaît une succession de pérégrinations et d’épreuves qui sont autant d’occasions de se confronter aux différents types de gouvernement, dont les mérites respectifs sont examinés. Destiné au dauphin*, qui mourra trop jeune pour être finalement roi de France, le roman didactique de Fénelon s’inscrit dans la tradition du miroir des princes*.

*****

Les écrits de John Locke (1632-1704) jouent un rôle très important dans le développement de la pensée pédagogique. En 1693, le philosophe anglais remarque dans Quelques pensées sur l’éducation : « c’est en vain et sans aucun intérêt que les enfants entendent parler des objets visibles s’ils n’en ont pas l’idée ». L’éducation doit donc être rendue plaisante par le jeu. De plus en plus, et particulièrement avec la bourgeoisie des Lumières*, l’enfance est considérée comme un âge à part, avec ses propres besoins et ses propres ressources qu’il convient de respecter.

Édition française de 1882 de Some Thoughts on Education (1693) de John Locke 
(source : gallica.bnf.fr / BnF)

Les premiers best-sellers

De nombreux traités d’éducation paraissent en France à partir du milieu du XVIIIe siècle, mais c’est sans conteste celui de Jean-Jacques Rousseau (1712-1778), Émile ou De l’éducation (1762) qui a le plus de retentissement. Pour éduquer le jeune Émile, Rousseau ne retient qu’un seul livre, Robinson Crusoé (1719). Le roman d’aventures écrit par Daniel Defoe (1660-1731) n’est pas seulement l’un des grands best-sellers de l’époque : il suscite aussi des adaptations et donne même lieu, au siècle suivant, à un nouveau genre, la « robinsonnade ». L’Allemand Joachim Heinrich Campe (1746-1818) est le premier à en proposer une réécriture à destination d’un public jeune avec Robinson der Jüngere (1779) : un père y raconte chaque soir à ses enfants les aventures de Robinson et tous en tirent des conclusions morales. L’ouvrage de Campe remporte lui-même un immense succès et est traduit dans toute l’Europe.

*****

Robinson Crusoé

Librement inspiré d’une histoire vraie, le roman de Daniel Defoe raconte, à la première personne, la survie sur une île déserte d’Amérique du Sud de Robinson Crusoé, unique rescapé du naufrage de son navire. Durant presque trente ans, d’abord seul puis en compagnie d’un autochtone qu’il baptise Vendredi (lequel a échappé aux cannibales voisins), l’ancien marin britannique apprend à se débrouiller par ses propres moyens et à vivre selon l’enseignement chrétien que lui dispense la Bible, son unique lecture.

*****

C’est toutefois en Grande-Bretagne qu’apparaissent les premiers écrivains pour enfants. À Londres, John Newbery (1713-1767) publie A Little Pretty Pocket Book (1744) et Mme Leprince de Beaumont, auteure de La Belle et la Bête, son Magasin des enfants (1756) qui est en fait un abrégé portant sur l’histoire religieuse, la géographie, et les science, et qui comprend quelques contes moraux. L’écriture de jeunesse est naturellement favorisée par le contact direct avec les enfants : Mme Leprince de Beaumont est ainsi gouvernante dans des familles aristocratiques et c’est pour ses filles que Mme de Genlis écrit les premières pièces de son Théâtre à l’usage des jeunes personnes (1779).

Parallèlement naissent les premiers périodiques, les magasins*, appelés plus tard magazines. Arnaud Berquin (1749-1791) lance L’Ami des enfants (1782-1783), puis L’Ami de l’adolescence (1784-1785), des recueils d’anecdotes et de contes moraux souvent adaptés de l’étranger et qui sont désormais ancrés dans le milieu familial. Mme de Genlis publie en 1782 Les Veillées du château, ou Cours de morale à l’usage des enfants. Cette même année paraît, sous la plume de Laurent-Pierre Bérenger, La Morale en action ou Élite de faits remarquables et d’anecdotes instructives propres à faire aimer la vertu et à former les jeunes gens dans l’art de la narration – Ouvrage utile à MM. les élèves des écoles militaires et des collèges. La formule « morale en action » fait florès et se retrouve dans de très nombreuses compilations anonymes.

L’enfant devient le personnage principal des fictions, comme dans l’ouvrage pédagogique de l’abbé Barthélémy, Voyage du jeune Anacharsis dans le milieu du IVe siècle avant l’ère vulgaire (1788). Celui-ci met au goût du jour le modèle du « tour », c’est-à-dire « un voyage plutôt qu’une histoire », ainsi que l’écrit son auteur qui joint à son texte un atlas pour suivre le héros dans ses aventures.

Extraits de l’Avertissement du Voyage du jeune Anacharsis dans le milieu du IVe siècle avant l’ère vulgaire de l’abbé Barthélémy, édition de 1788 
(source : gallica.bnf.fr / BnF)

L’essor de la littérature de jeunesse

Sous l’Empire, une étape décisive est franchie. La « robinsonnade » favorise l’essor de la « librairie d’éducation », comme la nomme Pierre Blanchard (1772-1856), auteur de contes moraux et éditeur qui publie, en 1818, Le Robinson de douze ans, histoire intéressante d’un jeune mousse français abandonné dans une île déserte de Mme Mallès de Beaulieu.

La littérature de jeunesse apparaît désormais comme un domaine à part et bien identifié. Les journaux, les séries des collections, les étrennes et les livres de prix permettent son essor dans les années 1830. La presse joue un effet un grand rôle avec, notamment, le Journal des enfants qui offre, à partir de 1832, le premier roman-feuilleton, signé Louis Desnoyers : Les Aventures de Jean-Paul Choppart. Si Le Robinson de douze ans peut être tenu pour le premier roman français pour la jeunesse, Jean-Paul Choppart en est sans aucun doute le premier héros2.

La loi Guizot de 1833 qui oblige chaque commune à avoir une école primaire ouvre avec l’impression des manuels scolaires et des livres de prix, un nouveau marché pour l’édition, dopé également par le doublement du nombre d’enfants scolarisés sous la monarchie de Juillet.

Les débuts de la préface et du premier chapitre des Aventures de Jean-Paul Choppart de Louis Desnoyer, édition de 1865 
(source : gallica.bnf.fr / BnF)

*****

Les Aventures de Jean-Paul Choppart

Les Aventures de Jean-Paul Choppart (1832) narre les heurs et malheurs d’un enfant terrible, aux nombreux défauts et qui fugue. Son vagabondage est en fait organisé à son insu par son propre père, qui entend ainsi l’éduquer et le redresser de manière efficace. Paru en plusieurs livraisons dans le Journal des enfants au début de la monarchie de Juillet, le récit de Louis Desnoyer est le premier roman-feuilleton, ou plus exactement, selon Francis Marcoin, le premier « feuilleton-roman » dans la mesure où il s’élabore au gré des numéros.

*****

En 1843, Pierre-Jules Hetzel (1814-1886), futur éditeur de Jules Verne, lance le Nouveau Magasin des enfants qui apporte un soin particulier à l’« illustration » – terme nouveau emprunté à l’anglais – et publie l’année d’après Nouvelles et seules véritables aventures de Tom Pouce, imitées de l’anglais avec des dessins de Bertall.

Les progrès techniques rendent en effet possible l’alliance du texte et de l’image. Plus que la lithographie, c’est la gravure sur bois debout qui révolutionne l’édition pour la jeunesse en permettant des tirages très importants – plusieurs milliers d’exemplaires – et l’insertion de vignettes. C’est la naissance de l’album. À la tête d’un pensionnat pour garçons à Genève, le pédagogue suisse Rodolphe Töpffer (1799-1846) compose pour ses jeunes élèves des « histoires en estampes » : Histoire de Monsieur Vieux-Bois (1826), Monsieur Cryptogramme (1830) ou encore Monsieur Jabot (1835) deviennent ainsi les toutes premières bandes dessinées de l’histoire3.

Une page de M. Jabot de Rodolphe Töpffer (1835) (source : gallica.bnf.fr / BnF)

Plusieurs lois en faveur de l’enseignement primaire (Guizot, 1833 ; Falloux, 1850 ; Duruy, 1867) ouvrent un nouveau marché à la littérature de jeunesse, qui connaît un âge d’or sous le Second Empire. Louis Hachette (1800-1864) en est le grand gagnant : sa maison d’édition s’assure le monopole des bibliothèques de gare et publie aussi bien Les Malheurs de Sophie (1858) de la comtesse de Ségur (1799-1874) que Pierre l’Ébouriffé (1860), traduction du livre d’Heinrich Hoffmann, Der Struwwelpeter (1845-1847).

Heinrich Hoffmann, Der Struwwelpeter, Francfort-sur-le-Main,  Literarische Anstalt Rütten & Loening, édition de 1917 (Universitätsbibliotek Braunschweig)
(© Wikimedia Commons cc-by-3.0)

La Troisième République voit la parution d’autres ouvrages qui confirment la réussite et la popularité du genre. En 1877, Augustine Fouillée publie, sous le pseudonyme de G. Bruno, Le Tour de la France par deux enfants. Ce manuel scolaire illustré de quelque deux cents gravures entend apprendre à lire aux élèves du cours moyen en leur faisant suivre l’itinéraire de deux jeunes enfants de la ville de Phalsbourg à travers tout le pays, encore traumatisé par la défaite de 1870 et la perte de l’Alsace-Lorraine. Pas moins de sept millions d’exemplaires en seront écoulés jusqu’en 1914.

Incipit du Tour de la France par deux enfants de G. Bruno [Augustine Fouillée], Paris, E. Belin, édition de 1951 (326e éd.)
(source : gallica.bnf.fr / BnF)

En 1878, Hector Malot écrit Sans famille, qui paraît d’abord dans le journal Le Siècle avant d’être édité par Hetzel et de remporter un très grand succès. Récompensé par l’Académie française, servant à l’apprentissage du français dans les écoles, il est tout autant apprécié à l’étranger, non seulement en Europe, mais aussi en Russie, au Japon ou en Chine. Dans le Magasin d’éducation et de récréation qu’il a fondé en 1864 avec l’écrivain, Hetzel publie encore Deux ans de vacances de Jules Verne (1828-1905), nouvel avatar des robinsonnades : une dizaine de pensionnaires d’un collège de Nouvelle-Zélande échoue sur une île déserte du Pacifique où ils sont confrontés aux dissensions et aux luttes internes comme à la menace des pirates qui ressoude finalement le groupe de jeunes garçons.

Dédicace d’Hector Malot à sa fille Lucie, Sans famille, édition de 1880
(source : gallica.bnf.fr / BnF)

En 1914, le fonds Hetzel est racheté par la maison Hachette, qui devient le premier éditeur français de livres pour enfants. Dix ans plus tard, la Bibliothèque verte est créée. Ce sont d’abord des classiques de la littérature de jeunesse, notamment du catalogue Hetzel, qui sont réédités avant que Louis Mirman, le directeur littéraire, ne décide de faire traduire à partir de 1955 des séries romanesques américaines, dont la plus célèbre est certainement celle d’Alice de Caroline Quine (dix millions d’exemplaires vendus jusqu’en 1974). Parallèlement, la bibliothèque rose, que la comtesse de Ségur avait contribué à lancer, connaît un renouveau éclatant, principalement grâce à l’Anglaise Enid Blyton, auteur de Oui-Oui, de Jojo Lapin, mais surtout du Club des Cinq (1955-1967 pour les traductions). À sa mort, la traductrice française Claude Voilier reprend la série en 1971 et y ajoute vingt-quatre volumes supplémentaires.

La littérature de jeunesse aujourd’hui

Aujourd’hui, du fait du nombre considérable de titres qui paraissent chaque année (plus de 5 000 en 2005, publiés par plus de cent éditeurs différents, dont dix qui se partagent près de 70 % du marché4, il est bien difficile de proposer une vue d’ensemble de la production pour la jeunesse. Une de ses principales caractéristiques semble la segmentation de plus en plus prononcée du domaine – à laquelle échappe néanmoins l’album –, avec une classification par âge (dès six mois) qui se renforce en même temps que de nouvelles collections qui ciblent tels ou tels lecteurs. La fiction domine toujours très nettement avec le succès des genres fantastique et fantasy, qui succèdent à la vogue du roman policier.

  1. Francis Marcoin et Christian Chelebourg, La Littérature de jeunesse, Paris, A. Colin, 2007, p. 17. []
  2. Isabelle Nières-Chevrel, Introduction à la littérature de jeunesse, Paris, Didier jeunesse, 2009, p. 35. []
  3. Voir Thierry Groensteen, M. Töpffer invente la bande dessinée, Les Impressions nouvelles, 2014. []
  4. Voir « Débat sur les évolutions de la littérature de jeunesse, entre création, édition et enseignement », Le Français aujourd’hui, 2005/2, n° 149, p. 7-19, accessible en ligne à l’adresse suivante : https://www.cairn.info/revue-le-francais-aujourd-hui-2005-2-page-7.htm (consulté le 28 juin 2022). []

Eugène de Beauharnais, un prince européen (oct. 2022 – janv. 2023)

Exposition au musée national des châteaux de Malmaison et Bois-Préau du 9 octobre 2022 au 9 janvier 2023.

Nous consacrerons prochainement une recension à cette exposition pour laquelle la bibliothèque Marmottan a eu le plaisir de prêter trois œuvres.


Image du bandeau : Andrea Appiani, Prince Eugène, vice-roi d’Italie, 1810, huile sur toile, 59 x 44 cm, Rueil-Malmaison, château de Malmaison, © Wikimedia Commons cc-by-3.0