« Au gré de ma bibliothèque » (2) : Napoléon et la musique de Théo Fleischman

On ne l’aurait peut-être pas même remarqué si, pour les besoins d’un transfert ponctuel d’ouvrages (on vous passe les détails), ne nous était apparue sa couverture délicieusement datée, avec sa police et son illustration fleurant bon les années 1960. Petit et mince, le livre Napoléon et la musique se fait en effet discret dans une bibliothèque qui compte des milliers de titres, mais son sujet, touchant à un art longtemps tenu pour le parent pauvre de l’Empire, s’avère fort intéressant.            

Le livre de Théo Fleischman avec sa jaquette délicieusement vintage

Journaliste de profession, pionnier de la radiodiffusion belge, Théo Fleischman fut aussi un passionné de l’Empire et c’est en cette qualité qu’après avoir écrit deux romans pour la jeunesse – Tapin, tambour de Bonaparte en Égypte (1957) et Tapin au soleil d’Austerlitz (1962)1 –, il se proposa, en 1965, de revenir sur les relations de Napoléon à la musique, regrettant dans son avant-propos que chez le monarque, « le militaire a[it] nui considérablement au civil ».

Le prestige du général, le génie du stratège, la plastique même des chevauchées et des mêlées victorieuses, ces quinze années de guerre […], la légende, enfin, […] ont trop imposé l’image du conquérant et jeté sur l’œuvre civile du Consul et de l’Empereur une ombre que d’aucuns se sont sciemment appliqués à ne point éclaircir.2

Si le constat n’est clairement plus d’actualité, on le doit donc à des personnalités comme Théo Fleischman qui se sont emparées de thématiques moins martiales pour brosser un portrait plus complexe et nuancé de Napoléon. À rebours d’une tradition historiographique qui court de Chaptal à Élie Faure, en passant par Michelet, Fleischman entend démonter l’idée d’un empereur qui n’aimerait pas les arts.

Napoléon chantait faux. On l’a répété à satiété, et c’est exact. […] Tel est l’unique ou essentiel argument dont trop d’historiens se sont accommodés pour généraliser avec sérénité. Napoléon chantait faux… par conséquent, il n’aimait ni ne connaissait la musique et la musique ne lui doit rien.3

Guillaume Descamps, Claire Élisabeth Jeanne Gravier de Vergennes, comtesse de Rémusat, 1813, huile sur toile, 54,5 x 47,5 cm, Rueil-Malmaison, château de Malmaison, © Wikimedia Commons cc-by-3.0

Cette déduction, l’auteur, naturellement, n’y croit pas et s’applique dans son ouvrage à démontrer la véracité du mot de Mme de Rémusat, selon qui l’empereur « en général […] protégea fortement cet art [la musique] »4.

Un amour de jeunesse

À l’inverse d’autres monarques, Napoléon ne baigna pas dès l’enfance dans un milieu particulièrement cultivé ou artiste. Sa famille était plutôt indifférente aux arts et aucun de ses frères et sœurs ne s’illustrera de quelque manière que ce soit dans le domaine musical. Bonaparte lui-même n’avait ni prédisposition ni talent notable en la matière. Plusieurs de ses proches – la comtesse de Montholon, la comtesse de Rémusat, la duchesse d’Abrantès ou encore le fidèle Bourrienne – déploraient ainsi sa maladresse à dire les vers. Mais qu’il ne sût pas les déclamer ou qu’il chantât faux, n’implique pas que Napoléon fût étranger à la poésie ou à la musique ! « Je crois qu’il était né avec le germe d’une extrême sensibilité »5, confie la duchesse d’Abrantès. Son degré d’émotivité est en effet important et derrière des dehors affectés se cache une nature véritablement éprise d’art et de littérature, qui aime Ossian, Bernardin de Saint-Pierre et surtout Rousseau.

Comme le philosophe de Genève, le jeune Bonaparte s’attendrit devant le spectacle de la nature et se révèle sensible à la musique. En 1791, à la question mise au concours par l’Académie de Lyon : « Quelles vérités et quels sentiments importe-t-il le plus d’inculquer aux hommes pour leur bonheur ? », il répond, alors tout frais lieutenant : « La musique est à la fois un bienfait du sentiment comme un moyen de le régler. À tout âge, dans toutes les situations, même parmi les animaux, la musique console, réjouit, ébranle agréablement. »6

François Gérard, Désirée Clary, 1810, huile sur toile, 63 x 52 cm, Paris, musée Marmottan-Monet, © Wikimedia Commons cc-by-3.0 (voir https://www.marmottan.fr/notice/1068/)

Quelques années plus tard, il confie à sa fiancée Désirée Clary : « La musique est l’âme de l’amour, la douceur de la vie, la consolation des peines et la compagne de l’innocence ». Soucieux de son éducation comme de son agrément7, il insiste sur la nécessité pour elle de s’adonner à cet art, « de tous les talents, […] celui qui tient le plus aux sentiments, qui a le plus heureux effet sur la vie. » En 1797, devenu l’un des principaux dirigeants du Directoire, il déclare aux inspecteurs du Conservatoire : « De tous les beaux-arts, la musique est celui qui a le plus d’influence sur les passions, celui que le législateur doit le plus encourager »8.

Un empereur à la voix fausse, mais à l’oreille juste

Et si Napoléon chantait faux, il possédait « à coup sûr […] l’oreille juste »4, ainsi que le confirme le compositeur Felice Blangini. Impressionné par sa véritable « fureur musicale », l’Italien relève la passion de l’empereur pour les concerts. La sûreté de son goût est également saluée à plusieurs reprises : le critique et musicographe Castil-Blaze le décrit comme « un connaisseur et même correcteur ingénieux de partitions », et Berlioz racontera dans une nouvelle la soirée au cours de laquelle il « fit preuve d’un sentiment musical dont, très-probablement, on ne le croyait pas doué ». En effet, il sut ce jour-là démasquer l’intrus dans le programme que lui avait concocté son secrétaire de la musique M. Grégoire – lequel avait fait passer, à cause de l’indisposition d’un chanteur, un air de Generali pour une œuvre de Giovanni Paisiello : « […] à la grande surprise des musiciens, l’illustre dilettante ne fut point dupe de la supercherie. […] “Monsieur Lesueur, s’écrie-t-il, ce morceau n’est pas de Païsiello.” — Je demande pardon à Votre Majesté ; il est de lui, n’est-ce pas, Grégoire ? — Oui, Sire, certainement. — Messieurs, il y a quelque erreur là-dedans : mais veuillez bien recommencer…” — Après vingt mesures, l’Empereur interrompt le chanteur pour la seconde fois: “Non, non, c’est impossible, Païsiello a plus d’esprit que cela.” […] Nous avons eu en France depuis lors bien des directeurs, administrateurs et protecteurs des beaux-arts, mais je doute qu’ils aient jamais montré cette pureté de goût dans les questions musicales auxquelles ils se trouvaient mêlés […] »9.

École d’Élisabeth Vigée-Lebrun, Giovanni Paisiello, v. 1790, huile sur toile, 129 x 94 cm, Paris, musée du Louvre ; © Wikimedia Commons cc-by-3.0

Théo Fleischman rappelle encore la perspicacité du jugement de Napoléon à l’égard de La Vestale10, lorsqu’il prédit à son auteur un « grand succès » qu’il prend soin de justifier : « Votre opéra abonde en motifs nouveaux ; la déclamation en est vraie et s’accorde avec le sentiment musical ; de beaux airs, des duos d’un effet sûr, un finale entraînant ; la marche au supplice me paraît admirable. M. Spontini, je répète que vous obtiendrez un grand succès, il sera mérité. »11

La musique italienne avant tout

Paisiello, Spontini… : assurément, la musique italienne plaît à Napoléon. Comme Rousseau, il est tout particulièrement sensible à la mélodie et au chant. Lieutenant d’artillerie, il est conquis par l’art de la Saint-Huberty, de l’Opéra de Paris. À Milan, alors qu’il vient de remporter une victoire militaire en tant que général, c’est la voix de l’Italienne Guiseppina Grassini qui le subjugue et, selon Bourrienne, « si le soin impérieux des affaires le lui eût permis, il l’aurait écoutée chanter pendant des heures entières avec délices »12. À la Malmaison, il aime écouter des morceaux « lents et doux, exécutés par des chanteurs italiens, accompagnés seulement d’un petit nombre d’instruments légèrement ébranlés… On le voyait alors tomber dans une rêverie que chacun respectait, n’osant ni faire un mouvement, ni bouger de sa place. »

Attribué à Antoine-Jean Gros, Étienne Henri Méhul, 1799, huile sur toile, Paris, musée Carnavalet, CC0 Paris Musées / Musée Carnavalet – Histoire de Paris

Souhaitant retrouver le « charme toujours nouveau » du chant cisalpin dans les œuvres françaises, il reproche à Étienne Méhul, l’auteur du Chant du départ, d’avoir trop de science et pas assez de grâce13 Et c’est justement parce que Luigi Cherubini fut le premier Italien à sacrifier la partie vocale à la partie instrumentale que Napoléon se brouilla avec lui. Pour avoir eu l’impudence de répliquer qu’« on peut être habile sur le champ de bataille et ne point se connaître en harmonie »14, le célèbre compositeur tomba définitivement en disgrâce.

Professionnalisation de la vie musicale

Après deux chapitres consacrés aux liens étroits entre musique et pouvoir, au cours desquels sont abordées les nombreuses commandes de circonstances (pour la signature du Concordat, pour le sacre, pour les campagnes victorieuses, pour la naissance de l’Aiglon…), Théo Fleischman s’intéresse plus spécifiquement aux musiciens eux-mêmes et à leur professionnalisation sous le règne de Napoléon.

En 1792, l’officier Bernard Sarrette fonde à Paris, avec l’appui de la municipalité (arrêté du 9 juin), une école gratuite destinée à former les instrumentistes de la Garde nationale. Un an plus tard, le 8 novembre 1793, la Convention crée un Institut national de musique, dirigé par le violoniste et compositeur François-Joseph Gossec. Le 3 août 1795 est institué, en remplacement des écoles précédentes, le Conservatoire de musique. Sarrette, qui en sera le directeur jusqu’à la fin de l’Empire, lui fait acquérir une réputation européenne, entretenue par l’enseignement de Charles-Simon Catel qui fait autorité avec son Traité d’harmonie (1802)15.

Photographie d’après un portrait miniature de Bernard Sarrette par Jean-Baptiste Isabey, v. 1790, localisation inconnue © Wikimedia Commons cc-by-3.0

Parallèlement, l’Académie de Rome, rétablie par Napoléon, accueille ses premiers pensionnaires compositeurs en 1803. Cette même année, par arrêté du 23 janvier, une section musique, pourvue de trois fauteuils, est ouverte dans la classe « beaux-arts » de l’Institut de France. En 1806, un pensionnat est créé pour les élèves chanteurs du Conservatoire (12 jeunes hommes et 6 jeunes filles), et en 1811, toujours à l’origine pour le bénéfice des élèves du Conservatoire, est inaugurée une salle de concert de plus de mille places sur l’emplacement d’un théâtre attenant à l’hôtel des Menus-Plaisirs. Autant de mesures prises par Napoléon, qui témoignent de son engagement véritable à faire rayonner la musique sous son règne…


Si l’on est en droit de regretter un certain manque de rigueur dans l’exposé – plusieurs citations ne sont pas dûment sourcées, les personnalités dont il est question sont rarement présentées, même les moins connues –, on ne peut qu’être reconnaissant à son auteur Théo Fleischman d’avoir entrepris une telle étude. Les relations de Napoléon à la musique constituent assurément un vrai et beau sujet, et bénéficient d’ailleurs, depuis les années 2000, d’une attention nouvelle de la part des chercheurs16.

  1. Deux ouvrages qui se trouvent dans les collections de la bibliothèque Marmottan. []
  2. Théo Fleischman, Napoléon et la musique, Bruxelles & Paris, Brepols, p. 11 []
  3. Ibid., p. 12-13 []
  4. Cité dans Ibid., p. 14 [] []
  5. Cité dans Ibid., p. 75 []
  6. Cité dans Ibid., p. 84 []
  7. Théo Fleischer remarque qu’il n’aura pas cette exigence pour Joséphine, qu’il présente – de manière sans doute excessive – comme dénuée de talents. []
  8. Ibid., p. 17 []
  9. Hector Berlioz, Les Soirées de l’orchestre, 20e soirée, Paris, Michel Lévy frères, 1852, cité p. 82. []
  10. Voir notre article sur l’enregistrement de Christophe Rousset : https://marmottan.hypotheses.org/6806 []
  11. Castil-Blaze, L’Académie impériale de musique. Histoire littéraire, musicale, chorégraphique, pittoresque, morale, critique, facétieuse, politique et galante de ce théâtre de 1645 à 1855, cité dans Ibid., p. 81. []
  12. Cité dans Ibid., p. 77 []
  13. Vexé, Méhul s’amusera à jouer un tour au Premier Consul en faisant représenter à l’Opéra-Comique une œuvre de son cru, mais dans le style italien. Lorsque Bonaparte entendra L’Irato, il s’enthousiasmera : « Décidément, il n’y a que la musique italienne ! » ; avant de comprendre la supercherie (Ibid., p. 87). []
  14. Ibid., p. 79 []
  15. Quelques années plus tard, en 1810, Catel remportera un très grand succès avec son opéra Les Bayadères. []
  16. Signalons notamment David Chaillou, Napoléon et l’Opéra. La politique sur la scène, 1810-1815, Paris, Fayard, 2004 ou encore les travaux menés par le Palazzetto Bru Zane – Centre de musique romantique française depuis son inauguration en 2009. []

Avant le lever de rideau…

En attendant de pouvoir vous dévoiler le résultat final qui s’annonce superbe, nous vous présentons ci-dessous les ultimes touches portées à l’ancienne villégiature boulonnaise de Paul Marmottan.

La grande nouvelle de ce mois d’octobre, c’est bien sûr le démontage de la plupart des échafaudages. La villa a retrouvé sa blancheur immaculée et sa façade d’une grande sobriété, rehaussée par la belle frise de griffons restaurée par les ouvriers de Pierrenoël, ainsi que par les huisseries peintes par l’Atelier de Ricou dans un vert bronze patiné.

Un aperçu de la façade nord avec la frise des griffons, 5 octobre 2023
Détail de la frise des griffons, 5 octobre 2023

Les toitures sont désormais terminées. Le couvreur d’Antony Couverture a mis une petite touche d’humour en transformant, par l’adjonction d’une petite langue bifide, certaines évacuations d’eau de pluie en amusantes gargouilles modernes.

L’eau sifflera-t-elle en s’écoulant par cette gargouille moderne ?, 5 octobre 2023

Les appartements qui accueilleront à partir de janvier leurs premiers résidents sont sur le point d’être achevés.
Écartant délibérément le blanc, les architectes ont préféré choisir pour les murs des tons contrastés afin de conférer à chaque logement une identité visuelle bien affirmée.

Au premier étage, l’appartement-atelier dévolu à la musique décline ainsi plusieurs nuances de vert des peintures Guittet, selon le nuancier du fabricant britannique Farrow & Ball.

Cheminée de la chambre du premier étage aux murs peints en vert « Breakfast Room », 5 octobre 2023
L’espace cuisine du premier étage, aux murs peints en vert « Green Ground » 5 octobre 2023
Le salon du premier étage, avec ses murs vert « Green Ground », 9 octobre 2023

Dans l’appartement-atelier du second étage, c’est en revanche des tons proches de l’ocre et de la terre qui ont été privilégiés : un rose de plâtre poudreux pour la chambre, un rouge étrusque pour le salon…

La chambre du second étage avec ses murs peints dans la couleur « Setting Plaster » de Farrow & Ball, 5 octobre 2023
La pièce principale de l’appartement du second étage, 5 octobre 2023
Le plan de travail de la cuisine en cours de réalisation, 5 octobre 2023

Les meubles ont été dessinés et réalisés par les menuisiers de l’entreprise Guégan.

Après avoir rendu de bons et loyaux services, la ponceuse se repose, 5 octobre 2023
Derniers soins portés à un moulage qui rejoindra le palier du second étage, 9 octobre 2023

Au rez-de-chaussée de la villa, dans l’antichambre qui précède la galerie des estampes, l’Atelier de Ricou s’affaire désormais à repeindre murs et huisseries dans les couleurs et selon les techniques d’origine.

Antichambre de la galerie des estampes, 5 octobre 2023
L’Atelier de Ricou au travail dans l’antichambre, 9 octobre 2023
Ceci n’est ni une méduse ni une lanterne chinoise…

Dans la galerie des estampes, le décor du soubassement en faux-marbre jaune de Sienne a été entièrement repris.

Les murs en faux marbre de la galerie des estampes, 5 octobre 2023
Détail de la peinture imitation marbre, 5 octobre 2023

Les ateliers du sous-sol comprennent désormais des meubles de rangement, tandis que la buanderie et la chaufferie sont prêtes à fonctionner.

Un meuble de rangement de l’un des ateliers du sous-sol, 18 septembre 2023
La soufflerie, alias « la salle des machines », 18 septembre 2023

À l’extérieur du bâtiment, après le petit escalier de la cuisine qui a été refait, celui de la galerie des estampes est actuellement en cours de réparation.

L’escalier menant à la cuisine commune, 21 août 2023
L’escalier de la galerie des estampes, 21 août 2023
Le même escalier, le 5 octobre 2023

Enfin, maintenant que les deux logements de la villa sont pratiquement achevés, l’appartement-atelier de sculpture, situé dans l’ancienne remise à voiture de Paul Marmottan, est au centre de toutes les attentions.
Une porte en accordéon a été installée par Laber métal au rez-de-chaussée afin que l’artiste puisse travailler facilement de plain-pied en extérieur.

La porte en accordéon de l’atelier de sculpture, 5 octobre 2023

Avant que les murs ne reçoivent eux aussi leur couleur propre, les entreprises ERTELEC et PCVE sont intervenues : la première pour installer tous les câbles électriques, la seconde pour poser les tuyaux de plomberie et de ventilation, ainsi que les canalisations de chauffage.

L’atelier de sculpture avec les différentes canalisations installées par l’entreprise PCVE, 21 août 2023
L’atelier de sculpture un mois et demi plus tard : un coffrage masque désormais les raccordements, 5 octobre 2023

Les cloisons étant désormais toutes posées, le logement prend rapidement forme.

Le logement au-dessus de l’atelier de sculpture, 10 octobre 2023
La future cabine de douche de l’appartement-atelier de sculpture, 10 octobre 2023

Nous terminerons ce petit tour du propriétaire avec un dernier aperçu de la villa pour vous faire patienter…

… et un portrait de l’un de nos deux lions, qui attend sagement son tour d’être toiletté.

À très vite !

L’un des lions de la porte d’entrée, 5 octobre 2023

Portrait de pensionnaire : Clara Baudet

Clara Baudet, photographiée par Léo Savigny, 10 octobre 2023

Doctorante en littérature française à l’université d’Oxford et financée par l’AHRC (Arts and Humanities Research Council), Clara Baudet analyse les représentations des révoltes napolitaines dans la littérature et dans la presse françaises du XIXe siècle. Elle y explore la construction littéraire de figures révolutionnaires et contre-révolutionnaires napolitaines avec un intérêt particulier pour les lazzaroni, le petit peuple de Naples caractérisé par son vif sentiment anti-français.

Les collections de la bibliothèque Marmottan lui permettront d’approfondir sa connaissance du decennio francese (1806-1815), période correspondant aux règnes de Joseph-Napoléon Ier et de Joachim Murat. Les récits de voyage et les correspondances militaires inédits devraient l’amener à étoffer son corpus et lui fourniront très certainement de précieux détails sur le contexte de l’occupation française.


Publication à venir :

“The Lazzaroni in the Age of Revolutions”, Journal of World History, special issue: “How Global Was the Age of Revolutions?”, March 2026.

Colloque “Les bibliothèques-musées en Europe”

Les 18, 19 et 20 octobre 2023 se tiendra à la Bibliothèque nationale de France (mercredi et jeudi) et à l’École nationale des chartes (vendredi) un important colloque consacré aux « bibliothèques-musées ».

Organisé sous la direction de Christine Bénévent (ENC-PSL), Emmanuelle Chapron (EPHE–Aix Marseille Université) et Gennaro Toscano (BnF, ENC-PSL), il entend, un an après l’ouverture du musée de la BnF sur le site Richelieu et alors que de nombreuses bibliothèques-musées ont vu le jour en Europe ces dernières années, se pencher sur l’histoire de ces institutions et en interroger l’originalité.

Le programme se déroulera en cinq sessions :

  1. L’héritage de la Renaissance
  2. La force d’un modèle : les bibliothèques de l’Europe classique et leur évolution
  3. De la bibliothèque royale à la bibliothèque nationale
  4. Les bibliothèques-musées autour du spectacle (théâtre et opéra)
  5. Les bibliothèques-musées en Europe aujourd’hui

Les inscriptions se font en ligne à l’adresse suivante : https://bnf.hypotheses.org/36111 ; en bas de la page ;
ou à celle-ci : https://www.chartes.psl.eu/fr/actualite/bibliotheques-musees-europe ; en haut de la page.

“Pierre-Antoine Lebrun (1785-1873) ou le romantisme académique” : une exposition à la bibliothèque Mazarine

À l’occasion du 150e anniversaire de sa mort, la bibliothèque Mazarine consacre du 27 septembre au 25 novembre 2023 une exposition-dossier à Pierre-Antoine Lebrun (1785-1873), dont elle conserve le fonds.

Yoann Brault au micro, à droite Patrick Latour, lors du vernissage de l’exposition le mardi 26 septembre 2023. Photographie de Brice Ameille.

Si son nom est aujourd’hui bien oublié, les recherches menées par les deux commissaires de l’exposition Patrick Latour et Yoann Brault – respectivement conservateur à la bibliothèque Mazarine et ingénieur d’études – nous révèlent que Pierre-Antoine Lebrun (1785-1873) fut en réalité une personnalité importante de son temps, d’abord comme écrivain, puis comme membre de l’Académie française.

Poète précoce, Lebrun se fait connaître sous le Premier Empire en composant des vers à la gloire de l’empereur dès le mois d’octobre 1807. S’il accède à la notoriété sous la Restauration, il prouvera qu’il n’était alors ni un opportuniste ni un flagorneur, puisqu’il osera, non sans en subir les conséquences, publier en 1822 un Poème lyrique sur la mort de Napoléon.

Pierre Lebrun, Ode à Napoléon le Grand, 1807 (Mazarine : Lebrun, carton 18, liasse 3, pièce 8)
Pierre Lebrun, Poème lyrique sur la mort de Napoléon, Paris, Béchet aîné, 1822 (Mazarine : Lebrun, carton 30, pièce 3)

« Premier poète à chanter la gloire de Napoléon, Lebrun est aussi le premier à pleurer sa mort et on trouve des réminiscences de ses pièces poétiques chez Casimir Delavigne (1793-1843), son ami Pierre-Jean de Béranger (1780-1857) et même Victor Hugo.
La publication de cette ode vaut à Lebrun la suspension de sa pension de 1200 francs. » (Yoann Brault & Patrick Latour)

La bibliothèque Marmottan possédant de ce « tombeau » une copie manuscrite d’époque, nous avons pu, de retour de l’exposition, en lire la préface. Nous en reproduisons ci-dessous quelques extraits qui traduisent bien la sincérité de l’auteur.

Pierre Lebrun, Poème lyrique sur la mort de Napoléon, 1822, préface, bibliothèque Marmottan, 432 Br.

Cette mort m’a profondément frappé. Elle est venue réveiller en moi, dans ma retraite, des impressions de jeunesse et le souvenir d’une gloire dont j’avais été idolâtre, quand j’étais sans expérience et que je ne savais pas encore la juger. Je me suis laissé aller à l’entraînement poétique, je ne crois pas qu’il m’ait égaré. […] Je suis bien loin de me dissimuler les grandes fautes que Napoléon a faites et les reproches qu’il mérite de quiconque a dans son âme le sentiment de la liberté […].

Pierre Lebrun, Poème lyrique sur la mort de Napoléon, 1822, préface, bibliothèque Marmottan, 432 Br.

Il faut traiter la poésie comme de la poésie, et ne point la juger sèchement, et, s’il m’est permis de le dire, prosaïquement.
Du reste, aucun ouvrage n’a été plus dégagé que celui-ci de but, d’intérêt personnel, d’arrière-pensées. Aucun n’a été le produit d’un mouvement plus spontané, plus intime, plus involontaire. Je ne veux pas qu’on lui cherche un sens politique. J’ai fait ces vers parce que je n’ai pas pu faire autrement. […] J’ai été ému, mon émotion s’est répandue en vers, et ce poëme s’est trouvé fait : voilà tout.
J’ai pourtant hésité un moment à le faire imprimer, non pas que je trouve à sa publication le moindre courage, et que j’aie pu avoir la plus légère crainte d’offenser le pouvoir, car je célèbre un homme, un homme qui l’a trop bien servi, un homme enfin qui est disparu du monde et dont personne ne saurait plus avoir rien à redouter […]. Je n’ai donc pas dû penser qu’on pût dénaturer mes intentions et me supposer l’idée de vouloir réveiller des passions, des souvenirs et des espérances.


École française, Distribution des prix de poésie de l’Académie française le 25 août 1817 (?), huile sur toile, premier quart du XIXe siècle, Académie des beaux-arts, IDF TA 008 © Ben Dauchez / H&K”

« Attribué à tort à Philippe-Auguste Hennequin (1762-1833), ce tableau pourrait être l’œuvre de l’un de ses élèves et représenter la séance publique de l’Académie française du 25 août 1817 au moment où un agent de l’Institut remet une couronne de lauriers à l’un des vainqueurs du prix de poésie. Le profil aigu du récipiendaire présente une certaine similitude avec le portrait qu’Ary Scheffer (1795-1858) fait de Lebrun quelques années plus tard. La jeune femme émue qui se tient derrière lui pourrait être son épouse, Rosalie, et sa voisine, d’âge mur, la princesse de Salm. Une tradition orale reconnaît, dans les rangs du public, à gauche de l’hémicycle, le jeune Hugo, la main posée contre la tempe. Le jeune homme assis au premier rang, à droite, serait logiquement Saintine, le lauréat second nommé. » (Yoann Brault & Patrick Latour)


Après avoir reçu en 1817 le prix de poésie de l’Académie française, Pierre Lebrun fait donner en 1820 à la Comédie-française Marie Stuart, que Sainte-Beuve salue en l’estimant la première pièce à « détendre les vieux ressorts tragiques ». Si les polémiques et la censure accompagnent les représentations de son Cid d’Andalousie (1825), préfigurant, selon les deux commissaires, la bataille d’Hernani, il ne fait cependant aucun doute que Lebrun n’approcha jamais le talent ni la réputation de son génial cadet Victor Hugo1.

Yoann Brault et Patrick Latour n’entendent d’ailleurs nullement contester le jugement de la postérité, mais souhaitent, par leur exposition, rappeler un pan méconnu, voire inconnu, de l’histoire littéraire française et préciser ainsi le tableau du romantisme naissant. Car Lebrun fut bien un précurseur du mouvement en introduisant en France (certes avec d’autres) les œuvres de l’Anglais Byron et de l’Allemand Schiller.

Prosper Mérimée, Portrait-charge d’Alfred de Vigny, sans date, encre sur papier (Mazarin : Lebrun, carton 12, liasse 4, pièce 8)

Son rôle semble néanmoins s’arrêter là car, dès 1828, son élection à l’Académie française signe le tarissement de son inspiration. Cessant toute activité littéraire, il embrasse alors avec succès une carrière administrative et politique : directeur de l’Imprimerie royale sous la Monarchie de Juillet, Secrétaire perpétuel par intérim de l’Académie française, directeur du Journal des Savants… Lors de l’éloge posthume qui lui est dû, Alexandre Dumas fils2 qui lui succède au 2e fauteuil, résumera bien l’importance de ce type de personnalité : même si « de plus grands et de plus forts se sont emparés de la place plus tard », Lebrun « fut le pionnier patient et résolu qui, sous le feu de l’ennemi, taille, aux flancs du roc, la route sur laquelle ils ne passeraient peut-être pas »3.


Informations :
Bibliothèque Mazarine
23, quai de Conti
75006 Paris
Accès gratuit du lundi au samedi, de 10 h à 19 h.
Visites guidées, sur inscription, les 25 octobre et 23 novembre 2023 à 18h ; contact@bibliotheque-mazarine.fr
https://www.bibliotheque-mazarine.fr/fr/evenements/expositions/liste-des-expositions/pierre-antoine-lebrun-1785-1873-ou-le-romantisme-academique

Image du bandeau : la bibliothèque Mazarine (© Wikimedia Commons cc-by-3.0)

  1. Lequel, à seulement quinze ans, avait été son dauphin lors du prix de poésie remis par l’Académie française. []
  2. Le fils vengeait alors le père, puisqu’en 1828, l’auteur des Trois Mousquetaires avait été battu à l’élection par Lebrun. Voir, sur la question des Dumas père et fils et de l’Académie française, la communication prononcée par André Maurois le 25 octobre 1956 : https://www.academie-francaise.fr/les-dumas-et-lacademie. []
  3. Voir : https://www.academie-francaise.fr/discours-de-reception-dalexandre-dumas-fils. []