Qui suis-je ? (2)

Si vous aimez les devinettes, nous vous conseillons, dans un premier temps, de ne pas lire les notes.
Si vous êtes un féru de l’Empire, vous trouverez peut-être même la réponse avec les seules images.


Qui suis-je ?


ill. 1 : Ce n’est pas un dessin d’Ingres, mais c’est tout de même pas mal, non ?

Moi aussi, figurez-vous, j’ai des racines corses ! C’est d’ailleurs pour cela que j’ai si bien connu l’empereur, que j’ai pu devenir son intime… « Je l’ai pris au berceau, je l’ai conduit dans sa jeunesse, à l’âge mûr ; toujours enfin je l’ai conduit comme par la main, au travers de ce monde qu’il éblouissait par ses merveilles…1 » Oui, c’est moi l’auteur de cette phrase. Et mon mari – paix à son âme –, comme il l’aimait, lui aussi !

Mais n’allons pas trop vite et ne mélangeons pas tout2

C’est par maman que je suis corse. Elle était l’une des plus belles femmes de l’île3, qualité qu’elle partageait avec sa chère amie Letizia Bonaparte, dont elle berça plus d’une fois les enfants à Ajaccio.
Moi, je ne suis née qu’après, en 1784, et en métropole, à Montpellier pour être précise.


Qui suis-je ?


Peu avant de mourir, le mari de Letizia4 lui demanda de veiller sur leur fils Napoléon, alors élève à l’École royale du Champ-de-Mars5. Celui-ci, qui n’avait pas 16 ans, devint peu à peu un familier de notre maison à Paris.

ill. 2 : Le salon où maman et son amie Letizia aimaient à se retrouver pour discuter

16 ans : c’est l’âge auquel je me suis mariée !

Mais je m’aperçois que je n’ai pas encore parlé de papa ! Papa… ou M. Permon pour les autres. Il aida les Américains à conquérir leur indépendance ! Et moi, je lui dois mon éducation et ma culture, peu communes pour l’époque, vous pouvez m’en croire6. Très affecté par la mort de Louis XVI et les nouvelles idées révolutionnaires, mon pauvre petit papa, hélas, ne tarda pas à nous quitter…

Bien qu’il nous laissât ruinés, ma mère continua de mener grand train. C’est une tradition familiale en quelque sorte. Moi aussi, plus tard, je dépenserai plus que je n’aurai. La vie doit être une fête, n’est-ce pas ?


Qui suis-je ?


Napoléon, alors, nous rend très régulièrement visite (nous sommes un peu sa seconde famille), mais un jour, il se fâche. C’est que l’inconscient a pensé demander maman en mariage, et qu’elle l’a gentiment mais fermement rabroué7 !

ill. 3 : On l’appelait « La Tempête »

Si ce projet de mariage échoue, le mien réussit. Napoléon était à plusieurs reprises venu nous voir avec un aide-de-camp, un certain… Mais puis-je vous dire son nom ? Il n’y aura plus de devinette… Oh, après tout, ça ne fait rien, si ? Et puis, d’ailleurs, quand vous saurez le nom de mon mari, me connaîtrez-vous pour autant ? C’est que j’ai eu mes mystères, mes passions, moi aussi ! J’ai toujours été une femme libre !


Qui suis-je ?


Napoléon, donc, venait de temps en temps avec un certain Jean-Andoche Junot. J’eus l’heur de lui plaire et il demanda ma main en 1800. Andoche, quel prénom ridicule… Enfin, lui, ne l’était pas ! Il occupait à l’époque le poste de gouverneur de Paris, une bien grande responsabilité, digne d’un portefeuille de ministre.

Il faut dire que Junot était dévoué corps et âme à Napoléon. Ce n’était pas de l’amour, c’était de l’idolâtrie8 !

Tout se passe pour le mieux en ce début de siècle : notre premier enfant, Joséphine, qui naît en 1802, a pour parrain et marraine l’empereur et l’impératrice, et Napoléon nous offre même un magnifique hôtel particulier rue des Champs-Élysées9. Nous savons recevoir et nos soirées sont superbes !

Mais à cause des maladresses d’Andoche10, nous sommes envoyés au Portugal afin de gagner l’alliance de ce pays et de l’Espagne voisine, ou tout au moins leur neutralité en cas de conflit avec la perfide Albion11.

ill. 4 : Andoche magnifié en sauveur…

Qui suis-je ?


Heureusement, l’exil ne dure pas trop longtemps. En 1806, Andoche est réintégré dans ses fonctions de gouverneur de Paris et Napoléon me donne du « Mme la Gouverneuse », qui me fait rougir de plaisir.

Les fêtes de notre hôtel des Champs-Élysées attirent aussi bien Murat que Fontanes ou Talleyrand. Nous acquérons le château du Raincy. Bref, comme l’écrira l’une de mes biographes, nous mangeons notre pain blanc12.

Néanmoins, je ne vous le cache pas, mon mariage bat de l’aile, malgré un deuxième enfant en cours de route, un fils cette fois, nommé, je vous le donne en mille, Napoléon. Junot, qui n’en est pas à sa première infidélité, est maintenant l’amant de Caroline Murat, et moi, je deviens la maîtresse passionnée du comte de Metternich13.

ill. 5 : Avouez que vous aussi, vous auriez succombé à son charme…

Hélas, le duc et la duchesse d’Abrantès – c’est nous, depuis 180814 ! – forment un couple bien désuni…

Bien qu’il soit mal placé pour me faire la leçon, Andoche est fou de jalousie et, lors d’une crise, ose me frapper. Pour étouffer le scandale de notre ménage malheureux, l’empereur, qui refuse que nous divorcions, nous exile à nouveau, en Espagne.

Ce séjour de seize mois est éprouvant : j’en reviens, certes avec un nouveau fils, mais surtout moralement ébranlée. J’ai vu là-bas la guerre, la misère et l’injustice. Je commence à douter de Napoléon.


Qui suis-je ?


Pourtant, un miracle se produit. En 1812 (j’ai 28 ans), je rencontre Maurice de Balincourt15 ! Oublié Auguste de Forbin, oublié Clément Metternich même ! C’est le coup de foudre ! Vraiment, la foudre tombe sur moi… mais sur moi seule, hélas, car Maurice ne m’aimera jamais comme moi, je l’ai aimée16.

ill. 6 : Je n’ai malheureusement pas de portrait à vous présenter de « l’amant incomparable », mais vous pouvez admirer les armes des Testu de Balincourt

Non, Maurice préfèrera s’enticher de bien d’autres femmes, à commencer par cette idiote d’Élise de Flotte. Vous ne la connaissez pas ? Évidemment ! Pourquoi la connaîtriez-vous, cette « pauvre femme pointue, de peau affreuse […] avec du poissard dans sa manière »17 ? Le malheureux tombe pourtant dans ses rets à Mortefontaine18.

Je me rends là-bas pour l’en libérer… en vain19 ! De désespoir, je tente de me suicider20.


Qui suis-je ?


Napoléon me punit en m’exilant de Paris, mais je ne lui obéis pas et je continue à voir Maurice.

Andoche non plus ne va pas fort, c’est le moins qu’on puisse dire. À moitié impotent21, souvent hagard, il n’a pas du tout été à la hauteur lors de la campagne de Russie22 et lorsqu’il rentre, il me dégoûterait presque, s’il ne me faisait pitié. Sa fin en Illyrie23 est bien pathétique. Passant son temps à manger, boire et courir les filles faciles, il sombre dans la folie au point de se prendre pour un oiseau et de sauter par la fenêtre. Il meurt peu après, le 29 juillet 181324.

ill. 7 : Parce que cet immeuble est plus beau que mon hôtel, peut-être ?

Me voici veuve et criblée de dettes… et avec quatre enfants à nourrir ! Ma vie parisienne devient, par force, sage, presque retirée… mais pas pour longtemps : je n’ai que 29 ans et je ne compte pas m’arrêter de vivre ! Il y a Maurice, bien sûr25, mais aussi mon salon. Je me rallie donc aux Bourbons26 et dès le printemps 1814, mon hôtel des Champs-Élysées peut retrouver son lustre d’antan. Si Napoléon s’est réfugié sur l’île d’Elbe, je jouis toujours d’appuis précieux et je me découvre de nouveaux amis. Mon cher Metternich ne m’oublie pas, mes charmes font mouche auprès du tsar Alexandre et Louis XVIII m’autorise à rester duchesse d’Abrantès tout en m’allouant une pension.

Toutefois, les créanciers guettent comme des vautours et je me vois contrainte de vendre mon hôtel. Je fuis à Champigny, dont Maurice est le maire, mais ils m’y retrouvent et je retourne précipitamment à Paris.

Ayant découvert que feu mon mari possédait un majorat sur les États du pape, je file en Italie pour négocier sa restitution avec le Saint-Siège.

À Rome27, le salon que je tiens n’a pas grand-chose à envier à celui que je tenais à Paris, puisque artistes, archéologues, politiques et aristocrates le fréquentent. Par fidélité, je rends visite à Madame Mère28, mais aussi à Lucien et Pauline Bonaparte. Je rencontre également leur oncle, le cardinal Fesch, dans l’espoir qu’il arrange mes affaires… Hélas, Pie VII se montre intraitable et je dois rentrer en France sans n’avoir rien obtenu.

Mes malheurs ne sont pas terminés : Maurice rompt définitivement et, pour la toute première fois de ma vie, je suis seule. J’ai 34 ans.


Qui suis-je ?


ill. 8 : Honoré, quand je l’ai rencontré

Mais en 1824, un nouvel homme entre dans ma vie, un certain Honoré Balzac (la particule ne viendra que plus tard). Ce n’est pas tant mon joli minois que ma mémoire qui me vaut ses assiduités. Je connais tant d’histoires, tant d’anecdotes et de potins sur l’Empire et lui est tellement obsédé par l’empereur ! Figurez-vous qu’il a chez lui un petit autel à la gloire de Napoléon29 !

C’est grâce à moi qu’Honoré imaginera le marquis d’Aiglemont, le comte de Montcornet ou encore Maxime de Trailles30. C’est à moi qu’Honoré dédiera La Femme abandonnée. C’est encore moi qui lui inspirera la Physiologie du mariage31.

En retour, il me conseille, me corrige et m’aide à trouver des éditeurs. Car moi aussi, je veux écrire ! Il est temps que je témoigne de tout ce que j’ai vu et vécu, des grands hommes et des esprits supérieurs que j’ai côtoyés au cours de mon existence si riche et romanesque.

Mes Souvenirs historiques sur Napoléon…, publiés entre 1831 et 1835, remportent un immense succès. Car, comme je l’y annonce en préambule et pour clouer le bec à cet imbécile de Las Cases : « De toutes les personnes qui ont parlé de l’empereur, je suis la seule qui puisse donner des détails aussi complets. »32


Qui suis-je ?


Bien sûr, tout n’est pas à prendre pour parole d’Évangile : j’aime à romancer, j’invente parfois, mais croyez-moi, on se régale à me lire33.

ill. 9 : Une édition de 1837 de mes Mémoires, conservée à la bibliothèque Marmottan

Par mes souvenirs, c’est toute une époque qui revit… et le génie de Napoléon qui éclate, car il « fut pour la France, depuis 1795 jusqu’en 1814, une providence tutélaire, une gloire qui resplendira par-delà les siècles !!34 »

Mais je refuse de parler des Cent-Jours, cet appendice non seulement superfétatoire mais regrettable, nuisible à son règne35.

Encouragé par Honoré, je poursuis mon travail de mémorialiste pour peindre cette fois la Restauration – avec moins d’exaltation, il est vrai. Les lecteurs aussi sont moins enthousiastes…

J’écris encore une Histoire des salons de Paris36, bien plus inspirée. Si vous voulez des portraits bien troussés, des détails croustillants, je vous conseille de vous y plonger. Vous pourrez déambuler dans les appartements de Mme Roland, de Mme de Brienne, ou bien vous rendre chez la duchesse de Chartres au Palais-Royal ou chez Mme de Genlis à l’Arsenal. Avouez que c’est tentant…

En 1837, j’espère vivre une dernière passion avec Astolphe de Custine, qui se montre très attentionné pour la vieille femme que je suis devenue. (Non, ce n’est pas de la fausse modestie : 53 ans, pour l’époque, c’est vieux.) Mais ce sont encore des illusions, les dernières37

J’en ai assez, je suis lasse, fatiguée, malade et pauvre, et le 7 juin, 1838, je rends mon dernier souffle.

ill. 10 : Ma dernière demeure, à Montmartre

Voilà quelle fut ma vie, dans les grandes lignes – une vie qu’on ne devine pas vraiment dans mes Mémoires, car j’y suis très pudique, mais que je souhaitais vous raconter aujourd’hui.


Laure Junot, duchesse d’Abrantès


Image du bandeau : Édition de 1837 des Mémoires de la duchesse d’Abrantès. Photographie de Léo Savigny.

Légendes des illustrations
ill. 1 : Portrait de Laure Junot, duchesse d’Abrantès, 1836, lithographie d’après un dessin de Louis-Léopold Boilly, © Wikimedia Commons cc-by-3.0
ill. 2 : Salon de Letizia, musée de la Maison Bonaparte à Ajaccio, © Wikimedia Commons cc-by-3.0
ill. 3 : Henri Félix Emmanuel Philippoteaux, Jean-Andoche Junot, en uniforme de sergent de grenadiers au deuxième bataillon de la Côte d’Or en 1792, 1834, huile sur toile, © Wikimedia Commons cc-by-3.0
ill. 4 : Domingos Sequeira, Junot protégeant Lisbonne, 1808, huile sur toile, 73,5 × 100 cm, Porto, musée national Soares dos Reis, © Wikimedia Commons cc-by-3.0
ill. 5 : Thomas Lawrence, Le prince Klemens Wenzel von Metternich, vers 1815, huile sur toile, 131 x 105 cm, Royaume-Uni, Royal Collection Trust, © Wikimedia Commons cc-by-3.0
ill. 6 : Armes de la famille Testu de Balincourt, © Wikimedia Commons cc-by-3.0
ill. 7 : Emplacement de l’ancien hôtel Junot ou hôtel d’Abrantès au 12, rue Boissy d’Anglas, © Wikimedia Commons cc-by-3.0
ill. 8 : Achille Devéria, Balzac jeune, lavis, vers 1825, Paris, Institut de France, © Wikimedia Commons cc-by-3.0
ill. 9 : Édition de 1837 des Mémoires de la duchesse d’Abrantès. Photographie de Léo Savigny.
ill. 10 : Tombe de Laure Junot, duchesse d’Abrantès, cimetière de Montmartre, division 22, © Wikimedia Commons cc-by-3.0


  1. Laure Junot, duchesse d’Abrantès, Mémoires de Madame la duchesse d’Abrantès, ou Souvenirs historiques sur Napoléon…, Paris, Mame-Delaunay, 1835, t. XVIII, p. 404 ; voir : https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k65242190/f408.image.r=berceau. []
  2. La duchesse d’Abrantès « restituera ce vu et ce vécu en un récit touffu, décousu, passionnant. Avec un dédain superbe de la chronologie, elle va, vient, vagabonde, anticipe, retourne en arrière, ressuscite le passé », note Nicole Toussaint du Wast dans sa biographie Laure Junot, duchesse d’Abrantès, Paris, Fanval, 1985, p. 8. []
  3. Panoria ou Marie-Louise Stéphanopoli de Comnène, morte en 1801 ; voir https://gw.geneanet.org/secchi?lang=fr&n=stephanopoli+de+comnene&oc=0&p=panoria+marie+louise+ou+laure+marie (consulté le 18 décembre 2023). []
  4. Charles Bonaparte s’éteint à Montpellier le 24 février 1785. Panonia Comnène l’hébergea et le soigna de son mieux. []
  5. C’est-à-dire l’École militaire, fondée par Louis XV et située dans le VIIe arrondissement parisien. []
  6. Très inspiré par les idées de Jean-Jacques Rousseau, Charles Permon a rédigé un court traité sur l’éducation des filles comparée à celle des garçons (Nicole Toussaint du Wast, op. cit., p. 17). Sa chère Laure savait la musique et la danse, parlait le grec et l’italien, et avait étudié la littérature et l’histoire. « On dira plus tard que les deux seules femmes cultivées de l’entourage de Bonaparte étaient Mme Junot et Mme de Rémusat. » (Ibid., note p. 39). []
  7. Il est néanmoins permis de douter de cette explication : « D’après Laure, il [Napoléon] aurait demandé la main de la dame qui, d’abord stupéfaite, aurait été prise d’un tel fou rire que chacun l’entendit de la pièce voisine. Puis elle aurait fait valoir son âge : “Vous ne le connaissez pas ! Je ne vous le dirai pas, parce que c’est ma petite faiblesse. Je vous dirai seulement que je serais non seulement votre mère, mais celle de Joseph ! Laissez cette plaisanterie. Elle m’afflige, venant de vous.
    Bonaparte n’aurait donc pardonné ni l’humiliation ni l’hilarité de la récalcitrante ? Version sujette à caution. […] En fait, le salon de Marie-Louise [la mère de Laure] accueillait nombre d’opposants au nouveau gouvernement : “Vous recevez mes ennemis” disait le maître qui plus tard aura mainte occasion d’en faire grief à la fille aussi. » (Ibid., p. 33). []
  8. Cette dernière phrase est une citation directe de la duchesse d’Abrantès. Cité dans ibid., p. 53. []
  9. Aujourd’hui, rue Boissy d’Anglas. L’hôtel a été détruit en 1911 (Ibid., note de la p. 92). []
  10. Vexé de ne pas avoir été promu maréchal malgré de très bons services, Junot eut le tort de manifester son mécontentement. Napoléon décida alors de l’exiler temporairement en le nommant ambassadeur au Portugal, en remplacement de Jean Lannes. []
  11. L’expression « perfide Albion », qui désigne l’Angleterre, naît dans le contexte des guerres de la Révolution française. Elle est attribuée au poète Augustin-Louis de Ximénès (1728-1817). []
  12. « […] leur cas n’est pas exceptionnel, il est celui de tous les féaux serviteurs de l’Empereur – et même de bien d’autres – et leur vertigineuse fortune s’apparente à la vertigineuse ascension de tous les Bonaparte vers le pouvoir » (Nicole Toussaint du Wast, op. cit., p. 139-140). []
  13. L’Autrichien Klemenz Wenzel von Metternich était alors ambassadeur à Paris. Laure et lui passent ensemble l’été 1808 à la folie Saint-James. Sur cette demeure, voir notamment le billet de notre carnet : https://marmottan.hypotheses.org/8196. []
  14. Napoléon décerne ce titre à Junot en mars 1808, après la campagne victorieuse au Portugal. []
  15. De son vrai nom, Maurice Testu de Balincourt (1789-1864). Voir https://gw.geneanet.org/pierfit?lang=fr&n=testu+de+balincourt&oc=0&p=maurice (consulté le 19 décembre 2023). []
  16. « M. de Balincourt est un de ces hommes dont on est fière d’être l’amie et dont tout homme s’honorera toujours de mériter l’estime, car il est lui-même un des hommes les plus remplis d’honneur que je connaisse. Il était jeune alors, mais malgré ses vingt-six ans, il avait un jugement parfait, était bien placé dans le monde où sa naissance et sa fortune le mettaient au premier rang quand lui-même ne s’y serait pas maintenu par sa propre impulsion. Son caractère était conciliant […] Sa figure et sa tournure étaient également charmantes […] Mais ce qu’il possédait surtout [c’était] une âme généreuse et hautement placée, un cœur parfait et des qualités comme toute mère pourrait en souhaiter à son fils le plus chéri. » Passage des Mémoires de la duchesse d’Abrantès cité dans Jean Autin, La Duchesse d’Abrantès, Paris, Perrin, 1991, p. 178. []
  17. Cité dans Jean Autin, op. cit., p. 186. []
  18. Attaché à la cour de Julie Clary, épouse de Joseph Bonaparte et reine d’Espagne, Maurice de Balincourt y tient compagnie à celle-ci ainsi qu’à sa sœur Désirée, épouse de Bernadotte et princesse de Suède, et à leur amie Élise de Flotte. []
  19. « Que se passa-t-il ? Les témoignages sont incertains. On sait seulement que le scandale fut immense et que Savary, qui surveillait la princesse de Suède, informa l’Empereur et obtint de tous le secret. […] – Qu’est-ce encore que ce scandale à Mortefontaine ? rugit l’Empereur, et tout cela pour un blanc-bec ; ne suffisait-il pas de l’affaire Metternich, gravissime au regard des intérêts français ! […] Vous ne fréquentez que mes ennemis. […] Bien qu’elle prétende être sortie la tête haute du cabinet impérial, Laure se retrouve purement et simplement exilée à soixante lieues de Paris […] » (Jean Autin, op. cit., p. 189 et 191-192). []
  20. « Puis elle s’étend sur son lit et absorbe une forte dose de laudanum, si forte même que son estomac la refuse. » (Ibid., p. 190). []
  21. « Je ne puis pas marcher sans canne, et il m’est impossible de monter à cheval », écrit-il à sa femme depuis Elbing (aujourd’hui Elbląg, en Pologne), le 22 décembre 1812. Cité dans Sylvain Dubief, Junot, premier aide-de-camp de Napoléon, 1771-1813, Paris, Éditions Soteca, p. 354. []
  22. « Junot, dans la campagne de Russie, disait encore l’Empereur, me mécontenta fort ; on ne le reconnaissait plus ; il fit des fautes capitales qui nous coûtèrent bien cher. » (Emmanuel Las Cases, Mémorial de Sainte-Hélène, 1823, t. IV, p. 420). Voir : https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k134972z/f426.image.r=Junot (consulté le 19 décembre 2023). []
  23. Déçu et fâché de ses mauvais services, Napoléon éloigne Junot en le nommant gouverneur des Provinces illyriennes en février 1813, mais Laure ne l’accompagne pas. []
  24. Sylvain Dubief, op. cit., Paris, Éditions Soteca, p. 368. []
  25. La relation avec Maurice de Balincourt se poursuit, mais en pontillés. Le marquis vient de faire la conquête de Catherine de Wurtemberg, ce qui ne l’empêche pas de mettre enceinte Laure. L’enfant mourra cependant peu après la naissance, en 1815. []
  26. Plusieurs Corses lui reprocheront de ne pas avoir rallié Napoléon durant les Cent-Jours, mais elle se justifiera en leur listant tous ses griefs à son égard. []
  27. Le séjour cisalpin est à cheval sur les années 1817-1818. []
  28. Letizia Bonaparte vit alors retirée dans sa villa de Frascati. []
  29. « […] il avait dressé chez lui, rue de Cassini, un petit autel surmonté d’une statue de Napoléon, avec cette inscription : Ce qu’il avait commencé par l’épée, je l’achèverai par la plume. » (Virginie Ancelot, Les Salons de Paris, foyers éteints, Paris, J. Tardieu, 1858, p. 96). Voir https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k97359371/f110.image.r=epee (consulté le 21 décembre 2023). Balzac confie à Mme Ancelot sa chance d’avoir rencontré Laure : « Cette femme a vu Napoléon enfant, elle l’a vu jeune homme encore inconnu, elle l’a vu grandir, s’élever et couvrir le monde de son nom. Elle est pour moi comme une bienheureuse qui viendrait s’asseoir à mes côtés après avoir vécu au ciel tout près de Dieu. » Cité dans Jean Autin, op. cit., p. 251. []
  30. Personnages de La Comédie humaine que l’on trouve respectivement dans La Femme de trente ans ; Les Paysans et Le Cabinet des antiques ; et Histoire des Treize et Splendeurs et misères des courtisanes. []
  31. Jean Autin, op. cit., p. 252. []
  32. Laure Junot, duchesse d’Abrantès, Mémoires de Madame la duchesse d’Abrantès, ou Souvenirs historiques sur Napoléon…, Paris, Ladvocat, 1831, t. I, p. 11. Voir : https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6524165w/f49.item (consulté le 21 décembre 2023). []
  33. « Certes, il y a bien des inexactitudes, bien des omissions, bien des inventions, bien des digressions aussi, dans ces pages souvent enflammées et toujours alertes. Mais elles constituent un creuset dans lequel puiseront tous ceux qui voudront en savoir plus sur cette période charnière de la vie de la nation française. Apocryphes ou pas, les anecdotes reflètent un état d’esprit ou des comportements, cependant que les portraits, tracés avec humeur, donnent de certains acteurs une physionomie inhabituelle. Quelle mine, ce roman historique ! Car c’en est un avec ses libertés à l’égard de la vérité, ses outrances, ses invraisemblances. » (Jean Autin, op. cit., p. 262). Alfred Fierro note quant à lui : « La duchesse d’Abrantès a bien connu Napoléon, sa famille et la cour impériale, ce qui confère à ses Mémoires un intérêt certain. Mais l’intelligence médiocre de l’auteur, sa vanité et son manque de discernement nuisent à la crédibilité de ses récits. Théophile Gautier la surnommait la duchesse d’Abracadabrantès. » (Les Français vus par eux-mêmes. Le Consulat et l’Empire, Paris, Robert Laffont, 1998, p. 1219). []
  34. Mémoires de Madame la duchesse d’Abrantès, ou Souvenirs historiques sur Napoléon…, Paris, Mame-Delaunay, 1835, p. 405. []
  35. « Le 20 mars [le 20 mars 1815, lorsqu’il entre dans Paris] est donc le jour où dans ces Mémoires je quitte Napoléon […] » (Mémoires de Madame la duchesse d’Abrantès, ou Souvenirs historiques sur Napoléon…, Paris, Mame-Delaunay, 1835, t. XVIII, p. 404 ; voir : https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k65242190/f408.image.r=berceau (consulté le 21 décembre 2023). []
  36. Histoire des salons de Paris : tableaux et portraits du grand monde sous Louis XVI, le Directoire, le Consulat et l’Empire, la Restauration et le règne de Louis-Philippe Ier, Paris, Ladvocat, 1837-1838, 6 vol. ; voir https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k29238s.image (consulté le 21 décembre 2023). []
  37. En effet, Custine est homosexuel et vit avec Edward de Sainte-Barbe. []

Le style Empire

 

Charles Percier et Pierre Fontaine, salle à manger du château de Malmaison, vers 1800, © Wikimedia Commons cc-by-3.0

Un style inspiré de l’antique

Percier & Fontaine

L’égyptomanie

« Il y a des moments où je ne peux vraiment pas
me passer de l’Empire, où il m’est absolument nécessaire
pour atteindre un degré raisonnable de bien-être.
Il est clair qu’on se sent d’une certaine façon
parmi des meubles confortables jusqu’à la mollesse,
et d’une autre au milieu de ces tables, ces chaises
et ces tentures rectilignes…
Cette clarté et cette dureté, simplicité froide et astringente,
cette austérité pleine de réserve me confère tenue et dignité.
À la longue ces caractéristiques ont pour conséquence
une purification, un renouvellement intérieur ;
elles m’élèvent moralement, sans aucun doute. »1

Ces propos tenus par le protagoniste d’une nouvelle de Thomas Mann résument l’esprit du style Empire en quelques mots bien choisis. « Clarté », « simplicité », mais aussi « austérité » et même « dureté » qualifient l’esthétique en question, tenue pour responsable d’une « dignité », d’une « purification » et d’une élévation morale qu’à coup sûr Napoléon Bonaparte appelait de ses vœux.


Un style inspiré de l’antique

La rigueur du style Empire se veut un emprunt direct à l’Antiquité. Cette période historique, depuis longtemps un modèle pour les artistes (qu’on songe à la Renaissance), était déjà très à la mode dans la France prérévolutionnaire, depuis les fouilles archéologiques entreprises sur les sites d’Herculanum et de Pompéi2. On date en général du début des années 1760, et plus précisément de l’exposition au Salon de 1763 de La Marchande d’amours3 (musée du château de Fontainebleau) de Joseph-Marie Vien, la naissance en France du néoclassicisme. Ce mouvement, dont l’essor est européen, présent en Angleterre comme en Russie4, et qui prend le contrepied du rococo en vogue sous le règne de Louis XV5, conduit à une valorisation du mobilier à l’antique. Le trépied de La Vertueuse Athénienne (1763, Strasbourg, musée des Beaux-Arts) du même Vien fait ainsi des émules et, près de quarante ans plus tard, le château de la Malmaison ou l’hôtel de Beauharnais en possèderont de semblables.

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est La_Vertueuse_Athenienne_-_estampe_.Flipart_Jean_btv1b52512823j_1-328x500.jpeg.
Gravure de Jean-Jacques Flipart d’après La Vertueuse Athénienne de Joseph-Marie Vien, source : gallica.bnf.fr / Bibliothèque nationale de France
Martin-Guillaume Biennais, Athénienne, dite de Napoléon Ier, 1800-1804, if, bronze doré, argent, 47,8 × 90,5 × 18,5 cm, Paris, musée du Louvre, OA 10424 – https://collections.louvre.fr/ark:/53355/cl010103631

Une athénienne pour l’empereur
Vraisemblablement réalisée d’après un dessin de Charles Percier,
cette athénienne est due pour l’essentiel à Martin-Guillaume Biennais (1764-1843).
Maître tabletier à l’origine, celui-ci s’oriente vers l’orfèvrerie
à la suite de sa rencontre avec Bonaparte en 1798 :
le jeune général souhaitant monter sa maison mais n’ayant pas encore assez de fonds,
l’artisan, confiant, lui fait volontiers crédit.
Au moment où il travaille à cet objet, Biennais n’est donc encore
qu’au début de sa nouvelle carrière et c’est pourquoi il bénéficie
de l’aide de son confrère Marie-Joseph-Gabriel Genu,
comme l’atteste le poinçon de celui-ci sur l’aiguière et le bassin d’argent.
D’inspiration antique, liée au thème de l’eau par sa fonction
comme par son décor (dauphins et cygnes), cette athénienne est agrémentée
de palmettes, de feuilles d’acanthe ou encore de fleurons
qui la rattachent au vocabulaire néoclassique.
Une fois devenu empereur, Napoléon saura témoigner
sa gratitude à Biennais en le désignant comme son orfèvre attitré.

L’exemple antique devient plus prégnant encore à partir des années 1780 où la vertu et la droiture morale des anciens Romains sont célébrées par l’un des peintres les plus en vue, Jacques-Louis David, dans des tableaux édifiants tels que Le Serment des Horaces (1784-1785) ou Les licteurs rapportent à Brutus les corps de ses fils (1789), tous deux au musée du Louvre.

Fils de la Révolution, lui-même admirateur depuis sa jeunesse de la Rome antique6, Bonaparte appuie ces références sitôt qu’il accède au pouvoir, tant dans le décor (grecques, frises de palmettes…) ou le mobilier (sièges curules, athéniennes…), que dans la symbolique (l’aigle éployée).

Jacques-Louis David, Les licteurs rapportent à Brutus les corps de ses fils, 1789, huile sur toile, 323 x 422 cm, Paris, musée du Louvre, © Wikimedia Commons cc-by-3.0

Le style Empire s’avère donc moins une rupture avec ce qui précède que la poursuite exacerbée d’une tendance à l’œuvre depuis plusieurs décennies. Naturellement, il fait siens les formes et les motifs du style Louis XVI  et ne se contente pas de les reprendre ; il en développe même de nouveaux – mais l’héritage antique comme les besoins d’apparat et de prestige7 justifient que la transition entre les deux esthétiques se fasse sans heurts. C’est ainsi que Georges Jacob, fournisseur de Marie-Antoinette, crée pour Beaumarchais des fauteuils dont le matériau (l’acajou) et la forme (dossier droit, pieds arrière incurvés et pieds antérieurs droits) annoncent le mobilier du Directoire8. C’est également ainsi que Jacob, toujours, fait appel, pour transformer la salle des séances destinée à abriter la Convention dans le palais des Tuileries9, à Charles Percier et Pierre Fontaine.


Percier & Fontaine

« Les noms de Percier et Fontaine sont restés inséparables dans l’histoire de l’art. Unis par une amitié réciproque, les deux artistes ont conduit ensemble à terme presque tous leurs ouvrages et rien n’est moins aisé que de déterminer dans leur collaboration ce qui appartient en propre à chacun d’eux. On les connaît surtout comme architectes ; mais l’intérieur des édifices ne les préoccupait pas moins que l’extérieur. La décoration des appartements, les meubles, les tentures, les pièces de bronze et d’orfèvrerie, tout ce qui concerne l’ameublement savait encore solliciter leur invention. »10

Au service de Napoléon depuis son ascension, en 1799, jusqu’à sa chute, en 1815, Charles Percier (1764-1838) et Pierre Fontaine (1762-1853) demeurent indissociables du style Empire. Ces deux amis, qui se lient lors de leur séjour d’étude à Rome pour ne plus se quitter11, trouvent avec le chantier de la Malmaison l’occasion de réaliser l’une de leurs premières collaborations, laquelle s’impose d’emblée comme le manifeste esthétique de la nouvelle aristocratie.

Acquis par Joséphine le 21 avril 1799 auprès de la famille du Molay, le domaine de Rueil-Malmaison est aujourd’hui l’un des rares ensembles qui subsistent du style Empire – plus précisément, en l’occurrence, du style Consulat –, avec l’hôtel Bourrienne et l’hôtel de Beauharnais, tous deux situés à Paris. Le 30 novembre, soit quelques semaines après le coup d’État du 18 Brumaire, Joséphine, forte de sa nouvelle position sociale, fait visiter son château à Percier et Fontaine. Ils lui ont été recommandés par les peintres David et Isabey père, conscients de leurs talents depuis la publication, en 1798, de leur ouvrage Palais, maisons et autres édifices modernes dessinés à Rome. Le 30 janvier 1800, ils sont officiellement nommés architectes de la Malmaison et commencent aussitôt d’importants travaux, qui se poursuivent jusqu’en juillet 1802. Fontaine se charge de la rénovation et de la transformation du bâtiment, quand Percier fournit aux artistes et aux artisans les modèles qui servent à la réalisation du mobilier comme des peintures murales.

Charles Percier et Pierre Fontaine, salle du billard, château de Malmaison, © Wikimedia Commons cc-by-3.0

Vaste pièce de 7,50 m sur 7,65 m, la salle du billard
est éclairée sur la cour et sur le jardin par quatre fenêtres.
Achevée à l’été 1800, elle voit son décor
entièrement refait en 1812 par Louis-Martin Berthault.

Charles Percier et Pierre Fontaine, bibliothèque du château de Malmaison, © Wikimedia Commons cc-by-3.0

Dernière pièce du rez-de-chaussée à être aménagée,
la bibliothèque de la Malmaison séduit immédiatement les visiteurs.
Le décor peint du plafond fut réalisé d’après des dessins de Percier,
avec pour sujet principal Apollon et Minerve entourés par
Virgile, Dante, Homère et… Voltaire.

Ce dernier fait en effet preuve d’une activité considérable dans le domaine de la décoration intérieure, laissant « un patrimoine matériel considérable non signé qui reste encore largement à lui attribuer »12. Exceptionnel créateur de meubles, c’est au fils de Georges Jacob, François-Honoré-Georges Jacob-Desmalter (1770-1841) qu’il confie le plus souvent ses dessins.

Avec son ami Fontaine, Percier mène à bien de nombreux chantiers d’ampleur et laisse plusieurs réalisations remarquables telles que la bibliothèque du château de Compiègne, la salle du trône de Fontainebleau ou, à Paris, la rue de Rivoli, l’aménagement du palais du Louvre (ajout d’une aile au pavillon de Marsan, décoration des salles des antiquités) ou encore l’arc de triomphe du Carrousel.

Charles Percier, Vue d’une maison romaine, 1792, plume et aquarelle, 31,5 x 26,1 cm, Paris, musée du Louvre, © Wikimedia Commons cc-by-3.0

De 1801 à 1812, en véritable pionniers de l’architecture d’intérieur, ils font paraître en fascicules quelque 70 planches illustrant les aménagements possibles des pièces d’une maison ou d’un appartement, peuplées des meubles et des objets qu’ils ont dessinés et proposés en modèles aux artisans. Ces fascicules, rassemblés en 1812 en un volume intitulé Recueil de décorations intérieures, rencontrent un énorme succès et contribuent pour une grande part à la diffusion du style Empire13, d’autant plus que le procédé de la gravure au trait rend les images très lisibles et donc accessibles aux fabricants (plusieurs planches précisant même les mesures des objets décoratifs). Sans surprise, on trouve dans le « Discours préliminaire » du recueil une allégeance à l’art antique rappelée avec insistance :


« Notre ambition serait satisfaite, si nous pouvions nous flatter d’avoir concouru à répandre et à maintenir dans une matière aussi variable, aussi soumise aux vicissitudes de l’opinion et du caprice, les principes de goût que nous avons puisés dans l’antiquité, et que nous croyons liés, quoique par une chaîne moins aperçue à ces lois générales du vrai, du simple, du beau, qui devraient régir éternellement toutes les productions du règne de l’imitation. […] Ce n’est pas une aveugle admiration qui nous porte à vanter le goût et le style de l’antiquité, auquel nous avons tâché de conformer nos compositions. […] Persuadés que cette maladie, qui est celle du goût moderne, et qui attaque les productions de tous les arts, doit trouver son traitement et ses remèdes dans les exemples et les modèles de l’antiquité, suivis non en aveugle, mais avec le discernement que les mœurs, les usages, les matériaux modernes comportent, nous nous sommes efforcés d’imiter l’antique dans son esprit, ses principes, et ses maximes, qui sont de tous les temps. » (Charles Percier)14


L’égyptomanie

Si la réinterprétation du vocabulaire formel de l’antiquité gréco-romaine est à la base du style Empire, une autre antiquité, orientale cette fois, constitue également une source importante d’inspiration. L’expédition en Égypte de 1798 relance15 en effet l’intérêt pour la civilisation des pharaons. À son retour en France, Dominique Vivant Denon, qui a accompagné le futur empereur en Orient, publie Voyage dans la Basse et Haute Égypte pendant les campagnes du général Bonaparte (1802). L’ouvrage, très largement illustré, exerce aussitôt une importante influence auprès des artistes et des artisans. Jacob-Desmalter introduit des motifs égyptiens dans ses meubles (têtes d’Égyptiennes, sphinx…), la manufacture de Sèvres réalise un service de table à l’égyptienne, les horlogers conçoivent des pendules en forme de pylônes égyptiens… Outre les travaux de Vivant Denon, tout juste nommé directeur du Muséum central (futur musée du Louvre), le Recueil de Percier et Fontaine, mais aussi des récits de voyages ou des études, telle celle de Quatremère de Quincy16, favorisent la diffusion d’une véritable égyptomanie. Comme l’a noté Pierre Francastel, « le souci de flatter le nouveau maître explique assez l’attention donnée par les architectes et les décorateurs à rappeler les lauriers cueillis au pays des Pharaons »17.

Le porche de style égyptien de l’hôtel de Beauharnais, désormais résidence de l’ambassadeur d’Allemagne, Paris, n° 78, rue de Lille, © Wikimedia Commons cc-by-3.0
François-Honoré-Georges Jacob-Desmalter et Martin-Guillaume Biennais, d’après un dessin de Charles Percier, médailler, vers 1809-1819, acajou et argent, 90,2 x 50,2 x 37,5 cm, New York, The Metropolitan Museum of Art

La mode égyptienne a donc cours durant tout l’Empire et s’exprime aussi bien dans le mobilier dessiné par Percier ou Vivant Denon18 que dans le décor des fontaines et des monuments commémoratifs, l’adaptation de la Flûte enchantée à l’Opéra de Paris sous le titre Les Mystères d’Isis ou encore le portique de l’hôtel de Beauharnais, au 78, rue de Lille. Cette égyptomanie se voit encore renforcée par les butins de guerre que Bonaparte rapporte d’Italie et qui font affluer dans la capitale parisienne de nombreuses statues égyptiennes ou égyptisantes, tel l’Antinoüs de la villa d’Hadrien. Première encyclopédie exclusivement consacrée au pays du Nil, la Description de l’Égypte19, parue en 1809, marque enfin une date importante, car si les dessins qui l’ont préparée étaient connus des artistes depuis plusieurs années, sa publication fait naître une nouvelle branche des études archéologiques : l’égyptologie.

Théière à décor égyptien, 1808, porcelaine de Sèvres, Rueil-Malmaison, châteaux de Malmaison et Bois-Préau, Photo (C) RMN-Grand Palais / Thierry Ollivier

Cette théière fait partie du « cabaret égyptien » (c’est-à-dire un service à thé)
commandé par l’impératrice Joséphine à la manufacture de Sèvres en octobre 1808.
Livré deux mois plus tard, il comprend douze tasses à thé dites « étrusques »
avec leurs soucoupes et six grandes pièces décrites comme :
un sucrier égyptien, un pot à sucre étrusque cannelé, une théière étrusque,
un bol égyptien, un pot à crème étrusque et un pot à lait étrusque.
Sur un fond dit « beau bleu » sont peints en grisailles, par Nicolas-Antoine Lebel,
des paysages reproduits dans les planches de l’ouvrage de Vivant-Denon
Voyage dans la Basse et la Haute-Égypte pendant les campagnes du général Bonaparte (1802).
Des hiéroglyphes constituent l’ornementation complémentaire :
ils sont le plus souvent issus de textes originaux,
mais ont parfois également été inventés à de pures fins décoratives.


Image du bandeau : la chambre à coucher de Joséphine au château de Malmaison, par Charles Percier et Pierre Fontaine, vers 1800, © Wikimedia Commons cc-by-3.0.


Suite en page 2


  1. Detlev Spinell dans la nouvelle Tristan (1903) de Thomas Mann ; cité dans Guénolée Milleret, Le Décor intérieur en images, de l’Empire au modernisme, Paris, Eyrolles, 2013, p. 34. []
  2. Les fouilles commencent sous le règne de Charles III de Bourbon, en 1738 à Herculanum et en 1748 à Pompéi. En 1757 paraît le premier volume d’Antichità di Ercolano, monumental projet éditorial qui, au lieu des quarante prévus, n’en comptera finalement que huit, dont le dernier est publié en 1792. « La qualité des planches, la variété des thèmes – paysages nilotiques, scènes de théâtre, statues, natures mortes, etc. – leur assurèrent un succès tel qu’on peut fixer à leur publication le renouvellement du répertoire dans toute l’Europe. » (André Chastel, L’Art français. Le temps de l’éloquence, 1775-1825, Paris, Flammarion, 1996, p. 141). []
  3. Le sujet renvoie à une fresque du même nom (Ier siècle) de la villa Adriana, découverte au milieu du XVIIIe siècle, lors des fouilles de Stabies, ancienne ville romaine à proximité de Pompéi. []
  4. Voir, en Angleterre, les décors de l’architecte écossais Robert Adam (1728-1792), et en Russie, ceux de l’architecte français Charles-Louis Clérisseau (1721-1820). []
  5. Le style rocaille commençait effectivement à avoir mauvaise presse, notamment auprès des philosophes qui l’associaient aux tendances libertines, jugées néfastes pour la société. []
  6. Ville que, paradoxalement, il ne visitera jamais. []
  7. Napoléon explique ainsi à la fin de sa vie : « Je sortais de la foule ; il me fallait de nécessité me créer un extérieur, me composer une certaine gravité, en un mot, établir une étiquette, autrement, on m’aurait journellement frappé sur l’épaule. En France, nous sommes naturellement enclins à une familiarité déplacée ; et j’avais à me prémunir surtout contre ceux qui avaient sauté à pieds joints sur leur éducation. » (Emmanuel de Las Cases, Mémorial de Sainte-Hélène, [Paris], Ernest Bourdin, 1842, p. 711). Voir https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k411228n/f732.item (consulté le 30 novembre 2023). []
  8. Voir Christophe Dorny, « Les sièges de Beaumarchais, un écrivain “heureux dans mon intérieur” », La Gazette Drouot, 26 mai 2022 : https://www.gazette-drouot.com/article/les-sieges-de-beaumarchais-un-ecrivain–C2-AB-C2-A0heureux-dans-mon-interieur-C2-A0-C2-BB-C2-A0/35364 (consulté le 14 novembre 2023). []
  9. Maurice Fouché, Percier et Fontaine, Paris, H. Laurens, 1907, p. 32-35 et André Chastel, L’Art français, op. cit., p. 141-142. []
  10. Maurice Fouché, Percier et Fontaine, op. cit., p. 5. []
  11. On a souvent glosé sur leur éventuelle homosexualité, sans jamais pouvoir apporter de preuves à ce sujet (si on ne connaît aucune liaison féminine à Percier, Fontaine avait une femme et une fille). Ils partagent néanmoins, avec l’architecte Claude-Louis Bernier (1755-1830), la même tombe au cimetière du Père-Lachaise. []
  12. Jean-Philippe Garric, dir., Charles Percier (1764-1838). Architecture et design, cat. expo., New York, Bard Graduate Center Gallery, Fontainebleau, château de Fontainebleau, Paris, Éditions de la RMN, 2016, p. 154. []
  13. Jusqu’en Angleterre, pourtant l’ennemie jurée de la France, où Thomas Hope, dans son livre Household Furniture and Interior Decoration (1807), prend en exemple les réalisations de Percier et Fontaine. []
  14. Charles Percier, Recueil de décoration intérieur comprenant tout ce qui a rapport à l’ameublement…, « Discours préliminaire », p. 1-19 (https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k857253/f8.item ; consulté le 30 mai 2023). []
  15. « Tout ce qui touchait à la terre des Pharaons intéressait déjà les foules, qui vont se passionner pour une campagne militaire entourée d’un appareil publicitaire inusité. » (Egyptomania. L’Égypte dans l’art occidental, 1730-1930, cat. expo., Louvre, 1994, p. 252). La mode égyptienne existait déjà au XVIIIe siècle, mais elle s’exprimait par des éléments de décor isolés ; la nouveauté, en ce début de siècle, est l’apparition de meubles entièrement imaginés « à l’égyptienne ». []
  16. De l’architecture égyptienne, considérée dans son origine, ses principes et son goût et comparée sous les mêmes rapports à l’architecture grecque. Dissertation qui a remporté en 1785 le prix proposé par l’Académie des inscriptions et belles lettres, Paris, chez Barrois l’aîné et fils, 1803. []
  17. Pierre Francastel, Le Style Empire, Paris, 1939, p. 12, cité dans ibid., p. 252. []
  18. Mentionnons également le magasin « Aux Égyptiens » de l’ébéniste Pierre-Benoît Marcion. []
  19. Description de l’Égypte, ou Recueil des observations et des recherches qui ont été faites en Égypte pendant l’expédition de l’armée française (1809). []

Qui suis-je ? (1)

Si vous aimez les devinettes, nous vous conseillons, dans un premier temps, de ne pas lire les notes.
Si vous êtes un féru de l’Empire, vous trouverez peut-être même la réponse avec les seules images.


Qui suis-je ?


ill. 1 : Je porte beau, n’est-ce pas ?

Né le 26 janvier 1763 dans la ville de Pau, dans ce Béarn cher à mon cœur, je suis le fils d’un modeste avoué (et le petit-fils d’un tailleur).

Enfant, mon loisir préféré est de monter les chevaux du maître de poste. J’aime aussi à me chamailler et, de mes batailles de rue, je garderai deux amis fidèles1.

En septembre 1780, après la mort de mon père, je m’engage comme simple soldat dans le régiment Royal-Marine. J’ai alors 17 ans et demi, les cheveux et sourcils noirs, les yeux bruns profondément enfoncés et le nez long et pointu2. Ce nez aquilin, vous le retrouverez sur tous mes portraits, à commencer par celui où je pose en uniforme de lieutenant du 36e régiment de ligne.


Qui suis-je ?


ill. 2 : La maison où je suis né…

De 1792 à 1797, je participe à presque toutes les campagnes de la Révolution. Je noue des liens d’amitié avec bon nombre d’officiers qui, comme moi, font preuve de vaillance et de bravoure et deviendront ensuite les hommes forts de la Grande Armée.

Sur la demande de Kléber, je suis élevé au grade de général de brigade. Mes actes me valent de devenir peu après général de division, dans l’armée de Sambre-et-Meuse.

Au début de l’année 1797, je suis chargé de porter renfort au général Bonaparte en Lombardie, aux prises avec les Autrichiens.

Nos relations sont immédiatement compliquées, Napoléon ne pouvant s’empêcher de vouloir dominer quiconque se trouve devant lui3 et le général Berthier, l’un de ses fidèles, prenant déjà un malin plaisir à me nuire.

ill. 3 : Sans aucun doute l’un de mes principaux adversaires… un ennemi même !

Qui suis-je ?


Je suis ensuite brièvement ambassadeur à Vienne, où, de l’avis de mes contemporains comme des historiens d’aujourd’hui, mes talents de diplomate ne brillent pas particulièrement4.

Qu’à cela ne tienne ! Surnommé dans ma jeunesse « le Sergent Belle Jambe », je songe, dès mon retour en France, à me marier. Séducteur, mais peu sentimental, j’y vois là l’occasion d’une alliance qui pourrait m’être profitable.

En épousant Désirée Clary, la belle-sœur de Joseph et l’ancienne fiancée de Napoléon, je me rapproche ainsi du clan Bonaparte, dont le poids politique devient chaque jour plus important. Elle a 20 ans, j’en ai 35.

ill. 4 : Ma femme, à 30 ans. Je l’épouse en août 1798 (elle en a alors 20), à Sceaux.

Qui suis-je ?


Un temps ministre de la Guerre sous le Directoire, je ronge mon frein sous le Consulat, n’appréciant guère la tournure donnée par Napoléon au nouveau régime. Mes relations avec lui sont tendues et il me soupçonne même de prendre part à certains complots visant à le renverser.

Je me rends cependant bien compte qu’il est trop tard pour sauver la république et que le pouvoir napoléonien vaut mieux qu’une restauration monarchique. Grâce à ma femme, qui le tient discrètement au courant de mon état d’esprit, celui qui va devenir l’empereur des Français quelques jours plus tard me propose un ralliement, que j’accepte avec pragmatisme.

Le 19 mai 1804, en remerciement de ma loyauté, je suis élevé à la dignité de maréchal d’Empire.

ill. 5 : Mon premier blason

Qui suis-je ?


Mais on continue d’être méfiant : on préfère m’envoyer guerroyer en Allemagne et me confier des troupes étrangères ; on me tient « en dehors ».

Et lorsque, après la bataille de Wagram, on me confie enfin à l’été 1809 le commandement de troupes françaises pour l’opération à Walcheren5, Napoléon se montre à nouveau ingrat et de mauvaise foi !

De retour en Île-de-France, je me retire donc à la Grange6, vexé et fâché. Mais non pas dans le dénuement ! Par le passé, l’empereur a tout de même su aussi me remercier en temps et en heure. Le revenu annuel de la principauté de Ponte-Corvo, le fruit de mes domaines hanovriens, westphaliens et polonais, tout cela fait une coquette somme pour bien vivre sa retraite7

ill. 6 : Dans mon costume de maréchal d’Empire : toujours « Belle Jambe », n’est-ce pas ?

Qui suis-je ?


En fait, je ne vais pas rester oisif longtemps.

Mais la suite, faut-il vous la raconter ? J’imagine que vous avez déjà deviné qui j’étais. Alors si je vous dis en plus qu’en août 1810, le parlement suédois (oui, suédois) me désigne comme le prince héritier de Suède, je pense que mon identité n’est plus un mystère pour vous…

« Élevé dans les camps, je vous apporte une âme franche et loyale, un dévouement absolu au roi 8, mon auguste père, et un ardent désir de tout faire pour le bonheur de ma nouvelle patrie9. » Voilà ce que je réponds aux membres du Riksdag deux mois plus tard.

ill. 7 : Avouez que j’ai un petit air étranger sur ce tableau !

Bref, j’accepte cette nouvelle destinée !

Dès lors, je n’hésite pas à défendre mon pays d’adoption contre la France en 1813-1814, acceptant d’entrer dans la Sixième Coalition. Je tiens ma revanche contre l’empereur !

En 1818, je deviens roi de Suède sous le nom de Charles XIV Jean (en suédois : Karl XIV Johan)… et je le reste jusqu’à ma mort, en 1844.

Et figurez-vous que Carl XVI Gustaf (ou Charles XVI Gustave), le roi actuel, est mon descendant direct ! Oui, lui aussi est un Bernadotte !

Zut ! Voilà que je vous ai donné la réponse…


Jean-Baptiste Bernadotte


Image du bandeau : Bernadotte refusant de soutenir le coup d’État de Bonaparte le jour du 18 brumaire. Illustration d’Henri Félix Emmanuel Philippoteaux, © Wikimedia Commons cc-by-3.0.

Légendes des illustrations
ill. 1 : Louis-Félix Amiel, Jean-Baptiste-Jules Bernadotte, lieutenant au 36e régiment de ligne en 1792, 1834, huile sur toile, 72 x 55 cm, château de Versailles, © Wikimedia Commons cc-by-3.0
ill. 2 : Maison natale de Bernadotte, à Pau, © Wikimedia Commons cc-by-3.0
ill. 3 : Andrea Appiani, Louis-Alexandre Berthier, après 1807, huile sur toile, 75 x 60 cm, château de Fontainebleau, © Wikimedia Commons cc-by-3.0
ill. 4 : Robert Lefèvre, Désirée Clary, 1807, huile sur toile, dimensions et localisation inconnues, © Wikimedia Commons cc-by-3.0
ill. 5 : Armoiries de Jean-Baptiste Bernadotte (principauté de Ponto-Corvo), © Wikimedia Commons cc-by-3.0
ill. 6 : Joseph Nicolas Jouy, d’après François-Joseph Kinson, Jean-Baptiste Bernadotte, maréchal de France, 1852, huile sur toile, 215 x 140 cm, Versailles, château de Versailles, © Wikimedia Commons cc-by-3.0
ill. 7 : Frederic Westin, Karl XIV Johan, roi de Suède et de Norvège, en prince héritier entrant dans la ville de Leipzig en 1813, date inconnue (entre 1818 et 1844), huile sur toile, 276 x 200 cm, château de Skokloster (Suède), © Wikimedia Commons cc-by-3.0


  1. Louis Camps, fils de sa nourrice, qui sera son confident durant une quarantaine d’années et finira noble et général suédois, et Jean-Pierre Gré, qui sera son secrétaire particulier pendant la campagne de 1813-1814. Frank Favier, Bernadotte, un maréchal d’Empire sur le trône de Suède, Paris, Ellipses, 2010, p. 33. []
  2. Ibid., p. 35 []
  3. « Le vainqueur de Rivoli envisageait la relation avec ses hommes dans une soumission admirative et inconditionnelle ; Bernadotte avait besoin d’une estime réciproque, de marques d’attachement comme dans sa relation avec Kléber. […] Partie sur de mauvaises bases, la relation entre les deux hommes ne cessa, même sous l’Empire, même après le départ de Bernadotte pour la Suède, de reproduire les mêmes effets » (Ibid., p. 66). []
  4. « Néanmoins la position d’ambassadeur français à Vienne, en ce début d’année 1798, aurait probablement été intenable pour n’importe qui. Les pressions autrichiennes et françaises conjuguées furent évidemment la cause de cette situation. » (Ibid., p. 83). []
  5. L’île de Walcheren se trouve en Zélande. De juillet à décembre 1809, les Anglais, soutiens des Autrichiens dans le cadre de la Cinquième Coalition, essayent d’attaquer la base navale d’Anvers alors aux mains des Français. []
  6. Situé à 35 km au sud-est de Paris, le domaine est acquis par Bernadotte le 25 novembre 1800. Il sera revendu en 1813 au frère de son épouse Désirée, Nicolas Clary. []
  7. Frank Favier, op. cit., p. 158. Bernadotte était devenu gouverneur de Hanovre le 14 mai 1804 et prince de Ponte-Corvo par décret du 5 juin 1806. []
  8. Le roi Charles XIII, déjà âgé de 62 ans, n’ayant aucune descendance directe, il fallait lui trouver un héritier. Et si celui-ci pouvait favoriser la Suède auprès de Napoléon et lui permettre de retrouver puissance et superbe… Maréchal d’Empire « disponible », jouissant d’une bonne réputation en Europe du Nord, Bernadotte pouvait apparaître comme un choix raisonnable et judicieux. []
  9. Propos de Bernadotte tenu devant le Riksdag le 5 novembre 1810. Voir Recueil des lettres, proclamations et discours de Charles XIV Jean roi de Suède et de Norvège, Stockholm, 1858, t. I, p. 9. []