« Redécouvrir l’art du tapissier-décorateur dans la seconde moitié du XIXe siècle », par Justine Lécuyer

Justine Lécuyer (droits réservés)

Pensionnaire de la bibliothèque Marmottan en 2022-2023, Justine Lécuyer est depuis décembre 2023 docteur en histoire de l’art, diplômée de Sorbonne Université.
Auteur d’une thèse sur les tapissiers-décorateurs de 1848 à 1914, elle consacre ses recherches aux arts décoratifs et à l’histoire des techniques et du textile aux XIXe et XXe siècles.
Elle nous offre ici un aperçu du métier des artisans tapissiers dans la seconde moitié du XIXe siècle.


Souvent présentée comme éminemment parisienne, la tapisserie est synonyme d’excellence du savoir-faire et du goût parisiens. En 1847, l’ameublement est la quatrième industrie de Paris après celles du vêtement, de l’alimentation et du bâtiment. La tapisserie y joue un rôle non négligeable puisqu’elle alimente plus de vingt autres industries, telles que les fabriques d’étoffes, la passementerie, la menuiserie, la sculpture, la dorure ou la quincaillerie1. L’industrie de la tapisserie elle-même comprend le garnissage des sièges, la pose des tentures, des rideaux ainsi que l’ameublement complet des appartements. Elle s’apparente à la décoration intérieure et appartient aux industries du luxe, un puissant moteur économique pour la France.

Fig. 1 : « Établissements Krieger Damon et Cie, Un atelier de tapissiers-garnisseurs », Julien Turgan, Les grandes usines de France, Paris, Librairie des dictionnaires, 1885, t. 16, p. 11. Cliché : BnF / Gallica.

L’émergence de la figure du tapissier-décorateur est généralement située autour des années 1830-1850, sans toutefois que l’on puisse en retracer fidèlement l’apparition2. Déjà au XVIIIe siècle, le développement des décors textiles procure au tapissier la place d’acteur indispensable dans l’aménagement des intérieurs3. François Husson désigne le tapissier comme « un marchand doublé d’un artiste : marchand, parce qu’il achète et vend tout ce qui constitue le mobilier et l’ameublement des maisons ; artiste, parce qu’il lui faut déployer beaucoup de science, d’inspiration et de goût pour les décorer depuis leurs murailles, leurs sols et leurs plafonds jusqu’aux portes et aux fenêtres »4. Les tapissiers sont des spécialistes de la mise en œuvre du textile et leurs compositions sont rapidement associées à l’abondance de draperies, de franges et de capitons. Pourtant, derrière les critiques formulées dès la fin du XIXe siècle sur les excès supposés de leurs travaux, se cache une production riche et variée, qui mérite d’être reconsidérée.

Les tapissiers-décorateurs sont des personnages multiples, à la fois entrepreneurs et artistes. Leur métier se divise en plusieurs spécialités : les garnisseurs en siège (fig. 1) ; les coupeurs, qui préparent les tissus, les coupent et les drapent ; les tapissières-couturières5 pour le travail d’assemblage (fig. 2) ; puis les tapissiers « villiers », qui font l’installation et les ajustements « en ville », c’est-à-dire chez les clients. Ainsi, les tapissiers sont des acteurs à part dans l’industrie de l’ameublement. Ils sont en contact permanent avec la clientèle, exercice qui exige d’eux des qualités très personnelles d’éducation, d’instruction et de goût. Ils doivent saisir de façon juste et rapide les envies de leurs clients et avoir le talent de choisir et d’assembler pour rendre les intérieurs agréables. En 1873, la revue anglaise House Furnisher indique à ce sujet : « votre véritable tapissier est un homme aux qualifications les plus variées et les plus importantes, et il est souvent un agent aussi nécessaire et aussi fiable dans de nombreux foyers que le sont les avocats et les médecins de famille »6. On a son tapissier comme on a son notaire ou son médecin. L’historien Manuel Charpy définit même les tapissiers comme un « attribut de la vie bourgeoise »7.

Fig. 2 : « Établissements Krieger Damon et Cie, Une salle des tapissiers », Julien Turgan, Les grandes usines de France, Paris, Librairie des dictionnaires, 1885, t. 16, p. 11. Cliché : BnF / Gallica.

Dans la seconde moitié du XIXe siècle, les tapissiers affirmentleur statut de décorateur, bien que cette pratique ne soit pas nouvelle pour eux. Le titre de tapissier-décorateur s’impose au tournant du XXe siècle avec le changement de nom de la chambre syndicale, au moment même où leur production subit les critiques des tenants d’un renouveau de l’ameublement8. À cela s’ajoute la volonté des tapissiers de légitimer la dimension artistique de leur pratique. Ils emploient à cet effet le terme d’« art du tapissier » pour décrire leur industrie en s’appuyant sur leur maîtrise du dessin et de la couleur. De plus, les tapissiers-décorateurs ne se limitent pas à la décoration mobile mais prennent aussi en charge la décoration fixe des intérieurs, afin de créer un ensemble décoratif cohérent entre le bâti et les meubles. Bien que l’étoffe soit la matière privilégiée des tapissiers, ils s’intéressent aussi au bois et réalisent des panneaux décoratifs de divers styles pour des boiseries, mais également des corniches ou encore des cimaises. Certains tapissiers revendiquent même dès 1867 le titre d’« architecte de l’intérieur »9.

Après avoir mesuré et consigné les volumes des espaces à décorer, les tapissiers imaginent le projet de décoration à partir des éléments qui constituent le « squelette du décor »10.

Fig. 3 : Henry Penon, [Intérieur de salon], [1870-1897], Paris, INHA, Collections Jacques-Doucet, Fonds Penon, Fol Est 16. Cliché : Justine Lécuyer.

Pour cela, ils exécutent une prestation de conception et de composition, qui se révèle par le dessin. Selon la taille de leur maison, les tapissiers dessinent eux-mêmes leurs projets ou s’entourent d’un ou plusieurs dessinateurs en interne. Afin de mettre en valeur ce qu’ils proposent à leurs clients, ils réalisent des dessins à l’aquarelle ou à la gouache, représentant un meuble, un décor textile ou la pièce complète qu’ils aménagent (fig. 3). En effet, le trait seul ne suffit pas toujours pour transmettre l’exactitude de leurs idées : il permet de l’exprimer, mais la couleur apporte le sentiment. Ainsi, les tapissiers doivent posséder la science de la composition quant à l’agencement des lignes et à l’harmonie des couleurs.

Pour l’élaboration de leurs projets et pour parfaire leur instruction, les tapissiers-décorateurs recherchent de la documentation afin de composer des décors en accord avec les styles historiques et l’évolution des modes. Celles-ci les amènent à produire dans tous les genres anciens et les obligent à connaître les caractéristiques de chacun d’entre eux. Ils sont à la recherche de modèles auxquels ils peuvent se référer. Au sein de leurs ateliers, ils constituent des fonds documentaires, qui se composent aussi bien des dessins des chantiers précédents que de photographies de meubles anciens. Divers ouvrages et recueils de modèles, qui se multiplient à l’époque, se retrouvent dans leurs bibliothèques. Cette recherche de mobilier historique les conduit également à se constituer une collection de meubles, tentures et étoffes d’époque, reflet de leur goût personnel. Dans une perspective d’enseignement et d’éducation, le tapissier Jules Deville fait paraître, entre 1878 et 1880, son Dictionnaire du tapissier : critique et historique de l’ameublement français, depuis les temps anciens jusqu’à nos jours,qu’il voit plutôt comme un recueil de documents sur l’ameublement destiné aux jeunes patrons, ouvriers ou apprentis11. Cet ouvrage tend à la consignation de l’histoire des créations de l’ameublement. Il a pour objectif de permettre aux tapissiers d’y puiser « des exemples, des modèles de style ou de productions des diverses époques de notre histoire industrielle, qui pourront les aider, avec le concours de leur travail et de leur intelligence, à acquérir cette capacité personnelle si réputée des anciens tapissiers »12.

Fig. 4 : « Lits XVIIe siècle, Louis XIII », Jules Deville, Dictionnaire du tapissier, critique et historique de l’ameublement français depuis les temps anciens jusqu’à nos jours, Paris, C. Claesen, 1878-1880, pl. 54. Cliché : Justine Lécuyer.

Deville consacre le premier volume de son ouvrage à l’histoire du mobilier. Il est organisé autour d’un classement thématique : les différents types de meubles, les étoffes, les tentures et les rideaux. Pour la rédaction de ce volume, Deville s’appuie, de manière novatrice, sur des documents historiques de l’ameublement, qu’il regroupe à la fin de l’ouvrage. Entre autres, il consulte les inventaires de Mazarin, du Louvre ou encore de Versailles, dont il retranscrit des extraits. Le second volume est constitué de 180 planches couleurs dessinées par Cleuzet, sous la direction de Deville, pour lesquelles différentes sources sont utilisées, notamment des planches tirées des ouvrages de Jean Marot, Jean-Charles Delafosse ou encore Abraham Bosse. À titre d’exemple, pour illustrer les lits Louis XIII de la planche 54 de son dictionnaire, Deville utilise deux estampes de Bosse, dont celle de La mort du mauvais riche. De cette gravure, il extrait le lit, supprime le mourant et conserve la chaise, qui sert d’appui au drapé du rideau (fig. 4).

L’ameublement du XIXe siècle est perçu par les contemporains comme une succession de copies des styles passés. Selon le comte Léon de Laborde : « depuis les débuts de ce siècle, la manie archéologique nous jette dans l’imitation acharnée de tous les styles les uns après les autres »13. Au sein d’un même logement, il est alors possible de traverser les siècles. Comme l’indique le tapissier Constant Legriel dans son rapport du jury de l’Exposition universelle de 1889, la salle à manger ou le cabinet peuvent être « du style de la Renaissance, François Ier ou Henri II ; la bibliothèque, Louis XIII ; le grand salon, Louis XIV, le petit salon et le boudoir, Louis XV ; la chambre à coucher, Louis XVI »14. Les conseils des tapissiers permettent alors à la clientèle de se meubler selon l’évolution de la mode et des usages. Les tapissiers s’attachent à adapter le mobilier de chaque pièce en fonction de l’emploi auquel elle est destinée en tenant compte de son degré de sociabilité, de réception ou d’intimité.

Fig. 5 : Henry Penon, [Fauteuil confortable], [1870-1897], Paris, INHA, Collections Jacques-Doucet, Fonds Penon, Fol. Est 16. Cliché : Justine Lécuyer.

Dans la seconde moitié du XIXe siècle, les tapissiers sont souvent considérés comme les garants et les ordonnateurs du goût et de l’harmonie du décor intérieur. Leur expertise réside notamment dans la connaissance de la qualité et de l’harmonie des coloris des étoffes. Ils collaborent avec un réseau de fabricants d’étoffes, auxquels ils commandent des métrages de leurs collections mais font aussi tisser à partir de leurs propres modèles. Par ailleurs, les tapissiers, déjà marchands de meubles sous le système corporatif, deviennent au XIXe siècle fabricants de meubles. Les fonds d’atelier conservés montrent très clairement par le nombre de dessins de meubles, plus nombreux que ceux de décors textiles, que l’activité d’ébénisterie est tout aussi importante pour les tapissiers. Ces derniers doivent également choisir et acheter avec justesse les glaces, les bibelots ou les tableaux afin de composer des intérieurs formellement cohérents. Aucun détail des marchandises employées n’échappe à leur attention et s’ils ne fabriquent pas les matières qu’ils emploient, ils les façonnent, les mettent en œuvre et surveillent leur exécution. Ainsi, les maisons de tapissiers-décorateurs se transforment au cours de la seconde moitié du XIXe siècle en maisons d’ameublement complet, dont la production est le reflet de l’historicisme ambiant.

Toutefois, les tapissiers sont à l’origine de modifications décoratives. Ils se situent entre suiveurs, pour les références aux styles du passé, et novateurs, pour leur apport des sièges confortables (fig. 5). Le terme s’applique alors à toutes sortes de fauteuils, dont la caractéristique principale est le fond dit « élastique », c’est-à-dire à ressort. Deux autres éléments sont généralement associés : le bois recouvert et le capiton. Ces sièges sont accueillants, fonctionnels, empreints d’originalité, et provoquent l’engouement tant de l’aristocratie que de la bourgeoisie. Ils permettent de se distinguer et d’apporter un cachet plus personnel à son intérieur en apportant une touche colorée, qui contraste avec le reste de la décoration de la pièce. Afin d’entretenir cette mode, les fabricants multiplient les formes et les appellations, qui changent selon les périodes. Ces noms très variés sont issus de références zoologiques, géographiques, historiques ou n’ayant pas de justification formelle.

Fig. 6 : Jules Deville, [Décor d’une chambre], [1850-1880], Paris, BnF, Fonds Deville, Hd-110k. Cliché : Justine Lécuyer.

Deville déplore cette évolution : « Depuis 1850, les sièges dont la mesure, la proportion, étaient une preuve de savoir, de connaissance de la part du fabricant, prirent des formes si variées, si multiples que l’on vint à fabriquer des fauteuils qui n’ont plus de confortables que le nom ; encore a-t-on trouvé le besoin pour satisfaire à des goûts ignorants de les surnommer fauteuils crapauds, puffs [sic], bébés, impératrice, anglais, américains, etc. !!! »15

La fantaisie est permise et est même de règle dans les intérieurs. Elle domine en particulier pour le choix des sièges. Une aquarelle issue du fonds de dessins de Deville conservée à la Bibliothèque nationale de France montre comment le tapissier a pu s’inspirer d’un modèle original de Boulle pour proposer un décor à son client (fig. 6). Il mêle meuble d’appui de style Louis XIV, lit et dessus-de-porte de style Louis XVI et sièges modernes confortables et capitonnés. Cet intérieur met en lumière la recherche du passé, qui se fait à travers les meubles de style, mais aussi un goût dit moderne, qui se traduit par l’installation de fauteuils confortables, l’utilisation du capiton et le mélange des formes et des couleurs.

Fig. 7 : « Maison Poirier et Rémon – Antichambre style moderne », Décoration et ameublement, Paris, A. Guérinet, 1901, vol. 1, pl. 52. Cliché : Justine Lécuyer.

Bien que les tapissiers-décorateurs s’avèrent des acteurs incontournables de la décoration intérieure dans la seconde moitié du XIXe siècle, leurs créations font l’objet de critiques de la part de milieux divers et sont condamnées au nom de l’hygiène, de la morale et du goût. En particulier, les partisans d’un renouveau esthétique condamnent la complexité de leurs décors textiles et l’abondance d’objets qui les accompagnent. Revenir aux fondamentaux de la grammaire décorative des ressources du passé et leur associer une fantaisie contenue semble définir le positionnement des tapissiers face à la remise en question de leurs créations. Les lignes des draperies, leur quantité et leur positionnement, la composition des rideaux ou encore du mobilier s’orientent vers plus de simplicité à partir des années 1880. Quelques essais d’inspiration moderne sont à souligner, notamment de la part de Pierre-Henri Rémon (fig. 7), Jean Henri Jansen et André Boutard qui présentent du mobilier de ce genre lors de l’Exposition universelle de 1900.


  1. Alexandre Compagnon, Observations sur l’industrie de la tapisserie à Paris, Paris, Imprimerie E.-B. Delanchy, 1847, p. 5. []
  2. Les premières occurrences du terme de « tapissier-décorateur » semblent dater des années 1800-1810. La plus ancienne mention, retrouvée lors de nos recherches, date de 1806, mais reste isolée. Au XIXe siècle, le terme de tapissier-décorateur est écrit de façon aléatoire avec ou sans trait d’union. Nous utilisons le trait d’union conformément au titre de la chambre syndicale des tapissiers-décorateurs. []
  3. Aziza Gril-Mariotte, « L’architecture et le tissu ou comment le décor textile a participé à la notion d’unité décorative dans les intérieurs au XVIIIe siècle », Source(s), n° 19, 2021, p. 13-26. []
  4. François Husson, Artisans français : Les tapissiers, étude historique, Paris, Marchal & Billard, 1905, p. 163. []
  5. Au sein des industries de l’ameublement, celle de la tapisserie est l’une des rares à employer des femmes. []
  6. Cité dans Edwards Clive, Turning Houses into Homes, Aldershot, Ashgate, 2005, p. 107. Je traduis le propos original suivant : « your true upholsterer is a man of the most varied and important qualifications, and is often as necessary and as trusted an agent in many homes as are the family lawyer and doctor ». []
  7. Manuel Charpy, « Le tapissier-décorateur, attribut de la vie bourgeoise au XIXe siècle », Pour une histoire culturelle du décorateur, colloque organisé par l’Institut national d’histoire de l’art (INHA) et le musée des Arts décoratifs, Paris, 7 et 8 octobre 2016. En ligne : https://www.youtube.com/watch?v=8iKu__DYNR4 (consulté le 10 juin 2019). []
  8. La chambre syndicale des tapissiers de Paris est fondée en 1848. Elle change de nom en 1896 pour celui de chambre syndicale des tapissiers-décorateurs afin de donner une idée plus complète de la profession. []
  9. Archives nationales, F/12/3120, Rapport des ouvriers tapissiers à l’Exposition universelle de 1867. []
  10. Jules Verdellet, Manuel géométrique du tapissier, Paris, chez l’auteur, 1851, p. 102. []
  11. Jules Deville, Dictionnaire du tapissier : critique et historique de l’ameublement français, depuis les temps anciens jusqu’à nos jours, Paris, C. Claesen, 1878-1880. []
  12. Ibid., p. 27. []
  13. Léon de Laborde, Exposition universelle de 1851. Travaux de la Commission française sur l’industrie des nations, VIe Groupe, XXXe jury, Paris, Imprimerie impériale, 1854, t. VIII, p. 400. []
  14. Constant Legriel, « Rapport sur les ouvrages du tapissier et du décorateur », dans Rapports du jury international, Groupe III, Mobilier et accessoires, classes 17 à 30, Paris, Imprimerie nationale, 1891, p. 32. []
  15. Jules Deville, op. cit., 1878-1880, p. 21. []

« Au gré de ma bibliothèque » (3) : Histoire de la monarchie universelle de Louis Geoffroy

Curieux livre que cette Histoire de la monarchie universelle, qui dormait – depuis combien de temps ? – sur un rayon de notre réserve…

Publié pour la première fois de manière anonyme en 1836, l’ouvrage est revu et étoffé pour reparaître cinq ans plus tard1, en 1841, sous le titre Napoléon apocryphe et avec le nom de son auteur, Louis Geoffroy. Il connaîtra encore deux réédition au cours du XIXe siècle : en 1851 et en 1896.

Horace Vernet, Bataille d’Iéna, 14 octobre 1806, 1836, huile sur toile, 465 x 543 cm, Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon, © Wikimedia Commons cc-by-3.0

Toutes ces dates, remarque Olivier Boura2, sont symptomatiques : dans la décennie 1840, c’est le retour des cendres de l’empereur, mais aussi les vives tensions avec l’Angleterre sur la « question d’Orient » ; le 2 décembre 1851, Louis-Napoléon Bonaparte réalise son coup d’État ; et la fin du siècle est marquée par une poussée de chauvinisme et d’anglophobie. Quant à la première, 1836, Jacques Jourquin rappelle qu’elle est « une année placée sous le signe de Napoléon »3 : Horace Vernet peint les batailles d’Iéna, Friedland et Wagram, Hippolyte Bellangé représente le passage du Mincio, Nicolas-Toussaint Charlet, la campagne de Russie, Jean-Jacques Grandville illustre les chansons de Béranger ; l’Arc de triomphe de l’Étoile est inauguré ; et, le 30 octobre, à Strasbourg, Louis-Napoléon Bonaparte tente un premier coup de force4

On présente parfois le récit de Louis Geoffroy, juge au tribunal civil de Paris et fils d’un officier du génie distingué par Bonaparte lors de la campagne d’Égypte, comme la première uchronie napoléonienne, le « premier texte de fiction qui dans l’histoire de la littérature se pense et se donne comme uchronique, sans que le mot cependant ni le concept n’existent encore »5.

Comme le sous-titre l’indique – Napoléon et la conquête du monde, 1812-1832 –, le déraillement vers une histoire parallèle se produit en 1812, c’est-à-dire au moment de la campagne de Russie. Après la bataille de la Moskova, tout se passe au mieux pour la Grande Armée : plus de retraite désastreuse dans la neige et le froid, plus d’échecs militaires en Allemagne… Les restaurations monarchiques n’ont jamais existé, pas plus que Waterloo. « L’empereur ne commet plus une faute, plus une erreur. Son génie et sa santé ne sont gênés par aucune défaillance »6, note Jules Richard dans sa préface à l’édition de 1896.

Illarion Prianichnikov, La Retraite des Français en 1812, 1874, huile sur toile, © Wikimedia Commons cc-by-3.0

Dès lors, rien ni personne ne peut l’arrêter dans sa conquête du monde. Les pays, les régions et les continents tombent les uns après les autres. Dans les livres III et IV, Napoléon soumet l’Afrique, puis le Moyen-Orient. Le « mahométisme » détruit, la religion chrétienne peut dominer sur tout le globe7, y compris en Asie, où l’on se met à adorer « le nouveau prophète Buonaberdi »8. Les orthodoxes ont rejoint le giron de l’Église romaine et les juifs ont tous été réunis sur l’île de Chypre9. Une seule foi, un seul empire, un seul monarque.

Jules Richard affirme que « pour faire accepter son rêve ou plutôt sa thèse d’une autorité tutélaire infaillible, reconnue sans conteste par tous », Geoffroy a pris soin de doter Napoléon des « qualités les plus précieuses » : il « aime ses peuples comme ses enfants [le peuple français reste naturellement le plus proche de son cœur], consacre toutes ses pensées et toutes ses veilles à leur bonheur matériel, encourage les lettres et les artistes »10.

Car l’Histoire de la monarchie universelle ne se contente pas de relater l’irrésistible progression napoléonienne et ses acquis – plus de guerres ou de querelles dynastiques, plus d’esclavage –, elle aborde aussi, très succinctement, il est vrai, les œuvres de l’esprit. C’est ainsi que, dans le dernier livre, certains chapitres sont consacrés aux « sciences », aux « voyages et découvertes » ou aux « lettres et beaux-arts ». On trouve dans cette dernière section un amusant passage, quasi prophétique : « La pensée, devenue plus rapide, avait besoin d’instruments qui eussent de sa célérité ; la sténographie devint l’écriture commune, et des machines à touches, des pianos d’écriture, peignaient, avec la plus grande rapidité, la pensée à peine jaillie de l’âme »11.

L’exemplaire conservé à la bibliothèque Marmottan

Les éléments qui font penser à la littérature de science-fiction ne sont en effet pas absents de l’ouvrage, tel ce chapitre intitulé « Une prétendue histoire » qui fait penser au mystérieux livre d’Hawthorne Abendsen dans Le Maître du Haut-Château de Philip K. Dick12 :

« […] l’écrivain ne peut-il point exprimer son indignation pour le romancier coupable qui aurait pris à tâche d’insulter à un grand homme, et d’avilir sa patrie, en façonnant pour la postérité je ne sais quelle ignoble et détestable invention dont la honte doit retomber sur son auteur ?
On m’a deviné, et l’on sent que je veux parler de cette fabuleuse histoire de France depuis la prise de Moscou jusqu’à nos jours, de cette histoire accueillie je ne sais par quel caprice, qu’on retrouve partout […] et répandue à ce point, que dans les siècles à venir la postérité doutera si ce roman n’est pas l’histoire. »

Et de résumer l’« odieuse fable », qui se termine de la plus invraisemblable des façons :

« […] Napoléon se lève au 1er mars 1815, et repoussant son île d’un pied, il pose l’autre en France, marche pendant vingt jours, au milieu des acclamations unanimes, entre à Paris, trouve le lit encore chaud du roi que sa venue chasse ; s’y couche et se réveille au matin du 21 mars, encore empereur de France et des Français. Mais comme si cette grande invention l’eût épuisé, l’auteur fléchit aussitôt et retombe au plus bas ; il ne sait plus que créer d’horribles désastres. Il invente je ne sais quel nom funeste de Waterloo, à qui il immole cent mille Français ; et ne pouvant rien imaginer de nouveau à cette infamie, il refait les mêmes calomnies, redit une autre invasion d’ennemis en France, raconte encore des restaurations, et renverse une dernière fois Napoléon qu’on va jeter sur une autre île de l’Océan, à deux mille lieues de l’Europe, où le grand homme meurt quelques années plus tard d’un squirre dans l’estomac. Voilà ce que ce menteur a fait de Napoléon et de l’histoire. »13

Certains ont pu s’interroger sur les visées de Geoffroy. C’est le cas d’Olivier Boura qui note que « le ton de l’ensemble […] finit par provoquer un malaise diffus, en ce qu’il montre en germe quelques-uns des plus grands maux de notre époque », certaines pages relevant « d’une mentalité, ou de penchants, qu’on pourrait qualifier de pré- ou de proto-totalitaires »14. Boura n’a pas tort de s’inquiéter « que l’armée se mue en un modèle d’organisation sociale » et qu’« à l’unité politique de la planète répond[e] bientôt son uniformisation administrative, religieuse et linguistique »15 (le monde entier parlant désormais français), mais faut-il réellement prendre au pied de la lettre le « rêve d’exagération française et patriote »16 de Louis Geoffroy ? L’intention de l’auteur est-elle même suspecte de chauvinisme ?

Le romancier et essayiste Jacques Van Herp pense pour sa part que « le propos est trop énorme, l’adulation trop marquée […] pour ne pas masquer une critique acerbe de l’esprit de conquête, de l’instinct de caserne et d’embrigadement »17. Et des chapitres comme « Constellation » et surtout « Le général Oudet » nous paraissent effectivement offrir les meilleurs arguments pour défendre une telle lecture.

Première page du Moniteur universel du 5 juillet 1827 ; source : gallica.bnf.fr

Après que « Napoléon, empereur des Français, monarque universel de la terre »18 a publié dans Le Moniteur du 5 juillet 1827 un décret proclamant que « la surface entière du globe est soumise à une seule domination » et que « le christianisme est la seule religion de la terre »19, le général Oudet20 demande à rencontrer l’empereur en audience privée.

« “[…] nous voici seuls en présence, vous le despotisme incarné et au faîte de la puissance, moi la liberté mourante et vaincue. […] Oui, Bonaparte, il faut que je meure, je ne peux plus vivre au milieu de ton despotisme ; tu as renié ta mère, tu as étouffé la liberté sous des monceaux de gloire, et on a oublié jusqu’à son nom dans ton empire. […] Je te le dis, Napoléon ! tu n’es qu’un tyran, tu as tué la liberté. Honte à toi et que les hommes libres meurent ! » […] Triomphe ! triomphe ! car tu es le maître du monde, et tu as tué la liberté… et moi, je meurs avec elle !…”
Il se tira le coup de son pistolet dans la bouche et tomba mort. […]
Il fut enseveli le lendemain ; et le soir de ce jour, sur sa tombe encore fraîche, cinq hommes se suicidèrent, deux officiers, un sergent et deux soldats. C’était le reste de la phalange des hommes libres, et il n’y eut plus sur la terre ni homme ni mot pour exprimer l’idée de la liberté. »
21

Nullement ébranlé par ce suicide, Bonaparte se fait sacrer dans l’église Saint-Napoléon22 un an plus tard, le 15 août 1828, exactement, soit le jour anniversaire de sa naissance. Le soir même, le « monarque universel » et tout son peuple réuni constatent un « prodige […] au firmament » :

« Était-ce donc que l’univers prenait part à la grandeur de Napoléon et aux fêtes de la terre ?
Était-ce le témoignage de Dieu manifestant sa protection et sa joie ?

[…] On vit le ciel s’enflammer au milieu de la constellation d’Orion ; des masses de feu paraissaient lutter ensemble, et embraser l’espace ; des tonnerres, qui semblaient arriver des extrémités du monde […] L’incendie dura cinq minutes […].
Bientôt il cessa aussi, et, lorsque les yeux en cherchaient encore la place dans l’espace, devenu sombre, il se trouva qu’un aspect nouveau existait dans le ciel ; une révolution venait d’être accomplie dans les astres ; deux étoiles de la ceinture d’Orion étaient éteintes et avaient disparu […] la constellation d’Orion n’existait plus : une nouvelle s’était formée de ses restes, et il fallait la reconnaître et la nommer.
Les peuples voulurent encore voir là quelque chose de Napoléon, et le monarque universel ne fut pas éloigné de prendre ce désordre de l’univers pour l’acte d’alliance de Dieu avec lui. […] et, fier d’avoir quelque chose à démêler aux cieux, il lui donna son nom, Napoléon. »23

Sidney Hall, Orion, planche 29 d’Urania’s Mirror (1825), © Wikimedia Commons cc-by-3.0

Comment ne pas voir, dans ces deux extraits, d’abord la discrète mais ferme désapprobation d’un despote qui n’a plus rien d’éclairé, puis l’ironie devant son délire mégalomane ?

Contrairement à Olivier Boura, nous ne croyons pas que la mort prématurée du père de Louis Geoffroy, qui l’a empêché d’accéder aux grades et aux distinctions qu’il aurait pu espérer, constitue une « frustration familiale et personnelle [qui] vient […] s’ajouter à la frustration politique et l’amplifier »24. Même si nous n’ignorons pas « ce que le fanatisme peut avoir souvent de naïf et de grossier »25, nous relevons trop d’indices d’humour et de dérision26 pour prendre au pied de la lettre cette uchronie à la gloire du « monarque universel ». Il semble plutôt que l’auteur ait voulu se moquer, gentiment, du regain d’enthousiasme qui animait ses contemporains pour la figure de Napoléon et leur rappeler que la défaite contre la Russie en 1812 avait peut-être été finalement un mal pour un bien, évitant à l’empereur de se muer en tyran liberticide.


Le texte de Louis Geoffroy est accessible sur Gallica à l’adresse suivante : https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6516976s.


  1. Chez l’éditeur Paulin, qui avait publié en 1839 Des idées napoléoniennes de Louis-Napoléon Bonaparte. []
  2. Olivier Boura, Napoléon n’est pas mort à Sainte-Hélène. Deux siècles d’uchronie, Marseille, Gaussen, 2021, p. 55. []
  3. « Avertissement » dans Louis Geoffroy, Histoire de la monarchie universelle, Paris, Tallandier, 1983, reprint de l’édition de 1896. []
  4. Notons que le legs napoléonien était depuis déjà un moment sorti du purgatoire où l’avait jeté le retour des Bourbons. L’Orléans Louis-Philippe, « roi-citoyen », entendait réconcilier les Français avec leur histoire et des publications comme le Mémorial de Sainte-Hélène (1823) ou les trente volumes des Victoires et conquêtes des Français (1817-1821) avaient bien préparé le terrain. []
  5. Olivier Boura, op. cit., p. 55 []
  6. Voir Louis Geoffroy, op. cit., p. x. []
  7. « Si j’ai consacré de longues pages à cette destruction de la religion de Mahomet, c’est que cet événement fut le plus considérable dans les expéditions et les conquêtes de l’empereur ; le mahométisme était la seule force qui pût lutter au monde contre la sienne : elle brisée, Napoléon était bientôt maître de la terre. » (Louis Geoffroy, op. cit., p. 226). []
  8. Ibid., p. 220. []
  9. « L’empereur accorda cette île aux Juifs, ils la repeuplèrent bientôt et en firent le centre de leur commerce et de leurs richesses. C’était la première fois, depuis leur dispersion, qu’ils se réunissaient sur une terre nationale ; ils y bâtirent une nouvelle Jérusalem, et l’île, appelée Nouvelle-Judée, ne cessa pas de faire partie de l’empire français, et d’être soumise directement à l’administration impériale. » (Ibid., p. 325-326). []
  10. Ibid., p. xiv. []
  11. Ibid., p. 350. []
  12. Dans The Man in the High Castle (1962), dystopie d’un monde où les puissances de l’Axe – l’Allemagne nazie et l’Empire japonais – auraient triomphé lors de la Seconde Guerre mondiale, l’auteur américain met en scène un écrivain qui, dans un livre, The Grasshopper Lies Heavy, imagine les conséquences qu’auraient eues une victoire des Alliés – la réalité, donc, comme ce que relate la « prétendue histoire » mentionnée par Geoffroy. []
  13. Ibid., p. 264-267. []
  14. Olivier Boura, op. cit., p. 66 []
  15. Ibid., p. 67. []
  16. Jules Richard dans Louis Geoffroy, op. cit., p. v. []
  17. Olivier Boura, op. cit., p. 69. Voir Jacques Van Herp, Napoléon et l’uchronie, Bruxelles, Recto Verso, 1993. []
  18. Louis Geoffroy, op. cit., p. 315. []
  19. Ibid., p. 316. []
  20. Jacques-Joseph Oudet a réellement existé. Né le 18 octobre 1773, il devient chef de bataillon à 25 ans, intègre l’Armée d’Italie, puis l’Armée d’Allemagne. Fait baron d’Empire après la bataille d’Essling, il meurt un mois plus tard, des suites d’une blessure de balle reçue à la bataille de Wagram, le 8 juillet 1809. []
  21. Ibid., « Le général Oudet », p. 320-322. []
  22. Dédicacée par le pape Clément XV. []
  23. Ibid., « Constellation », p. 356-358. []
  24. Olivier Boura, op. cit., p. 59. []
  25. Ibid., p. 70. []
  26. Par exemple, cette parodie de la Genèse : « Ayant ainsi rompu le vieil ordre du monde, Napoléon se reposa. » (Louis Geoffroy, op. cit., p. 181). []

Dans les coulisses

Durant la restauration de la villa Marmottan, notre stagiaire Léo Savigny a réalisé plusieurs entretiens avec des ouvriers présents sur le chantier.

C’est ainsi que vous pourrez découvrir dans les vidéos ci-dessous Christophe Marie (Antony Couverture), Sébastien Laurensot (Pierrenoël), Pauline Fouville et Xavier Le Josse (Atelier de Ricou).

Chacun nous explique en quoi consiste son métier, revient sur son parcours professionnel et évoque quelques aspects marquants de son travail à la villa Marmottan.



Ouverture de la villa Marmottan

La villa après la pluie, vue depuis la rue Darcel. Photographie : Daniele Rocco, 23 janvier 2024

Ça y est ! C’est avec joie et fierté que nous vous annonçons la fin de la restauration de la villa Marmottan !

Après un chantier de dix-huit mois, les travaux supervisés par l’architecte du patrimoine Jennifer Didelon1, bien épaulée par Lorenza Kerdranvat et Melis Yaliniz, viennent de s’achever sous le ciel clément de la fin janvier 20242.

Financées par l’Académie des beaux-arts, avec le soutien de la DRAC Île-de-France, la rénovation et la réhabilitation de l’ancienne maison du directeur ont également bénéficié d’un important mécénat de la Fondation Marc Ladreit de Lacharrière, qui s’est porté sur l’atelier-appartement du second étage.

La designeuse française Constance Guisset, quant à elle, a généreusement offert à la villa un ensemble mobilier contemporain, qui a immédiatement conquis les nouveaux résidents.

Façade sud de la villa. Photographie : Brice Ameille, 13 février 2024
Détail de la frise des griffons de la Villa. Photographie : Daniele Rocco, 23 janvier 2024
La façade sud de la galerie des estampes. Photographie : Daniele Rocco, 23 janvier 2024

Il nous reste à remercier une dernière fois le bureau d’études techniques GEC Ingénierie représenté par Christophe Davisseau, ainsi que toutes les entreprises qui sont intervenues sur ce chantier d’exception : Antony Couverture, Atelier de Ricou, ERTELEC, Établissements Guégan, PCVE et Pierrenoël.

Enfin, nous avons naturellement une pensée émue et reconnaissante pour Paul Marmottan, le fondateur de la bibliothèque, sans qui rien de tout cela n’aurait été possible.

Portrait de Paul Marmottan dans son cabinet de travail de la bibliothèque, 1911, MMT164797

Les trois résidences d’artistes se répartissent de la manière suivante : les deux premières sont situées dans la villa Marmottan (autrefois maison du directeur de la bibliothèque), et la troisième se trouve dans l’ancienne remise à voiture de Paul Marmottan.

Entrons donc dans la villa.

On y pénètre logiquement par un vestibule, dont le carrelage en ciment a été soigneusement restauré. À main gauche, une antichambre, qui deviendra bientôt un espace de consultation, et la galerie des estampes ; à main droite un petit salon à destination tant des résidents que des visiteurs ; à main droite, au fond (derrière le petit salon, donc), une cuisine commune.

Vestibule de la villa, avec à main droite le petit salon. Photographie : Daniele Rocco, 23 janvier 2024
Le vestibule, toujours, mais du point de vue opposé. Photographie : Daniele Rocco, 23 janvier 2024

Empruntons l’escalier.

L’escalier qui dessert les deux ateliers-appartements de la villa. Photographie : Daniele Rocco, 23 janvier 2024

Nous arrivons au premier étage, où nous découvrons l’atelier-appartement, d’une superficie globale de 60 m². Il est dédié à la musique.

Vue traversante depuis la salle de travail avec le piano Yamaha. Photographie : Daniele Rocco, 23 janvier 2024
La kitchenette derrière sa porte accordéon. Photographie : Daniele Rocco, 23 janvier 2024
Au fond, la chambre à coucher. Photographie : Brice Ameille, 31 janvier 2024
La salle de bains avec baignoire. Photographie : Daniele Rocco, 23 janvier 2024

Au second étage, d’une superficie égale à celui du premier, l’atelier-appartement accueille cette année une dessinatrice, qui profitera de la belle verrière zénithale.

La pièce principale avec sa verrière zénithale. Photographie : Daniele Rocco, 23 janvier 2024
La kitchenette derrière sa porte accordéon. Photographie : Daniele Rocco, 23 janvier 2024
La porte d’entrée du second atelier-appartement, qui ouvre sur l’escalier. Photographie : Daniele Rocco, 23 janvier 2024
Presque une toile abstraite. Photographie : Daniele Rocco, 23 janvier 2024
Détail du parquet point de Hongrie avec une grille en fonte et laiton de l’ancien système calorifère. Photographie : Daniele Rocco, 23 janvier 2024
La salle de bains avec douche à l’italienne. Photographie : Daniele Rocco, 31 janvier 2024

Pour accéder au troisième atelier-appartement, il faut sortir de la villa à proprement parler.

Redescendons donc l’escalier…

Photographie : Brice Ameille, 31 janvier 2024

… et faisons quelques pas (guère plus d’une vingtaine) dans le jardin.

Occupé par un sculpteur, le logement est d’une superficie plus petite que les précédents (40 m²) et se déploie sur deux niveaux : au rez-de-chaussée, l’atelier ; à l’étage, le studio.

L’atelier-appartement du sculpteur. Photographie : Benjamin Buisson, 13 février 2024
L’atelier de sculpture, qui ouvre de plain-pied sur le jardin. Photographie : Daniele Rocco, 31 janvier 2024
Le studio, avant qu’il ne soit meublé. Photographie : Daniele Rocco, 23 janvier 2024

Enfin, ce tour du propriétaire ne serait pas complet sans un aperçu des pièces du sous-sol de la villa. Les espaces sont évidemment moins séduisants, mais ils ont, ô combien leur utilité.

Outre les espaces techniques (chaufferie, soufflerie), on y trouve deux autres ateliers ainsi que la buanderie, fort pratique pour nos résidents, vous en conviendrez…

Un atelier au sous-sol. Photographie : Daniele Rocco, 23 janvier 2024
La buanderie. Photographie : Daniele Rocco, 23 janvier 2024

Et pour terminer sur une note plus dans le ton Marmottan, nous vous dévoilons un cliché – pris sans qu’elle s’en aperçoive – de la mascotte de la villa : Pauline Borghèse alias Vénus.

Le buste de Vénus d’après Canova. Photographie : Daniele Rocco, 23 janvier 2024

Pour accéder au communiqué de presse publié conjointement par l’Académie des beaux-arts et la bibliothèque et villa Marmottan, cliquer sur le lien ci-dessous :


  1. Accompagnée pour la phase d’étude de l’architecte Loïse Lenne. []
  2. La restauration de la galerie des estampes n’étant pas terminée, celle-ci fera prochainement l’objet d’un billet spécifique. []

Qui suis-je ? (4)

Si vous aimez les devinettes, nous vous conseillons, dans un premier temps, de ne pas lire les notes.
Peut-être même trouverez-vous la réponse avec les seules images.


Qui suis-je ?


ill. 1 : Personne ne me résiste quand je fais mes yeux de biche

J’ai eu d’innombrables amants… et un seul frère. Enfin, non, plusieurs frères, mais qui ne comptent pas, ou si peu…
Qui suis-je ? Oui, je vous le demande d’emblée, parce que cette information résume presque toute ma vie. Alors, qui suis-je ? Vraiment, vous ne trouvez pas ? Dois-je dérouler, comme Leporello pour son maître, le catalogue des mille e tre afin que vous me reconnaissiez ? Soit, mais ne me dites pas après que je me vante de mes exploits…

Lorsque je viens au monde, je suis le dixième enfant accouché par ma mère – mais seulement le sixième viable – et tout le monde s’accorde déjà à me trouver belle comme le jour.

À 13 ans, une nuit de juin 1793, du fait de l’engagement politique des hommes de ma famille1, je dois clandestinement quitter ma terre pour le Sud de la France.


Qui suis-je ?


Sous mes dehors de petite sauvageonne élevée au grand air, qui court la campagne avec les gamins de son âge et se baigne dans les cours d’eau avec une tranquille impudeur, ma très grande beauté s’épanouit.

ill. 2 : L’un fut marri…

À 16 ans, on songe à me marier – quelle idée ! Billon, Junot2 et Fréron sont sur les rangs. Les deux premiers sont recalés en raison d’une situation trop précaire, mais pas Fréron3. Le bonhomme est vieux (41 ans !), vilain comme tout avec son front fuyant et son gros nez, mais il est élégant et a du charme, c’est indéniable. Je tombe donc amoureuse et je l’aurais épousée si, au dernier moment, mon frère, s’avisant que ses finances étaient bien moins établies qu’il n’y paraissait, ne s’y était pas opposé4.

Qu’à cela ne tienne ! Les prétendants ne manquent pas, et il n’est pas question de renoncer à marier Paganetta… Mais si le mariage est pour la femme un usage auquel elle ne peut se dérober, l’amour est tout autre chose… L’amour est un droit pour nous, les femmes, même si, malheureusement, il est encore enfermé entre les murs de la Bastille. N’aurons-nous donc jamais notre 14 juillet5 ?

Ce fut Victor-Emmanuel Leclerc qui fit l’affaire. Il est alors général et, c’est heureux, n’a plus que 25 ans. Voilà qui redevient raisonnable. Blond, les yeux bleus, assez petit mais la taille bien prise, et de l’allure. On nous marie le 26 prairial an V6 – le premier grand mariage dans la famille – et dix mois plus tard, j’accouche à Milan d’un garçon que nous prénommons Louis Napoléon Dermide, pour faire plaisir à mon cher frère, tout intoxiqué d’Ossian7.


Qui suis-je ?


ill. 3 : … l’autre fut mari

Nous nous installons à Paris, rue de la Ville-L’Évêque – Paris ! enfin ! Leclerc doit vite repartir pour Rennes, car c’est de là-bas qu’il dirigera l’Armée des côtes. Mais, pas folle, je ne l’accompagne pas. Il ne manquerait plus que ça !

Paris… Ah, comment vous dire ? C’était incroyable, alors… réellement incroyable8 ! On s’amusait, on jouait, on b… Bref, un très bon moment, foi de Paulette !

On m’appelle la citoyenne Leclerc, mais Leclerc, ah, si j’y pense ! Dans mes tenues toujours plus extravagantes et suggestives, je cours les bals et les réceptions, et je charme, et je séduis. Notamment Albert Permon. Ça ne dura pas bien longtemps, mais avec sa sœur, en revanche… Mais non, que vous êtes sots, je ne parle pas de cela, mais d’amitié, cette fois. Avec Laurette, on s’est tout de suite comprises ; elle l’a d’ailleurs suffisamment raconté9

Outre Albert, il y a Beurnonville, Macdonald, Moreau10… C’est bien simple : je suis irrésistible… et insatiable.

Naturellement, on jase, on me jalouse. Ah, je n’oublierai jamais le camouflet que je reçus de Mme de Contades ! Tenez, les larmes me montent aux yeux. Cette vieille peau (je devrais réserver cette amabilité à Joséphine) osa se moquer de moi en pleine réception, devant tout le monde ! À quel sujet ? On se le demande. Elle ne trouva rien de mieux, figurez-vous, que de rire de… mes oreilles. Oui, mes oreilles ! N’est-ce pas absurde ?11


Qui suis-je ?


ill. 4 : C’est ça, moquez-vous de moi !

Je tiens bien salon, moi aussi, et j’accueille Chateaubriand, Constant ou Germaine de Staël, mais les conversations littéraires ou politiques sont d’un ennui… Ah non, je ne suis pas comme Élisa12, ou comme Joséphine qui adore donner les réceptions les plus enquiquinantes qui soient13.

C’est cette vieille bique, j’en suis sûr, qui pousse le Premier Consul à m’éloigner de Paris. Elle ne pouvait tolérer que je lui vole la vedette, mais que voulez-vous, tous les hommes n’avaient d’yeux que pour moi.

Napoléon envoie donc Leclerc à Saint-Domingue avec pour mission de mater les révolutionnaires14… et m’oblige à le suivre. Je refuse, je lui dis que je veux rester à Paris et conserver ma liberté, mais il se montre intraitable et me répond : « les femmes ont besoin d’être contenues […]. Elles vont où elles veulent, elles font ce qu’elles veulent, c’est comme cela dans toute la République. Ce qui n’est pas français, c’est de donner de l’autorité aux femmes ! Elles en ont trop. » Par conséquent, poursuit-il, « le mari doit avoir un pouvoir absolu et le droit de dire à sa femme : Madame, vous ne sortirez pas, vous n’irez pas à la comédie, vous ne verrez pas telle ou telle personne15. » Bref, je dois aller où va mon mari, un point c’est tout.

Je m’indigne, je pleure, je me fâche, je supplie… Rien n’y fait ! Ma chère Laurette, heureusement, sait me consoler et trouve les arguments pour me rendre l’exil plus doux16.

Au début, tout se passe bien à Saint-Domingue : Leclerc reprend la quasi-totalité de l’île, Louverture accepte l’armistice… et puis la rébellion reprend de plus belle, et surtout une épidémie de fièvre jaune se déclare. Mon pauvre mari est complètement dépassé, démoralisé… et meurt de l’affreuse maladie17.

ill. 5 : Don Camillo

Qui suis-je ?


Mais on ne veut pas me laisser veuve !

Cette fois, ce n’est pas Napoléon qui est aux manœuvres, mais Joseph (oui, j’ai un autre frère). Il mène dans nos dos des tractations avec deux Italiens18, qui aboutissent à mon mariage en 1803 avec le prince de Sulmona, de Rossano, du Vivaro, duc de Ceri et de Poggio Nativo, j’ai nommé Camille Borghèse, ou plutôt Camillo Borghese.

Par cette union, j’épouse deux millions de rentes, des milliers d’hectares et une fabuleuse collection de diamants. On fait pire.

Camille n’a que cinq ans de plus que moi. Il est plutôt joli garçon, très soigné de sa personne et se promène dans des attelages à faire pâlir d’envie tous les Romains. Bon, il ne brille pas par son intelligence, mais comme moi non plus…

Hélas, je me languis dans son château. Poser nue devant Canova m’a certes amusée19, mais Camille est un peu mou du genou20, si vous voyez ce que je veux dire. Et puis Rome n’est pas Paris…

ill. 6 : Vénus elle-même

Je veux rentrer, mais Napoléon se montre à nouveau désagréable21 et je tombe malade.

La mort de mon petit Dermide en août 1804 et l’appui de ma mère m’obtiennent finalement le droit de quitter la Ville Éternelle pour prendre les eaux à Lucques. Je me requinque et m’empresse de cocufier Borghèse.


Qui suis-je ?


Et comme le frérot a décidé de se faire sacrer empereur, je suis finalement autorisée à revenir à Paris. C’est l’effervescence aux Tuileries. Élisa et Caroline sont insupportables. « Je veux être princesse ! Et altesse impériale ! Et patati et patata ! » Moi, je m’en fiche assez (je suis déjà princesse !), tout ce que je demande, c’est de rester dans la capitale, modestement, gentiment… et je l’obtiens ! Naturellement, les langues de vipères vont bon train, m’inventant des amours incestueuses avec Napoléon… Il est vrai que je suis si jolie22

Je m’installe à l’hôtel de Charost, rue du Faubourg-Saint-Honoré. C’est plutôt pas mal. Mais Laurette prétend que je ne sais pas recevoir23.

Le 30 mars 1806, je deviens duchesse de Guastalla. Le fief est petit24 en comparaison de ce que reçoivent mes frères et sœurs, mais je m’en fiche assez. Je ne suis pas comme Élisa passionnée par l’administration de son duché toscan. (C’est peut-être pour cela que Paul Marmottan ne s’est jamais intéressé à moi25.)

ill. 5 : Mon pied-à-terre parisien

Qui suis-je ?


Pour des raisons qui sont assez obscures à mes contemporains, je subis de temps en temps des gros coups de fatigue, des rechutes qui m’amènent à prendre régulièrement les eaux.

À Plombières, où je vis une vraie idylle (ne riez pas !) avec le comte de Forbin26, mon état inquiète tellement mon entourage qu’on fait venir le grand docteur Jean-Noël Hallé. Mais son rapport est un tissu de calomnies que je me refuse à vous dévoiler27 !

Une orageuse scène de ménage à Aix-en-Provence met fin à mon aventure et je pars m’établir à Nice… où je prends pour amant mon professeur de musique28.

Mais parce que Borghèse a été fait, en février 1808, gouverneur général de la région d’« au-delà des Alpes » (il fallait bien le dédommager de la perte de sa collection au profit du Louvre29…), je dois l’accompagner à Turin.

Après une énième rechute30, je repars à Aix-les-Bains… avant de réussir à rentrer à Paris (eh eh, pas bête, Paulette), où je m’installe dans le château de Neuilly que Caroline et son Murat de mari ont quitté pour Naples.

ill. 8 : Encore et toujours ce regard…

Qui suis-je ?


L’indulgence et la générosité de l’empereur31 à mon égard font à nouveau les gorges chaudes.

Que m’importe ? J’ai bien d’autres amants à croquer. On m’attribue ainsi le prince de Metternich32, le généralissime Joseph Poniatowski, le colonel des cosaques Alexandre Tchernychov, un jeune officier allemand du nom d’Andlau-Birseck…

Mais Jules de Canouville me plaît autrement plus. En voilà un qui me dompte ! Ah, quelle figure ! Quelle allure ! Hélas, mon frère le déteste et il l’envoie se faire tuer à l’étranger33

Je ne sais pas si je suis cyclothymique, maniaco-dépressive ou hystérique, mais j’alterne les hauts et les bas. Tantôt j’organise les plus belles fêtes, volant de bras en bras, tantôt je ne veux rien faire ni voir personne. Je maigris, je deviens hypocondriaque. J’ai bien une histoire avec Talma34, mais personne ne s’en aperçoit : c’est dire le changement qui s’opère en moi !

Mon cher frère non plus ne va pas fort, puisqu’il doit abdiquer le 6 avril 1814, obligé de troquer son empire pour une petite île au large de l’archipel toscan. Bien sûr, je ne l’abandonne pas, contrairement à mes ingrats de frères et sœurs (n’avais-je pas raison de les compter pour rien ?) et je m’empresse de lui rendre visite à Portoferraio.

ill. 9 : Dessiné par mon frère

Qui suis-je ?


J’ai 34 ans et je charme toujours autant. Douce, affectueuse, bienveillante et gaie : tel est le portrait que fait de moi l’administrateur des mines de fer de l’île d’Elbe, pourtant un authentique républicain35 !

Mais, aaah, je bâille… Cette succession de séductions confine à la litanie… Non, décidément, le cœur n’y est plus…

Dix ans passent. Je me réconcilie in extremis avec Camille36 et, après deux longs mois de souffrance37, je m’éteins à Florence, dans le palais Salviati que nous partageons, le 9 juin 1825, à une heure de l’après-midi.


Pauline Bonaparte


Image du bandeau : Antonio Canova, Vénus Victrix, 1805-1808, marbre, 92 x 192 x ?? cm, Rome, Galleria Borghese, © Wikimedia Commons cc-by-3.0

Légendes des illustrations
ill. 1 : Robert Lefèvre, Pauline Bonaparte, 1806, huile sur toile, 65 x 53 cm, Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon, © Wikimedia Commons cc-by-3.0
ill. 2 : François Bonneville, Fréron, député à la Convention nationale, fin XVIIIe siècle, dimensions inconnues, © Wikimedia Commons cc-by-3.0
ill. 3 : François-Joseph Kinson, Charles Victor Emmanuel Leclerc, 1804, huile sur toile, 207 x 127 cm, Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon, © Wikimedia Commons cc-by-3.0
ill. 4 : Panotéens à la basilique de Vézelay, © Wikimedia Commons cc-by-3.0
ill. 5 : François Gérard, Camille Borghèse, vers 1810, huile sur toile, 213 x 140 cm, Frick Collection, New York, © Wikimedia Commons cc-by-3.0
ill. 6 : Antonio Canova, Vénus Victrix, 1805-1808, marbre, 92 x 192 x ?? cm, Rome, Galleria Borghese, © Wikimedia Commons cc-by-3.0
ill. 7 : Antoine Mazin, hôtel de Charost, 1722-1725, Paris, n° 39, rue du Faubourg-Saint-Honoré, © Wikimedia Commons cc-by-3.0
ill. 8 : Robert Lefèvre, Pauline Bonaparte, 1803, huile sur toile, 63 x 51,5 cm, Rueil-Malmaison, musée national des châteaux de Malmaison et de Bois-Préau, © Wikimedia Commons cc-by-3.0
ill. 9 : Drapeau de la principauté de l’île d’Elbe, © Wikimedia Commons cc-by-3.0


  1. Pro-français, les Bonaparte sont considérés comme des ennemis par les paolistes, alliés à l’Angleterre. Déclaré « traître à la République française » par la Convention qui ordonne son arrestation le 2 avril 1793, Pascal Paoli se lance aussitôt dans la traque de ses opposants. []
  2. « Le premier prétendant officiel de Pauline se nomme Billon. On ne sait pas grand-chose de lui, sinon qu’âgé de quelque quarante ans, il était marchand ou fabricant de savon, et connu des Clary. » (Florence de Baudus, Pauline Bonaparte, princesse de Borghèse, Paris, Perrin, 2018, p. 27). Bonaparte, cependant, ne tarde pas à l’écarter, comme il l’explique à son frère Joseph dans une lettre du 20 octobre 1795 : « Un citoyen Billon que l’on m’assure être de ta connaissance demande Paulette. Ce citoyen n’a pas de fonctions. J’ai écrit à Maman qu’il ne fallait pas y penser. Je prendrai aujourd’hui des renseignements plus amples. » Voir : https://www.napoleonica.org/fr/collections/correspondance/CG1-0351.md?keywords=Billon&page=0&pageSize=20 (consulté le 24 janvier 2024).
    Andoche Junot, son aide de camp, ne vaut pas mieux : « Tu n’as rien, si ce n’est ton épaulette de lieutenant. Quant à Paulette, elle n’en a pas même autant. Ainsi donc, résumons : tu n’as rien, elle n’a rien, quel est le total ? rien. Vous ne pouvez donc pas vous marier à présent ; attendons. Nous aurons peut-être de meilleurs jours. » (Cité dans Laure d’Abrantès, Mémoires de Mme la duchesse d’Abrantès…, Paris, Ladvocat, 1831-1835, t. I, p. 284 ; voir : https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6524165w/f322.image.r=total (consulté le 24 janvier 2024). []
  3. Filleul du roi Stanislas de Pologne, Louis-Marie-Stanislas Fréron (1754-1802) est le fils du journaliste et polémiste Élie Fréron, l’ennemi juré de Voltaire. Missionné par la Convention, il est l’un des soutiens de Bonaparte lors du siège de Toulon. Ses convictions politiques ne sont toutefois pas très fermes et il est prompt à retourner sa veste. Dans la vie privée, la même versatilité est à l’œuvre : c’est un jouisseur, un libertin qui peut aimer aussi bien les hommes que les femmes, et qui, au moment où il a des vues sur Pauline, vit avec une actrice du Théâtre-Italien qui lui a déjà donné deux enfants et en attend un troisième… Voir Jacques-Olivier Boudon, Le Sexe sous l’Empire, Paris, La Librairie Vuibert, 2019, p. ??
    Bonaparte est toutefois d’abord bien disposé : s’il « ne peut ignorer les turpitudes financières et sanglantes de Fréron […], il continue d’admirer son talent d’orateur et fait preuve d’un solide pragmatisme en utilisant sans état d’âme le pouvoir que va encore exercer Fréron à Marseille. […] “Je ne vois aucun inconvénient au mariage de Paulette, s’il est riche”, écrit-il à Joseph […]. » (Florence de Baudus, op. cit., p. 29-30). []
  4. De manière compréhensible, le concubinage de Fréron posait également problème à Bonaparte, qui écrit le 14 mai 1796 à Barras : « Je voudrais te prier de me rendre un service, c’est de décider Fréron à ne point épouser ma sœur. Ce mariage ne convient à personne de ma famille. Fréron est trop raisonnable pour s’obstiner à épouser un enfant de seize ans dont il pourrait être le père. On ne cherche pas une autre femme lorsque l’on a deux enfants d’une femme qui vit… ». Voir : https://www.napoleonica.org/fr/collections/correspondance/CG1-0596.md?keywords=Barras&page=1&pageSize=20 (consulté le 24 janvier 2024). []
  5. Très légèrement modifié, le propos « Mais si le mariage […] 14 juillet ? », est cité dans Paul Milleliri, Pauline B. La Vénus impériale, Ajaccio, Albiana, 2004, p. 27, daté de 1797, mais sans source. On le trouve sous une forme un peu différente dans l’ouvrage d’Antonio Spinosa, Pauline Bonaparte, Paris, Tallandier, 2005. []
  6. Soit le 14 juin 1797. []
  7. Comme plusieurs de ses contemporains, Napoléon vouait un véritable culte au barde gaélique du IIIe siècle. On sait aujourd’hui que derrière les poèmes qui lui étaient alors attribués, et qui acquirent une immense célébrité dès leur publication dans les années 1760, se cachait en fait l’Écossais James MacPherson (1736-1796). Dermide, ou Dermid dans le texte, est l’un des héros d’Ossian. Il est à noter que, dans l’attente de l’avis de Napoléon, son parrain, le fils de Pauline, né le 20 avril 1798, attendit plus de vingt jours avant de recevoir son prénom. []
  8. Le Paris du Directoire est resté fameux pour ses fêtes, ses excentricités (qu’on songe aux « Incroyables » et aux « Merveilleuses ») et sa permissivité. []
  9. Laurette, petit nom de Laure Permon (comme Paulette est celui que sa famille donne à Pauline), n’est autre que la duchesse d’Abrantès, qui a laissé des Mémoires fameux sur la période de l’Empire. Voir : https://marmottan.hypotheses.org/12722. []
  10. Pierre Beurnonville, Étienne Macdonald et Jean-Victor-Marie Moreau étaient tous trois généraux. []
  11. Si la beauté de Pauline était légendaire, il semble néanmoins établi que ses oreilles pouvaient être critiquées, puisque même sa grande amie la duchesse d’Abrantès l’admet : « La vérité est que, en effet, jamais plus drôles d’oreilles n’avaient été appliquées par la nature à droite et à gauche d’un visage d’ailleurs charmant : c’était un morceau de cartilage blanc, mince, tout uni, et sans être aucunement ourlé. Du reste, ce cartilage n’était point énorme comme le disait madame Contades, mais c’était fort laid, et plus l’admirable pureté de tous les traits qui l’entouraient était remarquable par leur beauté, plus il le devenait alors lui-même par sa disparité avec eux. » Laure d’Abrantès, Mémoires de Mme la duchesse d’Abrantès…, Paris, Ladvocat, 1831-1835, t. 2, p. 247 ; voir : https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k65241669/f251.image.r=cartilage (consulté le 24 janvier 2024). []
  12. Élisa Bonaparte (1777-1820), sœur aînée de Pauline. []
  13. L’inimitié entre Pauline et Joséphine n’était un mystère pour personne : « Je n’ai jamais vu une haine semblable entre deux belles-sœurs, et le fait réel, c’est que madame Leclerc était injuste ; car enfin madame Bonaparte avait été excellente pour Paulette lors de son mariage » (Laure d’Abrantès, Mémoires de Mme la duchesse d’Abrantès…, Paris, Ladvocat, 1831-1835, t. 2, p. 340) ; voir https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k65241669/f344.image.r=haine (consulté le 24 janvier 2024). La pauvre Joséphine n’était pas en odeur de sainteté dans la famille de Bonaparte, mais le fait qu’elle lui ait « pris » son frère adoré (puis qu’elle ait osé le tromper avec Hippolyte Charles) la rendait haïssable aux yeux de Pauline. []
  14. Menés par Toussaint Louverture (vers 1743-1803), qui vient de se nommer gouverneur à vie de l’île, les révolutionnaires luttent pour leur indépendance et bientôt contre l’esclavage, rétabli par Napoléon en mai 1802. []
  15. Cité dans Leila Saada, « Les interventions de Napoléon Bonaparte au Conseil d’État sur les questions familiales », Napoleonica. La revue, 2012/2, n° 14, p. 25-49 ; voir : https://www.cairn.info/revue-napoleonica-la-revue-2012-2-page-25.htm#re98no98 (consulté le 24 janvier 2024). []
  16. La duchesse d’Abrantès lui représente combien elle sera jolie « mise à la créole » (Paul Milleliri, op. cit., p. 49). []
  17. Le malheureux Charles-Victoire-Emmanuel Leclerc meurt à 30 ans le 2 novembre 1802 sur l’île de la Tortue. []
  18. Luigi Angiolini (1750-1821), diplomate toscan, et Giovanni Battista Caprara (1733-1810), archevêque de Milan. []
  19. Qu’une personne de haut rang soit représentée le buste entièrement nu était jugé particulièrement inconvenant par la société de l’époque, mais que dire lorsqu’il s’agissait de l’épouse d’un petit-neveu du pape ? Le scandale n’était pas pour déplaire à Pauline. []
  20. Camille Borghèse n’était nullement impuissant (il avait eu un fils naturel par le passé), mais Pauline supportait difficilement qu’il ne fût pas aussi porté qu’elle sur la chose : « J’aimerais mieux être demeurée la veuve du général Leclerc avec 20 000 livres de rentes que d’être la femme d’un eunuque ! », tempête-t-elle auprès de son amie la duchesse d’Abrantès. Cité dans Paul Milleliri, op. cit., p. 87. []
  21. « Aimez votre mari et sa famille, soyez prévenante, accommodez-vous des mœurs de la ville de Rome, et mettez-vous bien dans la tête que, si à l’âge que vous avez, vous vous laissez aller à de mauvais conseils, vous ne pouvez plus compter sur moi. Quant à Paris, vous pouvez être certaine que vous n’y trouverez aucun appui, et que jamais je ne vous y recevrai qu’avec votre mari. Si vous vous brouillez avec lui, la faute serait à vous, et alors la France vous serait interdite. Vous perdriez votre bonheur et mon amitié. » Lettre de Napoléon à Pauline, 6 avril 1804. Voir : https://www.napoleonica.org/fr/collections/correspondance/CG4-8789.md?keywords=brouillez&page=0&pageSize=20 (consulté le 25 janvier 2024). []
  22. « Il était impossible de voir quelque chose de plus séduisant que la princesse ; elle était à la fois belle et jolie et il faut nécessairement aller chercher la Vénus de Médicis pour trouver un terme de comparaison à la perfection de sa taille et à l’élégance de toutes les parties apparentes de son corps. On aurait vainement cherché une imperfection physique dans la princesse Borghèse. La grâce indéfinissable qui mettait en mouvement les parties de son joli corps était supérieure même à leur beauté et son teint blanc uni était éblouissant », écrit Mlle Avrillion, première femme de chambre de l’impératrice Joséphine. Cité dans Paul Milleliri, op. cit., p. 111.
    Napoléon, quant à lui, se souviendra à Sainte-Hélène de sa sœur adorée : « Pauline, la plus belle femme de son temps peut-être, a été et demeurera jusqu’à la fin la meilleure créature vivante. » (Cité dans Paul Milleliri, op. cit., p. 226). []
  23. « C’était la princesse qui recevait le plus mal. Fort indolente, arrivé le lundi, elle ne s’occupait que de sa parure. Le reste lui était égal… » Cité dans Paul Millelir, op. cit., p. 106. []
  24. Situé en Émilie-Romagne, la petite ville compte alors un peu moins de dix mille âmes. []
  25. En revanche, Paul Fleuriot de Langle, bibliothécaire de Paul Marmottan, écrivit une biographie sur elle en 1944 : La Paolina, sœur de Napoléon. []
  26. Ancien élève du peintre Jacques-Louis David, Auguste de Forbin (1777-1841) fut directeur des musées nationaux de 1816 à sa mort. []
  27. Il sera pourtant publié en 1932 par Albert Lévy. Daté du 20 mai 1807, le constat est sans appel : « L’état habituel et constant est un état d’excitation de l’organe utérin et cet état continu peut devenir bien fâcheux ». Voir Paul Milleliri, op. cit., p. 119-120. []
  28. Felice Blangini (1781-1841) finira par être lassé de l’ardeur de sa maîtresse (dans tous les sens du terme) : « La princesse, écrit-il dans ses mémoires, me considérait à tous égards comme sa propriété. » Cité dans ibid., p. 133. []
  29. Par un décret du 27 décembre 1807, Napoléon, profitant des difficultés financières de Camille Borghèse, lui achète sa collection pour treize millions de francs. []
  30. Provoquée par la fuite à Paris de Blangini, qu’elle avait emmené dans ses bagages à Turin. []
  31. En 1809, Pauline reçoit de Napoléon un revenu annuel de 600 000 francs. Avec la dotation de son duché de Guastalla, revue à la hausse, l’ensemble de ses revenus se porte alors à 1 300 000 francs. On ne peut plus indépendante financièrement, elle se trouve donc émancipée de toute tutelle maritale. Voir Paul Milleliri, op. cit., p. 145. []
  32. Cet homme à femmes fut aussi l’amant de son amie la duchesse d’Abrantès. []
  33. D’abord envoyé en Espagne, puis en Allemagne, Canouville trouve la mort sur le front russe. Le 7 septembre 1812, à la bataille de Moskova, un boulet de canon lui arrache la tête. []
  34. Voir le Qui suis-je consacré au comédien : https://marmottan.hypotheses.org/12712. []
  35. « Elle était douce, affectueuse, bienveillante, et sa gaieté donnait de l’animation à tout ce qui l’entourait. On pouvait la considérer comme le trésor le plus précieux du palais impérial… », se souvient André Pons de l’Hérault, qui, depuis 1809, vivait sur l’île avec sa famille. Cité dans Paul Milleliri, op. cit., p. 189. []
  36. Camille Borghèse ne veut longtemps plus avoir affaire à elle, mais Pauline réussit à le faire plier en invoquant l’autorité du Saint-Père, évidemment choqué de ce couple qui vit séparé. « Elle avait déjà proposé de reprendre la vie commune en 1816, mais c’était alors une ruse pour obtenir une pension et la jouissance de certains palais. En ce mois de janvier 1825, Pauline ne veut plus d’argent, elle demande juste à vivre à Florence avec son mari. Borghèse se voit donc sommé par Léon XII de se conduire en bon prince romain catholique. Pour sortir de cette impasse sans s’abaisser, Camille impose à Pauline des conditions drastiques, espérant qu’elle ne s’y pliera pas. […] Pourtant, la princesse obéit à toutes les exigences de Borghèse. […] Pauline part ainsi pour son dernier voyage, dépouillée de ses dernières amours, libre de toute exigence financière. Elle part pour retrouver l’homme qu’elle a le moins aimé de toute sa vie, mais qu’elle a choisi pour l’accompagner jusqu’à une fin qu’elle sait très prochaine. » (Florence de Baudus, op. cit., p. 408-410). []
  37. Comme son père, Pauline meurt d’un cancer du foie. []