« Au gré de ma bibliothèque » (4) : Berezina de Sylvain Tesson

« Le soir, en les ouvrant [les livres], un autre voyage commencerait, non plus sur le goudron des nationales slaves, mais dans le souvenir des survivants de 1812 qui avaient pris la plume pour conjurer le cauchemar. »1

C’est un petit livre rouge qui ne vous emmènera pas en Chine, mais en Russie, la destination étant déjà bien assez lointaine pour des hommes du début du XIXe siècle.

Tout part d’une conversation sur un bateau parmi les icebergs au début des années 2010. Sylvain Tesson, un peu désabusé de son périple du moment, songe déjà au prochain et se demande pourquoi il ne reviendrait pas de Moscou, où il doit se rendre pour le Salon du livre, en refaisant la route empruntée par les malheureux grognards de l’empereur.

« On part de la place Rouge, on enquille plein ouest vers Smolensk, Minsk et Varsovie. […] Pourquoi ne pas faire offrande de ces quatre mille kilomètres aux soldats de Napoléon ? À leurs fantômes. À leur sacrifice. […] C’est à nous de saluer la Grande Armée, dis-je. »2

Nostalgique d’une époque où « des mecs rêvaient d’autre chose que du haut débit [et] étaient prêts à mourir pour voir scintiller les bulbes » de Saint-Basile, l’écrivain-voyageur entend ressusciter cette vertu qu’Edmond Rostand dirait si française : le « panache ».

La cathédrale Saint-Basile, à Moscou, © Wikimedia Commons cc-by-3.0

Aussitôt dit, aussitôt fait. Tesson, affublé d’une réplique du couvre-chef impérial3, le géographe Cédric Gras et le photographe Thomas Goisque s’apprêtent à chevaucher des Ourals, ces antiques side-cars de la période soviétique qui atteignent péniblement les 80 km/h.
Ils seront accompagnés par deux amis russes, Vassili et Vitali4. Masochistes ? Que nenni ! C’est tout le contraire. Eux aussi tiennent à rendre grâce à Napoléon :

« – Au vilain corse, hurla un ami moscovite, c’est grâce à lui que le peuple russe s’est senti patriote pour la première fois !
– À l’antéchrist Bonaparte, renchérit son amie, il nous a rendus russes ! Il nous a fait devenir ce que nous sommes ! »
5

Le départ est donné le 2 décembre 2012, jour anniversaire du sacre de l’empereur et de la bataille d’Austerlitz.

« À deux cents ans d’intervalle, nous avions un mois et demi de retard sur l’Histoire. Le 19 octobre 1812, la Grande Armée quittait Moscou. […] Nous, nous serions cinq. »6

Les livres sont leurs guides sur la route : Goisque lit les mémoires du sergent Bourgogne7, Gras dévore ceux d’une demi-douzaine de barons d’Empire et d’officiers, et Tesson lit Armand de Caulaincourt8.

Une Oural IMZ M-72, © Wikimedia Commons cc-by-3.0

Le voyage devient ainsi pour l’écrivain non pas le prétexte mais la raison même de dérouler le récit de la fameuse débandade française. Ce faisant – le panache, toujours le panache –, il rend un bel et vibrant hommage à Napoléon, qui porte en lui « une énergie monstrueuse »9, ainsi qu’à ses héroïques soldats.

« Il avait persuadé ses hommes que rien ne résisterait à leur marche glorieuse. Il leur avait offert les Pyramides en 1798, la Rhénanie en 1805, les portes de Madrid en 1808, les plaines de Hollande en 1810. Il avait mis à genoux l’Angleterre en 1802, à Amiens, et contraint le tsar de toutes les Russies à ronronner gentiment, à Tilsit en 1807. Il avait régenté l’administration, réformé l’État, bouleversé les vieux modèles de civilisation, bâti une légende aux accents macédoniens. »10

Mais Alexandre Ier, en ouvrant ses ports aux navires britanniques, a trahi sa promesse de participer au blocus imposé à l’Angleterre, et Bonaparte, pour le punir, jugea nécessaire de lancer une offensive à l’est.

« Il fallait briser les liens clandestins entre Saint-Pétersbourg et les Britanniques. Il fallait accomplir ce dernier effort, obtenir cette ultime capitulation pour réussir le blocus contre Londres et parachever le grand œuvre de paix européenne […]. »11

Le 25 juin 1812, la Grande Armée, forte de 450 000 hommes, franchit le Niémen. L’optimisme est de rigueur. On pense alors aller jusqu’à Minsk, ou à Smolensk tout au plus, puis revenir passer l’hiver à Paris.

Mais le tsar n’a plus peur et la ville de Pierre le Grand est devenue « le salon anti-napoléonien où les futurs coalisés prépar[ent] 1814 »12. L’erreur de l’empereur, nous dit Tesson, fut de confondre capitale temporelle (Moscou) et capitale spirituelle (Saint-Pétersbourg), et de ne pas croire possible qu’Alexandre pût sacrifier la première pour la sauvegarde de son pays.

Si les Français entrent sans combat dans l’éblouissante Moscou13, c’est donc que les Russes ont leur stratégie.

Carte retraçant la Retraite de Russie (Sylvain, Tesson, Berezina, Chamonix, Éditions Guérin, 2015).

« Moscou allait être flambée pour la survie de l’Empire russe. Rostopchine, gouverneur de la ville, fut chargé de la besogne. Il libéra les prisonniers de droit commun et leur commanda de foutre le feu. […] les premières flammèches portées par le vent furent observées dans la nuit du 14 au 15 septembre. Jour et nuit, la ville brûla d’un feu roulant. […] les Grognards […] se crurent devant la Géhenne. »14.

Remontant le temps, Tesson et ses amis quittent Moscou pour Borodino, dont la bataille15, qui eut lieu une semaine avant le terrible incendie, fut un carnage : 28 000 morts côté français, 50 000 côté russe. Napoléon, alors, pouvait espérer, mais qu’avait-il gagné, sinon « le droit de s’enfoncer un peu plus avant dans le pays »16 ? Aujourd’hui, gravée dans la pierre du monument commémorant l’endroit où le général Mikhaïl Koutouzov assista à l’affrontement entre les deux armées, une inscription proclame fièrement : « Ici, nous avons combattu contre l’Europe ».

« D’un point de vue culturel, le raccourci plaisait aux Russes, persuadés de leur destin extraeuropéen, convaincus de posséder la mission de tracer une voie propre entre l’Asie et l’Occident. D’un point de vue spirituel, la formule était cruciale : la bataille de Borodino avait fait couler ce sang qui avait servi de saint chrême pour baptiser le tout nouveau sentiment patriotique russe. »17

Restée dans les mémoires comme l’exemple même d’un événement traumatique non seulement pour une armée mais pour tout un peuple, la Retraite qui suivit l’échec de l’occupation de Moscou est décrite avec beaucoup d’empathie par un Sylvain Tesson à la fois admiratif de l’héroïsme des Grognards, amoureux de la Russie18, et philosophe :

« A-t-on l’autorisation de geindre sur une route où des hommes se mangèrent entre eux, où les chevaux tombèrent par milliers et furent dépecés vivants par des fantômes lassés de ronger le cuir de leurs bottes ? La raison du voyage que nous accomplissions était précisément de s’enfoncer des visions de cauchemars dans la tête afin de faire taire les jérémiades intérieures et de tordre le cou à cette mégère, cette pulsion répugnante qui est le vrai ennemi de l’homme : l’autoapitoiement. »19

Édouard Detaille, Grenadier à pied de la Vieille Garde, © Wikimedia Commons cc-by-3.0

Le génie de Koutouzov, souligne l’auteur, fut de « harceler l’armée [napoléonienne] sans jamais l’affronter, la forcer comme le chien poursuit le cerf dans la forêt »20. Après avoir ordonné le 31 octobre à ses compatriotes d’éteindre les flammes de leur capitale dans le sang de leurs ennemis21, le feld-maréchal comprit qu’il valait mieux encore laisser la Grande Armée se vider seule de ses forces plutôt que de la combattre directement22.

« La Retraite de Russie repose ainsi sur ce paradoxe, pressenti par Koutouzov, unique dans l’Histoire des hommes : une armée marcha, de victoire en victoire, vers son anéantissement total ! »23

Le Pétersbourgeois fut bien aidé, il est vrai, par un précieux allié : le froid glacial – un élément négligé par Napoléon, qui méprisait la météorologie24. L’hiver russe est terrible et dévastateur. « Ceux qui n’avaient ni couteau, ni sabre, ni hache et dont les mains étaient gelées ne pouvaient manger. […] J’ai vu des soldats à genoux près des charognes mordre dans cette chair comme des loups affamés », se souvient le capitaine François25. Quand les chevaux vinrent à manquer26, il y eut même des cas d’anthropophagie. Et Tesson de décrire cette « armée de demi-squelettes, la gueule barbouillée de sang, pillant les camarades tombés au champ d’horreur, soulevant leurs propres haillons pour se ronger les moignons, terrifiés de finir sous la dent de leurs frères »27.

Carte retraçant le voyage de Sylvain Tesson (Sylvain, Tesson, Berezina, Chamonix, Éditions Guérin, 2015).

Les étapes s’égrènent, toutes autant de funeste mémoire. Partis cent mille de Moscou28, les Français n’étaient plus que la moitié à Smolensk (et parmi les disparus, seulement dix mille étaient morts au combat)29. Pourtant, « pas un soldat n’aurait conçu l’idée d’en vouloir à l’Empereur »30.

Quand Tesson et ses amis parviennent à Borissov, en Biélorussie, ils se dirigent tout droit vers la Berezina, synonyme dans la langue française de débâcle totale alors que la bataille fut en réalité plutôt une victoire de Napoléon sur le plan tactique, celui-ci réussissant à éviter l’anéantissement pourtant promis à son armée31.

« Si l’on se conformait à la pure réalité des faits, “c’est la bérézina” aurait dû signifier “on l’a échappé belle, les gars, on l’a senti passer, on a laissé des plumes, mais la vie continue et merde à la reine d’Angleterre.” »32

Sur le plan humain, en revanche, il en allait autrement…

« L’armée avait franchi la rivière pendant l’après-midi du 26 et la journée du 27 [novembre]. […] Les pontonniers d’Éblé se rejetaient dans l’eau pour consolider les étais. […] Napoléon traversa vers la rive droite le matin du 27. Le soir du même jour, trente mille traînards – soldats épuisés, blessés à pied, civils, femmes et enfants – débouchèrent sur la rive de Stoudianka. […] Pendant ce temps, les Russes s’approchaient […]. Wittgenstein arriva à l’aube du 28 novembre avec ses quarante mille hommes. […] La bataille de la Berezina s’engagea alors que des dizaines de milliers d’errants n’avaient toujours pas traversé. […] Quand les boulets russes s’abattirent sur la foule de la rive gauche, ce fut l’épouvante. […] On mourait écrasé, étouffé. On glissait, on tombait, on tâchait de reprendre pied sur les passerelles pour finir dans le courant, noyé. La rivière était un collecteur de
cadavres d’hommes et de chevaux, de débris de voiture mêlés aux glaçons. […] Un premier pont se rompit et la Berezina engloutit “les victimes qu’immola la barbarie des Russes”, dit Caulaincourt. […] Le 29, au matin, on gagna encore un degré dans l’épouvante lorsque Napoléon ordonna à Éblé de détruire ses ouvrages. […] Quand les flammes s’élevèrent, ce fut une ultime ruée. Les hurlements recouvrirent la canonnade. Ceux qui étaient encore sur l’autre rive se jetèrent dans le brasier ou dans l’eau. »
33

Janvier Suchodolski, Napoléon traversant la Berezina, vers 1859, huile sur toile, dimensions inconnues, musée national de Poznań, © Wikimedia Commons cc-by-3.0

On comprend sans peine le traumatisme laissé par ce sinistre épisode. Saisi par la dimension tragique de l’endroit34, l’ami Cédric Gras le qualifie de « haut lieu », précisant sa pensée :

« Un haut lieu […], c’est un arpent de géographie fécondé par les larmes de l’Histoire, un morceau de territoire sacralisé par une geste, maudit par une tragédie, un terrain qui, par-delà les siècles, continue d’irradier l’écho des souffrances tues ou des gloires passées. C’est un paysage béni par les larmes et le sang. […] C’est l’écho de l’Histoire, le rayonnement fossile d’un événement qui sourd du sol, comme une onde. Ici, il y a eu une telle intensité de tragédie en un si court épisode de temps que la géographie ne s’en est pas remise. Les arbres ont repoussé, mais la Terre, elle, continue à souffrir. Quand elle boit trop de sang, elle devient un haut lieu. Alors, il faut la regarder en silence car les fantômes la hantent. »35

Aussi, lorsqu’après des dizaines d’heures glacées passées à conduire presque sans visibilité et dangereusement cerné par des camions roulant à tombeau ouvert, Sylvain Tesson finit par s’accorder certains soirs un bain chaud à l’hôtel, il ne peut réprimer un sentiment de culpabilité.

« Notre voyage avait fini par se muer en un jeu très sérieux. Le devoir de saluer la mémoire des soldats était à ce point chevillé à nos âmes que la moindre dérogation à la règle de la souffrance physique nous paraissait inconvenante. »36

Pour finir leur commémoration, néanmoins, l’écrivain et ses camarades décident de suivre, plutôt que les derniers jours de l’armée agonisante, la fuite en traîneau de Napoléon. Après avoir confié (abandonné ?) son armée à Murat, celui-ci organisa en effet incognito son départ le 5 décembre depuis la ville biélorusse de Smorgoni (Smarhon). Dans une dormeuse tirée par six chevaux lituaniens, il traversa en une dizaine de jours le grand-duché de Varsovie, la Prusse, la Saxe et la Westphalie, se confiant abondamment à Caulaincourt, soit « la séance de psychanalyse la plus chic de l’Histoire »37.

La cour d’honneur des Invalides, © Wikimedia Commons cc-by-3.0

Napoléon arriva à Paris le 18 décembre 1812, peu avant minuit ; les soldats qui avaient survécu au naufrage ne rallièrent la capitale qu’aux premiers jours du mois suivant.
Deux siècles plus tard, le 15 décembre 2012, la « petite colonne d’ouralistes-radicalistes-napoléonistes » menée par Tesson pénètre à son tour dans la cour d’honneur des Invalides.

« Nous roulâmes en rang, effectuâmes une demi-volte à gauche, rangeâmes les machines et coupâmes les gaz […] sous la statue de Napoléon. »38

  1. Sylvain Tesson, Berezina, Chamonix, Éditions Guérin, 2015, p. 49-50. []
  2. Ibid., p. 19. []
  3. « Grâce au bicorne, une mystérieuse percolation alchimique allait peut-être infuser en moi un peu de génie de l’Empereur… » (Ibid., p. 24). []
  4. Mais le voyage n’a pas commencé que les Ourals des Russes sont déjà en panne… Ils ne rejoindront les Français que trois jours plus tard. []
  5. Ibid., p. 28. []
  6. Ibid., p. 34. []
  7. Adrien Bourgogne, Mémoires sur la campagne de Russie en 1812, Valenciennes, E. Prignet, 1856 ; accessible en ligne : https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6365557n (consulté le 3 avril 2024). []
  8. Armand-Louis-Augustin de Caulaincourt, Mémoires du général de Caulaincourt, duc de Vicence, grand Écuyer de l’Empereur, Paris, Plon et Nourrit, 1933 ; accessible en ligne : https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k11637d/f10.item et https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5726702b.texteImage. Caulaincourt, qui avait tenté de dissuader Napoléon d’envahir la Russie, fut ambassadeur auprès d’Alexandre Ier. []
  9. Ibid., p. 24. []
  10. Ibid., p. 25. []
  11. Ibid., p. 39. []
  12. Ibid., p. 40. []
  13. Le sergent Bourgogne écrit ainsi : « Plusieurs capitales que j’avais vues, Paris, Berlin, Varsovie, Vienne et Madrid, n’avaient produit en moi que des sentiments ordinaires, mais ici la chose était différente ; il y avait pour moi, ainsi que pour tout le monde, quelque chose de magique. » (Cité dans Ibid., p. 48). []
  14. Ibid., p. 51. []
  15. Connue en France sous le nom de bataille de la Moskowa. []
  16. Ibid., p. 47. []
  17. Ibid., p. 62. []
  18. « Ce voyage était […] aussi une occasion de se jeter de nids-de-poule en bistrots avec deux de nos frères de l’Est pour sceller l’amour de la Russie, des routes défoncées et des matins glacés lavant les nuits d’ivresse. » (Ibid., p. 93). []
  19. Ibid., p. 71-72. []
  20. Ibid., p. 84. []
  21. « Quand les civils et les irréguliers s’en mêlèrent, la guerre gagna en cruauté. Les malheureux soldats, capturés par des paysans, étaient empalés, plongés dans l’eau bouillante, dépecés, enterrés vivants, brûlés vifs, battus à mort ou jetés nus dans les futaies glacées. » (Ibid.). []
  22. « […] tous les accrochages entre les Russes et les Français furent en faveur de ces derniers. » (Ibid., p. 80). []
  23. Ibid., p. 80. []
  24. L’empereur se moquait de Lamarck, qui se passionnait pour cette nouvelle science, et avait refusé d’écouter Caulaincourt, qui lui avait conseillé de faire fondre des fers à glace pour les chevaux. []
  25. Cité dans ibid., p. 94. []
  26. Les bêtes furent en effet « les grands martyrs de la Retraite. On les creva sous les charges, on les écorcha vifs, on les bouffa tout crus, à même la carcasse ou bien en quartiers, braisés au bout du sabre. […] Les Français possédaient près de cent cinquante mille bêtes en commençant la guerre : cent mille chevaux de trait et quarante-cinq mille montures. Les Russes en disposaient d’à peu près autant. Sur ces trois cents mille bêtes, deux cents mille moururent pendant les six mois de campagne. » (ibid., p. 152-153). []
  27. Ibid., p. 95. []
  28. Rappelons qu’en juin, ils étaient un demi-million. []
  29. Les pertes dans les rangs russes furent également considérables : « L’hiver, la vermine et la faim n’avaient point fait de distinction de nationalité et taillé chez les Russes à mêmes coups de faux que dans les rangs français. Il [Koutouzov] avait perdu les deux-tiers de ses hommes depuis Moscou. À Vilnius, il lui restait trente mille soldats contre les cent mille avec lesquels il était parti. » (Ibid., p. 133). []
  30. Ibid., p. 103. []
  31. Désormais réduite à 2 000 officiers, à ses maréchaux et à lui-même. []
  32. Ibid., p. 121. []
  33. Ibid., p. 112-114. []
  34. Tout autant bouleversé, le photographe Thomas Goisque a « cessé de prendre le monde en photo » (Ibid., p. 115). []
  35. Ibid., p. 115. []
  36. Ibid., p. 85. []
  37. Ibid., p. 139. []
  38. Ibid., p. 196. []

Résidences d’artistes à la villa Marmottan 2024-2025

La bibliothèque Marmottan est heureuse d’ouvrir la campagne de recrutement de ses futurs pensionnaires artistes pour l’année 2024-2025.

La saison 2024-2025 sera consacrée aux trois disciplines suivantes :

architecture ;
composition musicale ;
photographie.

Le programme est ouvert à tous les artistes, quelle que soit leur nationalité, qui se trouvent au début de leur carrière, mais qui peuvent déjà témoigner d’une expérience certaine.


La résidence, du 2 septembre 2024 au 30 juin 2025, comprend :

– la mise à disposition à titre gracieux d’un atelier-appartement ;
– le versement d’une bourse de 1 500 € bruts ;
– le versement d’une aide à la production pouvant aller jusqu’à 5 000 € bruts toutes charges comprises ;
– la possibilité d’échanger avec les artistes de l’Académie des beaux-arts et ceux des autres programmes d’artistes en résidence.


Le dossier de candidature, rédigé en français, est constitué de :

– un curriculum vitae ;
– un dossier artistique ;
– une note d’intention ;
– une ou deux lettres de recommandation.

Les candidatures sont à adresser jusqu’au 15 mai 2024 par courrier électronique à alexandra.poulakos@academiedesbeauxarts.fr.

Les noms des lauréats seront annoncés à la mi-juin 2024.


Qui suis-je ? (5)

Si vous aimez les devinettes, nous vous conseillons, dans un premier temps, de ne pas lire les notes.
Peut-être même trouverez-vous la réponse avec les seules images.


Qui suis-je ?


Moi, quelque peu flatté… car déjà puissant

Bon, je vous préviens, les devinettes, très peu pour moi. Vous êtes déçus ? Que voulez-vous, je sais tout – ce n’est point forfanterie mais stricte vérité –, et j’ai tellement marqué l’histoire de mon ministère que vous allez bien vite comprendre qui je suis. Mais enfin, puisque l’on me demande de me prêter à ce jeu inoffensif, pourquoi rechigner ?

Car je ne suis pas un mauvais homme, contrairement à ce qu’ont colporté tant de jaloux et d’hypocrites ! Non, moi aussi, j’ai un cœur et des sentiments : époux fidèle, père affectueux… Demandez un peu à ma famille si elle eut jamais lieu de se plaindre de moi. Quant à mes prétendues trahisons… Les gens (vous, peut-être !) n’aiment rien tant que détester et se repaître des légendes noires… Mais si vous me laissez parler, je vous promets que vous quitterez la meute.


Qui suis-je ?


Le roi Louis XV se trouve dans la quarante-quatrième année de son règne, et déjà il n’est plus le « Bien-Aimé », lorsque je nais à quelques lieues de la ville de Nantes, au Pellerin exactement. L’Ancien Régime, je connais, donc, et je peux vous dire que je n’en ai conservé aucune nostalgie.

Mon père est capitaine de la marine marchande1 et ma mère la fille d’un fabricant de poulies pour navires. J’aurais dû être à mon tour capitaine au long cours, mais ma mauvaise santé, la mort prématurée de mon paternel et l’influence de mes professeurs m’en détournent pour me faire embrasser la carrière de l’enseignement2.

Dans ma jeunesse, en soutanelle noire, avec la barrette

J’étais entré comme élève au collège des Oratoriens3 de Nantes en 1768 ; une dizaine d’années après, en 1782, je passe de l’autre côté et rejoins le rang des maîtres. Tonsuré et portant la soutane4, j’enseigne les sciences, d’abord au collège de Niort, puis à ceux de Saumur, Vendôme et même Juilly. Je n’y reste qu’un an, mais ils ne sont pas si nombreux ceux qui peuvent se targuer d’avoir exercé dans le plus prestigieux établissement de leur époque. (Dire qu’un siècle plus tard, j’aurais eu le petit Marmottan comme disciple5 !) Je suis alors très apprécié et ma popularité connaît un pic quand un beau matin, je réussis à lancer dans la cour du collège un petit aérostat.

En 1788, j’arrive à Arras. En dehors de mes cours de physique, j’y fais la connaissance de Maurice Gaillard, qui deviendra mon confident, mais aussi de Charlotte et Maximilien Robespierre. Si la première est charmante, je ne peux en dire de même du frère. Quelle peste que cet homme-là ! Et déjà si dédaigneux du bien d’autrui6


Qui suis-je ?


Dans le Nord, je m’intéresse de plus en plus à la politique ; trop au goût de mes supérieurs qui préfèrent m’éloigner en m’envoyant à Nantes. De retour dans ma région natale, je me fais élire en septembre 1792 à la Convention (les troubles révolutionnaires ont d’ailleurs eu raison de l’ordre des Oratoriens7) ; je siège avec les modérés, ce que Robespierre ne me pardonne pas. Pourtant, j’embrasse avec fougue les nouvelles idées : je vote la mort du roi et alors que j’étais jusque-là, si l’on en croit Gaillard, « dans toute l’ardeur d’une grande foi chrétienne »8, je deviens athée et même bouffe-curés.

La montgolfière que je fis élever dans les airs du collège fut un tantinet plus petite

Le célibat commençant à me peser, je me dis qu’il serait bon de trouver chaussure à mon pied et c’est ainsi que j’épouse Bonne Jeanne Coiquaud. Elle est assez laide, et Paul Barras ne se privera pas de l’écrire9, mais je ne suis pas non plus un apollon et elle a pour elle d’être la fille du président de l’administration du district.

Conventionnel, je prends plusieurs arrêtés dans la Nièvre et la Côte-d’Or pour interdire toute manifestation extérieure du culte et obliger les prêtres pensionnés à se marier eux aussi ! Je fais inscrire à l’entrée des cimetières une phrase qui frappe les esprits : « La mort est un sommeil éternel »10. Mais c’est dans la capitale des Gaules que je me déchaîne le plus, puisque mon action antireligieuse en 1793-1794 m’y vaut le surnom de « mitrailleur de Lyon »11.


Qui suis-je ?


Puis je joue les mouchards pour Barras. En remerciement de ce précieux service, et pour conjurer l’instabilité du ministère, il me nomme en juillet 1799 à la tête de la police générale du Directoire, dont les bureaux se trouvent quai Voltaire12. J’ai alors deux ennemis, les royalistes à droite, les jacobins à gauche, et je traite chacun selon mes plans. Méfiant à l’égard de « l’Alcibiade de la République »13, que je sais prêt à négocier un retour des Bourbons, je sens le potentiel du jeune général Napoléon Bonaparte. C’est pourquoi je décide de ne pas intervenir lors du coup d’État qui se trame à Saint-Cloud le 18 brumaire de l’an VIII.

Il faut bien que le peuple s’amuse !

Devenu tacitement un soutien du nouvel homme fort – et du nouveau régime –, je suis confirmé à mon poste. Ayant désormais les coudées franches, je m’emploie à coordonner les différentes actions de mes hommes, soucieux d’obtenir une police informée de tout. Et quand je dis tout, c’est tout. Le père des renseignements généraux, c’est moi.

Naturellement, ma position m’expose aux racontars et à la calomnie. On m’accuse de comploter contre Bonaparte alors qu’il s’apprête à livrer bataille à Marengo. Mais qui l’a jamais prouvé ? L’un de mes meilleurs biographes a d’ailleurs récemment remis les pendules à l’heure14

Peu importe, je me rends très vite indispensable. L’identification des auteurs de l’attentat de la rue Saint-Nicaise15, qui faillit coûter la vie au Premier Consul, est un tour de force qui ne fait qu’accroître ma réputation. Tout le monde, Bonaparte le premier, accuse les jacobins, quand je suis persuadé que ce sont les royalistes. Et c’est moi qui ai raison, bien sûr.


Qui suis-je ?


Je n’ai jamais eu autant d’allure que sur ce portrait, avec les deux plaques de la Légion d’honneur et de l’Aigle d’or du Wurtemberg

Mais savez-vous ce qui me rend le plus fier dans cette affaire ? C’est de n’avoir jamais tremblé quand j’avais tant à perdre. Ou plus exactement : de ne l’avoir jamais montré ! C’est d’ailleurs également pour cette qualité que je suis passé à la postérité : non seulement pour être l’incarnation même du policier, une antonomase presque, mais aussi pour être le modèle par excellence du sang-froid et de la parfaite maîtrise de soi en toutes circonstances. Lisez plutôt Charles Nodier qui, après notre rencontre dans les Provinces illyriennes, écrivit ceci dans son style inimitable : « […] je n’ai jamais vu se démentir d’un clin d’œil l’immobilité de ses yeux de verre. Je me demandais par quelle incroyable opération de la volonté on pouvait parvenir à éteindre son âme, à dérober à la prunelle sa transparence animée, à faire rentrer le regard dans un invisible étui, comme l’ongle rétractile des chats. »16

Mon efficacité est exemplaire : grâce à une surveillance permanente, les routes sont devenues plus sûres, les complots ont été déjoués, les journalistes sont rentrés dans le rang, la sédition a reculé et les esprits se sont pacifiés. Mais le Consul n’est pas content ! Ma manie de me mêler de tout – Talleyrand lui-même ne dit-il pas que « le ministre de la Police est un homme qui doit se mêler de ce qui le regarde et surtout de ce qui ne le regarde pas »17 ? –, mon omniscience (même ses aventures secrètes avec la Grassini me sont connues, ah ah !) finissent par lui déplaire et, plus grave, par l’inquiéter.

C’est ainsi que malgré tous mes services, ou plutôt à cause d’eux, donc, je suis remercié en septembre 1802 ; mon ministère est tout bonnement supprimé. Je ne suis pas à plaindre pour autant. Bonaparte ne sait que trop qu’il doit me ménager s’il veut m’espérer inoffensif.

Vue plongeante sur mon petit paradis

Qui suis-je ?


Démis, je n’en deviens pas oisif pour autant. Ayant détourné la moitié du solde de la caisse des jeux18, j’achète sept cents hectares de terres labourables et de bois autour de mon domaine de Pontcarré, en Seine-et-Marne. J’acquiers aussi, dans l’aristocratique faubourg Saint-Germain, un bel hôtel particulier19 où je m’installe avec ma famille. C’est là que naît ma fille, que je prénomme Joséphine, preuve que si le Consul m’a chassé, je conserve d’excellentes relations avec sa femme20.

Ma société se réduit alors à peu de personnes, pour le plus grand plaisir de Bonne Jeanne qui ne m’aime jamais autant que lorsque je ne suis qu’à elle21 : quelques vieilles parentes, d’anciens pères oratoriens du collège de Juilly, le précepteur et la gouvernante de mes enfants. Ceux-là, je les choie, je les gâte : ils peuvent s’ébattre à loisir dans nos appartements22.

Pour me faire avaler ma retraite forcée, on m’a tout de même nommé sénateur, et c’est en cette qualité que je siège au sein d’une commission chargée de recueillir les vœux des députés helvètes23. Si bien qu’un peu malgré moi, je deviens l’un des pères fondateurs de la Suisse moderne.

Comme je ne suis pas opposé au consulat à vie (contrairement à ce qu’on a longtemps prétendu24), je reviens en grâce auprès de Napoléon Bonaparte quelques mois avant d’assister à son sacre en tant qu’empereur.

Les armes de mon duché

Qui suis-je ?


Redevenu ministre de la Police depuis le 10 juillet 1804, je m’empresse de rédiger une circulaire qui enjoint à mes hommes modération et respect de la légalité. Plaidoyer pro domo ? Écoutez plutôt ce qu’en dit mon contemporain Jacques Peuchet : « Si jamais, à partir de ce moment, police ne fut ni plus absolue ni plus arbitraire que la sienne, on avouera cependant qu’il n’en exista pas de plus active et de plus protectrice, de plus ennemie de la violence dans l’exécution des ordres, qui pénétrât par des moyens moins choquants dans le secret des familles, et dont l’action, moins sentie, se laissât moins apercevoir »25.

Les affaires reprennent donc et deux ans plus tard, je deviens l’heureux propriétaire du château de Ferrières-en-Brie, à l’est de Paris. C’est une grande et belle demeure classique qui date du milieu du siècle précédent et je n’apprécie rien tant que venir m’y reposer, caché au milieu des bois et des étangs, sans aucun voisin alentour26.

Comte d’Empire en 1808, je suis fait duc d’Otrante l’année d’après, le 15 août, jour anniversaire du saint patron… Celui-ci est bien forcé de me récompenser pour avoir si bien tenu la maison en son absence27 et avoir réussi, par l’entremise de mon vieux complice Bernadotte, à repousser les Anglais de Hollande28. Je me moque d’abord de ce titre, avant d’y prendre finalement goût. Mes armes semées d’hermine d’argent (rappelant mes origines bretonnes), la colonne d’or autour de laquelle s’enroule un serpent, emblème de prudence… tout cela a quand même de l’allure ! A posteriori, je peux dire que j’étais alors au sommet de ma puissance.

Un autre portrait de moi, moins flatteur mais plus fidèle

Qui suis-je ?


Je me rapproche de Talleyrand, parce que, malgré toutes nos divergences, il est le seul qui soit à ma mesure29 et que je partage avec lui la conviction qu’il est temps d’en finir avec la guerre et d’établir une paix solide en Europe.

Napoléon se range enfin à mon avis et divorce de la stérile Joséphine, mais je manque de m’étouffer, moi qui espérais une alliance avec les Russes30, quand j’apprends que la remplaçante se nomme Marie-Louise d’Autriche, autrement dit une petite-nièce de Marie-Antoinette !

Le tournant dynastique de 1810 entraîne une rigidification de tout le système impérial et mes prérogatives s’en trouvent rognées. Je subis, plus que je ne les provoque, les mesures qui sont de plus en plus prises par Napoléon en personne31.

Mes activités en France sont bridées ? Qu’à cela ne tienne, je me tourne vers les questions de politique extérieure, d’autant que Talleyrand a moins la cote. Grâce à l’argent de la caisse des jeux, j’étends mon réseau d’espionnage dans les cours étrangères. Mais ma nouvelle ambition n’est pas du goût de l’empereur : il suffit que je lui annonce que je tente de négocier avec le duc de Wellington une paix avec l’Angleterre pour qu’il prenne ombrage et me signifie mon congé32. Là encore, après une inévitable scène à Saint-Cloud, Napoléon tient à mettre les formes et me nomme gouverneur général de Rome. D’ailleurs, je sais bien qu’il regrette de se séparer de moi33. Toujours est-il que c’est l’idiot Savary34 qui me remplace, tandis que défile dans mon salon de la rue du Bac tout le beau monde du faubourg Saint-Germain, bien désolé de me voir partir. Mais avant de rejoindre Ferrières, je me débrouille pour brûler quantité d’archives au nez et à la barbe de mon successeur.

Quand je repense à ces aristos…

Qui suis-je ?


À son retour de sa désastreuse campagne de Russie, l’empereur consent enfin à me recevoir… pour me signifier que je vais prendre la tête du gouvernement des Provinces Illyriennes35. Ma mission officielle : tenir vaille que vaille cette portion de l’Empire regroupant la Carinthie, la Carniole, l’Istrie, le Trentin les Croaties civile et militaire, la Dalmatie et l’ancienne république de Raguse36. Ma mission officieuse : la liquider au profit de l’Autriche37.

Les heures de Napoléon étant comptées, j’encourage fin 1813 mon vieil ami Murat, roi de Naples, à faire sécession. Puis je suis à Paris pour assister à l’arrivée du comte d’Artois. Mais je m’abstiens de figurer dans la délégation chargée de lui conférer la lieutenance générale et je préfère me retirer à Ferrières au moment où son frère fait son entrée à Paris sous le nom de Louis XVIII. Dans le même temps, je me garde bien de dire ou d’écrire quoi que ce soit contre le nouveau régime.

Cette prudence paye : lors des Cent-Jours, Napoléon m’offre à nouveau le ministère de la Police. Mais je sais bien que ce n’est qu’un feu de paille et je prépare déjà l’avenir. C’est moi qui, après la défaite de Waterloo, sauve Paris le 3 juillet 1815 en évitant non seulement qu’une meurtrière bataille n’ensanglante la capitale, mais aussi en faisant reconnaître par les Alliés le gouvernement provisoire en place38. Dans la foulée, Louis XVIII, qui a retrouvé son trône, me reçoit au château d’Arnouville pour une entrevue mémorable. Amené par Talleyrand en personne, j’entrevois, entre deux portes, l’écrivain François-René de Chateaubriand, blême39.

Comme le chat, auquel on m’a souvent comparé, je retombe encore sur mes pattes et je reviens, qui l’eût cru (à part moi, bien sûr), quai Voltaire.

Encore moi : lèvres pincées et yeux de chat

Qui suis-je ?


Un mois plus tard, veuf de Bonne Jeanne40, je me remarie avec la jeune Ernestine de Castellane-Majastre. Les trente années qui nous séparent41 n’expliquent pas à elles seules mes sentiments. Vous le savez, j’ai toujours été un sensible. Je pense aussi à mes enfants que j’aime plus que tout : il leur faut une mère, une présence féminine. Et puis il y a le délicieux vertige social : moi, un ancien révolutionnaire, épouser la fine fleur de la meilleure société aristocratique de l’époque42 !

Tout semble aller pour le mieux… quand les ordonnances de proscription que j’avais signées pour éloigner les responsables des Cent-Jours me sont soudain violemment reprochées. Puis ce sont les ultras et les anciens émigrés qui ne me pardonnent pas d’avoir voté la mort de Louis XVI dans ma prime jeunesse. On veut ma peau, et on l’obtient. Louis XVIII me fait alors ambassadeur auprès du roi de Saxe, mais je démissionne aussitôt. Hélas, je ne peux rentrer en France : la loi du 12 janvier 1816 condamne à l’exil les régicides et je suis contraint de m’installer à Prague, puis à Linz, avant de rejoindre, avec ma famille, une partie de la fratrie Bonaparte43 à Trieste, où je m’éteins le 26 décembre 1820.

Paix à mon âme… et aussi à ma mémoire, non ? Après ce petit exposé, je pense que vous pouvez bien me l’accorder.


Joseph Fouché


Image du bandeau : Jacques-Louis David, Le Sacre de Napoléon (détail), 1805-1807, huile sur toile, 621 x 979 cm, Paris, musée du Louvre, © Wikimedia Commons cc-by-3.0.
Joseph Fouché se trouve avec les autres ministres du gouvernement impérial. Il figure en haut à droite, au milieu de l’image.

Légendes des illustrations
ill. 1 : Anonyme et François-Séraphin Delpech (imprimeur), Portrait de Joseph Fouché (détail), lithographie, 27,5 x 18,1 cm, Paris, musée Carnavalet, CC0 Paris Musées / Musée Carnavalet
ill. 2 : Un prêtre de l’Oratoire en manteau de chœur de la fin du XVIIe siècle, d’après une gravure reproduite dans P. Hélyot, Histoire des ordres monastiques, 1714 © Wikimedia Commons cc-by-3.0
ill. 3 : Charles Boily, Le premier vol féminin par Élisabeth Tible le 4 juin 1784 à Lyon sur La Gustave, 1784, 31 x 43 cm, © Wikimedia Commons cc-by-3.0
ill. 4 : Étienne Béricourt, Procession burlesque de révolutionnaires chargés d’objets de culte, 1793, plume, lavis, aquarelle, 27 x 42,5 cm, Gallica/Bibliothèque nationale de France, https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b8412070m.item
ill. 5 : Claude-Marie Dubufe, Joseph Fouché, duc d’Otrante, en 1809, huile sur toile, 131 x 98,5 cm, Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon, © Wikimedia Commons cc-by-3.0
ill. 6 : Plan ms. aquarellé du château de Ferrières-en-Brie, 1787, 45,5 x 58 cm, source : Gallica/Bibliothèque nationale de France, https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b71006021/f1.item
ill. 7 : Armoiries du duc d’Otrante, © Wikimedia Commons cc-by-3.0
ill. 8 : École française, Joseph Fouché, 1807, huile sur toile, 54,5 x 45,5 cm, Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon, © Wikimedia Commons cc-by-3.0
ill. 9 : Jean-Baptiste Gautier, La famille royale en 1816, gravure, © Wikimedia Commons cc-by-3.0
ill. 10 : Anonyme, Joseph Fouché (détail), gravure, 1815, 21,6 x 16,2 cm, Paris, musée Carnavalet,CC0 Paris Musées / Musée Carnavalet

  1. Basés dans la région de Nantes, port essentiel pour le commerce des esclaves, les Fouché doivent leur ascension sociale à la traite des Noirs. Ils possédaient d’ailleurs une plantation à Saint-Domingue. []
  2. Jean Tulard, Joseph Fouché, Paris, Fayard, 1998, p. 18-19. []
  3. « Les Oratoriens de France se sont spécialisés assez vite dans l’apostolat de la jeunesse et l’éducation. À la veille de la Révolution, ils dirigent une centaine de collèges. Ils se caractérisent par une pédagogie très moderne, plus centrée sur l’épanouissement de l’élève que sur la simple mémoire » et font preuve d’une « grande ouverture d’esprit » (Julien Sapori, dir., Dictionnaire Fouché, Tours, Éditions Sutton, 2019, p. 402). []
  4. Joseph Fouché reste néanmoins un laïc. []
  5. Paul Marmottan fit en effet sa scolarité au collège de Juilly (Seine-et-Marne) de 1865 à 1874. Encore très réputé, l’établissement avait connu son heure de gloire aux XVIIe et XVIIIe siècles. []
  6. L’éloignement entre les deux hommes serait dû à une indélicatesse de Robespierre, mais Jean Tulard laisse entendre qu’une autre explication est possible : « Survinrent les élections aux États généraux, en 1789. Robespierre s’y fit élire, empruntant-on, dit-on, l’argent nécessaire au voyage à Versailles à son ami Fouché. Ce serait la cause de leur brouille, mais on a aussi invoqué la rupture des “fiançailles” de Fouché et de Charlotte… » (Jean Tulard, op. cit., p. 22). []
  7. Fouché sera donc resté dans les rangs de l’Oratoire de sa neuvième à sa trente-troisième année. []
  8. Jean Tulard, op. cit., p. 21. []
  9. Paul Barras laissera effectivement ce portrait féroce : « En l’an III, Fouché était encore dans une grande indigence, dans un grenier, avec sa femme, l’ex-religieuse, femme d’un aussi mauvais naturel que lui et que l’on appelait ironiquement “la femme vertueuse” en raison de son horrible laideur. Rousse comme son mari, jusque dans les sourcils et les cils, elle avait un enfant digne produit de ce couple hideux, non moins roux que les auteurs de ses jours, albinos véritable mais qui n’en était pas, comme de raison, moins cher à ses parents. Il était fort naturel qu’ils désirassent nourrir leur marcassin. » (Paul Barras, Mémoires, Paris, Hachette, 1895-1896, t. III, p. 72 ; cité dans Emmanuel de Waresquiel, Fouché, les silences de la pieuvre, Paris, Tallandier/Fayard, 2014, p. 84-85).
    Bonne Jeanne Coiquaud est née en 1766 et meurt en 1812. []
  10. Jean Tulard, op. cit., p. 47. []
  11. Sa répression est d’une efficacité redoutable puisque plus de 1500 Lyonnais sont tués par la mitraille (et non la guillotine, jugée trop lente). []
  12. Aux numéros 11 et 13. Le quai Voltaire est devenu depuis le quai Malaquais. L’hôtel occupé par le ministère de la Police avait été construit en 1630 par Clément Mazeau et était, à la fin de l’Ancien Régime, l’un des plus aristocratiques et luxueux hôtels du faubourg Saint-Germain. L’une de ses propriétaires (de 1767 à 1785) fut en effet Louise de Durfort de Duras, héritière par sa mère de la fortune de Mazarin. Saisi en 1794 à la suite de l’émigration de son dernier occupant particulier, le comte de Juigné, lieutenant général des armées du roi, « il est d’abord affecté par l’État à l’agence des poudres et salpêtres, puis à celle des poids et mesures avant de servir au ministère de la Police à sa création en 1796 et ce, jusqu’en 1815. Au fur et à mesure des acquisitions du gouvernement, l’ancien hôtel de Mazarin s’est enrichi en profondeur, vers le sud, de toute une série de bâtiments, de cours et de jardins […] » (Emmanuel de Waresquiel, op. cit., p. 243-244). L’hôtel est finalement démoli sous la monarchie de Juillet, en 1845. []
  13. Surnom donné à Paul Barras par ses contemporains. []
  14. Il s’agit d’Emmanuel de Waresquiel, qui, à propos du prétendu complot et de l’enlèvement de Clément de Ris, écrit ceci : « Les insatisfactions de Fouché auraient pu le conduire très vite à comploter. Certains de ses biographes le pensent, mais j’en doute. […] Pendant l’absence du Premier Consul en mai et juin, les conciliabules secrets n’ont pas manqué à Paris. Des conversations ont certainement eu lieu à Auteuil dans la maison de campagne de Talleyrand, avec Sieyès et avec d’autres. On a dû spéculer sur les mesures à prendre en en cas de mort subite de Bonaparte sur le champ de bataille et sur le choix de son successeur. On a parlé de Carnot qui était alors ministre de la Guerre, de La Fayette […]. Il est probable que Fouché était au courant de tout cela, mais il est tout aussi probable qu’il n’y a pas participé, tout en préparant en silence ses propres solutions » (Emmanuel de Waresquiel, op. cit., p. 307-308). []
  15. L’attentat se produisit dans le centre de Paris le soir du 24 décembre 1800, alors que Napoléon se rendait en calèche à l’Opéra pour y écouter La Création de Haydn. L’explosion de la « machine infernale » manqua sa cible, mais fut néanmoins très meurtrière, causant la mort d’une vingtaine de personnes. []
  16. Cité dans Jean Tulard, op. cit., p. 8. []
  17. Cité dans ibid., p. 7. []
  18. Soit la coquette somme d’un million et deux cent mille francs. Son traitement en tant que ministre de la Police était de 80 000 francs (Emmanuel de Waresquiel, op. cit., p. 376). []
  19. Sis aux 34 et 36, rue du Bac. Fouché possède encore une maison rue Saint-Jacques, qu’il revend en 1805. []
  20. « Fouché passera sa vie à jouer le mari contre la femme et réciproquement. Après avoir fait de Joséphine son alliée et accessoirement son indicatrice, il finira par l’abandonner au début de l’Empire, en faisant campagne, non sans témérité, pour le divorce. » (Emmanuel de Waresquiel, op. cit., p. xxiii). []
  21. « Sa femme, passionnée d’amour pour lui, jalouse comme s’il avait eu vingt ans, préférait cette vie de retraite », écrit son amie Victorine de Chastenay dans ses Mémoires (cité dans Emmanuel de Waresquiel, op. cit., p. 382). []
  22. « Les enfants courent en liberté dans les salons. On leur passe tout, comme si l’Émile de Jean-Jacques servait de modèle. Gaillard verra même un jour l’un des garçons s’oublier sur un très beau tapis d’Aubusson sans que personne ne dise rien. “Qu’est-ce qu’un léger désagrément, lui explique Mme Fouché, en comparaison avec l’inconvénient d’aigrir à jamais le caractère d’un enfant ?” » (Emmanuel de Waresquiel, op. cit., p. 382). []
  23. Le but est de mettre fin à l’agitation politique qui secoue la Suisse depuis l’invasion par l’armée française du pays de Vaud et de la ville de Berne. []
  24. « Contrairement à ce que tout le monde a dit, l’ancien conventionnel, loin de s’opposer au consulat à vie, le considère même comme une forme inachevée et bancale du régime. Le pouvoir héréditaire, s’il est placé dans la famille des Bonaparte et uniquement dans celle-ci, ne lui paraît pas incompatible avec des institutions républicaines. […] On a retrouvé récemment l’une des nombreuses notes qu’il devait adresser quotidiennement à Bonaparte […]. Elle est essentielle. […] Le pouvoir héréditaire placé dans la famille de Bonaparte serait au contraire une manière de couronner la Révolution, il calmerait les esprits, découragerait les fanatiques et donnerait “de la stabilité à nos institutions”. » (Emmanuel de Waresquiel, op. cit., p. 372-373). []
  25. Jacques Peuchet, Mémoires tirés des archives de la police de Paris, Paris, A. Levavasseur, 1838, t. IV, p. 229. Texte accessible en ligne à l’adresse suivante : https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k643678/f231.image.r=choquant (consulté le 28 mars 2024). Le passage est cité dans Julien Sapori, dir., Dictionnaire Fouché, p. 23 ; J. Sapori précisant : « La “haute police”, entièrement consacrée à la défense du régime, était efficace mais impopulaire. Fouché en était conscient et avait le souci qu’elle ne devienne pas “trop” impopulaire par le recours à des pratiques brutales qui auraient pu susciter un sentiment de révolte dans l’opinion ». []
  26. Construit par l’architecte Jean-Baptiste Chaussard, le château n’existe plus aujourd’hui. Les terres avoisinaient les 2 500 hectares. Fouché ne vendra jamais cette propriété, même exilé. []
  27. Napoléon se trouvait alors en Autriche. []
  28. C’est l’épisode de Walcheren à l’été 1809. Voir https://www.napoleon.org/histoire-des-2-empires/articles/walcheren-la-debacle/ (consulté le 28 mars 2024). []
  29. « C’est bien en cela [l’ambition] que Talleyrand et Fouché se ressemblent, car ce qui les rapproche est plus fort que ce qui les sépare […]. Tous les deux ont voulu être des énigmes et se sont réinventés dans le labyrinthe de leurs mensonges. […] Tous les deux sont impénétrables […]. Quand l’un prête aux autres un visage “sans grimaces ni sourire”, le second se cache derrière les facéties et la faconde d’un bateleur de tréteaux. Tous les deux ont la force de leurs infirmités physiques, l’un a ses poumons et sa mauvais toux, l’autre ses jambes et sa boiterie. Tous les deux ont le goût de l’argent, mais quand l’un le dépense au plaisir du jeu et au luxe de sa maison, l’autre l’accumule en rentier prévoyant. […] Quand l’un aime les femmes, l’autre aime sa femme. […] Talleyrand est un homme de cour et de compagnie. Il n’est jamais seul. Fouché est depuis sa naissance voué à la solitude et à la mort qui toujours tourne autour de lui. On est avec l’un du côté de la comédie quand l’autre est […] dans la tragédie.
    Leur rapport à l’État non plus n’a pas été le même. Talleyrand l’a conduit, restauré, parfois sauvé, Fouché en a été, de la Révolution à l’Empire, l’architecte, le bâtisseur et le géomètre.
    Ils ont été complices à leurs débuts, sous le Directoire, puis ils se sont séparés. Ils se retrouveront à chaque fois que leurs intérêts le leur commanderont. Et, au bout de toutes les catastrophes et de toutes les crises […] ils s’en iront tous les deux, l’un soutenant l’autre […] dans le cabinet de Louis XVIII, un beau soir de juillet 1815, lui prêter serment d’une même jalousie suspicieuse. » (Emmanuel de Waresquiel, op. cit., p. 356-357). E. de Waresquiel cite aussi Barras et le comte Molé qui disent bien l’étonnante complémentarité entre les deux hommes, le premier affirmant : « Talleyrand est le Fouché de la noblesse ; Fouché est le Talleyrand de la canaille », et le second estimant que « si Talleyrand est le plus révolutionnaire des homme comme il faut, Fouché est le plus comme il faut des révolutionnaires ». []
  30. Si la sœur aînée du tsar, la grande-duchesse Catherine, désormais mariée au duc d’Oldenbourg, n’était plus libre, la cadette, la grande-duchesse Anne, le restait. []
  31. Emmanuel de Waresquiel, op. cit., p. 459 []
  32. Le 2 juin 1810. []
  33. « Dans son entourage, il [Napoléon] se montre des plus aimables pour le ministre déchu : “Il m’en a coûté de renvoyer Fouché ; mais il m’était impossible de faire autrement […], il fait des choses trop importantes sans me consulter.” » (Emmanuel de Waresquiel, op. cit., p. 470). []
  34. Anne-Jean-Marie-René Savary (1774-1833), ministre de la Police de 1810 à 1814. []
  35. Le gouverneur Andoche Junot, ancien aide de camp de Napoléon, devenait en effet de plus en plus fou. Voir le « Qui-suis-je ? » (2) : https://marmottan.hypotheses.org/12722. []
  36. Soit une région d’une superficie totale de 55 000 km², peuplée par une population multiethnique (Slovènes, Croates, Serbes, Allemands et Italiens) d’1,5 millions d’habitants. []
  37. « Les Provinces Illyriennes, créées à la fin de 1809 sur le dos de l’Autriche et qui constituent pour cette dernière son seul accès à la mer par Trieste, sont une monnaie d’échange possible dans les négociations engagées par Napoléon avec Metternich à la faveur de l’armistice signé début juin avec les Russes et les Prussiens. Tout l’enjeu, pour Napoléon, est de maintenir l’Autriche en dehors de la sixième coalition en lui cédant le moins possible. » (Emmanuel de Waresquiel, op. cit., p. 492). []
  38. Du 23 juin au 7 juillet 1815, la Commission Napoléon II gouverne la France au nom du fils de Napoléon. Joseph Fouché en est le président. []
  39. On connaît ce passage fameux des Mémoires d’outre-tombe : « Ensuite, je me rendis chez Sa Majesté : introduit dans une des chambres qui précédaient celle du roi, je ne trouvai personne ; je m’assis dans un coin et j’attendis. Tout à coup une porte s’ouvre : entre silencieusement le vice appuyé sur le bras du crime, M. de Talleyrand marchant soutenu par M. Fouché ; la vision infernale passe lentement devant moi, pénètre dans le cabinet du roi et disparaît. Fouché venait jurer foi et hommage à son seigneur ; le féal régicide, à genoux, mit les mains qui firent tomber la tête de Louis XVI entre les mains du frère du roi martyr ; l’évêque apostat fut caution du serment. » (François-René de Chateaubriand, Mémoires d’outre-tombe, 1828 ; voir : https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k233854/f61.item). []
  40. Elle décède en 1812. []
  41. Fouché a alors 56 ans, Ernestine 27. []
  42. « Le mariage fut-il consommé ? On le sait, Ernestine n’aura pas d’enfants. En tout cas, les apparences ont été sauves. » (Emmanuel de Waresquiel, op. cit., p. 618-619). Ernestine de Castellane semble bien s’être mariée par intérêt, mais le puissant et riche époux se transforme bien vite en homme déchu et proscrit, et elle passera l’intégralité de sa vie de femme mariée en exil. []
  43. Élisa et Jérôme. []