Déménagement des collections

Avant le début imminent de la phase 2 des travaux, consacrés cette fois à la seule bibliothèque1, il a fallu procéder au déménagement de toutes nos collections. Et l’on peut dire que ce ne fut pas une mince affaire !

Généralement, un déménagement prend quelques heures (la chambre de bonne de votre jeunesse estudiantine), ou quelques journées (l’appartement familial de vos quarante ans). Mais pour un établissement qui possède quelque vingt-cinq mille livres et des centaines d’objets d’art, particulièrement fragiles et précieux, ce n’est plus en jours qu’il faut compter, mais en semaines, et même en mois !

C’est ainsi que notre déménagement, commencé le 18 mars 2024, s’est achevé le 17 mai. Il a été confié à l’entreprise Bovis, qui a dépêché sur site pas moins d’une dizaine d’employés, dirigés par le contremaître Moises Abalos.



Planifié par niveaux, depuis le sous-sol jusqu’au deuxième étage de la bibliothèque, le déménagement a consisté en quatre opérations successives :

1) d’une part, la mise en carton des livres, au préalable individuellement emballés dans du papier de soie2, ce qu’on appelle dans le jargon du métier le « tamponnage » ; de l’autre, la mise en caisse3 des meubles, tableaux, miroirs et lustres ;

2) le filmage des cartons (mis sur palette) et des caisses ;

3) la sortie des cartons et caisses hors de la bibliothèque, c’est-à-dire d’un bâtiment actuellement privé d’ascenseur et dont bon nombre d’huisseries sont classées à l’inventaire des monuments historiques ;

4) l’enlèvement des cartons et caisses par camion4 jusqu’à l’entrepôt de l’entreprise Bovis.

Réunion de Napoléonides le 27 mars 2024

Après avoir vidé la réserve du sous-sol de tous ses livres, brochures et catalogues, mis en caisse les meubles et sculptures du rez-de-chaussée (voir ci-dessus les bustes de Louis Bonaparte, Félix Baciocchi et Jérôme Bonaparte), les déménageurs se sont attaqués à la salle de lecture du premier étage.

Pendant que certains s’affairaient à empaqueter les ouvrages, d’autres se sont occupés d’emballer soigneusement les chaises Empire, rapatriées des salles historiques.

Durant quelques jours, nous avons eu l’impression que la bibliothèque avait accueilli les dernières œuvres de Christo et de Jeanne-Claude.

Fantômes de meubles dans le salon bleu au premier étage (ci-dessus) et dans le bureau du directeur au rez-de-chaussée (ci-dessous)…

Puis un premier échafaudage a été installé dans le jardin afin de descendre les livres mais aussi les deux corps de bibliothèque de l’ébéniste Jacob-Desmalter5 qui se trouvent dans le cabinet de travail de Paul Marmottan.

Dans le cabinet de travail, sur des palettes, des cartons de livres avant leur enlèvement

Mais avant cela, il a fallu y faire monter un transpalette élévateur…

Acheminement du transpalette dans le cabinet de travail
Les déménageurs s’apprêtent à faire passer par la fenêtre le soubassement d’un des corps de bibliothèque…
… ensuite descendu par chariot télescopique

Le déménagement des sculptures de l’escalier d’honneur a sans doute été parmi les plus difficiles. Il fallait en effet les retirer de leurs niches, parfois situées en hauteur, en les faisant glisser sur un plan construit expressément pour l’occasion à partir de palettes et de planches superposées.

Elles ont ensuite été descendues par l’escalier, comme La Vérité

… ou par un treuil, comme avec la Danseuse !

Un peu plus tard, une tour avec palan a été installée, en face du vestibule, pour descendre cette fois les lustres du cabinet de travail et du salon bleu.

Les miroirs et trumeaux ont quant à eux été mis dans des caisses dites MRT (Manutention Réserves Transport), c’est-à-dire dotées de ferrures permettant la mise en réserve sur pitons ou crochets sans qu’il soit besoin de changer le système entre le transport de l’œuvre, l’accrochage et le stockage.

Après le départ de toutes nos collections, nous nous sentons forcément un peu orphelins et démunis. Les pièces historiques, la salle de lecture, les réserves sont désormais vides et nous renvoient tristement notre écho…

Mais qu’on ne s’inquiète pas, car la bibliothèque entre très prochainement en travaux6 ! Et va de nouveau bourdonner comme une ruche…

Le contremaître et formateur Moises Abalos et son « élève » Tiberiu, en train de sangler l’une des sphinges sommant le péristyle

Un grand merci pour leur professionnalisme et leur bonne humeur à Moises, Tiberiu, Jean-Paul, Robin, Henri, Pierre, Wallid, Hans, Aaron, Dimitri et Cheikh !


Image du bandeau : Mars et Vénus entre les (bonnes) mains de Moises et Tiberiu

  1. La phase 1 avait concerné la villa Marmottan ; voir les billets https://marmottan.hypotheses.org/4144, https://marmottan.hypotheses.org/5749, https://marmottan.hypotheses.org/7323, https://marmottan.hypotheses.org/9691 et https://marmottan.hypotheses.org/20687. []
  2. Voire dans du Tyvek® pour les plus précieux. []
  3. Les caisses, le plus souvent à claire-voie, ont naturellement été réalisées sur mesure pour les objets qu’elles allaient protéger. []
  4. Camion à température dirigée et équipé de capitons et suspensions pneumatiques. []
  5. Auparavant démontés par l’Atelier KoPal. []
  6. Et pour tout dire, les déménageurs n’étaient pas encore partis que des ouvriers commençaient déjà à protéger les parquets marquetés. []

Le questionnaire de Monsieur Paul (3)

1) Comment se nomme le général en chef qui fut responsable de la déroute des Français en Russie ?

a) Michel Barclay de Tolly
b) Matveï Platov
c) Mikhaïl Koutouzov

2) Quelle fonction occupa Louis de Fontanes sous l’Empire ?

a) Grand maître de l’Université
b) Grand maître des cérémonies
c) Secrétaire particulier d’Élisa Bonaparte

3) Quel était le fils préféré de Letizia Bonaparte ?

a) Napoléon
b) Lucien
c) Joseph

4) Comment se nomme le type de coiffure de la jeune femme ci-dessous ?

a) à la Titus
b) à la garçonne
c) à la mascotte

5) Quel livre écrit durant le Consulat s’adresse à « la France silencieuse mais éclairée » ?

a) Le Génie du christianisme de François-René de Chateaubriand
b) Les Crimes de l’amour du marquis de Sade
c) Delphine de Mme de Staël

6) De quel maréchal Napoléon a-t-il dit : « Je l’avais pris pygmée, je l’ai perdu géant » ?

a) André Masséna
b) Jean Lannes
c) Louis-Nicolas Davout

7) De quelle couleur était l’habit des ministres de Napoléon ?

a) Bleu à broderies argent
b) Rouge à broderies argent
c) Vert à broderies or

8) Qui est Claude-François de Malet ?

a) Le plus fidèle confident de Joséphine
b) Un général qui tenta un coup d’État contre Napoléon en 1812
c) L’ébéniste qui réalisa le lit de Joachim Murat au château de Benrath

9) Sur quelle campagne napoléonienne le sergent Bourgogne a-t-il laissé des souvenirs ?

a) La campagne de Russie de 1812
b) La campagne d’Italie de 1797-1797
c) La campagne d’Allemagne de 1805

10) Qui se cache derrière cette description : « [Il] ressemble à un étudiant germanique prolongé : il est long, dégingandé, légèrement voûté, complètement myope et il cache ses yeux pâles sous des besicles teintées »1 ?

a) Étienne-Nicolas Méhul
b) Benjamin Constant
c) Lucien Bonaparte

11) Napoléon a créé

a) Les communes
b) Les régions
c) Les départements

12) Où est élevé le fils de Napoléon après la mort de ce dernier ?

a) À Munich
b) À Rome
c) À Vienne

13) Qui est Jean-David Lassagne ?

a) Le secrétaire particulier de l’impératrice Marie-Louise
b) Un capitaine très aimé de ses hommes et promis à une brillante carrière, mais qui fut fauché par un boulet de canon à la bataille d’Austerlitz
c) La fausse identité sous laquelle Chateaubriand rentre à Paris le 10 mai 1800

14) Qui avait pour devise « Ma hardiesse vient de mon ardeur » ?

a) Louis-Gabriel Suchet
b) Pauline Borghèse
c) Michel Ney

15) Qui est le comte de Marbeuf ?

a) Le « protecteur » de Letizia Bonaparte lorsqu’elle était encore jeune mariée
b) Le ministre des finances Martin-Michel-Charles Gaudin
c) Un émigré royaliste qui tenta un enlèvement de Bonaparte

16) Comment Napoléon porte-t-il le bicorne ?

a) « De travers »
b) « En colonne »
c) « En bataille »

17) Parmi ces ordres, lequel n’a pas été créé par Napoléon ?

a) L’ordre de la Fidélité
b) L’ordre de la Couronne de fer
c) L’ordre de la Réunion

18) Où sont conservés les documents confidentiels du service du Premier Consul ?

a) Dans une chambre forte
b) Dans un portefeuille
c) Derrière un faux décor de livres

19) Qui a composé la romance « Partant pour la Syrie », devenue par la suite l’hymne national officieux sous le Second Empire ?

a) Louis-François-Philippe Drouet
b) Jean-François Le Sueur
c) Hortense de Beauharnais

20) Combien y a-t-il en France de musées nationaux dédiés à Napoléon ?

a) 2
b) 4
c) 10


Réponses
1-c ; 2-a ; 3-b ; 4-a ; 5-c ; 6-b ; 7-a ; 8-b ; 9-a ; 10-b ; 11-a ; 12-c ; 13-c ; 14-b ; 15-a ; 16-c ; 17-a ; 18-b ; 19-c ; 20-b

Question 1.
Matveï Platov (1753-1818) commanda les troupes cosaques durant les guerres napoléoniennes et s’illustra pendant la campagne de Russie, mais ce fut bien Mikhaïl Koutouzov (1745-1813) qui dirigea les opérations de la « Grande guerre patriotique ». Il avait réussi à supplanter Barclay de Tolly (1761-1818), lequel, malgré la l’appui du tsar, avait contre lui son origine germano-balte.

Question 2.
Le Grand maître des cérémonies est Louis-Philippe de Ségur (voir notre billet sur la maison de l’empereur : https://marmottan.hypotheses.org/11051). Si l’homme de lettres Louis de Fontanes (1757-1821) ne fut pas le secrétaire particulier d’Élisa Bonaparte, il fut néanmoins l’un de ses plus célèbres amants.

Question 3.
« Lucien est un enfant choyé. Letizia éprouve une tendresse particulière pour lui, peut-être parce qu’avant sa naissance elle a pleuré la mort de deux filles dans les premières heures de leur courte existence. Sa bonne humeur, sa joie de vivre ont représenté une consolation puissante pour la jeune mère endeuillée. Jusqu’à son dernier souffle, Lucien restera fidèle à ce sentiment profond et aimera envers et contre tous son petit Lucien. » (Cédric Lewandowski, Lucien Bonaparte, le prince républicain, Paris, Passés composés, 2019, p. 27.)

Question 4.
La coiffure « à la Titus » fut popularisée à la fin du XVIIIe siècle à la suite, pense-t-on, de l’interprétation en 1791 par Talma (voir https://marmottan.hypotheses.org/12712) du rôle de l’empereur Titus dans la tragédie Brutus (1730) de Voltaire. Si le grand comédien est à l’origine de la mode chez les hommes, ce serait Mme Tallien qui aurait lancé la vogue chez les femmes. Les cheveux sont portés courts, souvent avec de petites mèches aplaties sur le front ou les tempes.

Question 5.
Publié en 1802 à Genève, Delphine de Germaine de Staël est un roman par lettres qui analyse la condition féminine dans une société aristocratique au lendemain de la Révolution. Bien que l’intrigue soit censée se dérouler en 1791, Napoléon perçoit le livre comme une critique implicite de son Consulat. « Tout cela, c’est de la métaphysique de sentiment, du désordre d’esprit. Je ne peux pas souffrir cette femme-là ! », fulmine-t-il, avant de signifier à Mme de Staël son exil de Paris. (Cité dans Françoise Wagener, Madame Récamier, Paris, JC Lattès, 1986, p. 124.)

Question 8.
Né à Dole dans la petite noblesse, Claude-François de Malet (1754-1812) mène une carrière dans les armes et affirme des convictions républicaines au moment de la Révolution. Opposé au consulat à vie, il accepte bon gré mal gré le régime impérial, avant d’être nommé gouverneur de Rome en 1806. Là-bas, il commet plusieurs maladresses vis-à-vis du pouvoir civil, trempe dans quelques malversations et continue de faire étalage de ses opinions politiques. Renvoyé en France par Eugène de Beauharnais, vice-roi d’Italie, il est mis à la retraite le 31 mai 1808.
Il est peu après emprisonné pour avoir projeté, avec d’autres conjurés, de placarder des affiches proclamant le vote de la déchéance de Napoléon par le Sénat et pour avoir réfléchi à la constitution d’un nouveau gouvernement.
En octobre 1812, toujours obsédé par l’idée d’en finir avec le régime impérial, il décide de profiter de l’éloignement de Napoléon, parti combattre en Russie, pour propager la nouvelle de sa mort.
Écoutons Marc Allégret nous dérouler les péripéties de la nuit fatidique du 23 octobre : « Le 22 octobre, vers 10 heures du soir, Malet et l’abbé Lafon s’évadent de la maison de santé […] : ils partaient pour renverser, à eux seuls, l’Empire français. Ils passent une partie de la nuit dans la mansarde d’un religieux espagnol, ami de Lafon. Malet revêt un uniforme de général de division fourni par sa femme ; Rateau, un caporal de la garde nationale, échange le sien contre celui d’aide de camp du général ; et Boutreux, bachelier en droit, ceint une écharpe tricolore, comme celle des commissaires de police.
Le 23, à quatre heures du matin, le trio se présente au poste de garde de la caserne Popincourt […]. Rateau annonce avec superbe : “Ronde d’officier général” et communique le mot de passe (ce jour-là, c’était, ironie de l’histoire, le mot conspiration). Au commandant Soulier, chef de la 10e cohorte de la garde nationale, malade dans sa chambre, Malet, qui avait pris le nom de général Lamotte, déclare : “Commandant, l’Empereur est mort le 7 octobre sous les murs de Moscou. Le gouvernement impérial est renversé”. Soulier le croit sur paroles et fait réunir la 10e cohorte, sous la pluie, dans la cour de la caserne, où Malet fait lire un faux sénatus-consulte annonçant la formation d’un gouvernement provisoire et une proclamation à l’armée.
Au lever du jour, plusieurs compagnies de la 10e cohorte suivent Malet à la prison de la Force où il fait délivrer […] les généraux républicains Lahorie […] et Guidal […].
Il est six heures du matin. Conformément aux ordres de Malet, Lahorie, avec une compagnie de soldats, fait arrêter le préfet de police Pasquier (remplacé par Boutreux), Desmarest, chef de la sûreté et Savary, duc de Rovigo, ministre de la Police (que Lahorie remplace) et tous trois sont immédiatement incarcérés à la prison de la Force.
De son côté, le commandant Soulier, conformément aux ordres de Malet, se rend avec une compagnie, à l’Hôtel-de-ville, où Frochot, préfet de la Seine, lui aussi abusé, met à sa disposition une salle de réunion pour le gouvernement provisoire.
En outre, le colonel Rabbe, qui commande la garde nationale de Paris, fait occuper par ses troupes, selon les ordres de Malet, la Trésorerie et les barrières de Paris.
Vers neuf heures, Malet se rend au domicile du général Hulin, qui commande la place de Paris […]. Hulin […] résiste et demande des explications. Malet lui fracasse la mâchoire d’un coup de pistolet. […] Mais, sitôt après, au n° 7, à l’hôtel de la place de Paris, les adjoints du gouverneur (le colonel Doucet et le commandant Laborde) démasquent Malet, le maîtrisent, appellent à l’aide et désormais c’est l’échec du coup d’État.
Malet et ses complices sont arrêtés. Les hauts personnages, Savary, Pasquier et Desmarest sont libérés et rétablis dans leurs fonctions. À midi, tout est rentré dans l’ordre. » (Marc Allégret, Revue du Souvenir Napoléonien, 2004 ; accessible en ligne à l’adresse suivante : https://www.napoleon.org/histoire-des-2-empires/biographies/malet-claude-francois-de-1754-1812-general-initiateur-de-la-conspiration-contre-napoleon-1812/ ; consulté le 14 mai 2024.)
Signalons également sur cette tentative de coup d’État du 23 octobre 1812, le film La Conspiration du général Malet (1963), coproduit par l’historien André Castelot et visible sur le site de l’INA : https://madelen.ina.fr/content/la-conspiration-du-general-malet-76553 (consulté le 14 mai 2024).

Question 13.
Émigré en 1792 pour rallier l’armée contre-révolutionnaire des Princes, François-René de Chateaubriand revient en France en mai 1800, muni d’un faux passeport au nom de Jean-David Lassagne, originaire de la principauté prussienne de Neuchâtel.

Question 15.
Issu de la vieille aristocratie bretonne, Louis-Charles-René de Marbeuf (1712-1786) arrive en Corse à la fin de l’année 1764 pour y poursuivre la politique française de colonisation de l’île. Il ne tarde pas à s’éprendre de la jeune Letizia Bonaparte. Selon le comte Jean-Victor Colchen (1751-1830), jeune avocat messin qui les fréquente alors : « La femme qui marquait le plus à Ajaccio était Madame Buonaparte. Depuis deux ans, elle était l’objet des soins les plus empressés et l’on peut dire du culte de M. de Marbeuf. Il en était éperdument amoureux. » (Cité dans David Chanteranne, Le Sacre de Napoléon, Paris, Tallandier, 2004.) Leur liaison n’était un mystère pour personne – un portrait de Marbeuf était même accroché à la place d’honneur, à côté de celui de Letizia, dans la maison familiale de la rue Malerba – et « dura un peu plus de dix années, jusqu’au remariage du comte en 1783 avec une jeune fille de 18 ans… » (Cédric Lewandowksi, Lucien Bonaparte, le prince républicain, Paris, Passés composés, p. 25.)

Question 16.
Porter un bicorne « en colonne » signifie le porter perpendiculairement à la ligne des épaules, les deux pointes en avant et en arrière ; le porter « en bataille » signifie en revanche qu’il est parallèle aux épaules.
À la différence des officiers qui le portaient « en colonne » (voir le défilé traditionnel des polytechniciens lors du 14 juillet), Napoléon portait le bicorne comme un simple soldat, « en bataille ».

Question 17.
L’ordre de la Couronne de fer a été créé le 5 juin 1805 à Milan par Napoléon (roi d’Italie depuis le 17 mars), sur le modèle de la Légion d’honneur. Six ans plus tard, après avoir annexé le royaume de Hollande, il fonde l’ordre de la Réunion le 18 octobre 1811, nouvelle distinction civile et militaire.
L’ordre de la Fidélité, fondé en 1715, est un ordre de chevalerie du grand-duché de Bade.

Question 18.
Les documents confidentiels étaient rangés dans un portefeuille en maroquin vert, à rabat, fermé par une serrure en argent ciselé. Deux gardes se relayaient pour surveiller en permanence l’accès au cabinet de travail où se trouvait le portefeuille du Premier Consul. Le baron Méneval puis le baron Fain étaient les seuls à pouvoir accéder, en qualité de secrétaires du portefeuille, à la précieuse serviette. Trois exemplaires sont parvenus jusqu’à nous et sont conservés dans la collection Bruno Ledoux, au musée de l’Armée et au musée national des châteaux de Malmaison et Bois-Préau.

Question 19.
On a cru un temps, à la suite du musicologue Arthur Pougin, que la romance « Partant pour la Syrie » n’était pas d’Hortense de Beauharnais, comme le disait la tradition, mais de Louis-François-Philippe Drouet, flûtiste à la cour du roi de Hollande (Louis Bonaparte). Mais les dernières recherches ont rendu à la belle-fille de Napoléon son statut d’auteur. Voir : https://www.napoleon.org/magazine/plaisirs-napoleoniens/partant-pour-la-syrie-ou-le-beau-dunois/ (consulté le 13 mai 2024).

Question 20.
Les quatre musées nationaux sont les suivants :
– le musée national des châteaux de Malmaison et de Bois-Préau ;
– le musée Napoléon Ier du château de Fontainebleau ;
– le musée de la Maison Bonaparte à Ajaccio ;
– le musée napoléonien de l’île d’Aix.


Légendes des illustrations
De haut en bas :
– Roman Volkov, Mikhaïl Koutouzov, huile sur toile, 1813, dimensions et localisation inconnues, © Wikimedia Commons cc-by-3.0
– Auguste-Henri Dufour, Carte de l’Empire français en 1812, 1865, © Wikimedia Commons cc-by-3.0
– Gérard van der Puyl, Généraux et officiers du camp de Boulogne-sur-Mer, 1804, technique et dimensions inconnues, Calais, musée des beaux-arts et de la dentelle, © Wikimedia Commons cc-by-3.0
– Pierre-Michel Alix, d’après Jean-Baptiste Mallet, le Beau Dunois, date inconnue, source : Gallica ; https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b53230424t
– Façade de la maison Napoléon Bonaparte à Ajaccio, rue Saint-Charles, © Wikimedia Commons cc-by-3.0
– Pierre-Narcisse Guérin, Jeune Fille en buste, vers 1795, huile sur toile, 61 x 50 cm, Paris, musée du Louvre, RF 1978 49 – https://collections.louvre.fr/ark:/53355/cl010059086 – https://collections.louvre.fr/CGU

Image du bandeau : Auguste-Henri Dufour, Carte de l’Empire français en 1812, 1865, © Wikimedia Commons cc-by-3.0

  1. Françoise Wagener, Mme Récamier, Paris, JC Lattès, 1986, p. 166. []

« Nuit de l’impressionnisme » à l’Institut de France – 15 mai 2024

Voulue et conçue par Adrien Goetz, directeur de la bibliothèque et villa Marmottan et actuellement président de l’Académie des beaux-arts, une « Nuit de l’impressionnisme » se tiendra sous la Coupole de l’Institut de France le 15 mai 2024, de 19h à 22h.

Elle s’inscrit dans les célébrations du 150e anniversaire de la première exposition impressionniste organisée à Paris, au 35, boulevard des Capucines (9e arrondissement), du 15 avril au 15 mai 1874.

France Lechleiter, chargée des collections à la Marmottane, y prononcera une communication qui confrontera aux toiles de l’avant-garde impressionniste les envois de Rome des pensionnaires de la Villa Médicis cette même année 1874.

Le programme complet sera communiqué ultérieurement.

Dessin réalisé par Catherine Meurisse pour annoncer l’événement

Addendum du 13 mai 2024

Programme

19 h : Mot de bienvenue de Laurent Petitgirard, secrétaire perpétuel de l’Académie des beaux-arts, et brève introduction d’Adrien Goetz, membre de l’Académie des beaux-arts

19 h 10 : Questions à Sylvie Patry et Anne Robbins, commissaires de l’exposition du musée d’Orsay « Paris 1874. Inventer l’impressionnisme » ; présentation du colloque du 16 mai au même musée « L’impressionnisme à travers champs »

19 h 30 : Lecture par des lycéens de l’article sur la première exposition impressionniste publié par le critique Louis Leroy dans Le Charivari du 25 avril 1874

19 h 40 : « Paris en 1874 » par Jacques-Olivier Boudon, professeur d’histoire contemporaine à Sorbonne Université

19 h 55 : Lecture par des lycéens d’extraits choisis de la critique du Salon de 1874 par Ernest Duvergier de Hauranne parue dans la Revue des Deux Mondes 

20 h 10 : « Les envois de Rome de l’année 1874 », par France Lechleiter, chargée des collections à la bibliothèque Marmottan

20 h 20 : Caricatures de la première exposition impressionniste commentées par Barthélémy Jobert, professeur d’histoire de l’art à Sorbonne Université

20 h 30 : Intermède musical de Michaël Levinas, membre de l’Académie des beaux-arts

20 h 40 : Quiz autour de détails picturaux par Paul Perrin, directeur de la conservation et des collections du musée d’Orsay

21 h : « Un mouvement “décoratif, donc secondaire” ? » par Marine Kisiel, conservatrice au Palais Galliera 

21 h 10 : « Impression, soleil levant de Claude Monet » par Sylvie Carlier, conservatrice du musée Marmottan-Monet

21 h 20 : Intermède musical de Michaël Levinas, membre de l’Académie des beaux-arts

21 h 35 : « Paysage et écologie » par Olivier Schuwer, coordinateur général de l’Association du musée d’art Gustave-Fayet à Fontfroide

21 h 45 : « “Mon” musée d’Orsay », par Catherine Meurisse, membre de l’Académie des beaux-arts

21 h 50 : Intermède musical de Michaël Levinas, membre de l’Académie des beaux-arts

22 heures : Fin de la « Nuit de l’impressionnisme »

Liste des acquisitions (mai 2024)

H I S T O I R E    D E    L ‘ A R T

Catherine Arminjon, Michèle Bilimoff, Métal. Vocabulaire technique, Paris, Éditions du patrimoine, 1998, 365 p.

Andreas Beyer, Ernst Osterkamp, dir., Goethe et l’art, Paris, Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2014, 2 vol.

Étienne Bréton, Marc Blondeau, Art Catalogue Index, 1779-2019, Paris, Mare et Martin, 2021, 634 p.

Laurent Haumesser, Le musée Napoléon III au palais de l’Industrie, Paris, Mare et Martin, 2021, 288 p.

Umberto Levra, Il Museo nazionale del Risorgimento italiano di Torino, Milan, Skira, [2011], rééd. 2016, 272 p.

Martine Plouvier, dir., Guide des sources de l’histoire de l’art aux Archives nationales et aux Archives de Paris, Paris, CTHS, 2012, 742 p.

Architecture

Letizia Tedeschi, Jean-Philippe Garric, Daniel Rabreau, dir., Bâtir pour Napoléon, une architecture franco-italienne, Bruxelles, Éditions Mardaga, 2021, 571 p.

Peinture et arts graphiques

Collectif, Constant Le Breton, 1895-1985, Paris, Association des amis de Constant Le Breton, 1995, 71 p.

Collectif, Promenade. Les chefs-d’œuvre de Monet du musée Marmottan, Paris, Publications artistiques françaises, 2000, 8 p.

Collectif, Frédéric Bazille, cat. expo., Paris, musée Marmottan, oct. 2003-janv. 2004, Lausanne/Paris, Bibliothèque des arts/Musée Marmottan Monet, 2003, 93 p.

Collectif, Léon Bonvin (1834-1866), une poésie du réel, Paris, Fondation Custodia, 2022, 304 p.

Amaury-Duval, L’atelier d’Ingres, éd. Daniel Ternois, Paris, Arthena, 1993, 462 p.

Laura Angelucci, L’inventaire des dessins d’Antoine-Jean Gros (Paris, 1771-1835) au Louvre, Paris, Mare et Martin, 2019, 328 p.

Raphaël Aracil de Dauksza, Damien Dumarquez, Jean-Louis Litron, Jean-Victor Bertin, Paris, Galerie La Nouvelle Athènes, 2016, 48 p.

Emmanuelle Brugerolles, dir., De l’alcôve aux barricades. De Fragonard à David. Dessins de l’École des Beaux-Arts, Paris, Beaux-arts de Paris éditions, 2016, 400 p.

François Daulte, Claude Richebé, Toulouse Lautrec. Chefs-d’œuvre du musée d’Albi, cat. expo., Paris, Musée Marmottan, déc.- avr. 1976, Paris, Musée Marmottan, 1975,  67 p.

Manuel Jover, Les enluminures de la collection Wildenstein/The Wildenstein collection of illuminations, Paris, Publications artistiques françaises, 2001, 40 p.

Mehdi Korchane, Pierre Guérin (1774-1833), Paris, Mare et Martin, 2018, 400 p.

Elena Marchetti, Stéphane Paccoud, dir., Les Flandrin, artistes et frères. Hippolyte, Paul, Auguste, Paris, In Fine éditions d’art, 2023, 352 p.

Nathalie Pourcel, Le fantôme d’une vie selon Füssli, Paris, Ateliers Henry Dougier, 2022, 123 p.

Anne Queyrel Bottineau, Élisabeth Foucart-Walter, dir., Pierre Guérin, 1774-1833, la réception de l’Antiquité, Dijon, Éditions universitaires de Dijon, 2019, 292 p.

Marie-Pierre Salé, Dessiner en plein air, Paris, Lienart, 2017, 197 p.

Pierre Wat, dir., Portraits d’ateliers. Un album de photographies fin de siècle, Paris, INHA, ELLUG, 2013, 216 p.

Philippe Dagen, dir., Hodler, Monet, Munch. Peindre l’impossible, cat. expo., Paris, musée Marmottan Monet, sept. 2016-janv. 2017, Vanves/Paris, Hazan/Musée Marmottan Monet, 2016, 175 p.

Sculpture

Christian M. Geyer, Der Sinn für Kunst. Die Skulpturen Antonio Canovas für München, Berlin, Gebr. Mann Verl., 2010, 428 p.

L I T T É R A T U R E

Léonard Burnand, Benjamin Constant, Paris, Perrin, 2022, 350 p.

Antoine Lilti, Figures publiques. L’invention de la célébrité, 1750-1850, Paris, Fayard, 2014, 430 p.

Natalie Petiteau, Écrire la mémoire. Les mémorialistes de la Révolution et de l’Empire, Paris, Les Indes savantes, 2012, 309 p. Stendhal, Lettres d’amour, Seyssel, Champ Vallon, 1993, 208 p.

M U S I Q U E

Sabine Chaouche, Denis Herlin et Solveig Serre, dir., L’Opéra de Paris, La Comédie-Française et l’Opéra-Comique. Approches comparées (1669-2010), Paris, École nationale des chartes, 2012, 424 p.

Michel Noiray et Solveig Serre, dir., Le répertoire de l’Opéra de Paris (1671-2009). Analyse et interprétation, Paris, École nationale des chartes, 2010, 400 p.

H I S T O I R E

Napoléon

Collectif, Dans l’intimité d’un empereur, Napoléon Ier, l’époux, le père, l’amant, cat. expo., musée de La Roche-sur-Yon, mars-juin 2019, Paris/La Roche-sur-Yon, Lienart/La Roche-sur-Yon, 2019, 248 p.

Léon Bloy, L’âme de Napoléon, Paris, Gallimard, 2003, 133 p.

Napoléon Bonaparte, Tout est encore à faire. Lettres et discours, Rome/Paris, L’Orma éditions, 2021, 64 p.

Philippe Bornet, Napoléon et Dieu, Versailles, Via Romana, 2021, 180 p.

Robert Colonna d’Istria, Trahir Napoléon, suivi du dictionnaire des traîtres à l’Empereur, Paris, Tohubohu Éditions, 2021, 192 p.

Michel Kerautret, Napoléon et la Prusse, Paris, Éditions du Cerf, 2022, 178 p.

Jean-Paul Krassinsky, Aurélien Lignereux, La folie Napoléon, du 18 brumaire à Waterloo, Paris, La Découverte, 2022, 176 p.

Jean-Marc Olivesi, Antone-Marie Graziani, Charles Cianfarani, Casa Bonaparte. Ajaccio, l’enfance de Napoléon, Ajaccio, Albiana, 2019, 47 p.

Vincent Petit, Napoléon saint. L’Empereur au paradis, Besançon, Cêtre, 2021, 150 p.

Charles-Éloi Vial, Napoléon, la certitude et l’ambition, Paris, Perrin/BNF, 2020, 288 p.

Charles-Éloi Vial, 15 août 1811. L’apogée de l’Empire ?, Paris, Perrin, 2023, 536 p.

Biographies/Monographies

Jean-Claude Demory, Claude-François de Malet, ou l’obsession du complot, Paris, Éditions du Félin, 2021, 224 p.

Franck Favier, Marmont, le maudit, Paris, Perrin, 2018, 300 p.

Sudhir Hazareesingh, Toussaint Louverture, Paris, Flammarion, 2020, 592 p.

Christian Marbach, Les 7 chats du général Dufour, Paris, Isidore Conseil, 2022, 320 p.

Olivier Varlan, Caulaincourt, diplomate de Napoléon, Paris, Nouveau Monde éditions, 2018, 497 p.

Stefan Zweig, Joseph Fouché, portrait d’un homme politique, Paris, Les Belles Lettres, 2021, 294 p.

Sources éditées

Henri Edgeworth de Firmont, Correspondance, récits, lettres inédites, Paris, Éditions du Cerf, 2013, 592 p.

Joseph Puniet de Monfort, « Je pris, sans hésiter, la cocarde tricolore… » Mémoires du général Joseph Puniet de Monfort, officier du génie des guerres de la Révolution et de l’Empire (1774-1815), éd. François Houdecek, Michel Roucaud, Paris, Éditions Pierre de Taillac, 2022, 480 p.

Pasquale Paoli, Lettres de Pasquale Paoli, annotées et présentées, éd. Niccolò Tommaseo, Ajaccio, Albiana, 2020, 700 p.

Histoire militaire

Jean-François Brun, La Grande Armée, analyse d’une machine de guerre, Villers-sur-Mer, Éditions Pierre de Taillac, 2023, 572 p.

Philippe R. Girard, Ces esclaves qui ont vaincu Napoléon. Toussaint Louverture et la guerre d’Indépendance haïtienne, 1801-1804, Bécherel, Les Perséides, 2013, 477 p.

Maria Goupil-Travert, Braves combattantes, humbles héroïnes. Trajectoires et mémoires des engagées volontaires de la Révolution et de l’Empire, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2021, 212 p.

Danielle Meyrueix, Duroc, le confident de Napoléon. Devoir et sentiments, Mende, L’Ours de granit, 2022, 280 p.

Jean Tulard, Marengo ou L’étrange victoire de Bonaparte, Paris, Buchet-Chastel, 2021, 202 p.

Histoire administrative

Aurélien Lignereux, L’Empire de la paix. De la Révolution à Napoléon, quand la France réunissait l’Europe, Paris, Passés composés, 2023, 408 p.

Antoine Renglet, Polices, villes et sécurité sous la Révolution et l’Empire. L’ordre public urbain dans l’espace belge, 1780-1814, Rennes, PUR, 2021, 320 p.

Damien Salles, La liste civile en France (1804-1870), droit, institution et administration, Paris, Mare et Martin, 2017, 765 p.

Histoire politique

Thérence Carvalho, La physiocratie dans l’Europe des Lumières, circulation et réception d’un modèle de réforme de l’ordre juridique et social, Paris, Mare et Martin, 2021, 810 p.

Franck Favier, Vincent Haegele, dir., Traîtres. Nouvelle histoire de l’infamie, Paris, Passés composés, 2023, 272 p.

François Houdecek, Michel Roucaud, L’esprit public sous le Consulat, Paris, Éditions du Cerf, 2019, 1155 p.

Histoire religieuse

Jacques-Olivier Boudon, Dictionnaire des évêques français du XIXe siècle, Paris, Éditions du Cerf, 2021, 896 p.

Serge Ceruti, Le pape prisonnier de l’empereur. Pie VII et ses geôliers, Paris, Éditions Salvator, 2022, 226 p.

Histoire sociale

Collectif, Spectacles et divertissements en Corse au temps des Bonaparte, Ajaccio, Albiana, 2022, 268 p.

Lucien Derraine, « Qu’il naisse l’observateur ». Penser l’observation (1750-1850), Genève, Droz, 2022, 352 p.

Caroline Fayolle, La femme nouvelle. Genre, éducation, Révolution (1789-1830), Paris, CTHS, 2017, 480 p.

Anne Perrin Khelissa, Luxe intime, essai sur notre lien aux objets précieux, Paris, CTHS, 2020, 128 p.

Odile Parsis-Barubé, La province antiquaire. L’invention de l’histoire locale en France (1800-1870),  Paris, CTHS, 2011, 454 p.

Histoire des villes

Pierre Pinon, Paris détruit. Du vandalisme architectural aux grandes opérations d’urbanisme, Paris, Éditions Parigramme, 2011, 317 p.

Pierre Pinon, Atlas du Paris haussmannien,Paris, Éditions Parigramme, 2016, 220 p.

Varia

Florence Descamps, Archiver la mémoire. De l’histoire orale au patrimoine immatériel, Paris, Éditions EHESS, 2019, 216 p.

Pierre Nora, Les lieux de mémoire, Paris, Gallimard, 1997, 3 vol.

Michel Vergé-Francheschi, Histoire de Corse, le pays de la grandeur, Paris, Éditions du Félin, 2019, 640 p.

« Au gré de ma bibliothèque » (4) : Berezina de Sylvain Tesson

« Le soir, en les ouvrant [les livres], un autre voyage commencerait, non plus sur le goudron des nationales slaves, mais dans le souvenir des survivants de 1812 qui avaient pris la plume pour conjurer le cauchemar. »1

C’est un petit livre rouge qui ne vous emmènera pas en Chine, mais en Russie, la destination étant déjà bien assez lointaine pour des hommes du début du XIXe siècle.

Tout part d’une conversation sur un bateau parmi les icebergs au début des années 2010. Sylvain Tesson, un peu désabusé de son périple du moment, songe déjà au prochain et se demande pourquoi il ne reviendrait pas de Moscou, où il doit se rendre pour le Salon du livre, en refaisant la route empruntée par les malheureux grognards de l’empereur.

« On part de la place Rouge, on enquille plein ouest vers Smolensk, Minsk et Varsovie. […] Pourquoi ne pas faire offrande de ces quatre mille kilomètres aux soldats de Napoléon ? À leurs fantômes. À leur sacrifice. […] C’est à nous de saluer la Grande Armée, dis-je. »2

Nostalgique d’une époque où « des mecs rêvaient d’autre chose que du haut débit [et] étaient prêts à mourir pour voir scintiller les bulbes » de Saint-Basile, l’écrivain-voyageur entend ressusciter cette vertu qu’Edmond Rostand dirait si française : le « panache ».

La cathédrale Saint-Basile, à Moscou, © Wikimedia Commons cc-by-3.0

Aussitôt dit, aussitôt fait. Tesson, affublé d’une réplique du couvre-chef impérial3, le géographe Cédric Gras et le photographe Thomas Goisque s’apprêtent à chevaucher des Ourals, ces antiques side-cars de la période soviétique qui atteignent péniblement les 80 km/h.
Ils seront accompagnés par deux amis russes, Vassili et Vitali4. Masochistes ? Que nenni ! C’est tout le contraire. Eux aussi tiennent à rendre grâce à Napoléon :

« – Au vilain corse, hurla un ami moscovite, c’est grâce à lui que le peuple russe s’est senti patriote pour la première fois !
– À l’antéchrist Bonaparte, renchérit son amie, il nous a rendus russes ! Il nous a fait devenir ce que nous sommes ! »
5

Le départ est donné le 2 décembre 2012, jour anniversaire du sacre de l’empereur et de la bataille d’Austerlitz.

« À deux cents ans d’intervalle, nous avions un mois et demi de retard sur l’Histoire. Le 19 octobre 1812, la Grande Armée quittait Moscou. […] Nous, nous serions cinq. »6

Les livres sont leurs guides sur la route : Goisque lit les mémoires du sergent Bourgogne7, Gras dévore ceux d’une demi-douzaine de barons d’Empire et d’officiers, et Tesson lit Armand de Caulaincourt8.

Une Oural IMZ M-72, © Wikimedia Commons cc-by-3.0

Le voyage devient ainsi pour l’écrivain non pas le prétexte mais la raison même de dérouler le récit de la fameuse débandade française. Ce faisant – le panache, toujours le panache –, il rend un bel et vibrant hommage à Napoléon, qui porte en lui « une énergie monstrueuse »9, ainsi qu’à ses héroïques soldats.

« Il avait persuadé ses hommes que rien ne résisterait à leur marche glorieuse. Il leur avait offert les Pyramides en 1798, la Rhénanie en 1805, les portes de Madrid en 1808, les plaines de Hollande en 1810. Il avait mis à genoux l’Angleterre en 1802, à Amiens, et contraint le tsar de toutes les Russies à ronronner gentiment, à Tilsit en 1807. Il avait régenté l’administration, réformé l’État, bouleversé les vieux modèles de civilisation, bâti une légende aux accents macédoniens. »10

Mais Alexandre Ier, en ouvrant ses ports aux navires britanniques, a trahi sa promesse de participer au blocus imposé à l’Angleterre, et Bonaparte, pour le punir, jugea nécessaire de lancer une offensive à l’est.

« Il fallait briser les liens clandestins entre Saint-Pétersbourg et les Britanniques. Il fallait accomplir ce dernier effort, obtenir cette ultime capitulation pour réussir le blocus contre Londres et parachever le grand œuvre de paix européenne […]. »11

Le 25 juin 1812, la Grande Armée, forte de 450 000 hommes, franchit le Niémen. L’optimisme est de rigueur. On pense alors aller jusqu’à Minsk, ou à Smolensk tout au plus, puis revenir passer l’hiver à Paris.

Mais le tsar n’a plus peur et la ville de Pierre le Grand est devenue « le salon anti-napoléonien où les futurs coalisés prépar[ent] 1814 »12. L’erreur de l’empereur, nous dit Tesson, fut de confondre capitale temporelle (Moscou) et capitale spirituelle (Saint-Pétersbourg), et de ne pas croire possible qu’Alexandre pût sacrifier la première pour la sauvegarde de son pays.

Si les Français entrent sans combat dans l’éblouissante Moscou13, c’est donc que les Russes ont leur stratégie.

Carte retraçant la Retraite de Russie (Sylvain, Tesson, Berezina, Chamonix, Éditions Guérin, 2015).

« Moscou allait être flambée pour la survie de l’Empire russe. Rostopchine, gouverneur de la ville, fut chargé de la besogne. Il libéra les prisonniers de droit commun et leur commanda de foutre le feu. […] les premières flammèches portées par le vent furent observées dans la nuit du 14 au 15 septembre. Jour et nuit, la ville brûla d’un feu roulant. […] les Grognards […] se crurent devant la Géhenne. »14.

Remontant le temps, Tesson et ses amis quittent Moscou pour Borodino, dont la bataille15, qui eut lieu une semaine avant le terrible incendie, fut un carnage : 28 000 morts côté français, 50 000 côté russe. Napoléon, alors, pouvait espérer, mais qu’avait-il gagné, sinon « le droit de s’enfoncer un peu plus avant dans le pays »16 ? Aujourd’hui, gravée dans la pierre du monument commémorant l’endroit où le général Mikhaïl Koutouzov assista à l’affrontement entre les deux armées, une inscription proclame fièrement : « Ici, nous avons combattu contre l’Europe ».

« D’un point de vue culturel, le raccourci plaisait aux Russes, persuadés de leur destin extraeuropéen, convaincus de posséder la mission de tracer une voie propre entre l’Asie et l’Occident. D’un point de vue spirituel, la formule était cruciale : la bataille de Borodino avait fait couler ce sang qui avait servi de saint chrême pour baptiser le tout nouveau sentiment patriotique russe. »17

Restée dans les mémoires comme l’exemple même d’un événement traumatique non seulement pour une armée mais pour tout un peuple, la Retraite qui suivit l’échec de l’occupation de Moscou est décrite avec beaucoup d’empathie par un Sylvain Tesson à la fois admiratif de l’héroïsme des Grognards, amoureux de la Russie18, et philosophe :

« A-t-on l’autorisation de geindre sur une route où des hommes se mangèrent entre eux, où les chevaux tombèrent par milliers et furent dépecés vivants par des fantômes lassés de ronger le cuir de leurs bottes ? La raison du voyage que nous accomplissions était précisément de s’enfoncer des visions de cauchemars dans la tête afin de faire taire les jérémiades intérieures et de tordre le cou à cette mégère, cette pulsion répugnante qui est le vrai ennemi de l’homme : l’autoapitoiement. »19

Édouard Detaille, Grenadier à pied de la Vieille Garde, © Wikimedia Commons cc-by-3.0

Le génie de Koutouzov, souligne l’auteur, fut de « harceler l’armée [napoléonienne] sans jamais l’affronter, la forcer comme le chien poursuit le cerf dans la forêt »20. Après avoir ordonné le 31 octobre à ses compatriotes d’éteindre les flammes de leur capitale dans le sang de leurs ennemis21, le feld-maréchal comprit qu’il valait mieux encore laisser la Grande Armée se vider seule de ses forces plutôt que de la combattre directement22.

« La Retraite de Russie repose ainsi sur ce paradoxe, pressenti par Koutouzov, unique dans l’Histoire des hommes : une armée marcha, de victoire en victoire, vers son anéantissement total ! »23

Le Pétersbourgeois fut bien aidé, il est vrai, par un précieux allié : le froid glacial – un élément négligé par Napoléon, qui méprisait la météorologie24. L’hiver russe est terrible et dévastateur. « Ceux qui n’avaient ni couteau, ni sabre, ni hache et dont les mains étaient gelées ne pouvaient manger. […] J’ai vu des soldats à genoux près des charognes mordre dans cette chair comme des loups affamés », se souvient le capitaine François25. Quand les chevaux vinrent à manquer26, il y eut même des cas d’anthropophagie. Et Tesson de décrire cette « armée de demi-squelettes, la gueule barbouillée de sang, pillant les camarades tombés au champ d’horreur, soulevant leurs propres haillons pour se ronger les moignons, terrifiés de finir sous la dent de leurs frères »27.

Carte retraçant le voyage de Sylvain Tesson (Sylvain, Tesson, Berezina, Chamonix, Éditions Guérin, 2015).

Les étapes s’égrènent, toutes autant de funeste mémoire. Partis cent mille de Moscou28, les Français n’étaient plus que la moitié à Smolensk (et parmi les disparus, seulement dix mille étaient morts au combat)29. Pourtant, « pas un soldat n’aurait conçu l’idée d’en vouloir à l’Empereur »30.

Quand Tesson et ses amis parviennent à Borissov, en Biélorussie, ils se dirigent tout droit vers la Berezina, synonyme dans la langue française de débâcle totale alors que la bataille fut en réalité plutôt une victoire de Napoléon sur le plan tactique, celui-ci réussissant à éviter l’anéantissement pourtant promis à son armée31.

« Si l’on se conformait à la pure réalité des faits, “c’est la bérézina” aurait dû signifier “on l’a échappé belle, les gars, on l’a senti passer, on a laissé des plumes, mais la vie continue et merde à la reine d’Angleterre.” »32

Sur le plan humain, en revanche, il en allait autrement…

« L’armée avait franchi la rivière pendant l’après-midi du 26 et la journée du 27 [novembre]. […] Les pontonniers d’Éblé se rejetaient dans l’eau pour consolider les étais. […] Napoléon traversa vers la rive droite le matin du 27. Le soir du même jour, trente mille traînards – soldats épuisés, blessés à pied, civils, femmes et enfants – débouchèrent sur la rive de Stoudianka. […] Pendant ce temps, les Russes s’approchaient […]. Wittgenstein arriva à l’aube du 28 novembre avec ses quarante mille hommes. […] La bataille de la Berezina s’engagea alors que des dizaines de milliers d’errants n’avaient toujours pas traversé. […] Quand les boulets russes s’abattirent sur la foule de la rive gauche, ce fut l’épouvante. […] On mourait écrasé, étouffé. On glissait, on tombait, on tâchait de reprendre pied sur les passerelles pour finir dans le courant, noyé. La rivière était un collecteur de
cadavres d’hommes et de chevaux, de débris de voiture mêlés aux glaçons. […] Un premier pont se rompit et la Berezina engloutit “les victimes qu’immola la barbarie des Russes”, dit Caulaincourt. […] Le 29, au matin, on gagna encore un degré dans l’épouvante lorsque Napoléon ordonna à Éblé de détruire ses ouvrages. […] Quand les flammes s’élevèrent, ce fut une ultime ruée. Les hurlements recouvrirent la canonnade. Ceux qui étaient encore sur l’autre rive se jetèrent dans le brasier ou dans l’eau. »
33

Janvier Suchodolski, Napoléon traversant la Berezina, vers 1859, huile sur toile, dimensions inconnues, musée national de Poznań, © Wikimedia Commons cc-by-3.0

On comprend sans peine le traumatisme laissé par ce sinistre épisode. Saisi par la dimension tragique de l’endroit34, l’ami Cédric Gras le qualifie de « haut lieu », précisant sa pensée :

« Un haut lieu […], c’est un arpent de géographie fécondé par les larmes de l’Histoire, un morceau de territoire sacralisé par une geste, maudit par une tragédie, un terrain qui, par-delà les siècles, continue d’irradier l’écho des souffrances tues ou des gloires passées. C’est un paysage béni par les larmes et le sang. […] C’est l’écho de l’Histoire, le rayonnement fossile d’un événement qui sourd du sol, comme une onde. Ici, il y a eu une telle intensité de tragédie en un si court épisode de temps que la géographie ne s’en est pas remise. Les arbres ont repoussé, mais la Terre, elle, continue à souffrir. Quand elle boit trop de sang, elle devient un haut lieu. Alors, il faut la regarder en silence car les fantômes la hantent. »35

Aussi, lorsqu’après des dizaines d’heures glacées passées à conduire presque sans visibilité et dangereusement cerné par des camions roulant à tombeau ouvert, Sylvain Tesson finit par s’accorder certains soirs un bain chaud à l’hôtel, il ne peut réprimer un sentiment de culpabilité.

« Notre voyage avait fini par se muer en un jeu très sérieux. Le devoir de saluer la mémoire des soldats était à ce point chevillé à nos âmes que la moindre dérogation à la règle de la souffrance physique nous paraissait inconvenante. »36

Pour finir leur commémoration, néanmoins, l’écrivain et ses camarades décident de suivre, plutôt que les derniers jours de l’armée agonisante, la fuite en traîneau de Napoléon. Après avoir confié (abandonné ?) son armée à Murat, celui-ci organisa en effet incognito son départ le 5 décembre depuis la ville biélorusse de Smorgoni (Smarhon). Dans une dormeuse tirée par six chevaux lituaniens, il traversa en une dizaine de jours le grand-duché de Varsovie, la Prusse, la Saxe et la Westphalie, se confiant abondamment à Caulaincourt, soit « la séance de psychanalyse la plus chic de l’Histoire »37.

La cour d’honneur des Invalides, © Wikimedia Commons cc-by-3.0

Napoléon arriva à Paris le 18 décembre 1812, peu avant minuit ; les soldats qui avaient survécu au naufrage ne rallièrent la capitale qu’aux premiers jours du mois suivant.
Deux siècles plus tard, le 15 décembre 2012, la « petite colonne d’ouralistes-radicalistes-napoléonistes » menée par Tesson pénètre à son tour dans la cour d’honneur des Invalides.

« Nous roulâmes en rang, effectuâmes une demi-volte à gauche, rangeâmes les machines et coupâmes les gaz […] sous la statue de Napoléon. »38

  1. Sylvain Tesson, Berezina, Chamonix, Éditions Guérin, 2015, p. 49-50. []
  2. Ibid., p. 19. []
  3. « Grâce au bicorne, une mystérieuse percolation alchimique allait peut-être infuser en moi un peu de génie de l’Empereur… » (Ibid., p. 24). []
  4. Mais le voyage n’a pas commencé que les Ourals des Russes sont déjà en panne… Ils ne rejoindront les Français que trois jours plus tard. []
  5. Ibid., p. 28. []
  6. Ibid., p. 34. []
  7. Adrien Bourgogne, Mémoires sur la campagne de Russie en 1812, Valenciennes, E. Prignet, 1856 ; accessible en ligne : https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6365557n (consulté le 3 avril 2024). []
  8. Armand-Louis-Augustin de Caulaincourt, Mémoires du général de Caulaincourt, duc de Vicence, grand Écuyer de l’Empereur, Paris, Plon et Nourrit, 1933 ; accessible en ligne : https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k11637d/f10.item et https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5726702b.texteImage. Caulaincourt, qui avait tenté de dissuader Napoléon d’envahir la Russie, fut ambassadeur auprès d’Alexandre Ier. []
  9. Ibid., p. 24. []
  10. Ibid., p. 25. []
  11. Ibid., p. 39. []
  12. Ibid., p. 40. []
  13. Le sergent Bourgogne écrit ainsi : « Plusieurs capitales que j’avais vues, Paris, Berlin, Varsovie, Vienne et Madrid, n’avaient produit en moi que des sentiments ordinaires, mais ici la chose était différente ; il y avait pour moi, ainsi que pour tout le monde, quelque chose de magique. » (Cité dans Ibid., p. 48). []
  14. Ibid., p. 51. []
  15. Connue en France sous le nom de bataille de la Moskowa. []
  16. Ibid., p. 47. []
  17. Ibid., p. 62. []
  18. « Ce voyage était […] aussi une occasion de se jeter de nids-de-poule en bistrots avec deux de nos frères de l’Est pour sceller l’amour de la Russie, des routes défoncées et des matins glacés lavant les nuits d’ivresse. » (Ibid., p. 93). []
  19. Ibid., p. 71-72. []
  20. Ibid., p. 84. []
  21. « Quand les civils et les irréguliers s’en mêlèrent, la guerre gagna en cruauté. Les malheureux soldats, capturés par des paysans, étaient empalés, plongés dans l’eau bouillante, dépecés, enterrés vivants, brûlés vifs, battus à mort ou jetés nus dans les futaies glacées. » (Ibid.). []
  22. « […] tous les accrochages entre les Russes et les Français furent en faveur de ces derniers. » (Ibid., p. 80). []
  23. Ibid., p. 80. []
  24. L’empereur se moquait de Lamarck, qui se passionnait pour cette nouvelle science, et avait refusé d’écouter Caulaincourt, qui lui avait conseillé de faire fondre des fers à glace pour les chevaux. []
  25. Cité dans ibid., p. 94. []
  26. Les bêtes furent en effet « les grands martyrs de la Retraite. On les creva sous les charges, on les écorcha vifs, on les bouffa tout crus, à même la carcasse ou bien en quartiers, braisés au bout du sabre. […] Les Français possédaient près de cent cinquante mille bêtes en commençant la guerre : cent mille chevaux de trait et quarante-cinq mille montures. Les Russes en disposaient d’à peu près autant. Sur ces trois cents mille bêtes, deux cents mille moururent pendant les six mois de campagne. » (ibid., p. 152-153). []
  27. Ibid., p. 95. []
  28. Rappelons qu’en juin, ils étaient un demi-million. []
  29. Les pertes dans les rangs russes furent également considérables : « L’hiver, la vermine et la faim n’avaient point fait de distinction de nationalité et taillé chez les Russes à mêmes coups de faux que dans les rangs français. Il [Koutouzov] avait perdu les deux-tiers de ses hommes depuis Moscou. À Vilnius, il lui restait trente mille soldats contre les cent mille avec lesquels il était parti. » (Ibid., p. 133). []
  30. Ibid., p. 103. []
  31. Désormais réduite à 2 000 officiers, à ses maréchaux et à lui-même. []
  32. Ibid., p. 121. []
  33. Ibid., p. 112-114. []
  34. Tout autant bouleversé, le photographe Thomas Goisque a « cessé de prendre le monde en photo » (Ibid., p. 115). []
  35. Ibid., p. 115. []
  36. Ibid., p. 85. []
  37. Ibid., p. 139. []
  38. Ibid., p. 196. []

Actualités, recherches et événements

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search